Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’appel de Mgr Léonard a ses frères évêques : rejoindre la supplique du cardinal Sarah approuvée par Benoît XVI

IMPRIMER

Lu sur le site du bi-mensuel « L’Homme nouveau, l’appel rédigé par Mgr André Léonard, archevêque émérite de Malines-Bruxelles ce 17 janvier 2020 :

L’appel de Mgr Léonard a ses frères évêques :  <br>Rejoindre la supplique du cardinal Sarah <br>approuvée par Benoît XVI

« Mgr Léonard, archevêque émérite de Malines-Bruxelles, « rejoin[t] entièrement la supplique que le cardinal Sarah, en étroite concertation avec Benoît XVI, adresse au Souverain Pontife ». Il demande fraternellement à tous les évêques qui pensent comme lui d’exprimer fermement leur position : que ne soit pas ouverte de brèche dans le célibat ecclésiastique. « Notre espoir est grand d'être entendus ».

En tant qu’archevêque émérite de Malines-Bruxelles, je m’abstiens de toute interférence dans le gouvernement des diocèses dont je fus le pasteur, Namur et Bruxelles. Mais je demeure évêque et peux, à ce titre, exprimer des convictions doctrinales ou pastorales, même si elles divergent éventuellement de l’une ou l’autre position de mes anciens collègues de travail.

Même si la chose est inédite et d’un impact infiniment supérieur, un Pape émérite, Benoît XVI en l’occurrence, peut semblablement collaborer légitimement à un livre projeté par un cardinal et, en concertation avec lui, émettre ses convictions théologiques et pastorales, sans manquer à son devoir de réserve. Il ne s’y exprime forcément plus en tant que successeur de Pierre et sa prise de position n’a pas d’autorité magistérielle. Mais sa parole est néanmoins d’un très grand poids.

Sa contribution active au livre projeté par le cardinal Sarah n’est en aucune manière une « attaque » contre le pape François. Benoît XVI, pas plus que le cardinal, ne critique son successeur. Ils lui adressent une « supplication » dans un esprit filial, sans rien retrancher de leur obéissance au pape actuel. Exactement comme quatre cardinaux s’étaient adressés au pape François en lui demandant filialement de dissiper leurs « dubia », leurs « doutes », leur perplexité, concernant certains aspects ambigus du chapitre VIII de l’exhortation Amoris laetitia, à savoir ceux qui touchent l’indissolubilité d’un mariage sacramentel valide, avec ses retombées concernant l’accès aux sacrements de la réconciliation et de la communion eucharistique lorsqu’on se trouve dans une situation permanente de cohabitation conjugale avec un partenaire qui n’est pas son conjoint « dans le Seigneur ».

D’autres ambiguïtés ont surgi ultérieurement. Il est parfaitement pertinent de répondre à la question d’un journaliste en déclarant en substance : « Si une personne homosexuelle cherche sincèrement à faire la volonté de Dieu, qui suis-je pour la juger ? » Mais, comme on ne précise pas en quoi consiste cette volonté de Dieu et quelles sont les conséquences morales qui en découlent, l’opinion publique retient, à tort, de cette réponse ambiguë que les pratiques homosexuelles sont désormais légitimées par l’Église catholique. Ce qui n’est pas vrai.

Semblablement, quand on signe une déclaration commune, avec un haut responsable de l’islam, suggérant que la diversité des religions correspond à la « volonté » de Dieu, il ne suffit pas de corriger oralement l’ambiguïté de cette formulation (le texte publié demeurant inchangé) en disant que Dieu « permet » simplement cette diversité. Il faudrait encore souligner positivement que le dialogue interreligieux ne peut porter atteinte à l’unicité absolue de la Révélation chrétienne, en laquelle le Dieu unique et trinitaire nous offre son amour sauveur en la personne de Jésus. Ce qui n’empêche pas de saluer des « semina Verbi » (des « semences » du Verbe de Dieu), voire des « reliquia Verbi » (des « restes » du Verbe) dans d’autres religions que le judéo-christianisme.

D’autres ambiguïtés se sont introduites dans le récent synode sur l’Amazonie, notamment concernant une certaine vénération de la « Pachamama », de la Terre-Mère. Mais, sur ce point, il faut attendre la publication de l’exhortation post-synodale. On peut espérer que notre pape François y dissipera les ambiguïtés de ce synode.

Une de ces ambiguïtés concernait précisément la question du célibat sacerdotal dans l’Église catholique latine. À cet égard, en communion avec beaucoup d’autres évêques, que j’invite fraternellement à exprimer eux aussi leur ferme position, je rejoins entièrement la supplique que le cardinal Sarah, en étroite concertation avec Benoît XVI, adresse au souverain pontife. Notre espoir est grand d’être entendus, car le pape François a nettement déclaré son attachement au célibat sacerdotal dans l’Église latine. Mais en envisageant quand même des exceptions… Qui, hélas, comme en d’autres matières, sont rapidement universalisées !

La supplique exprimée dans le livre en question est donc d’une urgente actualité et parfaitement légitime. Jamais il ne faut « attaquer » le Pape. Il faut, au contraire, toujours respecter sa personne et sa mission. Mais il s’impose parfois et il est toujours permis de le « supplier » et de lui demander des « éclaircissements ». Ce que nous faisons.

+ André LEONARD, archevêque émérite de Malines-Bruxelles. »

Ref. L’appel de Mgr Léonard à ses frères évêques :  rejoindre la supplique du cardinal Sarah approuvée par Benoît XVI

JPSC

Commentaires

  • Un grand merci Monseigneur, à vous qui n'avez jamais craint non seulement de vous faire entarter mais aussi de vous faire détester pour défendre la Vérité. Même si vous avez toujours respecté toutes les personnes et toutes les situations, vous n'êtes pas un homme de lâches compromis.
    Je n'aime pas la casuistique qui cache ou atténue la Vérité par peur de déplaire ou de choquer son interlocuteur. Mentir par omission n'est certes qu'un demi mensonge, mais c'est quand même mentir.

  • Pile ou face ? On aura beau choisir de préférer jouer avec la vérité et la réalité, cela ne les empêchera en rien de subsister et de produire leurs résultats inexorables.
    Pour ceux qui ont bien voulu suivre, qui s’intéressent vraiment aux affaires de Dieu et de son Eglise, il est déjà suffisamment bien établi qu’on va permettre l’ordination de diacres mariés, non pas en vertu du droit canon, mais selon l’application pastorale d’une simple « note bas de page » qui constitue une caractéristique unique et très spécifique de l’actuel pontificat comme on a déjà pu le constater avec Amoris Laetitia dont on n’a pas encore pu mesurer l’entièreté de l’amplitude des dégâts.

    Proliturgia - NOUVEAU Dimanche, 19 janvier 2020.
    "Veillant toujours à plaire à ceux qui, au sein même du Vatican, l’ont élu pour travailler à l’auto démolition de l’Eglise et à la transformation de la foi catholique en un vague sentiment inconsistant, le pape François s’apprête à autoriser l’ordination sacerdotale d’hommes mariés. Le rêve de Martin Luther deviendra bientôt réalité.
    Prochaine étape, l’abrogation du sacerdoce ministériel.
    En fait, une fois ordonné prêtre, Jorge Bergoglio a toujours rêvé de devenir pape afin de pouvoir se fabriquer une Eglise à la mesure de ses propres faiblesses et tergiversations spirituelles. Et comme il nous a révélé ne pas craindre un schisme, on peut s’attendre au pire."

    Ce qu’il y a de plus inquiétant et de plus effrayant, c’est que le grand nombre (majoritaire) des cardinaux, évêques, prêtres et baptisés pratiquants ne semble pas encore avoir pris conscience de l’immense caractère tragique et apocalyptique d’une telle situation.

    Pourtant, il ne reste plus beaucoup de temps avant de devoir choisir entre pile ou face, entre pour ou contre !

  • Depuis le temps qu'il sévit, on connaît hélas, sa façon d'agir : Affirmer le principe pour tromper en montrant la continuité, mais introduire des exceptions pastorales qui sapent de facto le principe et deviennent la règle.

  • Il pourrait encore y avoir encore 50 ou 100 évêques, archevêques ou cardinaux qui rejoignent la supplique de Mgr Sarah ou de Benoît XVI, François ne change pas d'avis. Il tapera du poing sur la table et dira : « c'est moi le chef » (comme dans les aristo-chats). Il n'y a aucune chance que dans une note de bas de page il n'introduise pas « l'exception » qu'il a tant travaillé à faire advenir.

  • Tel nous le dit Monseigneur Léonard: "La supplique exprimée dans le livre en question est d’une urgente actualité et parfaitement légitime". IL AJOUTE : "Jamais il ne faut « attaquer » le Pape. Il faut, au contraire, toujours respecter sa personne et sa mission. Mais il s’impose parfois et il est toujours permis de le « supplier » et de lui demander des « éclaircissements ». Ce que nous faisons."

    Je partage à 100% ces importantes remarques de Monseigneur Léonard, et j'ajouterais pour ma part que nous devons après lecture de ce précieux livre providentiel, PRIER Dieu trinitaire et la Bienheureuse Vierge Marie pour demander l’intervention du ciel et soutenir ainsi notre Pape François et toute l'Église catholique. Lui seul éclaire nos consciences et je suis certaine qu'Il ne lâche pas le Pape François d'une semelle. Si ce livre a pu sortir ... c'est grâce à Dieu.
    Lisons « Le songe prophétique de don Bosco, ou songe des trois blancheurs » et observons que le Pape – Vicaire du Christ – est le 3ième pilier de l’Église catholique. (Jésus-Marie-Le Pape). C’est Dieu qui choisit ses papes successifs aux gouvernails de ce grand et vieux bateau qui dure depuis plus de 2000 ans et qui est toujours là ! Que nous le reconnaissions ou non ... Dieu et au gouvernail veillant sur chacun de ses papes successifs.
    Respectons-les pour l'amour de Dieu, et des miracles se produiront.
    En grande union de prières

  • Il n'y a qu'un seul point de votre missive sur lequel je bute. Quand vous affirmez que c'est Dieu qui choisit les papes, je conclus logiquement que c'est donc Dieu qui a choisi Alexandre VI Borgia. Je sais bien que les voies du tout-puissant sont impénétrables, mais je crois plutôt que parfois l''Esprit saint se heurte à un conclave tellement sourd que sa voix est ignorée. Dans un tel cas, nous avons un pape tel que François.
    Notez que je prie chaque jour pour lui dans l'espoir qu'il s'améliore. (pour ne pas dire, horresco referens, qu'il se convertisse au catholicisme).

  • Comme presque toujours, pas un mot à retirer des considérations émises sous la plume de notre Archevêque émérite. Qu’il s’agisse de la légitimité d’une collaboration de Benoît XVI et du cardinal Sarah, du rappel des dubia restés sans réponse, de l’esquive de François à propos des pratiques homosexuelles, de nombreux discours où une curieuse idée du « discernement » conduit la pensée pontificale aux périphéries… de la doctrine (Sancta Pachamama, o. p. n. !), Mgr Léonard exprime ce que pensent nombre de fidèles. Quelle différence avec le consensualisme de ceux que l’ancien Primat de Belgique appelle « mes – il ne dit pas : certains de mes –anciens collègues de travail » !
    Je pense, comme Claude Charles, que si l’Esprit-Saint inspire l’Eglise, Il n’a tout de même pas pu cautionner certains Conclaves. Croire que, dans le choix des évêques de Rome, il n’y a jamais, parmi les Eminences, de petites combines au service de grands et nobles projets relève, je pense, d’un certain irénisme ; le groupe dénommé « de Saint-Gall » n’est pas un mythe de l’Antiquité, mais une réalité assez récente et « confessée ».
    Notre monde séculier, hédoniste et relativiste, n’a jamais réservé un accueil chaleureux à Benoît XVI, mais il applaudit son successeur. N’est-ce pas assez clair ? Il faut beaucoup prier le Très-Haut pour l’un et pour l’autre, mais sans se cacher que, si leurs discours sont pour le moins différents, un consensualisme de façade parmi les catholiques est incompatible avec leur foi, comme nous le rappelle l’encyclique « Caritas in Veritate ».
    Mutien-Omer Houziaux.

  • Croit-on vraiment que les enfants qui seraient les fils ou filles d'Evêques, de prêtres, si les souhaits de François passent, seraient mieux épanouis et sans problème dans la société qui est la nôtre en 2020 ? Cela n' est même pas pris en considération...
    L'idée du moment, c'est d'effacer tous les interdits. On s'en fout des conséquences …
    Merci Benoît XVI et Mgr Shara et bien sûr Mgr Léonard et les autres Evêques, d'être là pour freiner la mentalité qui règne en ce moment dans notre monde : effacer les 2000 ans d'histoire de la vie de notre Eglise, ses Commandements, ses Sacrements, ses Prières en vue de la sainteté de la vie de ses membres et la construction d'un monde "juste" : ajusté au Christ (humanité à la manière du Christ)
    Le désir d'enfant est devenu prioritaire et à réaliser pour l'épanouissement de chaque individu, écrit-on dans les magazines. Après vient le détachement obligatoire, le plus tôt possible … dit-on encore. Papa et Maman travaille !!! La société en prendra soin et l'éduquera… Que seront ces enfants éduqués par les réseaux sociaux ? Ce que nous en ferons en continuant à les alimenter pour le commerce et eux à nous nourrir de sollicitations des instincts.
    François est très friand des réseaux sociaux …On y souffle le chaud et le froid. Alors que on voit aussi combien l'ambiance d'un monastère fait du bien aux personnes super actives de notre monde.
    L'Eglise, justement, peut encore nous ouvrir les yeux, le cœur et l'Esprit pour nous dire qu'en 2020 l'Eglise ne changera pas d'un iota son enseignement parce qu'il repose sur le Christ qui est la Vérité et la Vie et que Lui, Il souhaitait que ses Apôtres qu'Il avait formés soient libres et chastes pour la Gloire de Dieu et le salut du monde. OK. Cela a porté du fruit… des merveilles … pour notre civilisation que l'on nous a envié.
    Alors quoi ? Il est encore temps prier tous les Saints du Ciel pour que le Seigneur protège son Eglise, la bénisse et ouvre les yeux de tous les responsables avant de signer un document qui ferait problème par la suite, surtout aux éventuels enfants de prêtres, Evêques.

  • Oui, bravo et merci à ce véritable apôtre qu'est Mgr Léonard. Ce sont de tels évêques dont notre Eglise a un urgent besoin!

  • « Quand vous affirmez que c'est Dieu qui choisit les papes, je conclus logiquement que c'est donc Dieu qui a choisi Alexandre VI Borgia ». nous dit Claude CHARLES.

    Difficile de comparer ce Pape Alexandre VI Borgia qui vécut entre 1431 et 1503 avec les serviteurs actuels du Christ. Cet homme apparaît comme le plus amoral de tous les papes de la Renaissance mais un fin politique et un homme d’État d’envergure. Nous devons avoir confiance en Dieu et que
    «Les fautes des autres sont des leçons pour nous » (proverbe danois).
    D’autre part dans la bible (Livre des proverbes) il est dit :
    "Dans son cœur, l’homme propose ; par sa parole, Dieu dispose. Chacun trouve sa conduite pure, mais le Seigneur pèse les esprits. Remets ton action au Seigneur, et tes projets réussiront. Le Seigneur a tout fait selon son dessein, même le méchant, pour les jours de malheur". Livre des proverbes. Ch. 16 ; 1-4.

    Que savons-nous aujourd’hui sur : La maîtrise de Dieu sur le monde?
    « La Bible revient plus d’une fois sur la mystérieuse maîtrise de Dieu sur le monde. Il n’en est pas seulement le Créateur. Il veille avec une attention toute particulière sur le cours des évènements et sur l’existence de chacune de ses créatures. - Dieu est le créateur des grands et des petits et Il prend soin des uns comme des autres (Sg 6,7.).
    « La Sagesse s’étend avec force d’un bout du monde à l’autre et elle gouverne l’univers pour son bien ». (Sg 8,1).
    « Vous avez tout réglé, Seigneur, avec mesure, avec nombre et avec poids. (Sg 11,20).
    Père Descouvemont – docteur en théologie
    « Peut-on croire à la Providence » (P. 17) :

    Lorsque Jésus-Christ a choisi l’Apôtre Pierre pour bâtir son Église, pensons-nous qu'il a choisi un être humain parfait ?
    « Arrivé dans la région de Césarée de Philippe, Jésus posa à ses disciples cette question : « Au dire des gens, qu’est le Fils de l’homme ? ». Ils dirent : « Pour les uns Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou quelqu’un des prophètes. » - « Mais pour vous, leur dit-il ? Qui suis-je ? » Simon-Pierre répondit : « tu es le christ, le Fils de Dieu vivant. » En réponse, Jésus lui dit : « Tu es heureux, Simon fils de Jonas car cette révélation t’est venue non de la chair et du sang mais de mon Père qui est dans les cieux. Et bien ! Moi je te dis : Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les Porte de l’Hadès ne tiendront pas contre elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux : quoi que tu lies sur la terre, ce sera tenu dans les cieux pour lié, et quoi que tu délies sur la terre, ce sera tenu dans les cieux pour délié. »
    Pierre douta de Dieu en s’opposant au chemin qui annonçait sa Passion. Il le renia trois fois. Jésus lui dit même : «Arrière Satan, tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes » (Marc 8,33). Il fut aussi interpellé à trois reprises par Jésus qui lui demanda : «M’aimes-tu ?».
    Pourtant que fit jésus ? Jésus en fit le pasteur de son troupeau (Jean 21,15-17).
    Pierre reçut les clefs du Royaume des Cieux, le pouvoir de lier et délier (Matthieu 16,19) que Jésus confia à l’ensemble des disciples après la Résurrection (Jean 20,22-23).
    « Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. ». « Ayant dit cela, il souffla et leur dit : Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus".

    Quoi que nous pensions, chacun de nos Papes successivement placé sur la chaire de Pierre pour diriger le destin de l’Église a été choisi par l’Esprit de Dieu en connaissance de cause. Que dire aujourd’hui du Pape François ? Pouvons-nous douter de la toute-puissance de vision de Dieu ?
    Ne jugeons pas trop vite négativement le Pape François ou quel qu’autres papes, au nom de l’amour et la confiance que nous devons avoir pour Dieu tout puissant. Que savons-nous de la croix que porte le Pape dès son élection? C’est dans la prière que le Pape cherche toutes les forces qui lui viennent de l’Esprit de Dieu seul à sonder les cœurs et les âmes et qui a vu en lui l’homme de la situation pour faire sortir en cette année 2020 tous les loups cachés au sein de l’Église du Christ ! Dieu sait s’ils sont nombreux à être sortis de leurs tanières pour montrer les crocs meurtriers ! Il n’est pas difficile de saisir que ces loups sont les complice des mauvais desseins du dictateur – ennemi attitré de Dieu – que nous connaissons tous. Nous vivons tous les jours les résultats de ses attaques.

    Rendons grâce à Dieu, ne jugeons pas les cardinaux, et ne doutons pas de Dieu. Ce qui est à prendre en compte ce ne sont pas nos critères de vie, mais les critères de l’avenir de la vie de l’Église catholique et de l’importance que représente donc pour Dieu la conversion de TOUS, car Jésus est mort sur la croix pour que tous un jour nous soyons UN.
    Admettons que les plans de Dieu ne sont donc pas les nôtres, acceptons-les dans la paix.

    J'ai lu le livre signé par le Pape émérite Benoît XVI et le Cardinal Robert Sarah et je garde toute ma confiance en la lecture qu'en fera le Pape François. Dieu veille et agira.. De notre côté PRIONS particulièrement le rosaire pour "que la volonté de Dieu se fasse pour le plus grand bien de notre humanité" .
    "Le Rosaire récité est bien plus terrible au démon, puisqu'on fait, par ce moyen un corps d'armée pur l'attaquer.
    (St Louis-Marie Grignion de Montfort).

  • Tout pape est un homme et donc un pécheur. De ses fautes personnelles, il aura à répondre devant Dieu. Son état de chef de l'Eglise lui confère cependant une responsabilité particulièrement grave : celle de conforter ses frères dans la foi. Cette mission essentielle est bien plus délicate à mettre en oeuvre à notre époque où l'information se répand quasi instantanément. Raison de plus pour être à la fois prudent et rigoureux dans l'expression et éviter les situations qui peuvent se retourner contre vous. La volonté d'atteindre les périphéries est certes louable, mais ne peut se réaliser au détriment de la vérité transmise depuis 2000 ans. Il ne s'agit pas de se compromettre avec les périphéries, mais de s'efforcer de les convertir.

  • … oui, Raison et Prudence !
    La machine a dépassé l'homme !
    Il est bien derrière les algorithmes, c'est lui qui alimente la machine, mais il ne peut maîtriser ses effets .
    De plus elle n'a pas de sentiments, cette machine, ni de conscience.
    Elle ne pourra jamais simuler la conscience reconnaissent cependant les chercheurs inquiets. (!?) Emission La grande librairie (Aurélie Jean)
    Heureusement il y a encore des intelligences éclairées pour nous garder sur le Bon Chemin de la Foi, de l'Espérance et de la Charité pour agir pour le Bien, le Beau, le Vrai.
    Faut-il vraiment aller jusqu'à l'irréparable produit par les androïdes sans conscience ?

    Raison et Prudence inspirées par Dieu, c'est Lui le Créateur, c'est Lui qui aura le dernier mot…
    Toujours et à jamais ...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel