Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chine : le pape François signe un accord avec le régime de Pékin sur la nomination des évêques catholiques

IMPRIMER

Lu sur le site de notre confrère diakonos.be :

« La seule chose que l’on sait officiellement sur l’accord signé aujourd’hui 22 septembre à Pékin entre le Saint-Siège et la Chine, c’est qu’il « traite de la nomination des évêques », qu’il est « provisoire » et qu’il « prévoit des évaluations périodiques de sa mise en œuvre ».

Pas un mot de plus sur son contenu.

Les signatures de cet accord sont, du côté du Saint-Siège, Antoine Camilleri, le sous-secrétaire pour les relations avec les États et du côté de la Chine le vice-ministre des affaires étrangères Wang Chao.

Le cardinal Pietro Parolin, le secrétaire d’état du Vatican, a ensuite ajouté dans une déclaration que pour le Saint-Siège, l’accord a « un objectif pastoral » et répond au besoin d’avoir des pasteurs « qui soient reconnus par le successeur de Pierre et par les autorités civiles légitimes de leur pays ».

Ce qu’on on dit pas, c’est que le choix des pasteurs incombera en premier lieu aux autorités chinoises avec un fragile droit de véto concédé au pape sur les candidats qui lui déplairaient.

En ce sens, on peut à juste titre qualifier cet accord d’« historique » puisqu’il signe une retentissante marche arrière sur le chemin que l’Église catholique a réalisé à travers des siècles d’histoire pour s’affranchir de la soumission aux pouvoir politiques, en particulier en ce qui concerne l’« investiture » de ses pasteurs.

Et pour commencer, François a mise en pratique cet accord dès le jour de sa signature en levant l’excommunication qui pesait sur sept évêques « officiels » mis en place par le régime et qui n’avaient jusqu’à hier non-reconnus par le jamais été reconnus par le Saint-Siège.

Ou mieux, pas sept mais bien huit puisque François a également levé l’excommunication d’une autre évêque « décédé le 4 janvier 2017 qui avait, peu avant de mourir, exprimé le désir d’être réconcilié avec le siège apostolique. »

Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.

Ref. Soumission. L’accord fantôme entre le Saint-Siège et la Chine

Une régression qui renvoie la diplomatie vaticane aux pratiques de l’ancien régime et à l’ostpolitik de Paul VI au temps de l’empire soviétique.

JPSC 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel