Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vérone : la famille traditionnelle en congrès mondial loin des polémiques

IMPRIMER

Du site epochtimes.fr :

Italie: la famille traditionnelle en congrès mondial loin des polémiques

La famille traditionnelle poursuit samedi à Vérone, dans le nord-est de l’Italie, son 13e congrès mondial, loin des polémiques qui entourent cette réunion de militants ultra-conservateurs, anti-avortement et défenseurs d’un modèle familial basé sur un mari et une femme.

« L’avortement, il faut l’appeler par son nom: l’assassinat d’un enfant dans l’utérus », a lancé Massimo Gandolfi, président du « Family Day » en Italie, qui rassemble diverses associations opposées aux unions homosexuelles, avant d’entrer vendredi dans la grande salle de réunions de ce congrès, 13e du genre, interdit à la presse.Inauguré en 1997 par l’Américain Brian Brown, président de l’Organisation internationale de la famille, ce congrès mondial réunit chaque année depuis 2012 les défenseurs de la famille traditionnelle, militants anti-avortement ou contre le mariage entre homosexuels.

Son credo: « affirmer, célébrer et défendre la famille naturelle comme seule unité fondamentale et durable de la société ».« Nous sommes ici pour parler des problèmes de la famille, de la beauté, du mariage, de crise démographique », a expliqué vendredi soir M. Brown, en s’efforçant d’apaiser les polémiques entourant ce rassemblement, vivement critiqué par les mouvements féministes qui ont appelé à une grande manifestation samedi à Vérone, la ville de « Roméo et Juliette ».

Un petit fœtus en plastique, entouré d’un ruban portant une inscription dénonçant l’avortement, faisait partie des « cadeaux » remis aux participants. Une initiative dénoncée comme « monstrueuse » par la militante féministe et ancienne président de la Chambre des députés italiens, Laura Boldrini. Les précédentes éditions ont eu lieu l’an dernier en Moldavie, sous le patronage du président moldave Igor Dodon, présent à Vérone, et en 2017 à Budapest avec la participation du Premier ministre hongrois, Viktor Orban.

Le choix de l’Italie cette année a toutefois fait des vagues dans la péninsule, y compris au sein même du gouvernement. Sous la pression, la présidence du Conseil des ministres a retiré son patronage, accordé néanmoins par le ministère de la Famille, dirigé par Lorenzo Fontana, membre de la Ligue (extrême droite) et ardent défenseur de la famille traditionnelle. Et si Matteo Salvini, le patron de la Ligue et homme fort du gouvernement, est attendu samedi à Vérone pour apporter son soutien aux familles « composées d’un papa et d’une maman », son allié gouvernemental Luigi Di Maio a clairement pris ses distances.

« La vision défendue par ce congrès à Vérone est une vision du monde appartenant substantiellement au Moyen Âge, qui considère la femme comme soumise », a déclaré M. Di Maio, chef de file du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) au quotidien La Repubblica publié vendredi. Au nombre des participants cette année figurent, outre le président moldave, la ministre ultra-conservatrice hongroise de la Famille, Katalin Novak, ou un dirigeant de l’Eglise orthodoxe russe, Dmitri Smirnov.

Cette année, les thèmes retenus pour les débats qui se poursuivront jusqu’à dimanche sont centrés sur « la beauté du mariage », les « droits des enfants »« la femme dans l’Histoire », la « croissance et le déclin démographique » ainsi que la « défense légale de la vie ».

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel