Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

France, loi bioéthique : les amendements controversés

IMPRIMER

D'I. Bone sur le site de l'Institut Européen de Bioéthique :

Projet de loi bioéthique : de nouveaux amendements controversés

05/08/2020

Dans la nuit du 1er août, l'Assemblée nationale française a adopté en deuxième lecture le projet de loi Bioéthique. Le texte, désormais renvoyé au Sénat, comprend diverses modifications importantes.

Mesures adoptées

A la suite des trois jours de débats dans un hémicycle fort clairsemé, la mesure-phare de l'ouverture de la procréation médicalement assistée (« PMA ») à toutes les femmes a été adoptée. Contrairement à ce que le Sénat avait voté en première lecture, la PMA serait remboursée par la Sécurité sociale aux femmes seules ou en couple, le critère d'infertilité médicale étant abandonné. Le texte permet également d'établir la filiation au sein d'un couple de femmes par reconnaissance anticipée de l'enfant à naître auprès d'un notaire.

En vertu du nouveau texte, les enfants nés par PMA d'un don de gamètes avant la nouvelle loi de bioéthique pourraient accéder, dès leur majorité, à des données non identifiantes ou même à l'identité de leur donneur si ce dernier est d'accord.

Le cadre législatif relatif à l'avortement est également modifié. A travers un amendement introduit en dernière minute, l'interruption médicale de grossesse (« IMG ») pourrait être autorisée jusqu'au terme de la grossesse, pour cause de « détresse psychosociale ».

Quant aux cellules souches embryonnaires, les députés facilitent la recherche sur celles-ci en levant l'obligation pour les chercheurs de demander une autorisation préalable en la matière. La possibilité de créer des embryons chimères homme-animal et des embryons transgéniques est également admise dans le texte actuel.

Mesures rejetées

Plusieurs amendements controversés ont en revanche été rejetés. Ainsi, la technique de la « Ropa » (Réception d'ovocytes de la partenaire) qui aurait permis aux couples des femmes de « partager » la maternité a été écartée.

Tel est également le cas pour le dépistage chromosomique des embryons. Les députés ont abandonné l'extension du diagnostic préimplantatoire à la recherche d'aneuploïdies (DPI-A), dont la trisomie 21.

En ce qui concerne la PMA post-mortem, une large majorité de députés a voté contre son autorisation.

Le Sénat n'examinera probablement pas le texte avant le début de l'année 2021. S'en suivra la réunion d'une commission mixte paritaire chargée de rassembler sénateurs et députés autour d'un texte commun.

Sources : alliancevita.org ; la-croix.com

 

Communiqué de Monseigneur Dominique Rey, evêque de Fréjus-Toulon

Je dénonce avec gravité la nouvelle loi de bioéthique qui a été votée au milieu de la nuit du 30 Juillet dernier.
En plus des multiples transgressions qui ont été dénoncées depuis de nombreux mois par l'épiscopat français, les parlementaires ont intégré au texte, en catimini un nouvel élargissement de l'avortement. En effet, les condition d'une IMG (Interruption Médicale de grossesse) ont été élargies au critère de "détresse psychosociale". Critère très dangereux car difficilement définissable. Ainsi les avortements seront rendus possibles jusqu'au terme de la grossesse. La suppression toujours plus importante des enfants à naître est une épouvantable tragédie et cette nouvelle atteinte à la vie doit être dénoncée avec la plus grande force.

La vie de l'enfant dans le sein de sa mère doit être respectée et protégée. Il s'agit du fondement d'une civilisation.

Commentaires

  • L'homme est en train de renoncer à sa conception divine.
    Il devient une marchandise.
    Les êtres nés d'un homme et d'un animal serviront-ils de banque d'organes? Les créera-ton pour décharger les hommes supérieurs des besognes désagréables et en faire des esclaves? Tout devient imaginable...

  • Prochaine étape : le droit de supprimer le nouveau-né jusqu'à x jours après sa naissance pour cause de "déception traumatisante" , des fois qu'il ne correspondrait pas au modèle imaginé.

    Nous sommes gouvernés par de dangereux psychopathes d'apparence normale dont on se méfie beaucoup trop peu. Où est la réaction du peuple ? Noyée sous la propagande pseudo-logique et pseudo-morale de ces pervers "progressistes".

    A mois je ne sais quel sursaut spectaculaire, il faut s'attendre au pire pour bientôt.

  • Vous avez entièrement raison. Les ennemis du Christ ont le vent en poupe et tout ce qui techniquement possible sera déclaré légal car il ne peut y avoir de limite au "progrès", nouvelle idole de notre consternante société.

  • On s'étonne que nos ancêtres aient pu admettre l'esclavage, dans leur grande majorité, mais voici que ces lois "bio-éthiques" sont admises par la grande majorité de nos contemporains avec la même tranquillité d'esprit que s'il s'agissait d'un détail. Personne ne bouge. Même le Président de la République s'est réjoui du vote de ces lois avec une indécence consternante. Le mal devient un bien selon la volonté du Malin.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel