Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Abus sexuels dans l’Eglise : le cléricalisme, voilà l’ennemi ?

    IMPRIMER

    mediatique-thiel.jpg

    La « Libre Belgique » du 9 juillet 2019 consacre une double page à un ouvrage qui vient de paraître aux éditions Bayard : « L’Eglise catholique face aux abus sexuels sur mineurs » (Bayard 2019, 720 pages, env. 24,9 euros). L’auteur de ce livre, Marie-Jo Thiel, médecin et théologienne, est professeur d’éthique à l’Université de Strasbourg. En 2017, le pape François l’a aussi nommée membre de l’Académie pontificale  pour la Vie dont il a modifié la composition et confié la présidence à Mgr Vincenzo Paglia.

    Dans l’interview qu’elle accorde à « La Libre », la professeure souscrit à la thèse du pontife régnant pour qui les abus sexuels des clercs seraient principalement dus à une cause «structurelle»: le cléricalisme, instituant dans l’Eglise une mauvaise relation entre prêtres dominateurs et fidèles asservis. Selon l’académicienne pontificale, cette relation perverse serait due à la contre-réforme tridentine : « la formation psychosexuelle [des séminaristes] était très insuffisante ; était promue aussi une image singulière du prêtre dans la mouvance du concile de Trente, au XVIe siècle. Considéré comme un ‘autre Christ’, le clerc était mis à part,  ‘sacralisé’ dans une perfection supérieure à celle du laïc, ce qui pouvait engendrer un entre-soi problématique ». 

    On ne s’étonnera donc pas de la « surprise » exprimée par Mme Thiel à la lecture du texte publié en avril dernier par le pape émérite Benoît XVI expliquant que la source fondamentale des abus avait une origine moins lointaine : il s’agit du relativisme moral actuel de nos sociétés depuis les années 1960.

    Il est vrai que, dans sa «Lettre au peuple de Dieu» du 20 août 2018, le pape François attribue les abus sexuels ecclésiastiques au « cléricalisme », qualifiant ainsi, sans autre précision, un abus de pouvoir qu’il a raison de souligner. Mais, d’un point de vue sémantique, on peut regretter, avec l’abbé Christian Gouyaud (1), de voir assumée dans le discours pontifical une expression ambiguë, historiquement connotée dans un autre contexte et assénée à tout propos par les adversaires de l’Église: « Le cléricalisme, voilà l’ennemi! » : elle est parfaitement relayée, encore aujourd’hui, par les laïcards de tous poils dénonçant, à tort et à travers, l’ingérence de l’Église dans les questions sociétales.

    Enfin, émanant d’une théologienne membre d’une académie pontificale, la mise en cause de la sacralisation du prêtre surprend d’autant plus que l’argument est facile à retourner : « N’est-ce pas par défaut de sens du sacré de l’homme – et de l’enfant, en l’occurrence – qu’on le réduit à un objet de concupiscence et à un moyen d’assouvir sa pulsion ? Même si ces crimes ont été encore récemment commis, il faut dire que la plupart d’entre eux – connus – relèvent aussi d’une époque où le prêtre a justement été désacralisé.  On évoque aussi, comme remède, la promotion du laïcat, mais une telle promotion, justement fondée sur le sacerdoce baptismal, ne s’est-elle pas, hélas, bien souvent opérée pratiquement en termes de prise de pouvoir et de cléricalisation des laïcs ? Quant au comportement clérical, ne pourrait-on pas complètement s’en affranchir en acceptant de répondre simplement aux doutes soulevés courageusement à propos d’une inflexion possible de la doctrine ? » (2)

    JPSC

    ________

    (1)(2) La faute au « cléricalisme » ? par l’Abbé Christian Gouyaud, membre de l’association sacerdotale « Totus tuus », article publié dans « La Nef », n° 309, décembre 2018.

    Ref. "Dans l’Église, les abus ne sont pas accidentels, mais structurels"

  • Le taux de survie des Juifs de France, supérieur à celui de la plupart des pays occupés, s’explique en partie par le rôle de l'Eglise

    IMPRIMER

    Du site de France Catholique :

    L’Eglise a-t-elle contribué à contenir les déportations de Juifs ?

    mardi 16 juillet 2019

    Le 23 août 1942, Mgr Jules Saliège fit lire dans toutes les paroisses de son diocèse une lettre dénonçant les persécutions antisémites (DR)

    « Cogito », la lettre de la recherche éditée par Sciences-Po vient de publier une interview de Jacques Semelin, directeur de recherche CNRS au Centre de recherches internationales (CERI). Selon ce spécialiste reconnu des violences de masse, le taux de survie des Juifs de France, supérieur à celui de la plupart des pays occupés, s’explique en partie par les « racines chrétiennes » du pays.

    Jacques Semelin est l’auteur de La survie des Juifs de France – 1940-1944 (CNRS Editions). Publié en octobre 2018, cet ouvrage dense, préfacé par Serge Klarsfeld, cherche à comprendre pourquoi près de 75% des Juifs ont échappé à la mort en France, quand cette proportion était parfois bien supérieure dans d’autres pays de l’Europe occupée : seulement 25% des Juifs ont survécu aux Pays-Bas, 45% en Belgique. Ne relativisant en aucune manière les souffrances subies, l’auteur identifie une série de facteurs explicatifs, parmi lesquels figure en bonne place l’influence de l’Eglise.

    Interviewé par Miriam Perié pour la revue Cogito (06/07), l’organe de la recherche à Sciences-Po, l’auteur dresse la synthèse de ses conclusions, fondées sur des études statistiques et le recueil ou la consultation de nombreux témoignages. Il existe tout d’abord des facteurs structurels, comme l’existence d’une zone non-occupée jusqu’en novembre 1942 qui – en dépit des mesures antisémites de Vichy – offrait un environnement moins menaçant que les zones occupées par les nazis. De manière conjoncturelle, les revers subis par l’Axe à partir de 1943 auraient également conduit Vichy à faire preuve de moins d’empressement pour appliquer certaines mesures de persécution comme la dénaturalisation des Juifs français.

    Prise de conscience

    Mais l’auteur estime aussi que la survie relative des Juifs de France sous l’occupation s’explique aussi par la répugnance d’une partie non-négligeable de la population à se faire complice des mesures de persécution, et a fortiori de déportation. Sentiment qui se serait cristallisé à partir de l’été 1942. « À l’été 1942, l’opinion est émue voire choquée que des policiers et des gendarmes français arrêtent des femmes et des enfants alors que les mesures légales de discrimination antisémite adoptées en 1940 n’avaient jusqu’alors suscité qu’une relative indifférence au sein de la population. C’est donc le basculement dans la persécution physique qui provoque des réactions de désapprobation ou d’entraide  », estime Jacques Semelin.

    En août 1942, la dénonciation publique des persécutions antisémites par le cardinal Jules Saliège, archevêque de Toulouse, joue un rôle majeur. C’est, dit l’historien, « la protestation probablement la plus diffusée par la Résistance ». Dans toute la France, on aurait alors assisté à une « solidarité des petits gestes ». Ce sursaut « puise dans les racines chrétiennes, l’héritage républicain et l’esprit patriotique de la France », souligne Jacques Semelin. Ce qui n’empêchera pas 25% des Juifs de France de disparaître dans la tourmente de l’Occupation. «  Il ne s’agit pas de soutenir que les trois quarts des juifs vivant en France ont été « sauvés » mais qu’ils ont pu survivre dans le pays. Ce n’est pas du tout la même chose », précise-t-il.

  • Vous avez dit "athéisme" ?

    IMPRIMER

    De Jean-Pierre Snyers :

    Pas assez de foi.
    Autant vous le dire tout de suite, je n'ai pas assez de foi pour être athée. Quand je vois la somme de "miracles" produits par le hasard que je devrais accepter pour l'être, ce n'est pas demain que je souscrirai à ces mots de Bertrand Russel: "Le monde est une machine sans âme qui suit une trajectoire aveugle dans l'infini de l'espace et du temps".  Et ce n'est pas demain non plus que je me demanderai: "Entre le néant d'où je viens et le néant où je vais, quelle trace vais-je laisser?". Libre à chacun bien sûr d'avoir une conception uniquement matérialiste de l'existence, de croire qu'à la base de tout,  ce qui a de l'être n'a pas pour source un Etre qui est l'Etre, de croire que ce qui a de la conscience d'exister, de la pensée, de la vie, de l'amour ne vient pas de Quelqu'un qui est la Conscience d'exister, la Pensée, la Vie et l'Amour.  Quand au fait de pouvoir personnellement y souscrire, j'avoue que j'en suis incapable. Vouloir me faire adhérer à ce genre d'affirmations serait me demander d'admettre qu'un meuble peut fabriquer un menuisier, un moteur un mécanicien, une fusée un cosmonaute.  Partir un grand moins pour expliquer un plus, me semble en effet nettement moins logique que de partir d'un grand plus pour expliquer un plus. Il y a pas mal d'années déjà, au cour d'une rencontre que j'avais eue avec l'académicien André Frossard, celui-ci n'avait pas hésité à me dire: "Dieu existe, le reste n'est qu'hypothèse". Je pense qu'il avait entièrement raison. A tout prendre, qu'y a t-il de plus probable:  qu'il puisse exister un Créateur sans créatures ou des créatures sans Créateur? Encore une fois, liberté aux athées d'affirmer que notre monde est le seul tableau qui n'a pas de peintre, la seule horloge qui n'a pas d'horloger. Liberté à eux également de partir du postulat que que la science est le seul moyen de connaissance et que  Dieu (l'infini, "Celui dont on ne peut concevoir de plus grand" selon le mot de St Anselme) peut être réduit, enfermé dans le cerveau fini d'un humain. Libre à moi par contre de considérer cette manière de penser comme étant contradictoire. En attendant, une chose est sûre: si, comme je le crois Dieu existe et si, comme je le crois aussi, une vie éternelle nous attend après notre mort, je ne me priverai pas de leur dire dans l'au-delà qu'ils se sont lourdement trompés. Mais si, comme eux le pensent, seul le néant nous attend après cette vie, jamais ils ne pourront me dire que je me suis trompé!
  • Europe : Ursula von der Leyen n'est pas la candidate conservatrice que certains imaginent

    IMPRIMER

    La désignation d'Ursula von der Leyen ayant été confirmée hier par un vote à une majorité assez courte, nous republions cette note parue sur notre blog il y a une dizaine de jours. Nous ajouterons que le premier tweet de la nouvelle élue rend un hommage appuyé à Simone Veil.


    Ursula von der Leyen @vonderleyen

    Il y a 40 ans, était la première femme élue présidente de @Europarl_EN. Si l'Europe était une femme, l'Europe serait Simone Veil. Interrogeons-nous aujourd'hui sur la façon dont nous pouvons perpétuer sa vision, celle d'une Europe unie et en paix.

    Ursula von der Leyen : pas de virage conservateur en vue à Bruxelles

    mercredi 3 juillet 2019

    Désignée pour prendre la tête de la Commission Européenne, l’Allemande Ursula von der Leyen a multiplié les prises de position en faveur des évolutions sociétales. A son nouveau poste, celle qui succède à Jean-Claude Juncker disposera de leviers législatifs et exécutifs importants pour les promouvoir.

    De prime abord, une série d’éléments pourrait laisser facilement supposer une forte proximité entre Ursula von der Leyen et les positions conformes à l’enseignement traditionnel de l’Eglise. Mère de sept enfants, issue d’une famille ancienne de la bourgeoisie commerçante, mariée au descendant d’un très illustre lignée de l’aristocratie allemande, la nouvelle présidente de la Commission Européenne, désignée mardi, coche sur le papier toutes les cases qui correspondent à une telle image, confortée par son appartenance à la CDU, encore marquée par son identité démocrate-chrétienne. De même, les portefeuilles qu’elle a successivement détenus au sein du gouvernement fédéral allemand : la Famille (2005-2009), le Travail (2009-2013) et la Défense (2013-2019) pouvaient laisser supposer un tropisme pour des thématiques auxquelles sont sensibles les sensibilités conservatrices.

    Pourtant, depuis qu’elle occupe ces positions éminentes, cette femme de 60 ans, réputée pour son énergie et son dynamisme, multiplie les actions et les prises de position qui battent en brèche ces a priori manifestement dénués de fondements. Ainsi, à la tête du ministère de la Famille, des Personnes Âgées, des Femmes et de la Jeunesse, elle s’est efforcée de favoriser la création de 500.000 places en crèche et d’encourager les congés parentaux pour les pères, afin de favoriser le travail des femmes.

    A contre-courant de la CDU

    Sa vision, à contre-courant de celle la CDU, avait alors provoqué une vive controverse en Allemagne où l’intervention de l’Etat dans la vie familiale et l’éducation des enfants est considérée avec la plus grande méfiance depuis les expériences du national-socialisme et du communisme. L’évêque d’Augsbourg, Mgr Walter Mixa, s’était alors vivement opposé aux projets d’Ursula von der Leyen dans lesquels il voyait « une politique idéologiquement déterminée qui sent la RDA ».

    Dix ans plus tard, alors qu’elle détenait le portefeuille de la Défense, elle avait voté en faveur du mariage homosexuel, faisant ainsi partie des 75 députés de la CDU sur 300 qui s’étaient positionnés en faveur de ce projet. Ursula von der Leyen s’était également montrée favorable à l’adoption conjointe par les couples homosexuels. « Je ne connais aucune étude qui démontrer qu’un enfant élevé dans un couple gay diffère de celui élevé dans une couple hétérosexuel » avait-elle argumenté dès 2013.

    Ces propos peuvent laisser augurer que sa politique à la tête de la Commission Européenne ne variera guère par rapport au mandat précédent. Car comme le détermine l’article 17 du Traité sur l’Union Européenne, le président de la Commission dispose d’un pouvoir essentiel en matière de proposition législative et doit veiller à l’exécution du droit de l’Union. Or la Commission a placé les questions sociétales au cœur de ses préoccupations. En mars dernier, la Commission Européenne a ainsi présenté ses priorités en ce qui concerne la promotion des droits des personnes homo- ou transsexuelles, dans un rapport (format pdf) intitulé : «  Liste des actions entreprises par la Commission pour promouvoir l’égalité LGBT », préfacé par Vera Jourova, commissaire européen en charge de la Justices, des Consommateurs et de l’Egalité des Genres. Mais il est encore trop tôt pour savoir de quelle manière Ursula von der Leyen entend promouvoir ses convictions dans le cadre de ses nouvelles responsabilités.

  • Adrian Owen : le neurologue qui dialogue avecs les patients en état végétatif

    IMPRIMER

    LE NEUROLOGUE QUI «DIALOGUE AVEC LES ÉTATS VÉGÉTATIFS»

    www.avvenire.it - 26 mai 2019 - Traduction de "Benoît et moi"

    Le neurologue de renommée mondiale Adrian Owen entre dans le débat sur les personnes dans un état «végétatif» et le fait d'un point de vue purement scientifique. «J'en parle en athée et seulement sur la base de ce que nous détectons expérimentalement à travers des examens et des instruments qui n'existaient pas il y a dix ans», dit-il à Avvenire. Et il promet: bientôt nous pourrons en savoir beaucoup plus. Et à propos de l'histoire de Giulia, racontée à Avvenire par sa mère Maura et le neurophysiatre Antonio De Tanti [ndt: une jeune italienne qui s'est «réveillée» après 7 ans d'état végétatif irréversible], il déclare: «C'est une histoire importante. De telles histoires, aujourd'hui nombreuses, montrent tout ce qu'il nous faut encore découvrir et à quel point il faut être prudents, dans ces temps de dérive euthanasique».

    «Prudence, lorsqu'on détache les sondes aux personnes en 'état végétatif' pour les faire mourir. Et je dis cela en tant qu'athée. Il est scientifiquement prouvé que chaque individu porte en lui un niveau personnel de conscience qui n'est pas fixe, qui n'est pas un état mais un mouvement, qui fluctue, s'améliore et s'aggrave».

    Celui qui s'exprime ainsi, c'est Adrian Owen, professeur au Brain and Mind Institute de la Western University canadienne, célèbre comme «le neurologue qui dialogue avec les patients en état végétatif», invité à Milan par la Société italienne de neuroéthique. 

    Au cours de l'IRMF [imagerie par résonance magnétique fonctionnelle], en effet, il a demandé à des patients en apparence privés de conscience d'imaginer qu'ils jouent au tennis ou marchent dans leur propre maison, et dans le cerveau d'un patient sur cinq, les mêmes zones qui entrent en action chez les personnes en bonne santé étaient activées. Non seulement il avait déniché la conscience chez des personnes considérées comme «irréversibles», mais il avait aussi trouvé un moyen de dialoguer avec eux: si tu veux dire oui, imagine la partie de tenis, si tu veux dire non, imagine la pièce. 

    Des diagnostics erronés condamnent donc de nombreux patients à ne pas recevoir le bon traitement, simplement parce qu'ils ne savent pas comment nous dire «je suis là». 

    40% de diagnostics d'état végétatif sont faux. Ensuite, il y a un autre mystérieux 20%, que même le meilleur expert au monde, avec les outils que nous avons aujourd'hui, décrirait comme un état végétatif. Mais la bonne nouvelle, c'est que nous sommes en train de créer de nouveaux outils qui nous permettront de lire ces situations. 

    Cela a-t-il encore un sens de parler d'état végétatif? 

    Absolument pas. Pour aucune catégorie de patients, je ne peux parler d'état «permanent», «persistant» ou «irréversible», la situation fluctue.Au cours des dix dernières années, nous avons fait de grands progrès, grâce à l'IRMF, le neurologue peut aujourd'hui lire dans l'esprit des patients qui conservent des traces de réactivité, et le changement historique sera le retour du choix dans les mains du patient: dans les cas où une activité cérébrale même minime est détectée, il pourra s'exprimer sur sa santé mais aussi sur ses autres désirs. Les différents interprètes - conjoints, médecins, juges - ne peuvent pas savoir quelle est sa véritable volonté actuelle. 

    Avez-vous déjà demandé à ces patients s'ils apprécient leur vie? 

    Je n'ai posé la question qu'au premier avec lequel j'ai communiqué, mais c'était la seule question qui n'a pas eu un oui ou un non clair: ce n'est pas une question minime, la réponse peut être "oui à condition que vous me soulagiez de ma douleur" ou "oui à condition que je ne sois pas laissé seul"... J'ai décidé de ne plus poser cette question tant que nous ne disposerons pas d'instruments de dialogue plus précis. Mon collègue Steven Laureys, cependant, a demandé aux personnes atteintes du Locked-in syndrome (apparemment inconscientes, elles ne font que bouger leurs paupières) et les résultats montrent que leur qualité de vie est considérée satisfaisante. 

    Avez-vous plus de chance de vous réveiller dans la famille qu'à l'hôpital? 

    L'environnement familial stimule la conscience de ces personnes et est une source de grande énergie: qu'elles soient à la maison ou à l'hôpital, tous ceux qui se sont réveillés avaient une présence très forte de leurs proches à leurs côtés. 

    Comment réagissent les membres de la famille lorsque votre équipe peut dialoguer avec leurs proches, qui étaient auparavant considérés comme inconscients? 

    Ils nous demandent de leur communiquer ce qui s'est passé après l'accident ou l'anévrisme, la naissance d'un petit-enfant, un mariage... Les questions que nous posons, en revanche, servent à sonder scientifiquement leur réactivité et à améliorer leur vie: s'ils veulent entendre de la musique ou voir du rugby, s'ils se sentent en sécurité, s'ils ont mal, s'ils se souviennent de l'accident. 

    En ces temps de dérive euthanasique, ce sont des découvertes très importantes du point de vue éthique...

    Sans aucun doute. Nous savons maintenant qu'il n'y a pas de catégories fixes, comme l'écrivent les journaux, mais des états variables aux évolutions imprévisibles.

  • Norvège, Suède : des services sociaux anti-familiaux

    IMPRIMER

    Lu sur le site "La sélection du jour" :

    LE « MODÈLE SCANDINAVE » : DES SERVICES SOCIAUX ANTI-FAMILIAUX

    Les autorités françaises lorgnent de plus en plus ostensiblement vers le « modèle scandinave » qu’il s’agisse d’éducation ou d’écologie : après avoir voté l’interdiction de la fessée 40 ans après la Suède, l’Assemblée nationale (française) s’apprête à recevoir avec le respect dû à son aura, la jeune suédoise Greta Thunberg (16 ans), l’icône de la lutte contre le réchauffement climatique qui sillonne désormais la planète pour sermonner les adultes. En Suède comme en Norvège, les enfants et les adolescents sont supposés éduquer leurs aînés, avec l’appui volontiers coercitif de la puissance de l’Etat. Le souvenir des méthodes utilisées par les totalitarismes communistes et nazis, qui n’hésitaient pas monter les jeunes contre leurs aînés jusqu’à les encourager à dénoncer leurs parents, ne semble pas arrêter cet engrenage.

    Heureusement, quelques grains de sable viennent parfois gripper ce mécanisme totalitaire. Ainsi, une famille russe résidant en Suède s’est réfugiée en Pologne pour échapper aux services sociaux suédois… Le père de famille, Denis Lisov, avait été séparé de ses trois filles, Sofia, 12 ans, Serafina, 6 ans et Alisa, 4 ans, dont la mère souffre d’une schizophrénie paranoïde. Les tout-puissants services sociaux suédois, qui n’aiment rien tant que « la diversité », avaient alors (en septembre 2017) décidé de placer ces trois fillettes, chrétiennes orthodoxes, dans une famille d’accueil musulmane, elle-même émigrée du Liban, et demeurant à 300 km du lieu de résidence de leurs parents russes. Mettant à profit son droit de visite, Denis Lisov est parvenu à quitter la Suède avec ses trois filles le 1er avril : les fugitifs ont pris le bateau jusqu’en Pologne d’où ils espéraient prendre l’avion pour Moscou. Mais leur signalement ayant été lancé par la Suède via le système d’information Schengen (SIS), leur fuite a été stoppée à l’aéroport de Varsovie. Les autorités suédoises, qui avaient réservé des places pour ramener les trois filles par avion en Suède en les arrachant à leur père, ont alors engagé un bras-de-fer avec les policiers et les gardes-frontières de l’aéroport de Varsovie. Ceux-ci ont refusé de renvoyer les fillettes parce que les Suédois n’ont pu fournir aucune preuve que Denis Lisov aurait été privé de ses droits parentaux tandis que lui-même pouvait produire les certificats de naissance de ses trois filles, attestant de sa paternité. En outre, celles-ci ont clamé qu’elles voulaient rester avec leur père et se sont montrées paniquées quand leur père d’accueil s’est présenté à l’aéroport de Varsovie, flanqué d’un cousin, pour les ramener en Suède. Sur Twitter, le secrétaire d’État aux Affaires étrangères et le ministre de l’Intérieur polonais ont félicité les policiers et les gardes-frontières pour leur attitude.

    Denis Lisov a demandé l’asile à la Pologne afin d’empêcher son rapatriement en Suède. Le 10 juillet dernier, le tribunal régional de Varsovie a jugé que le mandat d’arrêt européen émis par Stockholm à l’encontre de Denis Lisov porte atteinte « aux libertés et aux droits de l’homme ». La Pologne ne livrera donc pas aux le père de famille et ses trois filles à la Suède. « Un pays qui devrait être pour nous un exemple en matière de respect de l’État de droit et de protection des droits de l’homme n’a pas mis en œuvre convenablement la Convention internationale relative aux droits de l’enfant » a commenté le médiateur polonais des droits des enfants.

    Un cas analogue, mettant en cause cette fois-ci la Norvège, s’est produit en décembre 2018 : la Pologne a accordé l’asile à une mère norvégienne, Silje Garmo et à sa fille Eira, les autorités norvégiennes n’ayant pu prouver que la garde d’Eira avait bien été retirée à sa mère. Celle-ci avait fui son pays en mai 2017 avec son bébé pour qu’il ne lui soit pas enlevé par l’Office de protection des droits des enfants (Barnevernet), sous prétexte que Silje Garmo abuserait de médicaments analgésiques et aurait un style de vie « chaotique », incompatible avec le rôle de mère. Le Barnevernet n’a pas bonne réputation : 8 affaires de ce type concernant la Norvège sont en jugement devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), dont l’une s’est déjà soldée par une condamnation de la Norvège. « Enfants confisqués d’autorité sur simple dénonciation et placés dans une famille d’accueil sans concertation ni information préalable, ni possibilité de les récupérer pour les parents biologiques…En voulant sauvegarder l’enfance, la politique familiale de la Norvège détruit des vies d’enfants et de parents démunis devant le dysfonctionnement du système» dénonce ce reportage d’Arte.

  • Le nouveau maître général des dominicains est un Philippin, premier asiatique élu à ce poste

    IMPRIMER

    Du site des Missions étrangères de Paris :

    Le frère Gerard Timoner, philippin, premier Asiatique élu à la tête de l’ordre dominicain

    Publié le 16/07/2019

    Les membres de l’ordre prêcheur, présents au Vietnam la semaine dernière pour leur chapitre général, ont élu, le 13 juillet, le frère Gerard Francisco Timoner III, op, comme nouveau maître de l’ordre dominicain. Le religieux philippin remplace le frère Bruno Cadoré, français. Il devient le 88e successeur de saint Dominique, et le premier asiatique à la tête des dominicains, fondés il y a plus de 800 ans en 1216. Il était déjà prieur provincial de l’ordre aux Philippines, et socius (assistant) du frère Bruno Cadoré. Le frère Timothy Radcliffe, ancien maître de l’ordre, salue l’élection d’un prédicateur joyeux et d’un théologien reconnu, qui reflète la croissance de l’Église en Asie.

    Le 13 juillet, le frère Gerard Francisco Timoner III (op), Philippin, a été élu comme nouveau maître de l’ordre dominicain durant le chapitre général de la congrégation, qui s’est tenu au Vietnam la semaine dernière. Il devient le 88e successeur de saint Dominique à la tête de l’ordre des frères prêcheurs, fondé il y a plus de 800 ans, et le premier Asiatique à ce poste. Le religieux de 51 ans était déjà prieur provincial des Philippines et socius (assistant) du maître de l’ordre dominicain, le frère Bruno Cadoré (français), pour la région Asie/Pacifique. En 2014, le pape François a nommé le frère Timoner au sein de la Commission théologique internationale, un organisme de la curie romaine de trente membres qui traite des questions théologiques majeures. Le frère Timoner est né le 26 janvier 1968 à Daet, dans la province des Camarines du Nord. Entré dans l’ordre dominicain à l’âge de 17 ans, il a obtenu sa licence de philosophie et sa licence de théologie au Centre dominicain d’études en 1991 et en 1994. Il a été est ordonné prêtre en 1995. Il a également achevé une licence en théologie sacrée en 2004 à l’université catholique de Nijmegen, aux Pays-Bas. Entre 2007 et 2012, il a été recteur du Séminaire central et a exercé de nombreuses responsabilités au sein de l’Université Santo Tomaso de Manille, la capitale, notamment comme vice-recteur. Dans un message après son élection, le frère Timoner a souligné l’importance de l’évangélisation, de la mission et de la prédication, le charisme principal de l’ordre. « La mission, ce n’est pas ce que nous faisons, c’est ce que nous sommes. Et si cela devient clair, tout le reste suivra. Nous sommes prêcheurs, c’est notre identité », a-t-il déclaré.

    L’élection du frère Timoner à la tête de la congrégation vient confirmer le rôle grandissant des religieux asiatiques dans l’Église catholique. Dans son livre La force de la vocation, le pape François confiait qu’il est « rare de voir des supérieurs généraux, hommes et femmes, qui viennent d’autres continents ». Le pape soulignait dans son livre que l’élection de supérieurs non européens à la tête de congrégations religieuses « est une bonne nouvelle qui nous réjouit ». « Avec les années, ce changement de la face de l’Église devient de plus en plus visible, fruit de son histoire et merveille de l’évangélisation », ajoutait-il. Le frère dominicain Timothy Radcliffe, britannique et ancien maître de l’ordre, a confié dans une interview accordée au journal catholique britannique The Tablet que l’élection du frère Timoner « reflète la croissance de l’Église en Asie ». « Nous l’avons élu parce que c’est un prédicateur joyeux et un théologien reconnu », a ajouté le frère Radcliffe. « C’est également significatif qu’il soit asiatique, bien que ce ne soit pas la raison pour laquelle nous l’avons élu. » L’ordre dominicain, fondé en France en 1216 par le prêtre espagnol Dominique Nuñez de Guzman (canonisé en 1234), compte près de 6 000 frères, 70 000 sœurs et 150 000 laïcs (membres du tiers ordre dominicain) à travers le monde. Parmi les dominicains qui ont marqué l’histoire (140 saints et 4 papes), on compte saint Thomas d’Aquin, l’un des philosophes et théologiens occidentaux les plus influents, et sainte Catherine de Sienne, mystique et réformatrice.

    (Avec Asianews)

  • Le sacrifice des carmélites de Compiègne (17 juillet)

    IMPRIMER

    Bheureuses-Carmélites.jpgOn fête aujourd'hui la Bienheureuse Thérèse de Saint-Augustin et ses quinze compagnes, martyres. Cet épisode tragique a inspiré Gertrud von Le Fort, Poulenc, Bernanos, le Père Bruckberger...

    Les Carmélites de Compiègne (par Michel Lafontaine) (source)

    Depuis 1789, la France est en ébullition. Une révolution déchire ses habitants. Compiègne, une cité millénaire du nord, en Picardie, sur les rives de l’Oise, n’est pas épargnée par les différends de la capitale. Ces bouleversements politiques auront des répercussions sur le calme quotidien du Carmel de Compiègne fondé un siècle et demi auparavant. 

    Cette communauté compte vingt et une religieuses à l’aube de la Révolution française et se compose de quinze religieuses choristes, d’une novice, de trois sœurs converses (chargées en principe des travaux ménagers), et deux tourières de l’extérieur (non liées par des vœux). Sous la tutelle maternelle de mère Thérèse de Saint-Augustin, une femme de 37 ans, chaleureuse et gratifiée de grandes qualités humaines et surnaturelles ajustées par un bon jugement, la communauté dont la moyenne d’âge se situe autour de 45 ans, s’épanouit dans l’esprit de leur fondatrice, sainte Thérèse d’Avila, comme un « petit collège du Christ ». La vie communautaire est colorée par les caractéristiques propres à chacune : quelques religieuses se présentent vives et enjouées, d’autres déploient leur forte personnalité, certaines manifestent douceur et modestie, tandis que des soeurs expriment par leur vie cette juste tension évangélique entre « l’action pratique » et « l’esprit de contemplation »… 

    Les événements dramatiques se bousculent. Dès octobre 1789, « l’émission des vœux dans tous les monastères » est suspendue au nom de la liberté individuelle. Constance, la jeune novice, ne peut ainsi prononcer ses vœux. Le lendemain de la Toussaint, afin d’éviter la banqueroute, les biens de l’Église sont « mis à la disposition de la Nation », ce qui entraînera rapidement la sécularisation des religieux au nom de la liberté : « Les droits de l’homme et la vie monastique sont incompatibles. Toutes les institutions sont faites pour la société, et la société peut les détruire quand elles deviennent inutiles. » La « Constitution civile du clergé » ne facilite pas non plus les choses. 

    En août 1790, la clôture du Carmel sera violée par des perquisitions faites par les membres du Directoire du district de Compiègne afin d’établir l’inventaire du monastère. Les officiers municipaux s’ingèrent aussi dans la vie interne du carmel en janvier 1791 en présidant aux élections de la prieure et de l’économe de la communauté. Mère Thérèse de Saint-Augustin sera réélue prieure. Entre temps, deux religieuses sont décédées au couvent, tandis que trois Carmélites s’absentent à Rosières, à Paris et à Sens. C’est d’ailleurs grâce à l’une de ces « échappées », Sœur Marie de l’Incarnation, que nous connaissons aujourd’hui comment les Carmélites ont vécu avec héroïcité leur chemin de la croix. 

    Lire la suite