Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le nouveau livre du cardinal Sarah : un livre prophétique et réconfortant

IMPRIMER

De Jean-Marie Dumont sur le site de l'hebdomadaire "Famille Chrétienne"

Le nouveau livre du cardinal Sarah : prophétique et réconfortant

Le cardinal Robert Sarah

Le cardinal Robert Sarah est préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements

©M.MIGLIORATO-CPP-CIRIC

MAGAZINE – Trois ans après son livre sur le silence, le cardinal guinéen prend à nouveau la parole. Prophétique et réconfortant.

En cette période particulièrement difficile pour l’Église, le nouvel ouvrage du cardinal Robert Sarah, Le Soir approche et déjà le jour baisse, constitue une véritable bouffée d’air frais. En près de cinq cents pages, le cardinal guinéen âgé de 73 ans livre, sous la forme d’un entretien au long cours avec Nicolas Diat, la troisième partie de sa trilogie entamée avec Dieu ou rien (2015) et poursuivie avec La Force du silence (2016). Il y a un lien entre le silence habité dont il parlait en 2016 et la parole qu’il prend, dans cet ouvrage, près de trois années plus tard. Ce lien est Dieu, la foi et la prière, qu’il place au centre de tout, et dont le rejet et l’oubli sont pour lui la source ultime de tous les maux de l’Église et du monde moderne.

« Ne doutez pas ! »

« J’ai voulu ce livre pour réconforter les chrétiens et les prêtres fidèles », confie l’actuel préfet de la Congrégation pour le culte divin. « Restez sereins et confiants comme la Vierge et saint Jean au pied de la croix. [...] Les chrétiens tremblent, vacillent, doutent. J’ai voulu ce livre pour eux. Pour leur dire : ne doutez pas ! Tenez ferme la doctrine ! Tenez la prière ! » Alors que l’Église est ébranlée par des « abominations », évoquées dans un premier chapitre intitulé « Hélas, Judas Iscariote », le cardinal estime qu’il est de son devoir de rassurer et d’encourager les croyants dans ce qui est au cœur de leur foi : la conversion, les sacrements, la recherche de la sainteté.

La prière occupe une place particulière dans ces conversations, nourries de nombreuses références intellectuelles et spirituelles (souvent françaises). « Celui qui ne prie plus a déjà trahi », déclare-t-il gravement. « Priez intensément ! », demande-t-il, citant en exemple les religieux contemplatifs et invitant à l’adoration régulière du Saint-Sacrement. La prière n’est-elle pas le « sang qui irrigue le cœur de l’Église » ?

Commentaires

  • … oui il serait un Pape pour notre temps si bousculé et qui, on dirait, pour une période qui mute vers une société nouvelle, plus unie à Dieu, plus responsable de ses devoirs de bienveillance envers l'humanité.
    Un exemple est donné déjà par ce jeune prof africain qui a été élu "meilleur prof du monde"
    Il est franciscain.
    C'est Pëter Tabichi, professeur de Mathématiques et de Physique au KENYA. Il a créé un club de science et de développement des talents qui vise à inciter les élèves à des travaux de recherches. Ces élèves ont participer à des compétitions internationales et remporté un prix de la Royal Society of Chemistry, déjà.
    Ce prof consacre 80% de son salaire mensuel aux élèves afin qu'ils puissent acheter un uniforme et des livres …
    Ces classes comptent entre 70 à 80 élèves.
    Il vient d'être reconnu pour son travail et récompensé par un prix d'un million de dollars

    C'est une grande joie d'apprendre que ce jeune franciscain a ainsi été encouragé pour sa bienveillance envers l'humanité qu'il porte "haut". (voir Aleteia 26/03)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel