Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le "Notre Père" : le choc des traductions

IMPRIMER

De Sandro Magister traduit sur diakonos.be :

Pas de répit pour le « Pater Noster ». Le choc des traductions

« Cette traduction n’est pas bonne » a coupé court le Pape François en commentant à la télévision, le 6 décembre dernier, la traduction actuelle en italien de la phrase du « Pater noster » qui dit en latin : « Et ne nos inducas in tentationem ».

En Italie, la traduction que l’on récite ou que l’on chante pendant la messe est pratiquement calquée mot à mot sur le latin: « E non c’indurre in tentazione ». Tout comme la version anglaise aux Etats-Unis : « And lead us not into temptation ».

C’est précisément ce type de version que François n’aime pas. La raison qu’il a donnée devant les caméras de TV2000, la chaîne des évêques italiens, en mimant le geste de pousser et faire tomber (voir photo), c’est que « ce n’est pas Lui, Dieu, qui me jette dans la tentation, pour voir ensuite comment je suis tombé.  Non, le Père ne fait pas cela, le Père aide à se relever tout de suite.  Celui qui induit en tentation, c’est Satan.  La prière que nous disons c’est : Quand Satan m’induit en tentation, Toi, s’il te plaît, donne-moi un coup de main ».

Et vice-versa, le Pape aime bien – et il l’a dit – la nouvelle traduction en usage depuis l’année dernière en France et dans d’autres pays francophones : « Et ne nous laisse pas entrer en tentation » qui a remplacé la précédente : « Et ne nous soumets pas à la tentation » qui est à son tour très semblable à celle qui est en vigueur dans plusieurs pays hispanophones, dont l’Argentine : « Y no nos dejes caer en la tentación ».

En Italie, la Conférence épiscopale se réunira en assemblée extraordinaire du 12 au 24 novembre prochain pour décider s’il faut ou pas introduire dans le « Padre Nostro » de la messe la nouvelle traduction qu’on peut déjà lire depuis dix ans dans la traduction officielle de la Bible en italien : « E non abbandonarci nella tentazione ».

Mais après cette déclaration de François, il semblerait que l’issue des débats ne fasse plus aucun doute – « Roma locuta, causa finita » –, et que la traduction de la Bible qui plaît davantage au Pape soit introduite dans le missel.

Et pourtant non. Il n’est pas dit que les choses prendront cette tournure.  Parce qu’entretemps, Rome a de nouveau parlé.  Et elle vient avec une nouvelle solution.

Cette fois, ce n’est pas le Pape en personne qui a parlé mais il s’en est fallu de peu. Il s’agit d’une voix qui lui est proche, très proche jusqu’à se confondre avec la sienne : celle de « La Civiltà Cattolica ».

Dans la revue dirigée par Antonio Spadaro, le jésuite intime de François, un autre jésuite, le célèbre bibliste Pietro Bovati, vient de publier un article intégralement consacré à l’analyse de cette question « difficile » : « Et ne nos inducas in tentationem ».

Dans la première moitié de l’article, Bovati explique comment une telle prière au Père céleste n’a pas manqué de soulever des difficultés d’interprétations au cours de l’histoire de l’Eglise. Et il montre comment des Père de l’Eglise influents tels qu’Ambroise, Augustin et Jérôme ont orienté l’interprétation dans ce sens : « Ne permets pas que nous entrions e/ou succombions à la tentation », ou encore : « Ne nous abandonne pas à / en tentation ».  C’est-à-dire précisément «  dans la direction que prennent les traductions modernes ».

Sauf que, arrivé à ce point, Bovati fait inopinément volte-face. Et il déclare vouloir proposer une nouvelle traduction.  Une traduction qui ne coïncide en rien avec celle qui, en Italie, semble sur le point de devenir officielle, ni avec celle qui est déjà en usage en France, en Argentine et dans les autres pays.

La nouvelle traduction proposée par Bovati et qu’il défend bec et ongles, est celle-ci : « E non metterci alla prova » [Et ne nous mets pas à l’épreuve].

Pour justifier cette traduction, il explique que le mot « épreuve » est plus fidèle que « tentation » au grec « peirasmos » du texte original. Notamment parce que dans le Nouveau Testament, la « tentation » a le sens négatif de chercher à faire tomber par la séduction ou la tromperie, ce qui est en fait le contraire de ce fait Dieu, alors que l’« épreuve » ou le fait de mettre à l’épreuve correspond à travers toute la Bible à ce que Dieu fait avec l’homme, à plusieurs moments et de manière parfois insondable, et c’est ce dont Jésus lui-même a fait l’expérience au plus haut degré au jardin des Oliviers avant la Passion, quand il priait avec ces mots : « Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe ! ».

« Il ne s’agit donc pas seulement – écrit Bovati – de prier le Père pour être en mesure de surmonter les tentations et de vaincre les séductions du Malin, même si c’est bien sûr nécessaire, mais également de supplier le Bon Dieu de venir en aide à celui qui est petit et fragile pour qu’il puisse traverser la nuit sans se perdre. Pensons par exemple à tous ceux qui s’adressent à Jésus pour demander la guérison, pensons également aux nombreuses demandes que nous répétons quotidiennement, en reprenant les formules des Psaumes ou des oraisons liturgiques, pensons enfin à toutes ces invocations qui naissent dans notre cœur quand nous percevons un danger ou que nous sommes pris par l’angoisse pour l’avenir, ou quand nous sommes déjà touchés par un symptôme du mal.  Eh bien, toutes ces différentes formes de demandes aux Seigneur sont rassemblées et comme condensées dans une unique supplique, celle qui dit : « Ne nous mets pas à l’épreuve ».

L’article de Bovati mérite d’être lu dans son intégralité. Et qui sait si les évêques italiens ne s’en inspireront pas quand il décideront quoi faire en novembre prochain.

Une dernière remarque, de nature musicale. Les mots « E non metterci alla prova » s’adapteraient parfaitement à la mélodie classique du Notre Père chanté.  Une chose qui est en revanche impossible avec l’alambiqué « E non abbandonarci nella tentazione » qui risque fort d’être approuvé.

Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.

Commentaires

  • Il s'agit de la même fausse traduction qu'on a introduit dans le Notre Père en Néerlandais, remplacant la parole "tentation" par "épreuve", ce qui change complètement le sens de la prière de Jésus en nous faisant supplier à Dieu de n'avoir plus d'épreuves dans la vie et en perdant de vue qu'il y a un diable qui tâche de nous 'tenter" avec des promesses. Les épreuves sont nécessaires pour notre salut, tandis que les tentations le mettent en danger. Ceci ne me parait pas une question "secondaire", comme elle l'a été présentée. La nouvelle traduction et au fait en contradiction avec l'interpretation traditionelle correcte, mais mal formulée. On veut donc remédier une faute de traduction en introduisant une autre beaucoup plus grave.
    Voici ma réponse en Néerlandais à un prêtre sur cette question. Je n'ai pas eu le temps de la traduire, mais je pourrais le faire ou le laisser faire sur demande.
    Je antwoord is goedbedoeld en grotendeels juist. Maar er zit een gevaarlijke adder onder het gras. "Beproeving" kan, zoals u schrijft, van alles betekenen en zelfs slaan op een bekoring. Maar in de meest gangbare betekenis gaat het over fysisch of psychisch lijden. We mogen wel bidden om daarvan verlost te worden, maar we mogen dit niet beschouwen als een "kwaad", vermits ook het lijden door God zelf is gewild, ter vervolmaking van de mens (zie boek Job). Bekoring daarentegen heeft een zeer specifieke betekenis, die meestal rechtstreeks verwijst naar het kwade. Daarom wordt voor zover ik weet in alle talen in het Onze Vader gesproken van "bekoring", tentation, temptation, tentación.... De woorden van Jezus in de Olijhof, gericht aan zijn naaste apostelen, hadden ook die betekenis: "Waakt en bid opdat ge niet in bekoring zoudt vallen". Bekoring gaat nooit over lijden, maar gaat steeds gepaard met de verwachting van een groter "aards geluk" dat ons wordt voorgespiegeld. De duivel interesseert zich zelfs niet voor beproevingen (die hij in ieder geval toch niet kan uitvoeren), vermits die de mens zouden kunnen sterker maken of vervolmaken.

    In de woestijn stelde Jezus zichzelf op de proef door te vasten, maar het was specifiek de duivel die hem bekoorde. In het geval van Abraham ging het wel degelijk om een "beproeving", vermits die van God zelf kwam. De duivel had daar niets mee te maken. De eindzin van het Onze Vader betreft zeker en vast een "bekoring" en geen "beproeving" (behalve als men de bekoring als een bepaalde vorm van beproeving beschouwt).

    De verwisseling van deze twee termen leidt in de geesten van de mensen (zelfs heel verstandige) tot de mening dat beproevingen niet van God maar van de duivel komen. Dit leidt op zijn beurt tot de veel verspreide ketterij dat God in deze wereld niet rechtstreeks tussenbeide komt of kan komen. M.a.w. het gebruik van deze verkeerde term leidt onvermijdelijk tot een grotere geloofsverwarring ... en dit laatste behoort zeker tot het kwade, vermits dit in de kaart van de duivel speelt.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel