Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Moraliser le présent plutôt que de ressasser sans cesse les forfaits du passé

IMPRIMER

Du Père Charles Delhez s.J., cette chronique parue sur le site de la Libre :

À sans cesse ressasser les forfaits du passé, nous sommes aveugles à propos de ceux du présent

Ni idolâtrer le passé ni le charger de nous culpabiliser indéfiniment ou d’accuser aveuglément. Moralisons le présent plutôt que de jouer aux directeurs de conscience du passé.

Dans notre monde où violence, injustice et racisme n’ont pas disparu, mais changé de visage, certains reviennent sans cesse sur le passé, jugeant hors contexte et sans avoir tous les éléments en main. Nous péchons souvent par anachronisme, utilisant pour le passé des grilles de lecture dont nos ancêtres ne disposaient pas. Nos verdicts sont prononcés du haut du tribunal du présent, comme si celui-ci était pur.

Le véritable historien n’est pas un chercheur de crimes imprescriptibles, mais un veilleur qui tente de comprendre le passé pour que nous progressions vers un avenir meilleur pour tous. Il est stérile, pour le moins, de patauger sans cesse dans la culpabilité ou l’accusation. En rester aux pages noires du passé, c’est lui donner le droit de gangrener l’aujourd’hui.

La Tyrannie de la pénitence, Pascal Bruckner | Livre de Poche

Notre Vieux Continent me semble devenu masochiste, selon le mot de Pascal Bruckner (Pascal Bruckner, La Tyrannie de la pénitence. Essai sur le masochisme occidental, Grasset 2006), ou revanchard - mais contre qui ? Nous ressassons sans cesse les bavures de notre histoire et cultivons un complexe de culpabilité. Certes, nous avons colonisé le monde à notre profit, nous avons cautionné l’esclavage, poursuivi les sorcières, nous sommes partis en croisade… Il n’y a pas de quoi être fier. Il y a des faits inexcusables. Il faut pouvoir faire la vérité, ce qui suppose un long et lent travail, sans cesse à reprendre. Il faut savoir demander pardon. On ne peut ici que se réjouir des propos du roi Philippe au sujet du Congo. Il faut ensuite pouvoir oublier, abandonnant toute gloriole ou toute mémoire morbide.

L’oubli

"L’oubli est une puissance de recommencement pour les générations qui arrivent", estime Pascal Bruckner. Oubli n’est donc pas ici synonyme d’amnésie, mais de volonté d’aller de l’avant. Puis-je encore accuser les Romains d’aujourd’hui d’avoir vu naître un César qui a conquis les Gaules, conquête qui nous a quand même permis de sortir de notre barbarie et de profiter de la culture gréco-romaine ? Victimes comme coupables - et leurs regards ne sont pas identiques - doivent pouvoir tourner la page et entamer un nouveau chapitre. Du pire peut jaillir du meilleur.

L’histoire nous aide à ne pas retomber dans les mêmes travers, non pas à régler nos comptes. Elle nous permet aussi de reconnaître que nous sommes des bénéficiaires, que nous n’avons pas tout inventé, qu’il nous faudra à notre tour transmettre le meilleur en nous délestant au plus vite du déplorable. Ni idolâtrer le passé ni le charger de nous culpabiliser indéfiniment ou d’accuser aveuglément. Moralisons le présent plutôt que de jouer aux directeurs de conscience du passé.

Assumons notre histoire

L’Église est singulièrement victime de cette mise en boucle du passé. On demande sans cesse aux chrétiens de porter le poids des siècles précédents. Or nous sommes tous les héritiers du meilleur et du pire de cette Europe qui se disait chrétienne, où Église et nations étaient intimement imbriquées. Pourquoi donc seule l’institution ecclésiale serait-elle coupable comme si elle portait seule le poids de notre passif ? Nous revenons toujours sur le pire, sans nuance ni contextualisation, condamnant sans appel.

On associe souvent le devoir de mémoire aux moments sombres. N’y a-t-il pas aussi des épisodes glorieux ? Il n’y a pas que les Borgia, les Staline et Hitler. Il y a aussi des saints, des Léonard de Vinci, des Pic de la Mirandole et des Newton. Dans le champ de l’histoire se mêlent depuis toujours l’ivraie et le bon grain. À sans cesse ressasser les forfaits du passé, nous sommes aveugles à propos de ceux du présent et, surtout, nous négligeons les défis à relever pour inventer un avenir digne de l’homme. Or ils sont nombreux. Ne pas nier, ne pas récrire notre histoire en la falsifiant, mais l’assumer avec ses grandeurs et ses petitesses, ses héroïsmes et ses crimes, et puis oser aller de l’avant, puisant dans les ressources du passé, sans en faire l’âge d’or, ce qui peut encore nourrir le présent et l’avenir.

Commentaires

  • Ici ou ailleurs, il n'y a aucune raison de se réjouir de regrets malvenus émis par notre... roi.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel