Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un an après le renvoi de Theodore McCarrick du collège des cardinaux

    IMPRIMER

    De Xavier Le Normand sur le site de l'Agence i.media :

    Vatican - le 26/07/2019 à 15:41:00 Agence I.Media
    Il y a un an, Theodore McCarrick était renvoyé du collège cardinalice (SYNTHESE)

    Le 27 juillet 2018, Theodore McCarrick, archevêque émérite de Washington (Etats-Unis), démissionnait du Collège cardinalice après des accusations crédibles d’abus sexuels, notamment sur un mineur. Exigée par le pape François, cette démission a jeté une lumière crue sur l’exigence d’action contre les abus au sein de l’Eglise catholique. Un an après, I.MEDIA revient sur les mesures qui ont suivi cet événement.


    © Antoine Mekary | ALETEIA | I.Media

    Un cardinal renvoyé du Collège cardinalice – car il s’agit bien plus de ça que d’une démission – cela ne s’était pas vu depuis 1927 et le retrait de la barrette rouge du cardinal François Louis Billot. Il faut dire que les accusations portées contre McCarrick sont particulièrement graves. Si les accusations d'abus sur des séminaristes étaient connues depuis quelques semaines, c’est la publication du terrible témoignage d’un homme abusé par lui depuis son enfance qui conduit presque immédiatement à cette sanction.

    Toutefois, les procédures à l’encontre de l’important prélat ne se sont pas cantonnées à cette mesure. Contraint à une “vie de prière et de pénitence” par le Souverain pontife, Theodore McCarrick doit aussi affronter un procès canonique. En février dernier, celui-ci a abouti à la sanction la plus sévère : le renvoi de l’état clérical. Du jamais vu pour un ancien cardinal.

    La déflagration provoquée par l’affaire McCarrick ne s’est toutefois pas limitée à l’ancien archevêque. Le 20 août 2018, le chef de l’Eglise catholique s’adresse directement à l’ensemble des fidèles du monde, par une ‘lettre au peuple de Dieu’. Celle-ci veut “réaffirmer une fois encore notre engagement pour garantir la protection des mineurs et des adultes vulnérables” et appelle à une réponse “globale et communautaire”. Il estime ainsi nécessaire une “conversion personnelle et communautaire” par le recours à “l’exercice pénitentiel de la prière et du jeûne”.

    Lire la suite

  • Ignace de Loyola (31 juillet) (site des jésuites francophones)

    IMPRIMER

    Du site des jésuites d'Europe Occidentale Francophone :

    Saint Ignace de Loyola

    dossier Ignace de Loyola
    Saint Ignace de Loyola (1491-1556), fondateur de la Compagnie de Jésus, est fêté le 31 juillet. Il est l’auteur des Exercices spirituels, fruit de son désir d’aider les âmes pour “chercher et trouver Dieu en toute chose”.

    Ignace naît en 1491, au château de Loyola en Espagne. C’est un jeune noble initié très tôt au combat des armes et à la vie des chevaliers. Blessé au siège de Pampelune en 1521. Il s’ennuie durant sa convalescence et lit finalement des livres sur la vie des saints et sur la vie de Jésus. C’est pour lui une révélation et il se convertit. Décidé à suivre le Christ, il prend la route en ermite et se retire à Manrèse. Il y vit une expérience spirituelle dont il transpose l’essentiel dans les Exercices Spirituels.

    Il étudie la théologie à Paris et partage la chambre de deux autres étudiants : Pierre Favre et François Xavier. Ils partagent ensemble le désir de mener une vie pauvre à la suite du Christ. C’est à Paris qu’Ignace pose les premières fondations de la Compagnie de Jésus.

    Ordonné prêtre à Venise en 1537, Ignace se rend à Rome la même année. Trois ans plus tard, en 1540, il y fonde la Compagnie de Jésus et est élu le premier Préposé Général. Ignace de Loyola contribue alors de différentes manières à la restauration catholique du XVIe siècle et la Compagnie de Jésus est à l’origine d’une nouvelle activité missionnaire de l’Église. Il meurt à Rome en 1556 et est canonisé par Grégoire XV en 1622.

    Lire la suite

  • Une conférence sur le transhumanisme au Vatican

    IMPRIMER

    Du site "Transhumanisme et intelligence artificielle' :

    Le Vatican accueille une conférence sur le transhumanisme

    2019_07_31_05_55_11_Greenshot.png

    Lire la suite sur le site

  • "Chemin synodal" et synode sur l'Amazonie : l'essence de l'Eglise menacée ?

    IMPRIMER

    De Jeanne Smits sur son blog :

    Le cardinal Brandmüller parle des dangers de rupture du “chemin synodal” et du synode amazonien pour l'Eglise catholique

    Voici la traduction intégrale d'un entretien accordé par le cardinal Walter Brandmüller à Die Tagespost en langue allemande à propos des dangers que représentent le « chemin synodal » prôné par de nombreux évêques allemands, ainsi que le prochain synode sur l'Amazonie. Il s'agit d'une traduction intégrale par mes soins.
     
    Le vaticaniste Sandro Magister publiait le mois dernier un premier texte de mise en garde du cardinal Brandmüller sur l'Instrumentum laborisprésenté comme hérétique et apostat.  – J.S.
    *
    Traduction intégrale de l'interview du cardinal Walter Brandmüllerpar “Die Tagespost” le 27 juillet 2019

    Eminence, que disent les chiffres récemment publiés par l’Eglise catholique en Allemagne sur le départ massif de fidèles de l’avenir de l’Église ?


    Ces statistiques des départs constituent un symptôme extrêmement alarmant de l’état spirituel de l’Église catholique et de l’Eglise évangélique (EKD, luthérienne) en Allemagne. Mais il faut souligner en même temps que nous ne devons pas nous étonner de l’apostasie à l’aune des déclarations de Notre Seigneur Jésus Christ dans le Nouveau Testament. Jésus avertit dans l’Evangile de Matthieu : l’amour de beaucoup se refroidira, et beaucoup de faux prophètes apparaîtront et séduiront un grand nombre.

    Mais lorsqu’il s’agit de la véritable Église du Christ, cela suppose naturellement que l’Église – les chrétiens et leurs bergers – ne se considère pas comme une association pieuse, qui peut aussi à l’occasion modifier ses statuts, mais sache qu’elle est portée par une mission qui lui est confiée par son Seigneur.

    Avec le « chemin synodal », les évêques allemands veulent agir contre la crise de l’Eglise, qui a été aggravée par la publication des résultats de l’étude sur les abus il y a un an. Les interventions des évêques qui ont été entendus à ce sujet jusqu’à présent vous inspirent-elles confiance ?

    En aucun cas. Cela dit, le terme « chemin synodal » est une tautologie. On est ensemble, on marche sur un chemin, mais tout semble un peu flou. Mais encore : à ce jour, personne ne sait, premièrement, comment cette voie commune sera empruntée et, deuxièmement, où elle doit mener.

    Si l’on considère les déclarations d’un certain nombre d’évêques, on peut dire que ce « chemin synodal » mène à la catastrophe. C’est-à-dire, si Rome doit au bout du compte agir pour que l’Église en Allemagne ne s’écarte pas de l’unité avec l’Église universelle, comme il est dit dans la lettre du Pape au peuple de Dieu en Allemagne, vers une énorme frustration.

    L’évêque d’Essen Franz-Josef Overbeck, qui, en tant que président de la commission Adveniat, a soutenu la préparation du Synode sur l’Amazonie et qui a également participé à diverses réunions préparatoires, parle du point de rupture que représenterait l’Assemblée épiscopale de Rome représenterait, mais évoque aussi dans ce cadre le « chemin synodal ». De quel genre de rupture pourrait-il s’agir ?

    En tout cas, cette chose ne sera plus l’Église catholique. Car la rupture est une catégorie qui est totalement contraire à la notion d’organisme, à un développement organique. Une rupture qui aurait pour résultat que rien ne serait plus comme avant signifierait la fin de l’Eglise.

    L’essence de l’Église est la transmission de la foi des apôtres à jusqu’au second avènement du Seigneur – mais elle n’est en pas une évolution progressive dans laquelle l’essence de l’Église changerait.

    Tant dans la préparation du synode sur l’Amazonie que dans celle de le « chemin synodal », il est question d’une valorisation des laïcs et des femmes en particulier. Cela équivaudrait-il à la fin de l’Église cléricale ?

    Plutôt que de parler d’une Eglise cléricale, parlons de l’Eglise où la consécration sacerdotale a existé dès le début. Vu sous cet angle, la fin de l’Eglise cléricale signifierait probablement que l’Eglise imaginée par Martin Luther dans ses écrits de combat de 1520, serait réalisée. Et ce ne serait plus l’Église catholique.

    Pour Luther, tous les baptisés étaient déjà pape, évêque et prêtre. Dans l’Église catholique, en revanche, le prêtre qui se tient devant l’autel agit en vertu de l’imposition sacramentelle des mains lors de la consécration « in persona Christi », c’est pourquoi il partage aussi le mode de vie de son Seigneur, à savoir le célibat. Voilà pour le célibat, qui est probablement aussi à l’ordre du jour du « chemin synodal » et du synode sur l’Amazonie.

    Comment les objectifs des « réformateurs » à Rome et en Allemagne affecteraient-ils la vie de l’Eglise ?

    On peut s’imaginer ce qu’il adviendrait des anciennes églises catholiques en regardant l’état des communautés de l’EKD.

    © leblogdejeannesmits pour la traduction
  • Nouvelles ombres sur l’accord Vatican-Chine de 2018

    IMPRIMER

    De Ye Ling sur le site Bitter Winter :

    Le clergé de l’archidiocèse de Fuzhou lutte pour défendre sa foi

    Cathédrale Saint-Dominique dans le diocèse de Fuzhou (LuHungnguong – CC BY-SA 3.0)

    En mai, le gouvernement a obligé Lin Yuntuan, ancien administrateur apostolique nommé par le Vatican à l’archidiocèse de Fuzhou, et plus de 100 prêtres à rejoindre l’Association patriotique des catholiques chinois (APCC) en les menaçant d’arrêter tout membre du clergé qui refusait de plier au contrôle du gouvernement.

    Après la signature de l’accord Vatican-Chine de 2018, le PCC a fait pression sur tout le clergé catholique pour qu’il adhère à l’APCC. Les membres du clergé opposés à cette idée sont persécutés et souvent arrêtés, leurs églises sont fréquemment harcelées, les symboles religieux détruits, et beaucoup d’églises sont finalement fermées. Le 28 juin, le Vatican a publié de nouvelles orientations qui stipulent que le Saint-Siège n’oblige pas les objecteurs de conscience catholiques à rejoindre l’APCC.

    Selon une source de l’archidiocèse de Fuzhou, le clergé du diocèse a dû accepter, en signant l’accord d’application rédigé par le gouvernement, le principe d’une Église catholique « indépendante, autonome et auto-administrée » et d’obéir à la direction de l’APCC. Les autorités ont menacé certains prêtres de démolir leurs églises s’ils refusaient de signer, tandis que d’autres se sont vu promettre la clémence pour leur soutien passé à l’Église clandestine. « Si vous rejoignez à l’APCC, nous ne vous causerons pas d’ennuis. Ne vous entêtez pas sinon vous serez durement réprimés ! », ont déclaré les responsables lors de conversations avec le clergé.

    Lire la suite

  • Démenti de l'Institut Jean-Paul II pour les Sciences du Mariage et de la Famille

    IMPRIMER

    Vatican News nous fait part de ce démenti qui ne satisfait évidemment pas ceux qui dénoncent la réforme de cet institut et qui se demandent s'il faut rire ou pleurer à la lecture de ce communiqué...

    L’Institut Jean-Paul II rejette les accusations de rupture théologique sur les questions familiales

    L’Institut Jean-Paul II pour les Sciences du Mariage et de la Famille, dont les nouveaux statuts ont été publiés il y a quelques jours, a été accusé de mener une épuration des professeurs et de liquider l’héritage du saint Pape polonais. Dans un communiqué, l’Institut dénonce «une information distordue, factieuse et parfois de mauvaise foi, qui n’a même pas cherché une vérification des nouvelles à la source».

    Le renouvellement de l’Institut pontifical Jean-Paul II pour les Sciences du Mariage et de la Famille a pour sens de montrer encore plus «la centralité de la famille dans l’Église et dans la société», en confirmant et en relançant «avec une nouvelle vigueur l’intuition originale et encore féconde de saint Jean-Paul II» : un communiqué de cet Institut l’a rappelé hier, lundi 29 juillet, suite aux polémiques de ces derniers jours qui ont parlé d’épuration des professeurs, d’une volonté de rompre avec l’héritage de Jean-Paul II et d’affaiblir l’étude de la théologie morale.

    Le communiqué dénonce les critiques parfois agressives et infondées qui ont été diffusées, mais remercie au contraire «tous ces journalistes qui, même avec de légitimes positions critiques envers certains choix, ont voulu raconter avec honnêteté les changements en acte».

    Un renforcement des parcours théologiques

    «L’approbation du double titre d’études (licence et doctorat en Théologie du mariage et de la famille et en Sciences du mariage et de la famille) assure un gain à la spécificité de la recherche théologique qui est en même temps explicitée et reliée au reste des sciences qui étudient le mariage et la famille», est-il précisé dans le communiqué. «À l’intérieur de ce renforcement de l’offre théologique, la réflexion morale trouve une place nouvelle et plus spécifique, qui se décline dans le double enseignement de Morale du mariage et de la famille et d’Éthique théologique de la vie. Il y aura en revanche moins d’enseignement de Morale fondamentale, déjà prévu dans les études théologiques de premier cycle, sans lequel on ne peut pas accéder à la licence en Théologie (article 3 des Statuts)». En ce sens, explique le communiqué, le projet académique du nouvel Institut, approuvé par la Congrégation pour l’Éducation catholique, se configure comme «un élargissement de la réflexion sur la famille et non comme une substitution de thèmes et arguments».

    Lire la suite

  • Cette lettre de saint Ignace d’une incroyable actualité

    IMPRIMER

    Du site web « aleteia » :

    Loyola web3-handwritten-letter-hands-woman-post-shutterstock_611511482-janna-golovacheva-ai1.jpg

    Écrite un an avant sa mort, cette lettre de saint Ignace de Loyola étonne par la puissance qui s’en dégage encore. Près de cinq siècles plus tard, le lecteur d’aujourd’hui y trouve résumé l’essentiel de ce qu’un homme de bonne volonté peut croire et espérer quand il se confie à Dieu.

    C’est une lettre pour ceux qui croient que la puissance du Seigneur les accompagne dans tous les actes de leur vie. C’est une lettre pour ceux qui espèrent, parce qu’ils placent leur confiance en Dieu, un Dieu qui sait mieux les combler qu’aucune action humaine. C’est une lettre pour ceux qui veulent apprendre à rechercher en toute chose et à tout moment la lumière de la sagesse de Dieu. Afin qu’elle dissipe nos peurs et pour qu’elle guide nos actes en fructifiant en nous les dons du Christ.

    « Il me semble que vous devriez vous résoudre à faire avec calme ce que vous pouvez. Ne soyez pas inquiets de tout, mais abandonnez à la divine Providence ce que vous ne pouvez accomplir par vous-même. Sont agréables à Dieu notre soin et notre sollicitude raisonnables pour mener à bien les affaires dont nous devons nous occuper par devoir. L’anxiété et l’inquiétude de l’esprit ne plaisent point à Dieu. Le Seigneur veut que nos limites et nos faiblesses prennent appui en sa force et en sa toute-puissance ; il veut nous voir croire que sa bonté peut suppléer à l’imperfection de nos moyens. Ceux qui se chargent d’affaires nombreuses, même avec une intention droite, doivent se résoudre à faire simplement ce qui est en leur pouvoir, sans s’affliger s’ils ne parviennent pas à tout réaliser comme ils le voudraient. À condition toutefois qu’ils aient accompli tout ce que la nature humaine peut et doit faire selon les indications de la conscience. Si on doit laisser de côté certaines choses, il faut s’armer de patience, et ne pas penser que Dieu attend de nous ce que nous ne pouvons pas faire : Il ne veut pas davantage que l’homme s’afflige de ses limites. Pourvu que l’on donne satisfaction à Dieu, — ce qui est plus important que de donner satisfaction aux hommes — il n’est pas nécessaire de se fatiguer outre mesure. Bien plus, lorsqu’on s’est efforcé d’agir de son mieux, on peut abandonner tout le reste à celui qui a le pouvoir d’accomplir tout ce qu’il veut.

    Plaise à la divine Bonté de nous communiquer toujours la lumière de la Sagesse, pour que nous puissions voir clairement et accomplir fermement son bon plaisir, en nous et dans les autres… pour que nous acceptions de sa main ce qu’il nous envoie, en faisant cas de ce qui a le plus d’importance : la patience, l’humilité, l’obéissance et la charité… Que Jésus-Christ soit seulement en nos âmes avec ses dons spirituels ! Amen. » (Saint Ignace de Loyola (1491-1556) – Lettre du 17/11/1555)

    Ref. Cette lettre de saint Ignace d’une incroyable actualité

    JPSC

  • Euromoot : 139 Belges parmi les 5000 scouts d'Europe qui convergent vers Rome

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Un rassemblement des scouts d'Europe en 2018.

    Un rassemblement des scouts d'Europe en 2018.

    5000 Scouts d’Europe (dont 139 belges) seront reçus par le Pape le 3 août

    Du 27 juillet au 3 août, des scouts d’Europe provenant d’une vingtaine de pays convergeront vers Rome. Une rencontre avec le Pape François est prévue le samedi 3 août.

    Cet “Euromoot” est un rassemblement international qui doit permettre à des milliers de Guides aînées et de Routiers, âgés de 16 à 21 ans, de se rencontrer et de marcher à la découverte du patrimoine européen, en partager des valeurs communes et l’objectif de rencontrer le Christ.

    Du 27 juillet au 1er août, les premières journées de ce rassemblement s’articuleront autour de camps mobiles, qui réuniront chacun des jeunes d’au moins deux ou trois pays différents, et seront dispersés dans quatre régions italiennes : le Latium, l’Ombrie, les Abruzzes et la Toscane. Ils pourront ainsi vivre des temps de découverte des grandes figures chrétiennes de l’Italie, comme saint François d’Assise et saint Benoit de Nursie.

    Les 1er et 2 août, les guides et routiers convergeront vers quatre points aux portes de Rome, où ils vivront des temps marqués par des conférences culturelles et historiques et par des laboratoires thématiques, autour, par exemple, du chant, du soin de la nature ou des techniques scoutes de vie en plein air.

    Enfin, le samedi 3 août aura lieu une audience avec le Pape François en Salle Paul VI, 25 ans après une audience des Scouts d’Europe avec saint Jean-Paul II. Ils participeront ensuite à une messe conclusive de leur rassemblement, à la basilique Saint-Pierre, sous la présidence du cardinal Angelo Comastri.

  • Les quatre évêques nord-Irlandais disent non à la légalisation de l’avortement décidée par la Chambre des Communes à Londres

    IMPRIMER

    A la faveur de la crise politique qui sévit depuis deux ans et demi en Irlande du Nord, en la laissant sans gouvernement, Westminster a approuvé à une très large majorité deux amendements pour légaliser l’avortement et le « mariage » pour les duos d’invertis en Irlande du Nord si le gouvernement nord-irlandais n’est pas rétabli d’ici le 21 octobre prochain.

    Ce véritable coup de force, destiné à faire avancer la culture de mort en Irlande du Nord, a suscité une vive réaction de la part de quatre évêques nord-Irlandais. Ils disent non à la légalisation de l’avortement et à la voie libre au mariage pour les duos d’invertis, décidés par la Chambre des Communes à Londres.

    Mgr Eamon Martin, primat de l’Église Catholique Romaine irlandaise et évêque de Armagh, l’évêque de Down et Connor (Belfast) Mgr Noel Trenor, l’évêque de Derry Mgr Donal McKeown et celui de Clogher Mgr Larry Duffy, à la tête des plus importants diocèses du nord de l’île, ont signé une lettre conjointe où ils expriment leur désapprobation concernant ces décisions prises à Westminster. Une désapprobation que l’on pourrait croire fondée principalement sur les principes catholiques et les droits de Dieu alors qu’en réalité, si elle rappelle il est vrai « le droit égal à la vie de la mère et de l’enfant en son sein », se base cependant avant tout sur l’aspect « anti-démocratique » de la loi votée par la Chambre des Communes :

    « Nous nous unissons, écrivent les évêques, aux centaines de personnes qui ont déjà exprimé leur préoccupation et voulons exprimer notre désappointement pour la manière dont on a usé comme jamais auparavant de la loi pour la formation du nouveau parlement d’Irlande du Nord pour pénétrer dans la législation avec un impact dévastateur sur le droit à la vie des enfants dans le sein de leur mère. Le droit à la vie et à l’amour de la mère et de l’enfant qui va naître et au bien de chaque société est fondamental, les citoyens méritent la plus grande participation au débat démocratique sur la législation qui doit régler un tel droit. »

    Lire la suite

  • Le Parti Communiste Chinois traite les églises de maison comme une mafia criminelle

    IMPRIMER

    De sur le site Bitter Winter :

    Le PCC traite les églises de maison comme une mafia criminelle

    Partout en Chine, les gouvernements provinciaux et municipaux répriment sévèrement les groupes religieux qui ne sont pas contrôlés directement par le gouvernement dans le cadre de la campagne nationale de « lutte contre le crime organisé et d’éradication du mal ». Comme Bitter Winter l’a déjà rapporté, le Shanxi, la Mongolie-Intérieure, le Fujian et d’autres provinces et régions ont mis en œuvre cette campagne, en prenant principalement pour cibles les églises de maison protestantes, le clergé et les croyants refusant d’adhérer à l’Église catholique patriotique ainsi que les mouvements religieux figurant sur la liste des xie jiao.

    La province du Jiangxi, dans le sud-est du pays, ne fait pas exception. Selon les rapports des médias officiels du PCC, le 1eravril, le 15e Groupe central de surveillance pour la lutte contre le crime organisé et l’éradication du mal a organisé une réunion de mobilisation à Nanchang, la capitale du Jiangxi. Immédiatement après la réunion, le gouvernement a lancé une campagne de propagande totale pour encourager les gens à dénoncer les « forces obscures et mauvaises », c’est-à-dire les gens de foi, contre une récompense.

    Des agents de la sécurité publique font la promotion de la campagne « Défendez la science, opposez-vous aux xie jiao » dans la rue.
    Des agents de la sécurité publique font la promotion de la campagne « Défendez la science, opposez-vous aux xie jiao » dans la rue.

    Comme ailleurs en Chine, c’est le même refrain que les autorités répètent lorsqu’ils répriment les croyants « désobéissants » du Jiangxi : les Chinois ne doivent croire qu’au Parti communiste.

    Si vous gardez la foi, vous perdrez vos avantages sociaux

    Juste après la réunion du 1er avril, le gouvernement de Fuzhou, une ville préfectorale du nord-est du Jiangxi, a lancé une série d’opérations pour réprimer la religion. L’un de ses principaux objectifs était d’enquêter sur le statut religieux des employés des institutions publiques et des membres du PCC. Les églises doivent en outre accepter la visite régulière d’agents des autorités mais aussi qu’ils interrogent les fidèles et enregistrent les informations les concernant.

    Lire la suite

  • Liège : plain-chant, orgue et violons le dimanche 4 août 2019 à 10h00 en l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132)

    IMPRIMER

    affiche_premier dimanche du mois.jpg

    L’église du Saint-Sacrement à Liège (Bd d’Avroy, 132) offre chaque premier dimanche du mois une messe particulièrement soignée sur le plan musical.

    Le dimanche 4 août prochain à 10h00, l’organiste Patrick Wilwerth, professeur au conservatoire de Verviers et les violoncellistes de l’Ensemble instrumental Darius interpréteront des extraits de sonates à trois du XVIIIe siècle illustrant l’œuvre  d’Arcangelo Corelli (1653-1713).

    Le propre grégorien de la messe « Suscepimus » du 8e dimanche après la Pentecôte est chanté par la Schola du Saint-Sacrement: il décline le thème de la gloire de Sion et du temple de l’ancienne Alliance accomplie par le Christ dans une Alliance nouvelle portant désormais le nom du très Haut jusqu’aux extrémités de la terre.  Se chante également au cours de la liturgie du jour le Kyriale XI « Orbis factor » (XIVe s.) et le  célèbre « Salve Regina » » dédié à la Vierge Marie depuis le XIIe siècle.

    Extraits musicaux, ici :

    Liège : plain-chant, orgue et violons le dimanche 4 août 2019 à 10h00 en l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132)

    Plus de renseignements : tel 344 10 89   ou email : sursumcorda@skynet.be

    ________________________________

    Sursum Corda asbl, Association pour la sauvegarde de l’église du Saint-Sacrement au Boulevard d’Avroy, 132 à Liège. Siège social : Rue Vinâve d’île, 20 bte 64. Tel. 04.344.10.89. E-mail : sursumcorda@skynet.be.

    Web : http://eglisedusaintsacrementliege.hautetfort.com

    Restauration_depliant - Copie.jpgFaire un don pour la restauration de l’église du Saint Sacrement ?  Pour contribuer à la sauvegarde de ce joyau de l’art néo-classique, vous pouvez faire un don fiscalement déductible en versant le montant de votre choix au compte de projet : IBAN BE10 0000 0000 0404 – BIC BPOTBEB1 de la Fondation Roi Baudouin, rue Brederode, 21, 1000 Bruxelles, avec, en communication, la mention structurée (indispensable) : 128/2980/00091.  

    Pour en savoir plus sur les enjeux de cette importante opération, cliquez ici : Restauration de l'église du Saint-Sacrement à Liège . L'évêque s'implique. Et vous?  

    Tous renseignements : Tel. 04 344 10 89.

    JPSC

  • Mariage et famille : une révolution dans l'enseignement romain ?

    IMPRIMER

    Du site Diakonos.be :

    L'INSTITUT JEAN-PAUL II A ÉTÉ RAYÉ DE LA CARTE

    On vient d'apprendre que le sulfureux Mgr Paglia, nommé par le pape François à la tête de l'Institut Jean-Paul II pour les sciences du mariage et de la famille vient de suspendre tous les professeurs ainsi que le président de l'Institut, Mgr Melina.

    L'objectif semble être de faire table rase de l'enseignement de Jean-Paul II et de sa théologie de la famille pour le remplacer par l'enseignement plus récent mais aussi plus ambigü de l'exhortation Amoris Laetitia du Pape François, qui soulève toujours de nombreux doutes sans réponse.

    « L'œuvre de destruction, entamée par le décret du Pape François qui a créé un nouvel institut confié à Monseigneur Vincenzo Paglia en tant que Grand Chancelier, est maintenant dans une phase décisive avec l'approbation des nouveaux statuts et du nouveau programme » commente le journaliste Riccardo Cascioli.

    Les nouveaux statuts confèrent également un pouvoir sans précédent à Mgr Paglia qui s'est arogé le droit d'engager et de licencier des professeurs, de nommer le président et le vice-président. Elle le rend aussi omniprésent dans toutes les structures internes de l'Institut, même si son curriculum vitae révèle qu'il n'est même pas titulaire d'un doctorat.

    En ce qui concerne le contenu des cours du nouvel Institut, les statuts ont éliminé les cinq programmes de Master proposés : Master en bioéthique, en sexualité et fertilité, en conseil familial, en pastorale familiale et en études sur le mariage et la famille.

    Source: La Nuova Bussola Quotidiana
    Traduction française: leblogdejeannesmits.blogspot.com/2019/07/institut-jean-paul-ii-raye-de-la-carte-paglia.html

    Lire également : http://www.benoit-et-moi.fr/2020/2019/07/31/le-nouveau-sac-de-rome-par-des-vandales/