Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A Rome, une annonce de l'évêque de Bruxelles pourrait secouer l'Église

IMPRIMER

Secouer, vraiment ? De Bruno d’Otreppe dans la « Libre Belgique » de ce mercredi 10 octobre 2017 :

Kokerols 5bbdea1ecd708c805c1fb4da.jpg«  Le communiqué de presse est tombé ce midi. Mgr Kockerols, évêque auxiliaire pour Bruxelles, lance un appel pour que de jeunes hommes mariés puissent devenir prêtres.

Un tel appel, venant d'un évêque, est en soi un événement. Mais il ne tombe de surcroît pas au hasard de l'agenda. Mgr Kockerols est l'envoyé des évêques de Belgique au synode qui se tient pour l'instant à Rome sur les jeunes. Ce synode, on le sait, se déroule dans un climat de crise à la suite, notamment, des nombreux cas de pédophilie révélés ces dernières semaines aux États-Unis et en Allemagne.

Inévitablement, et même si aucun lien d'évidence n'est scientifiquement prouvé entre célibat et pédophilie, les observateurs s'attendaient à ce que cette question soit relancée. Ce synode, qui rassemble des jeunes et des évêques du monde entier, sera donc une chambre d'écho d'envergure aux propos de l'évêque de Bruxelles.

Pour argumenter son appel, Mgr Kockerols développe une réflexion autour de ce qu'est la "vocation". Le choix de la vie qu'est la vocation, explique-t-il, est pour le chrétien un "chemin de sainteté" puisqu'il consiste à "devenir disciple du Christ". Or cet appel peut amener la personne à vouloir servir l'Église en souhaitant devenir prêtre. "Je suis convaincu, conclut Mgr Kockerols, que certains jeunes, qui ont puisé dans la vocation baptismale leur appel à s’engager par les liens du mariage, répondraient volontiers « me voici » si l’Eglise devait les appeler au ministère presbytéral".

Le sens que l'Église donne au célibat des prêtres

Notons, et Mgr Kockerols le dit explicitement, qu’il ne s’agirait pas de permettre aux prêtres de se marier, mais bien d’ordonner - comme cela se fait en dans l’Église maronite par exemple - des jeunes hommes mariés.

Sur le plan historique, c’est lors du concile de Latran I au XIIe siècle que le célibat fut rendu obligatoire dans l’Église latine. Cette décision ne venait cependant pas de nulle part : le célibat était déjà largement pratiqué.

Les raisons qui l’expliquent sont multiples. Elles relèvent bien sûr de questionnements très concrets autour de l’héritage par exemple, mais les raisons fondamentales - avancées par l'Églises - sont autres. Le célibat, qui n’est en rien un dogme se pratique par la volonté des prêtres de pouvoir se donner pleinement - "tout entier" dira le Concile Vatican II - à Dieu et aux hommes.

Cependant, note sur son site la Communauté Saint Martin qui accueille en France de nombreux séminaristes, "mettre en valeur l’argument de la totale disponibilité à la mission comme motif du célibat fait naître rapidement des objections. Des gens mariés pourront être très disponibles et des prêtres célibataires fort peu tant ils seront préoccupés d’eux-mêmes. Le vrai fondement du célibat est ailleurs." Il se trouve en réalité dans le fait que le prêtre montre qu’il "ne craint pas de sacrifier les joies du mariage et de la famille dans le but de témoigner de sa foi" et d’amener les hommes vers Dieu. Il devient "l’homme pour les autres", "disponible", "sans cœur partagé". "Cette manière d’aimer dans et par le célibat est le langage du don de soi." En ce sens, le célibat n’est pas vu par l’Église comme une loi mais comme un don. Il "est l’expression, le signe, la conséquence du désir de se donner".

Comme en témoigne l'appel de Mgr Kockerols, rien n'empêche cependant que la réflexion soit relancée: la discipline du célibat n'est pas un dogme ni une règle immuable.

Ref. A Rome, une annonce de l'évêque de Bruxelles pourrait secouer l'Église

Bof, c’est plutôt le « Boléro » de Ravel : le vieux phonographe se remet en marche pour entendre une fois encore les ritournelles di ptit boket  qui n’en finit pas.

JPSC

Le commentaire de Denis Crouan ("Pro liturgia") :

Cet appel montre que Mgr Kockerols ignore au moins deux choses :
1. que la prêtrise procède de l’acceptation d’un état de vie à “assumer” - au même titre que le mariage - et non du choix d’un emploi à “assurer” dans l’Eglise ;
2. que dans le protestantisme, la crise des vocations est au moins aussi dramatique que dans le catholicisme alors que les pasteurs (qui ne sont pas des prêtres, redisons-le) peuvent librement se marier.

Commentaires

  • Les eveques Belge et d'autres en Europe veulent une protestantisation de l'eglse catholique..Ils ont fermé la fraternité des saints apotres ou des jeunes hommes etaient près à s'engager et faire dons de leur vie.Veulent_ils créer un nouveau schisme. Seigneur, aides les à retrouver la Foi,.

  • Mgr Kockerols a sûrement beaucoup de qualités et, personnellement je pense que l'ordination de viri probati , d'hommes mariés ayant fait leurs preuves dans la vocation du mariage aussi .... pourrait être une bonne chose.
    Mais , comme dit plus haut, que va t-il faire à un synode de jeunes ? Aime t-il les jeunes? Car il a chassé de Bruxelles NON PAS UNE MAIS DEUX FRATERNITES de jeunes . D'une manère stalinienne. Et je pèse mes mots.

  • Ben oui, Thérèse. A quand le retour d'apôtres tels notre cher Mgr Léonard? Hélas, ceux-ci ne sont pas du tout appréciés par le pape actuel., pape qui préfère de loin des évêques comme Mgr Kockerols ou le cardinal de Kesel. Vous avez dit "mafia St Gall?"....

  • La Fraternité" des Saints Apôtres à Bruxelles tout comme les Franciscains de l'Immaculée en Italie attiraient les jeunes de façon incroyablement belle.... Avant d'approuver l'ordination de "viri probati", que les responsables diocésains ou romains arrêtent d'étouffer la moisson et de casser d'aussi belles vocations qui préludent à un nouveau printemps de l'Eglise...

    Que les séminaires s'efforcent de bien former spirituellement leurs membres et préparent ainsi les séminaristes à devenir de futurs curés d'Ars - donné comme modèle des prêtres par les Papes d'avant le Concile ou de véritables disciples de St. François d'Assise ! Tout ira beaucoup mieux. et les jeunes se sentiront de nouveau attirés à l'idéal sacerdotal ou religieux !

    Mais surtout arrêtons de croire que les "viri probati" mettront fin à la crise des vocations....

  • Benoit 16 envisageait les " viri probati" à partir des transfuges de l' Eglise Anglicane .Personnellement je pensais à toutes les autres églises catholiques dans le monde qui ordonnent des hommes mariés . Je ne voulais pas " faire du chiffre ". comme vous semblez le penser.

  • L évêque belge ignore l existence du diaconat pour les hommes mariés, or les vocations dans ce domaine ne sont pas légion.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel