Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pré-synode : des jeunes en désaccord avec l’Eglise sur les principes non-négociables

IMPRIMER

Du site "Riposte catholique" :

Des jeunes en désaccord avec l’Eglise sur les principes non-négociables

Le document du pré-synode des jeunes a été publié et l’on y découvre, sans surprise depuis que nous savons qu’un jeune du MRJC représentait les jeunes français, que les jeunes catholiques envoyés à Rome ne partagent pas toujours la foi de l’Eglise sur des sujets pourtant essentiels :

Il existe souvent de profonds désaccords parmi les jeunes, à la fois dans l’Eglise et dans le monde, sur certains de ses enseignements qui sont particulièrement sensibles. Quelques exemples : contraception, avortement, homosexualité, cohabitation, mariage et comment la prêtrise est perçue dans les différentes réalités de l’Eglise. Il est important de noter que, quelque soit le niveau de compréhension des enseignements de l’Eglise, des désaccords et des discussions sont toujours en cours parmi les jeunes sur ces sujets polémiques. Par conséquent, ils peuvent vouloir voir l’Eglise changer ses enseignements ou au moins avoir accès à de meilleures explications et formations sur ces questions. Même si un débat interne existe, les jeunes catholiques, dont les convictions sont en conflit avec les enseignements officiels, veulent rester dans l’Eglise. Beaucoup de jeunes catholiques acceptent ces enseignements et trouvent en eux une source de joie. Ils ne désirent pas seulement que l’Eglise tienne fermement ses positions malgré leurs impopularités mais qu’elle les proclame avec une plus grande profondeur dans ses enseignements.

A travers le monde, la relation au sacré est compliquée. La chrétienté est souvent vue comme quelque chose qui appartient au passé et ses valeurs ou sa pertinence dans notre vie ne sont plus comprises. En même temps, dans certaines communautés la priorité est donnée au sacré car la vie quotidienne est structurée autour de la religion. Dans certains contextes asiatiques, le sens de la vie peut être associé avec des philosophies orientales.

Nos évêques ont du pain sur la planche pour former les jeunes à ces questions. Cela leur changera de parler d’immigration...

Commentaires

  • Je suis effrayé que ces jeunes n’aient pas repris explicitement à leur compte un des principes catholiques non négociables, pour lequel se bat le Pape François. À savoir le respect de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle.

    Sauf erreur, la lutte contre le business de l'avortement et contre le business de la guerre n'apparaît pas clairement dans ce texte. Quelle société veulent-ils donc, celle de l'argent et de la culture de mort ?

    https://www.youtube.com/watch?v=NUSL6SPx8c4

  • Andrea Gagliarducci sur son site « Monday Vatican » a cette réflexion relayée par « Benoit et moi » : « Les idées (qui prédominent dans le débat réanimé sous le pontificat du pape actuel) sont de facto des idées des années 1970, nées du débat post-Vatican II encore en cours. Notons qu'aujourd'hui, la question d'un changement de doctrine est à l'ordre du jour, notamment en ce qui concerne la possibilité de renverser Humanae Vitae. On ne peut pas exclure qu'au Synode des jeunes, l'opinion des jeunes sera utilisée pour pousser vers un changement de doctrine, justifiant cela avec le besoin d'attirer les gens à la foi catholique ». Manipuler un synode, cela n’est pas une chose impossible à faire.

  • L'Eglise fait du sur-place. Elle n'a pas eu le courage de proclamer fièrement et intelligemment sa morale, notamment au niveau des Eglises locales! Il est déplorable que les jeunes se voulant catholiques polémiquent encore sur toutes ces vieilles lunes relatives à la morale sexuelle qui arrêtaient déjà la génération de 1968. C'est donc qu'ils ont été mal formés (à quoi a servi le Catéchisme de l'Eglise catholique?) et qu'ils sont passablement en retard, tout en croyant se placer à l'avant-garde en pourfendant des "tabous".
    Dans LE SEL DE LA TERRE, le cardinal Ratzinger disait déjà à propos de ce "canon classique des questions" : "Je crois que nous nous égarons quand nous les élevons au rang de questions clés et que nous en faisons l'unique sujet de la chrétienté".
    Une petite question cependant. Ces jeunes n'ont-ils pas été sélectionnés pour légitimer le nouveau paradigme du Pape François et orienter ainsi le prochain synode?

  • Et bien il faut malheureusement en conclure que certains de ces jeunes (volontairement sélectionnés par les diocèses) qui ressortent toutes les polémiques qui tournent autour du sexe sont bien vieux car ils n'apportent rien de niveau !

    Il me semble que c'est reparti pour un tour avec ce nouveau synode : on va polémiquer sur l'homosexualité, sur le préservatif, sur les divorcés remariés.....

  • Je suis jeune et je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas aussi faire savoir ce qu'on pense .... Mais sur ce blog il n'y a que des vieux esprits chagrins et bien peu d'espérance dans la foi profonde des jeunes notamment visible au JMJ. Quand à choisir les jeunes et orienter le synode c'est la vieille théorie du complot cher à ce blog qui resurgit... De toute façon ce n'est plus ces vieux qui vivront les lendemains de l'église....

  • Bonjour Julie,
    Veux-tu tenter le coup? Dans un seul commentaire, à l'intention entre autres du vieux que je suis (pas chagrin!), dire quelle est ta foi et en quoi elle rejoint ou non celle de l'Eglise catholique. On t'écoute!

  • chère Julie, Evidemment je vivrai ces lendamains de l 'Eglise du haut du Ciel ou pendant mon temps-le plus court possible- de purification. En attendant, pour supporter ces quelques esprits chagrins, ne généralise pas ( la généralisation négative est aussi un signe " d'esprit chagrin " ).
    Il y a, sur ce site, des gens qui aiment le Pape François, le défendent si nécessaire et néanmoins .............connaissent l' Ecriture. Ils se souviennent que Saint Paul dans sa lettre à Timothée a écrit ( verset 12 ) :
    " Que personne n'ait lieu de te mépriser parce que tu es jeune "......
    Je continue de prier pour les jeunes pour qu'ils puissent faire grandir en eux le bonheur de croire, d'espérer et d'aimer . ( Saint Paul, encore ;-)

  • More St Paulus to Timotheus ....
    2de lettre à Timothée ,verset 23
    " Fuis les discussions folles et simplistes : tu sais qu'elles provoquent des querelles ".

  • Responsable de ce blog, il y a des choses que je ne peux pas laisser dire sans réagir.
    Ma vie d'enseignant m'a permis de vivre au contact de nombreux jeunes, je les ai aussi accompagnés en retraite et au cours de très nombreux voyages.
    Ma vie familiale m'a permis et me permet encore de ne pas être déconnecté des générations qui sont appelées à prendre le relais.
    Toutefois, je pense qu'il est faux et artificiel d'évoquer l'entité abstraite que constitueraient "les jeunes". Je connais et je rencontre des jeunes en particulier, des êtres concrets. Il est, me semble-t-il, risqué de réunir une assemblée de prélats qui vont se croire obligés de flatter "les jeunes" au risque d'oublier leur fidélité à des vérités et à des principes qui ne vieillissent pas et doivent être proposés intégralement aux jeunes d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Il est clair également qu'on peut s'interroger sur la valeur des constats et des stéréotypes émaillant les rapports proposés lors de ce pré-synode et qui orientent déjà les perspectives du synode à venir. En tout cas, il faut fuir cette dialectique entre "les jeunes" et "les vieux" qui nous est proposée sinon imposée; rien de bon ne peut en sortir.

  • Merci, Julie, pour votre réflexion sur notre manque d'Espérance en la Foi des Jeunes en 2018. Oui, c'est votre ressenti.
    Comprenez-nous. Nous vous avons bercés, construits, donc nous vous connaissons bien. Nous avons cherché pour vous le meilleur dans différents domaines : votre éducation, votre instruction, votre nourriture, votre santé, vos vêtements, votre liberté ... et aussi le passage à l'Eglise pour le bien de votre âme, la transmissions des valeurs évangéliques et l'aide que pouvait vous apporter la Présence du Seigneur à vos côtés chaque jour dans les bons et les mauvais jours. Etc ...
    Nous ne vivons plus au temps des guerres 1914 et 1945, nos parents ont été très courageux y ont parfois laissé leur vie ... Mais, nous vivons un moment très spécial : "la mondialisation" que l'on voit comme un progrès mais aussi comme une machine qui pourrait annihiler les personnalités, la vie, la liberté, la volonté ...
    Il y a en effet destruction de la Création au profit de la personne nous dit-on, oui, mais le Pape François nous met en garde : "Tout se lie"
    Le Bien engendre le Bien.
    Le mal engendre le mal. Il faut juger ! Le Décalogue, le Catéchisme, les Sacrements survivront-t-ils à cette mondialisation ?
    Nous comptons sur vous pour protéger nos/ vos racines, celles que nous vous avons transmises, avec la grâce de Dieu.
    Que le Seigneur vous bénisse et vous protège de tout danger. Qu'Il veille sur vos corps et vos âmes.
    Bien à vous et bonne réussite du Synode des Jeunes 2018.

  • Oui, on veut écouter avec bienveillance et finalement, on flatte . Tant la flatterie, afin d être soi même écouté, aimé est inconsciente et entrée dans les moeurs par les politiciens, entr'autres, qui aussi, consciemment ou inconsciemment flattent leurs électeurs.
    Mais tout celà ( la flatterie) est très subjectif....
    Personnellement, j' ai l'intention de m'en tenir aux principes non négociables.
    Et je voudrais profiter de l' occasion pour remercier Yves Willemaers de nous donner à tous la parole, la possibilité d'un match équitable. Modérer n'est pas facile.

  • Ce pré-synode semble bien orienter les perspectives du synode à venir. Les prélats éviteront-ils le piège du jeunisme?
    C'est mépriser les jeunes que de croire les flatter par une démagogie éhontée consistant à démontrer que l'aplatissement devant l'idéologie du monde correspond aux aspirations de ceux qui ont l'avenir devant eux alors que la défense de la théologie morale de l'Eglise est le fait des "vieux" promis à une disparition prochaine. La démagogie n'aide pas la foi des jeunes.

  • @Julie

    Lisez ces articles et vous verrez que les jeunes se plaignent de ne pas avoir été écoutés au cours de cette consultation.

    https://www.churchmilitant.com/news/article/youth-pre-synod-calls-for-listening-ignores-young-traditionalists

    https://www.firstthings.com/

    On donne une place énorme à une partie de la jeunesse de l'Eglise qui ne représente qu'une minorité des jeunes. La majorité des jeunes catholiques veulent des prélats courageux qui annoncent l'évangile sans compromission.

    Enfin ne confondez pas le manque d'optimisme avec l'espérance. L'espérance est une vertu théologale alors que l'optimisme ou le pessimisme ne sont que des réactions humaines.

    Je reste pessimiste par rapport à ce synode quand on sait la cacophonie qu'a donné le 2 derniers synodes. Cependant je n'ai jamais été tenté par le manque d'espérance car nous avons l'assurance de Notre Dame de Fatima : "A la fin, mon cœur immaculé triomphera !"

  • Il me semble que ce pré-synode prend le problème à l'envers. En voyant bien que la majorité des jeunes sont en désaccord avec l'éthique de l'Eglise, il ne semble pas vouloir voir qu'ils le sont aussi à l'égard des vérités exprimées dans le Credo, dans les dogmes et les sacrements. Dès lors, la morale étant suspendue à la foi, il aurait été bien plus judicieux de leur parler de Dieu, du contenu de la foi catholique plutôt de ses conséquences morales qui finalement les emmerdent, tant elles deviennent des conduites à suivre qui n'ont rien à envier à des valeurs auxquelles croient aussi ceux qui pensent que Dieu n'existe pas. Saint père, parlez-nous de Dieu et pas seulement de l'homme! ! C'est de cela dont les jeunes ont besoin.

  • A l’occasion de la messe du Dimanche des Rameaux, le 25 mars 2018, au cours de laquelle est commémorée la Passion du Christ, le pape François a demandé aux jeunes de ne pas se taire, mais de « crier ». Et de les mettre en garde: s’ils restent silencieux, ce sont les pierres qui crieront !

  • On peut d'ores et déjà s'attendre à ce que ce synode accouche d'une souris ou, pire encore, débouche sur une de ces confusions dont le pontificat actuel semble s'être fait une spécialité. La première hypothèse repose sur l'espoir que les pères synodaux soient fermes et repoussent toutes les élucubrations que certains "jeunes", inspirés par le courant "progressiste" et les médias autoproclamés de référence, ne manqueront pas d'avancer. Inutile de souligner à quel point la deuxième hypothèse est la plus probable. A vue humaine, la situation de l'Eglise devient désespérante.

  • D'accord avec vous Claude Charles,
    Dans le même sens et lu sur Pro Liturgia :
    "Il y a près de 50 ans, des prêtres se voulant les champions d’une Eglise qu’ils présentaient comme étant en phase avec le Concile, demandaient aux jeunes qui n’y connaissaient rien en liturgie comment devaient être célébrées les messes pour qu'elles soient plus attirantes. Les jeunes de l’époque ont alors répondu que si l’on faisait des "messes rythmées", avec batteries et guitares électriques, avec des chants modernes, ça pourrait remplir les églises.
    Aujourd’hui, les églises sont vides malgré ces messes qui devaient être attirantes : les jeunes d'il y a 50 ans ont d’ailleurs été parmi les premiers à quitter les lieux, à cesser toute pratique.
    Dans les hautes sphères du Vatican, le clergé de 2018 ne semble pas avoir tiré les leçons de cette expérience passée puisqu’il demande une nouvelle fois à des jeunes ce qu’ils pensent de l’Eglise et ce qu’ils aimeraient qu’elle soit."...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel