Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A chacun ses priorités : les préoccupations de nos évêques sont climatiques...

IMPRIMER

De cathobel.be :

Marche pour le climat: préoccupation commune des évêques belges

Coalition  (voir article sur ce site), les évêques belges partagent les préoccupations des citoyens. Ils nous invitent à nous joindre à l’appel Claim the climate pour une politique climatique ambitieuse et socialement juste.

« Comme le Pape François, nous appelons à une conversion écologique radicale et à une écologie intégrale. Nous sommes de plus en plus souvent confrontés ces dernières années, aux effets dévastateurs du changement climatique qui affectent principalement les plus pauvres et leur sécurité alimentaire, la pérennité de l’habitat, la biodiversité et la qualité des écosystèmes.

Les conséquences sociales et écologiques de la crise climatique sont mobilisatrices. On opte de plus en plus pour un mode de vie durable, une simplicité volontaire, une réduction de la consommation de biens et d’énergie et une diminution des déchets. Les gens passent aux énergies renouvelables, aux produits locaux, à la mobilité verte et aux produits durables. Ils investissent dans des projets qui permettent la transition vers une économie sobre en carbone.

De nombreuses organisations chrétiennes prennent cette direction. L’Église catholique s’engage également dans cette voie. Ainsi, à l’automne dernier, les diocèses belges ont explicitement demandé aux institutions financières avec lesquelles ils collaborent, de privilégier dans leurs investissements les entreprises qui œuvrent pour un avenir énergétique durable. Ce sont des pas importants dans l’immense tâche pour le ‘soin de la maison commune’ (cf. Pape François, Laudato Si’).

Une politique climatique ambitieuse et socialement juste

Le rapport du GIEC pour les Nations Unies indique ce qui est nécessaire pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5°C ainsi que les conséquences désastreuses si nous laissons monter la température moyenne sur Terre de 2°C ou plus. Le rapport nous enseigne que nous avons besoin de transformations rapides, de grande envergure et sans précédent.

Le prochain sommet sur le climat qui se tiendra à Katowice en Pologne du 3 au 14 décembre 2018, sera crucial pour l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris et la mise en route du processus de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Nous partageons les préoccupations des nombreuses organisations de la Coalition Climat belge et soutenons leur appel à participer à la marche Claim the climate qu’ils organisent à Bruxelles, ce 2 décembre.

Nous appelons les citoyens, les organisations et les gouvernements à accélérer et à intensifier leurs efforts pour faire face à la crise climatique. »

Et pour ceux et celle s qui ne peuvent participer à cette marche, les évêques nous invitent aussi à agir en union de prière. Ils nous suggèrent  d’adresser cette intention lors des célébrations du début de l’Avent, le samedi 1er et le dimanche 2 décembre.

« Prions pour les dirigeants du monde et leurs collaborateurs au grand sommet de l’ONU sur le climat, qu’ils prennent des mesures courageuses pour enrayer la spirale de la pauvreté et de la destruction écologique qui menacent notre monde et notre avenir. Qu’ils collaborent et s’accordent dans un dialogue qui dépasse les contradictions. Prions le Seigneur. »

Source : communiqué de presse des évêques de Belgique, mardi 27 novembre, Bruxelles

Commentaires

  • Un certain nombre de scientifiques et de climatologues contestent l'origine anthropique des variations climatiques. Certains prévoient pour 2030-2035 une mini période glaciaire liée à l'activité solaire.
    Je suis personnellement sceptique sur la possibilité humaine de contrôler le "réchauffement climatique" et réticent au catastrophisme qui l'accompagne.
    Mais je crois indispensable de sortir de notre société de consommation à outrance, de réduire nos besoins et de mieux répartir les ressources. Les raisons religieuses authentiques de transcendance et de fraternité jouent un rôle important dans ces choix. Mais il est absurde de construire de toute pièce une nouvelle religion écologique, ersatz de la vraie religion.

  • Puisque nos évêques se chargent de prêcher la conversion à l'écologie, ne pourrait-on pas demander aux écolos et aux climatologues de prêcher la conversion à Jésus-Christ?

  • Certes, il nous faut vivre en équilibre avec la nature. On a exagéré dans un sens mais faut-il pour la cause exagérer dans l'autre sens? Je suis étonné que le clergé parle de "durable" car, si on est en harmonie avec la nature on sait que rien n'est durable sauf l'Amour de Dieu qui voudrait habiter les coeur de chaque homme. N'en déplaise à quiconque la terre aura sa fin. Ne sommes-nous pas en marche vers un néo-paganisme en adorant la terre, les animaux, les arbres, ....? Je sais que notre Che en soutane blanche qui dirige notre église pour le moment inspire pas mal de gauchos- écolos-bobos mais est-ce bien sa mission? ....
    Et si tous ces changements climatiques et autres annonçaient tout simplement la fin d'un monde ou du monde? N'est-ce pas la métaphore d'un combat bien supérieur au niveau spirituel ? .... : Oups, là, je vais me faire trucider! ...

  • J'aimerai bien une marche organisée par nos évêques pour interdire que les bébés soient génétiquement modifiés. Ils valent tellement plus que tous les arbres du monde!

  • J'aimerais aussi, qu'à l'exemple du Pape, ils encouragent les chrétiens à défendre toute vie humaine et à participer activement à la prochaine marche pour la vie.

  • 1er paragraphe du communiqué des évêques :
    " ...effets dévastateurs du changement climatique qui affectent principalement les plus pauvres et leur sécurité alimentaire, la pérennité de l' habitat, la biodiversité et la qualité des ecosystèmes ".
    L' Avent commence dans 3 jours .Les plus pauvres, les plus précarisés seront à l' honneur. Plus que nous ils sont victimes du climat. Honte sur nous si nous ne pensons pas d'abord à eux.

  • "L'Église n'est pas importante seulement pour ses réponses aux problèmes sociaux et environnementaux. Ce sont des choses secondaires. La première tâche de l'Église est d'amener les gens à Dieu. Quiconque est avec Dieu peut contribuer à la construction de la société précisément sur la base de la foi. Nous ne pouvons pas remplacer l'Église de Jésus-Christ et les sacrements par une organisation sociale."
    (Cardinal Müller, conférence de l'Association catholique néerlandaise CRK (Contact Rooms-Katholieken) à Den Bosh)

  • " Cherchez d'abord le Royaume et Sa Justice et tout le reste vous sera donné de surcroît.". Le climat est un affaire de justice .

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel