Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le pape adulé hier décevrait aujourd'hui selon les journalistes du Soir

IMPRIMER

Du Soir de ce jour (p. 8) (via la revue de presse de l'archevêché), ces propos de journalistes, révélateurs de la perception que l'on a du pontificat actuel dans les médias et l'opinion publique :

La crise de la pédophilie affecte l’aura de François

Le 13 mars 2013, Jorge Bergoglio était élu pape. Cinq ans plus tard, l’état de grâce est passé. La popularité du souverain pontife est écornée par les scandales. Son élection a profondément changé l’image de l’Eglise. Pape superstar dans les premières années de son pontificat, François a rapidement séduit à travers le monde par sa simplicité et son attitude « anti-bling-bling », son apparente ouverture sur des questions comme l’homosexualité, sa volonté farouche de faire le ménage au sein de la Curie romaine et son franc-parler. Que reste-t-il de cet état de grâce des débuts ? Force est de constater qu’après cinq années au Vatican, l’évêque de Rome déçoit. Le dossier de la pédophilie commence en effet à sérieusement affecter le pontificat de l’Argentin. Depuis son voyage au Chili surtout, les associations de victimes ne décolèrent pas et de plus en plus de voix critiques se font entendre. Lors de ce périple latino-américain, il s’était en effet affiché plusieurs fois aux côtés de l’évêque Barros, accusé par les associations chiliennes d’avoir couvert plusieurs prêtres pédophiles. (Page complète)
 
Une réforme difficile 

Jorge Bergoglio a été élu pour réformer la Curie. Rapidement, il a créé un secrétariat de l’économie, chargé de mettre de l’ordre dans les comptes de l’OIR, la banque du Vatican. Et mis en place son « C9 », soit un conseil de neuf cardinaux, pour l’épauler. Reste que ladite réforme, toujours en gestation, traîne à aboutir. Le projet de révision de la constitution de la Curie a pris du retard, mais le travail serait achevé « aux trois quarts », selon le secrétaire du C9. Ces deux organes stratégiques sont par ailleurs fragilisés par la situation du cardinal Pell, accusé d’attouchements et suspendu de ses fonctions. Or, il était membre du C9 et secrétaire à l’économie.)
 
Un synode peu concluant 

Rapidement, François s’est illustré par un « ton » différent de ses prédécesseurs sur les questions de morale familiale et sexuelle. Les espoirs étaient donc grands, notamment chez de nombreux laïcs, pour que son synode sur la famille assouplisse la doctrine. Au final, ce grand synode a surtout révélé un clivage radical entre conservateurs et « progressistes » au sein de l’Eglise. Les propositions portant sur les divorcés remariés et les couples homosexuels n’ont pas été adoptées, faute de voix suffisantes. Un nouveau synode adressé à la jeunesse se tiendra en octobre 2018. Donnera-t-il plus de résultats ?

Commentaires

  • Les anticléricaux paniquent et enragent. Ils ne savent plus avec quels mensonges et quelles calomnies attaquer le Pape François, qui séduit autant les catholiques que les non catholiques.

    Ils tentent de ressortir alors leurs vieilles propagandes staliniennes (pédophilie, homophilie, Curie, mariage des prêtres, …). Bref, tout le petit guide rouge du marxisme culturel.

    En pointant leurs batteries exclusivement sur les catholiques, ils prouvent en fait que c'est l'Église catholique qui leur fait le plus peur. Satan ne craint que le Christ. Les journalistes à sa solde s'agitent comme des diables aspergés d'eau bénite.

  • In petto : en phase avec ce que vous exprimez.

    Un ajout : ce que vous dénoncez justement ne vient pas seulement de la propagande stalinienne, mais aussi de la "Droite bien occidentale"

    Pour moi, le fait que le pape François soit offensé par certains "milieux" est un bon signe : il revient aux choses essentielles de la foi.

  • A force de courir après l'esprit du monde, voilà ce qui arrive :

    "SI le sel s'affadit... il n'est plus bon qu'à être jeté dehors et foulé aux pieds par les gens" (Mt 5, 13).

  • @Jacques Delen
    Trop de gens, y compris des catholiques, sont endoctrinés jour après jour par le prêche des médias anticléricaux, de gauche comme de droite. C'est-à-dure, tous les médias subsidiés et grand public. Je suis effrayé par le résultat de ce bourrage de crânes incessant.

    C'est Voltaire qui incitait ses complices à mentir sans cesse contre l'Église, et à oser les mensonges les plus gros pour qu'ils soient crus. Plus c'est gros et répété, plus c'est gobé comme vérité. Ce diabolique personnage, toujours lu et enseigné, est l'inspirateur de tous les Goebbels propagandistes et de toutes les Pravda mensongères.

    Satan sait que l'arme du mensonge est dévastatrice contre l'Église. Car celle-ci ne peut l'utiliser. Elle ne peut y répondre que par des vérités. Or, le mensonge, c'est détruire la vérité. Et détruire est plus rapide et facile que construire. Reconstruire la vérité est long et difficile, surtout lorsque vous n'avez pas la faveur des médias de grande diffusion.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel