Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'Université Pontificale Urbanienne mène une enquête sur la foi pendant la pandémie

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Une université pontificale mène une enquête sur la foi pendant la pandémie

    L’université mène jusqu’au 15 août en enquête pour analyser les conséquences du coronavirus sur la foi des catholiques en Afrique, en Asie et en Océanie.

    (VNS) "Vivre la foi pendant la pandémie de Covid-19" : c’est l’intitulé de l'enquête en ligne que l'Université Pontificale Urbanienne mène en Afrique, Asie et Océanie, les trois continents sous la juridiction de la Congrégation pour l'Évangélisation des Peuples, dont dépend l'Université elle-même. Lancée le 29 juin, l'enquête numérique s'achèvera le 15 août et tentera de répondre à quelques questions spécifiques, par exemple : "Comment les fidèles laïcs ont-ils vécu la foi alors qu'ils ne pouvaient pas accéder aux sacrements ? Comment les ministres sacrés atteignaient-ils les fidèles lorsque le contact physique n'était pas possible ? Comment les religieux et les religieuses ont-ils vécu l'enfermement physique ?".

    «Nous, les catholiques, avons toujours été habitués à participer à la célébration eucharistique dominicale, à la confession et à d'autres pratiques rituelles, mais Covid-19 a complètement bouleversé, dans de nombreux pays et sans aucun avertissement, cette vie de foi», explique le professeur Elias Frank, directeur de Ius Missionale, la revue de la faculté de droit canonique de l’université. Presque partout dans le monde, les autorités gouvernementales ont en effet ordonné la fermeture de nombreux lieux de culte, ou en tout cas ont interdit la célébration des messes en public.

    Mais, poursuit le professeur Frank, «l'Église est le "corps palpitant du Christ", construit sur le roc: la simple fermeture des lieux de culte ne peut l'ébranler, pas même la Covid-19. Son chef est le Christ et nous sommes donc plus que sûrs que l'Église résistera à toute tempête.» L'expérience de la pandémie conduit à une réflexion, souligne à nouveau le directeur de Ius Missionale : «La foi catholique est-elle seulement rituelle, ou y a-t-il quelque chose de plus?» L'enquête actuelle vise donc à «comprendre comment les gens ont vécu la foi et réagi à la fermeture des églises»«À partir des réponses, nous espérons comprendre ce que cela signifie pour les fidèles en général d'être Église», conclut-il.

    Ceux qui le souhaitent peuvent participer à l'enquête en remplissant un formulaire spécial disponible sur ce lien : https://forms.gle/F7Ri5WuoEvJyM3597.

  • France, loi bioéthique : les amendements controversés

    IMPRIMER

    D'I. Bone sur le site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Projet de loi bioéthique : de nouveaux amendements controversés

    05/08/2020

    Dans la nuit du 1er août, l'Assemblée nationale française a adopté en deuxième lecture le projet de loi Bioéthique. Le texte, désormais renvoyé au Sénat, comprend diverses modifications importantes.

    Mesures adoptées

    A la suite des trois jours de débats dans un hémicycle fort clairsemé, la mesure-phare de l'ouverture de la procréation médicalement assistée (« PMA ») à toutes les femmes a été adoptée. Contrairement à ce que le Sénat avait voté en première lecture, la PMA serait remboursée par la Sécurité sociale aux femmes seules ou en couple, le critère d'infertilité médicale étant abandonné. Le texte permet également d'établir la filiation au sein d'un couple de femmes par reconnaissance anticipée de l'enfant à naître auprès d'un notaire.

    En vertu du nouveau texte, les enfants nés par PMA d'un don de gamètes avant la nouvelle loi de bioéthique pourraient accéder, dès leur majorité, à des données non identifiantes ou même à l'identité de leur donneur si ce dernier est d'accord.

    Le cadre législatif relatif à l'avortement est également modifié. A travers un amendement introduit en dernière minute, l'interruption médicale de grossesse (« IMG ») pourrait être autorisée jusqu'au terme de la grossesse, pour cause de « détresse psychosociale ».

    Quant aux cellules souches embryonnaires, les députés facilitent la recherche sur celles-ci en levant l'obligation pour les chercheurs de demander une autorisation préalable en la matière. La possibilité de créer des embryons chimères homme-animal et des embryons transgéniques est également admise dans le texte actuel.

    Mesures rejetées

    Plusieurs amendements controversés ont en revanche été rejetés. Ainsi, la technique de la « Ropa » (Réception d'ovocytes de la partenaire) qui aurait permis aux couples des femmes de « partager » la maternité a été écartée.

    Tel est également le cas pour le dépistage chromosomique des embryons. Les députés ont abandonné l'extension du diagnostic préimplantatoire à la recherche d'aneuploïdies (DPI-A), dont la trisomie 21.

    En ce qui concerne la PMA post-mortem, une large majorité de députés a voté contre son autorisation.

    Le Sénat n'examinera probablement pas le texte avant le début de l'année 2021. S'en suivra la réunion d'une commission mixte paritaire chargée de rassembler sénateurs et députés autour d'un texte commun.

    Sources : alliancevita.org ; la-croix.com

     

    Communiqué de Monseigneur Dominique Rey, evêque de Fréjus-Toulon

    Je dénonce avec gravité la nouvelle loi de bioéthique qui a été votée au milieu de la nuit du 30 Juillet dernier.
    En plus des multiples transgressions qui ont été dénoncées depuis de nombreux mois par l'épiscopat français, les parlementaires ont intégré au texte, en catimini un nouvel élargissement de l'avortement. En effet, les condition d'une IMG (Interruption Médicale de grossesse) ont été élargies au critère de "détresse psychosociale". Critère très dangereux car difficilement définissable. Ainsi les avortements seront rendus possibles jusqu'au terme de la grossesse. La suppression toujours plus importante des enfants à naître est une épouvantable tragédie et cette nouvelle atteinte à la vie doit être dénoncée avec la plus grande force.

    La vie de l'enfant dans le sein de sa mère doit être respectée et protégée. Il s'agit du fondement d'une civilisation.

  • Qui fut Dominique de Guzmán ?

    IMPRIMER

    Saint Dominique

    KTO (archive 07/02/2016)

    À l’occasion du huitième centenaire de l’ordre dominicain, fondé en 1216, La Foi prise au mot vous propose de découvrir ou de redécouvrir la belle figure de son fondateur, Saint Dominique. Qui fut-il ce Dominique de Guzmán, né vers 1170 en Espagne, dans un tout petit village de Castille, et mort le 6 août 1221 à Bologne ? Quelle fut sa vie ? Comment parvint-il à fonder un ordre qui compte aujourd’hui 6500 frères, 4000 moniales, 35 000 soeurs réunies en 150 congrégations et 60 000 membres laïcs regroupés en multiples fraternités ? Quelle est son image aujourd’hui ? La Foi prise au mot reçoit aujourd’hui deux dominicains, Frère Philippe Jeannin et Frère Renaud Silly, pour répondre à toutes ces questions et revenir sur le parcours florissant de St Dominique.

  • 8 août : saint Dominique

    IMPRIMER

    Fra_Angelico_St._Dominic.jpgLors de l'audience générale du mercredi 3 février 2010, Benoît XVI a consacré sa catéchèse à saint Dominique Guzman :

    Chers frères et sœurs,

    La semaine dernière, j'ai présenté la figure lumineuse de François d'Assise et aujourd'hui, je voudrais vous parler d'un autre saint qui, à la même époque, a apporté une contribution fondamentale au renouveau de l'Eglise de son temps. Il s'agit de saint Dominique, le fondateur de l'Ordre des prêcheurs, connus également sous le nom de Frères dominicains.

    Son successeur à la tête de l'Ordre, le bienheureux Jourdain de Saxe, offre un portrait complet de saint Dominique dans le texte d'une célèbre prière: « Enflammé par le zèle de Dieu et par l'ardeur surnaturelle, par ta charité sans fin et la ferveur de ton esprit véhément, tu t'es consacré tout entier par le vœu de la pauvreté perpétuelle à l'observance apostolique et à la prédication évangélique ». C'est précisément ce trait fondamental du témoignage de Dominique qui est souligné: il parlait toujours avec Dieu et de Dieu. Dans la vie des saints, l'amour pour le Seigneur et pour le prochain, la recherche de la gloire de Dieu et du salut des âmes vont toujours de pair.

    Dominique est né en Espagne, à Caleruega, aux alentours de 1170. Il appartenait à une noble famille de la Vieille Castille et, soutenu par un oncle prêtre, il fut formé dans une célèbre école de Palencia. Il se distingua immédiatement par son intérêt pour l'étude de l'Ecriture Sainte et par son amour envers les pauvres, au point de vendre ses livres, qui à l'époque représentaient un bien d'une grande valeur, pour venir en aide, grâce à l'argent qu'il en tira, aux victimes d'une famine.

    Lire la suite