Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Union Européenne aura finalement un autre envoyé spécial pour la liberté religieuse dans le monde

IMPRIMER

De Marco Respinti sur Bitter Winter :

L'UE aura un autre envoyé spécial pour la liberté religieuse dans le monde

09/07/2020

La fonction a été restaurée après que la Commission européenne l'ait démantelé et que beaucoup aient protesté. Bien que son nom soit encore inconnu, le travail du prochain correspondant doit commencer en Chine.

Les signaux contradictoires en provenance de Bruxelles se poursuivent. Le 8 juillet, la Grecque Margaritis Schinas, vice-présidente de la Commission européenne (CE), a annoncé sur Twitter la décision de la CE de rétablir la fonction d'envoyé spécial pour la promotion de la liberté de religion ou de conviction en dehors de l'Union européenne, afin de montrer "[...] notre détermination à faire respecter les droits de TOUTES les confessions et convictions dans le monde entier.

La décision est venue de manière tout à fait inattendue. En effet, le 4 juin, la CE avait écrit à la Table ronde internationale des religions à Bruxelles, qui avait soutenu le renouvellement de ce bureau, déclarant que le rôle de l'envoyé spécial serait suspendu et ajoutant vaguement que la même mission serait poursuivie d'autres manières.

Le bureau de l'envoyé spécial a été créé le 6 mai 2016, conformément à la demande formulée par le Parlement européen dans sa résolution du 4 février 2016 qui visait à répondre aux massacres des minorités religieuses en Irak et en Syrie perpétrés par le groupe terroriste connu sous le nom d'ISIS.

Ce poste était donc occupé par le Slovaque Ján Figel', qui avait déjà été commissaire européen et ministre des transports dans son propre pays, et qui l'a occupé jusqu'en décembre 2019, date à laquelle son mandat a expiré.

Immédiatement, des associations et des évêques de la liberté religieuse en Europe - dont le portail d'information multilingue en ligne International Family News, que je dirige, et un groupe d'ONG et de médias pro-droits de l'homme, dont Bitter Winter - ont adressé des pétitions à la présidente de la CE, Ursula von der Leyen, pour demander un nouveau mandat pour Figel'. Mais lorsque la CE a répondu non seulement que le mandat de Figel' ne serait pas confirmé, mais aussi que le bureau de l'envoyé spécial lui-même serait supprimé, beaucoup ont été étonnés. À ce stade, nous avions émis l'hypothèse que la question pourrait avoir un rapport avec l'intention de l'UE d'éviter une confrontation directe avec des pays importants dans le monde dont le bilan en matière de droits de l'homme et de liberté religieuse est très faible.

L'affaire a toutefois été rouverte lorsque trois importants chefs religieux allemands ont de nouveau fait appel à Mme von der Leyen.

Maintenant que l'office de l'envoyé spécial a été reconfirmé à la satisfaction de nombreux partisans de la liberté religieuse, quelque peu réconfortés par le commentaire de Schinas selon lequel "la nomination, qui sera bientôt officialisée, montre notre détermination à faire respecter les droits de TOUTES les confessions et croyances dans le monde entier", certains doutes subsistent.

Tout d'abord, l'office de l'envoyé spécial a été rétabli, mais le nom de l'envoyé spécial est encore inconnu. Toutes les pétitions adressées à Mme von der Leyen avaient demandé le renouvellement du mandat de Figel'.

Nommer d'autres personnes, aussi qualifiées soient-elles, serait un coup personnel porté à un homme qui a brillamment servi dans ce rôle, malgré les nombreuses limites structurelles de sa fonction, et peut-être un changement subreptice de la politique de la CE à l'égard de la liberté religieuse elle-même. Seul l'avenir nous le dira.

Sur le plan positif, la nomination d'un envoyé est un signe que l'UE entend prendre au sérieux la liberté religieuse, même en dehors de ses frontières, ou du moins que la Commission estime que les protestations contre l'annulation de la fonction ont été trop nombreuses pour rester sans réponse. L'UE doit maintenant prendre au sérieux toutes les violations de la liberté religieuse dans le monde, à commencer par le pays qui, par sa taille, le nombre de ses citoyens et son bilan catastrophique en matière de droits de l'homme, est le principal coupable dans le monde des violations de la liberté des croyants de toutes confessions : la Chine, qui est trop souvent restée hors du radar de l'UE.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel