Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Congo: la RDC signe un accord-cadre avec le Saint-Siège

    IMPRIMER

    Interview de Mgr Marcel Utembi, archevêque de Kisangani (autrefois aussi dénommée Stanleyville) et Président de la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo) par Radio Vatican:

    JPSC

  • Le carême : un ramadan des chrétiens ?

    IMPRIMER

    Du Père Danziec sur le site de Valeurs Actuelles :

    Non, le carême n’est pas le ramadan des chrétiens !

    28/02/2020

    Mercredi dernier était celui des cendres. L’imposition de ces dernières par le prêtre sur le front des fidèles marque le début du carême chez les catholiques. Le père Danziec saisit l’occasion pour rappeler les distinctions fondamentales entre le carême catholique et le ramadan dans l’islam.

    Dans un collège privé de province, la catéchiste interroge les élèves présents au cours (non obligatoire) d’instruction religieuse : « Qu’est-ce que le carême ? », demande-t-elle. Une main hésitante se lève et la réponse incertaine d’un garçon aurait de quoi faire retourner dans leur tombe la cohorte des bons pères jésuites du siècle dernier. « Le carême, c’est pas un peu le ramadan des catholiques madame ? » Voilà donc l’ignorance crasse en matière religieuse à laquelle ont abouti cinquante ans de prédication hasardeuse et de logique d’enfouissement de l’Eglise de France. Non seulement, une quantité non-négligeable de personnes – de baptisés même – ignore aujourd’hui ce qu’est le carême, mais ils sont de plus en plus nombreux à le définir en référence à un islam plus visible, plus affirmatif et surtout plus que jamais décomplexé. Cependant cette croissance récurrente de l’islam en France, dont on aurait peine à ne pas voir le lien avec les flux migratoires, n’épuise pas à elle seule les raisons de cette situation.

    Evidemment, n’y est pas pour rien aussi une certaine rupture de la transmission de la foi dans les familles de tradition chrétienne. Dans ces dernières, on continue bien-entendu de fêter Noël ou d’organiser dans le jardin familial une chasse aux œufs le dimanche de Pâques. Lorsque le grand-père décède, on tient à ce qu’il y ait un prêtre plutôt que des laïcs pour assurer la cérémonie. Mais du mystère de l’Incarnation, de la signification de la Rédemption ou des défis de la vie éternelle, depuis longtemps elles en ignorent le sens et la portée.

    Lire la suite

  • "Nous ne savons plus croire" et alors nous nous mettons à croire n'importe quoi...

    IMPRIMER

    D'Eugénie Bastié sur le site du Figaro Vox :

    «Parce que nous ne savons plus croire, nous nous mettons à croire n’importe quoi»

    FIGAROVOX/ENTRETIEN - À l’occasion de la sortie de son ouvrage Nous ne savons plus croire, le philosophe Camille Riquier revient sur la place de la croyance dans les sociétés occidentales contemporaines. Selon lui, notre époque se caractérise par un épuisement de la foi.

    29.02.2020
     
    L’Angélus de Millet
    L’Angélus de Millet angelus de Millet Wiki commons

    Camille Riquier est vice-recteur à la recherche de l’Institut catholique de Paris et professeur à la Faculté de philosophie. Spécialiste de Bergson et de Péguy, il vient de publier Nous ne savons plus croire (Desclée de Brouwer, 2020).


    FIGAROVOX.- «Nous ne savons plus croire»: tel est le titre et le constat étayé de votre livre où vous décrivez minutieusement l’état de nos croyances minées par des siècles de philosophie du soupçon. Est-ce à dire qu’on croyait mieux avant? Que la foi de nos ancêtres était plus forte, plus pure?

    Camille RIQUIER.- Reconnaître notre impuissance à croire dans nos sociétés occidentales actuelles, si tant est que nous partagions un tel constat, ne veut pas dire que l’humanité croyait mieux avant. Non, ce n’était pas mieux avant ; ce n’était d’ailleurs pas pire non plus. La fantaisie des hommes est sans limites, et il a toujours été difficile de croire. Si l’on suit la courbe des croyances selon les siècles, on s’aperçoit plutôt qu’elle épouse les soubresauts de l’histoire. La foi est variable et sinueuse, et dépend d’un grand nombre de facteurs pour se développer et accrocher le cœur des hommes. Elle a ainsi pu être naïve ou réfléchie, ignare ou instruite ; elle a pu être faible ou vigoureuse, bonne ou mauvaise ; elle a pu être encore loyale ou déloyale, formée ou informe, orthodoxe ou hérétique, constante ou capricieuse, humble ou fière… La foi pouvait être tout cela ; mais du moins, cela signifie que les anciennes humanités croyaient. Or, c’est cet acte si simple et naturel, dont on a longtemps été prodigue, qui nous semble désormais interdit, en dépit du désir qui pourrait pourtant nous y ramener. Deleuze, dans son ouvrage Cinéma 2: L’image-temps voyait même là une spécificité des temps présents: «le fait moderne, c’est que nous ne croyons plus en ce monde. Nous ne croyons même pas aux événements qui nous arrivent, l’amour, la mort, comme s’ils ne nous concernaient qu’à moitié. Ce n’est pas nous qui faisons du cinéma, c’est le monde qui nous apparaît comme un mauvais film.»

    Lire la suite

  • Pourquoi l'extension de l'avortement à 4 mois 1/2 est une mauvaise idée

    IMPRIMER

    Même si nous ne partageons pas la position selon laquelle la législation existante en matière d'avortement serait tout à fait satisfaisante, il nous semble intéressant de partager ces réflexions d'un gynécologue :

    Un gynécologue explique pourquoi il est opposé la proposition de loi dépénalisation de l’ #avortement jusqu’à 18 semaines / 4 mois 1/2

    L'extension de l'avortement à 4 mois 1/2 est une mauvaise idée pour...
    Le Docteur Demuylder, gynécologue, nous explique pourquoi l'extension de l'avortement à 18 semaines est un acte traumatisant et techniquement difficile. L'in...
    youtube.com
  • Si, pour vaincre la peur de l'infection à coronavirus, on met nos églises à genoux...

    IMPRIMER

    D'Andrea Riccardi sur La Stampa en traduction française sur le site de Sant'Egidio :

    Si pour vaincre la peur de l'infection à coronavirus, nos églises sont mises à genoux...
    Le sociologue américain Rodney Stark note à quel point le comportement des premiers chrétiens dans les épidémies a été décisif: ils n'ont pas fui comme des païens hors des villes

    Andrea Riccardi, historien, académicien, a fondé la Communauté de Sant'Egidio en 1968. Au gouvernement Monti, il était ministre sans portefeuille pour la coopération internationale

    La Stampa : "Si pour combattre la peur, on met nos églises à genou"

    29 FÉVRIER 2020

    Les nombreuses églises fermées dans le nord de l’Italie, la suspension des messes, les obsèques célébrées en présence des seuls proches et d’autres mesures de ce genre m’ont laissé une certaine amertume.

    Je ne suis pas épidémiologiste, mais nous trouvons-nous vraiment face à des risques si grands qu’il faille renoncer à notre vie religieuse communautaire ? La prudence est de mise, mais sans doute nous sommes-nous laissé prendre la main par le grand protagoniste de l’époque : la peur. Par ailleurs, commerces, supermarchés et bars sont (en partie) ouverts, tandis que bus et métros fonctionnent. Et à juste titre. Quant aux églises, elles ont été quasiment traitées à l’égal des théâtres et des cinémas (contraints à la fermeture). Elles peuvent rester ouvertes, mais sans prière commune. Quel danger représentent les messes de semaine auxquelles participent une poignée de personnes, éparpillées sur les bancs dans des édifices de grande capacité ? Moins qu’un bar, que le métro ou le supermarché. Ce n’est qu’en Émilie que les messes de semaine ont été autorisées. Un signe fort de peur. Mais aussi l’expression de l’alignement de l’Église sur les institutions civiles.

    Les églises ne sont pas seulement un « rassemblement » à risque, mais aussi un lieu de l’esprit : une ressource en des temps difficiles, qui suscite de l’espérance, qui console et qui rappelle qu’on ne se sauve pas seul. Je ne voudrais pas remonter à Charles Borromée, en 1576-77, l’époque de la peste à Milan (épidémie bien plus grave que le coronavirus et combattue alors à mains nues), mais en ce temps-là on visitait les malades, on priait avec le peuple et on faisait une procession pieds nus et en nombre pour la fin du fléau. Assurément, la prière commune dans l’église nourrit l’espérance et la solidarité. On sait combien des motivations, fortes et spirituelles, aident à résister à la maladie : c’est l’expérience commune. Le sociologue américain Rodney Stark, écrivant au sujet de l’ascèse du christianisme dans les premiers siècles, note combien le comportement des chrétiens dans les épidémies était décisif : ceux-ci ne fuyaient pas comme les païens à l’extérieur des villes et ne s’en allaient pas comme les autres, mais, motivés par leur foi, se rendaient des visites et se soutenaient, priaient ensemble, ensevelissaient les morts. Si bien que leur taux de survie fut plus élevé que celui des païens en raison de l’assistance consciencieuse, pourtant sans médicaments, et en raison du lien communautaire et social. Les temps changent, mais les récentes mesures sur le coronavirus semblent banaliser l’espace de l’Église, révélant la mentalité des gouvernants.

    Face à la « grande peur », seul parle le message de la politique, unique et incertaine protagoniste de ces jours. Le silence dans les églises (même si elles sont ouvertes) est un peu un vide dans la société : le fait de se retrouver librement ensemble dans la prière aurait constitué un tout autre message, même si la prudence et le contrôle de soi sont de mise. Médias sociaux, radio et télévision ne le remplacent pas. On comprend pourquoi l’archevêque de Turin, monseigneur Nosiglia, déplore que, dans l’arrêté pris par la Région Piémont (semblable aux autres régions du nord) « les services religieux sont considérés comme superflus et donc non exemptés de mesures restrictives ». Ainsi : « superflus ». C’est un fait sur lequel il convient de réfléchir : c’est le produit d’une politique qui nourrit la peur, même si parfois elle exhibe des symboles religieux. Mais le symbole religieux par excellence est la communauté en prière. Pas même à l’époque des bombardements et du passage du front durant la Seconde Guerre mondiale (quand l’Église fut l’âme de la tenue d’un peuple), les églises n’ont pas été fermées ni les prières suspendues. Au contraire, le peuple se rassemblait avec confiance dans ces lieux, malgré les dangers des bombes et des massacres. Sans doute la collaboration de l’autorité ecclésiastique locale avec les autorités régionales a-t-elle été trop entendue comme une subordination à ces dernières. On finit ainsi par banaliser la présence et l’apport de l’Église, qui apporte au contraire sa contribution à la vie des personnes. De tristes funérailles ont lieu au cimetière, rien qu’avec quelques proches. Le « silence » et la solitude religieuse ajoutent à la gravité et à la difficulté de la situation. Nous essayons d’écouter les sentiments du « peuple de Dieu » : à Padoue, la famille d’une jeune fille de 14 ans, écrasée par le malheur, a refusé les obsèques en cercle privé et a obtenu de la part des autorités une cérémonie à l’extérieur pour faire participer de nombreux jeunes.

  • Invocabit me (introit du 1er dimanche de carême)

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Ps. 90, 15 et 16  
    INVOCÁBIT me, et ego exáudiam eum: erípiam eum, et glorificábo eum: longitúdine diérum adimplébo eum. Ps. ibid., 1 Qui hábitat in adiutório Altíssimi, in protectióne Dei caeli commorábitur. Il m’invoquera et je l’exaucerai ; je le sauverai et je le glorifierai, je le comblerai de jours. Ps. ibid., 1. Celui qui habite sous l’assistance du Très-Haut demeurera sous la protection du Dieu du ciel.
  • Premier dimanche de Carême : Jésus tenté au désert

    IMPRIMER

    La Première Tentation du Christ au désert – Psautier enluminé, vers 1222, Copenhague, Det kongelige Bibliotek.source : missel.free.fr

    Suite du saint Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon Saint Matthieu (IV, 1-11).

    Jésus, après son baptême[1], fut conduit au désert par l'Esprit[2] pour être tenté par le diable.

    Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits[3], il eut faim[4]. Le tentateur[5] s'approcha et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains[6]. » Mais Jésus répondit : « Il est écrit : l'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu[7]. »

    Alors le diable[8] l'emmena à la ville sainte, à Jérusalem, le place au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit[9] : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus lui déclara : «  Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l'épreuve le Seigneur ton Dieu[10]. »

    Le diable l'emmena encore sur une très haute montagne et lui fit voir tous les royaumes du monde avec leur gloire[11]. Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai[12], si tu te prosternes pour m'adorer. » Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : C'est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, et c'est lui seul que tu dois adorer. » Alors le diable le quitta. Voici que des anges s'approchèrent de lui, et ils le servaient.

    Textes liturgiques © AELF, Paris


    [1] Il fallait que tous les baptisés apprissent à ne point s'étonner si, après la grâce reçue, ils éprouvent de grandes tentations ; la chose est dans l'ordre : vous avez reçu des armes, c'est pour combattre et non pour vous reposer. Enfin, pour que vous ayez une preuve de la grâce qui vous a été faite : le démon ne vous aurait pas attaqué si Dieu ne vous avait élevé à cet honneur. C'est ainsi qu'il s'attaqua à Adam et ensuite à Job (saint Jean Chrysostome : homélie XIII du commentaire de l'évangile de saint Matthieu).
    Vous qui êtes devenus chrétiens, vous devez vous attendre à des attaques plus violentes du démon ; car la victoire qu'il remporte sur les saints lui donne plus de gloire, et il la désire avec plus d'ardeur. (saint Hilaire : commentaire de l'évangile de saint Matthieu, III 1).

    [2] Ce fut l'Esprit Saint qui conduisit lui-même Jésus au désert, voulant exprimer l'assurance avec laquelle il possède celui qu'il remplit de sa présence et l'offre aux traits du tentateur (saint Hilaire : commentaire de l'évangile selon saint Matthieu, III 1).

    [3] Vous reconnaissez-là un nombre à signification mystique. Ce fut pendant ce nombre de jours que les eaux du Déluge se répandirent sur la terre, que le prophète Elie jeûna dans sa caverne, que Moïse jeûna avant de recevoir la Loi. Il convient donc de passer dans le jeûne un nombre semblable de jours pour préparer notre entrée dans la vie (saint Ambroise : commentaire de l’évangile selon saint Luc, IV 15).

    [4] Le démon devait être vaincu, non par Dieu, mais par l’homme et par la chair de l’homme. Et c’est pourquoi l’homme en Jésus est abandonné à lui-même. C’est pourquoi il eut faim. Cette faim était aussi le signe de la faim qu’il devait éprouver, la faim de nos âmes, quand à la fin des quarante jours passés sur terre après sa Passion, il ramènerait près de Dieu la nature humaine qu’il avait assumée (saint Hilaire : commentaire de l’évangile selon saint Matthieu, III 2).

    [5] Que personne, étant dans l’épreuve, ne dise : « C’est Dieu qui m’éprouve » ; car Dieu est à l’abri des épreuves du mal, et lui-même n’éprouve personne (épître de saintJacques, I 13). La tentation est la sollicitation au mal qui vient du démon ; Dieu ne nous tente pas mais permet que nous soyons tentés.

    [6] Faisant cette proposition astucieuse, le démon nous décèle aussi sa faiblesse. Il ne peut lui-même précipiter les hommes, il faut qu’ils y consentent, et l’homme ne tombe que quand il abandonne les choses du ciel pour celles de la terre (saint Ambroise : commentaire de l’évangile selon saint Luc, IV 25).

    [7] Au lieu d’écraser son adversaire du poids de sa puissance, et de le rejeter dans l’abîme, il ne fait qu’évoquer les préceptes de la Sainte Ecriture, nous apprenant, toutes les fois que nous sommes attaqués, à bien nous établir dans la vérité plutôt qu’à faire sentir notre colère (saint Grégoire le Grand : Homélie XVI sur les péricopes évangéliques).

    [8] Le Mal n’est pas une abstraction, mais il désigne une personne, Satan, le Mauvais, l’ange qui s’oppose à Dieu. Le « diable » est celui qui « se jette en travers  » du dessein de Dieu et de son « œuvre de salut » accomplie dans le Christ. « Homicide dès l’origine, menteur et père du mensonge » (Jean, VIII 44), « le Satan, séducteur du monde entier » (Apocalypse, XII 9), c’est par lui que le péché et la mort sont entrés dans le monde et c’est par sa défaite définitive que la création toute entière sera « libérée du péché et de la mort » (« Catéchisme de l’Eglise catholique », publié en 1992).

    [9] Le démon se sert de l’Ecriture comme les hérétiques le feront plus tard, non pour devenir meilleur mais pour tromper (saint Jean Chrysostome : homélie XIII sur l’évangile selon saint Matthieu, 3).

    [10] Celui qui entrepend des choses trop hautes que Dieu ne lui ordonne ni ne lui conseille, sous prétexte qu’il ferait en sa faveur des choses extraordinaires qu’il n’a point promis, tente le Seigneur son Dieu. Il tente le Seigneur son Dieu lorsqu’il veut entendre par un effort de son esprit les inaccessibles mystères, sans songer que celui qui entreprend de sonder la majesté sera opprimé par sa gloire. Ceux-là donc tentent le Seigneur leur Dieu et n’écoutent pas ce précepte : Ne cherchez point des choses plus hautes que vous. Celui aussi qui entreprend de grands ouvrages dans l’ordre de Dieu, mais le fait sans y employer des forces et une diligence proportionnées, tente Dieu manifestement et attend de lui un secours qu’il n’a point promis. Il en est de même de celui qui se jette volontairement dans un péril qu’il peut éviter ; car s’il le peut, il le doit, et non par une téméraire confiance hasarder volontairement son salut. Celui qui dit, par le sentiment d’un faux repos, je m’abandonne à la volonté de Dieu, et je n’ai qu’à le laisser faire, au lieu d’agir avec Dieu et de faire de pieux efforts, tente le Seigneur son Dieu qui veut que nous soyons coopérateurs de sa sagesse et de sa puissance(Jacques-Bénigne Bossuet).

    [11] En entendant dire que le Sauveur fut tenté par le démon, porté par ses mains sacrilèges sur une montagne et sur le sommet du Temple, notre âme se révolte. Qu'y-a-t-il d'étonnant qu'il ait permis au démon de le transporter sur une montagne, quand il a permis à ses membres de le tuer. Car les méchants appartiennent au démon, ils sont ses membres : Pilate, les Juifs, les soldats qui crucifiaient Jésus, étaient les membres du démon. Il n'était pas indigne du Sauveur de subir la tentation, lui qui est venu pour subir la mort. Et comme il a guéri notre mort par sa mort, il nous a fortifiés par sa tentation contre nos tentations (saint Grégoire le Grand : homélie XVI sur les péricopes évangéliques).

    [12] Le démon sentait que cet homme venait le combattre ; mais à quoi bon combattre, s’il pouvait lui donner les royaumes de la terre ? Il n’y mettait qu’une condition, c’est qu’il reconnût sa suprématie. Notre Seigneur et Sauveur veut régner en effet . Il veut que toutes les nations lui soient soumises, mais pour être soumises à la vérité, à la justice et à toutes les autres vertus ; il veut régner par la justice et il ne veut point recevoir sans labeur son royaume d’un maître à qui il sera soumis. Il veut régner afin de conduire les âmes au service et à l’adoration de Dieu (Origène : homélie XXX sur l’évangile selon saint Luc).

  • Belgique : le Conseil d'Etat se fait complice de l'extension de l'avortement jusqu'à 18 semaines

    IMPRIMER

    Lu sur le site de la Libre :

    Dépénalisation de l'avortement: la proposition de loi passe le cap du Conseil d'Etat

    Le Conseil d'Etat a publié vendredi un avis très attendu sur la proposition de loi qui assouplit les conditions de l'avortement en Belgique. Il estime que les points principaux du texte, à savoir l'allongement de douze à 18 semaines du délai dans lequel une interruption volontaire de grossesse peut être pratiquée, la suppression des sanctions pénales et la réduction du délai de réflexion de six à deux jours, n'appelle pas d'observation particulière. La proposition de loi socialiste soutenue par les écologistes, les libéraux, DéFI et le PTB a été approuvée en deuxième lecture par la commission de la Justice de la Chambre à la fin de l'an dernier. Avant qu'elle ne soit examinée en séance plénière, le président de la Chambre, Patrick Dewael (Open Vld), l'a envoyée au Conseil d'Etat, plusieurs groupes ayant annoncé qu'ils solliciteraient une telle initiative.

    Puisqu'il s'agit d'un sujet éthique et particulièrement sensible, c'est en assemblée générale que le Conseil d'Etat s'est prononcé. Se fondant sur la Convention européenne des droits de l'homme, l'avis souligne que "le cadre juridique doit présenter une certaine cohérence et permettre de réaliser un juste équilibre entre les droits de la femme et l'intérêt de l'enfant à naître".

    Le Conseil d'Etat considère que le nouveau dispositif s'inscrit dans ce cadre. Il insiste sur la marge d'appréciation dont dispose le parlement pour légiférer sur l'avortement, aussi bien pour la réduction du délai dans lequel l'IVG peut être pratiquée de 12 semaines après la conception à 18 semaines, que le raccourcissement du délai de réflexion et la dépénalisation pour les femmes et les médecins qui la pratiquent.

    Ce dernier point aurait pu faire l'objet de remarques juridiques particulières mais le Conseil d'Etat s'inscrit dans la même logique. L'IVG doit être considéré comme un acte médical à part entière, estiment les auteurs de la proposition de loi. Dans ce cadre, le médecin qui ne respecterait pas la loi pourrait être poursuivi pour coups et blessures volontaires et dans le cadre de la loi sur l'exercice des professions de soins de santé, note l'avis.

    Le Conseil d'Etat préconise que des "clarifications" soient apportées au délit d'entrave, c'est-à-dire le fait d'empêcher une femme d'avorter, y compris en diffusant de fausses informations ou en dissimulant des informations. Il veut notamment savoir à partir de quel moment l'homme "partenaire de vie" qui exprime sa désapprobation à l'égard de l'avortement envisagé par la femme peut être poursuivi. Il estime aussi qu'il faut davantage préciser ce qui toucherait à la diffusion d'une opinion, voire de "fake news".

    "Un juste équilibre entre les droits de la femme et l'intérêt de l'enfant à naître" ? De qui se moque-t-on ? Quant à considérer l'IVG comme "un acte médical à part entière"...

    Les personnages respectables qui peuplent nos institutions, jusqu'au sommet de celles-ci, ne pourront donc jamais prétendre n'avoir pas été impliqués dans cette infâmie.

  • Chine : quand le Vatican déclare la guerre au cardinal Zen

    IMPRIMER

    De Ricardo Cascioli sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le Vatican déclare la guerre au cardinal Zen

    29-02-2020

    Il cardinale Zen

    le cardinal Zen

    Une lettre explosive signée par le doyen du Collège des cardinaux, le cardinal Giovanni Battista Re - que la Nuova Bussola Quotidiana a pu consulter - attaque durement l'archevêque émérite de Hong Kong, le cardinal Zen, coupable de critiquer l'accord secret entre la Chine et le Saint-Siège au prix d'une augmentation de la persécution des catholiques. La lettre mêle des jugements abusifs - affirmant une continuité qui n'existe pas entre la ligne de ce pontificat et celle des précédents pontifes - avec des déclarations très sérieuses : Benoît XVI se voit ainsi attribuer la paternité de l'accord actuel et un changement doctrinal est affirmé concernant la possibilité d'églises indépendantes .

    Le cardinal Joseph Zen est un obstacle pour l'Église en Chine, et désormais l'Église catholique peut également être constituée d'Églises indépendantes. C'est le jus d'une lettre explosive et incroyable envoyée le 26 février à tous les cardinaux par le doyen du Sacré Collège, le cardinal Giovanni Battista Re, et que la Nuova Bussola Quotidiana a pu consulter en exclusivité. Il s'agit d'une attaque frontale dure et inédite contre l'archevêque émérite de Hong Kong, âgé de 88 ans, fier opposant à l'accord secret entre la Chine et le Saint-Siège signé à Pékin le 22 septembre 2018.

    C'est un geste sans précédent, rendu encore plus significatif par le fait qu'il s'agit du premier acte officiel (le numéro de protocole est 1/2020) du nouveau doyen du Sacré Collège. Re avait été nommé le 18 janvier, à la suite du Motu Proprio par lequel le pape François lui avait étonnamment attribué ses fonctions pour une durée déterminée, les retirant ainsi au cardinal Angelo Sodano.

    Lire la suite

  • Quand le pape s'exprime sur l'intelligence artificielle

    IMPRIMER

    D'Hélène Ginabat sur zenit.org :

    Intelligence artificielle : un don à manier avec éthique, estime le pape

    Discours à l’Académie pour la vie (Traduction intégrale)

    L’innovation numérique est « un don de Dieu, c’est-à-dire une ressource qui peut porter de bons fruits », affirme le pape François, mais elle doit être accompagné d’une éthique et d’« une action éducative plus ample ».

    Le pape étant indisposé ce 28 février 2020, son discours à l’assemblée plénière de l’Académie pour la vie – qui se déroule au Vatican du 26 au 28 février sur le thème de l’intelligence artificielle – a été lu par Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie.

    Evoquant les algorithmes qui « extraient des données qui permettent de contrôler les habitudes mentales et relationnelles » des utilisateurs d’internet, « à des fins commerciales ou politiques », le pape met en garde : « Cette asymétrie, selon laquelle un petit nombre sait tout de nous, tandis que nous ne savons rien d’eux, engourdit la pensée critique et l’exercice conscient de la liberté. Les inégalités s’amplifient démesurément, la connaissance et la richesse s’accumulent dans les mains d’un petit nombre, entraînant des risques graves pour les sociétés démocratiques. »

    Il invite à garde « au centre de la connaissance et des pratiques sociales, la personne dans toutes ses dimensions, y compris les dimensions spirituelles ».

    Voici notre traduction du discours du pape François.

    HG

    Discours du pape François

    Mesdames et Messieurs les autorités,

    Mesdames et Messieurs,

    Chers frères et sœurs,

    Je vous salue cordialement à l’occasion de l’assemblée générale de l’Académie pontificale pour la vie et je remercie Mgr Paglia pour ses aimables paroles. Je suis reconnaissant pour leur présence envers le président du Parlement européen, le directeur général de la FAO et les autres autorités et personnalités dans le domaine de la technologie informatique. Je salue également les personnes qui participent, de l’Auditorium Conciliazione, et je me réjouis de la présence nombreuse, notamment de jeunes : c’est un signe d’espérance.

    Lire la suite

  • Le Chœur Universitaire de Liège fête son 70e anniversaire

    IMPRIMER

    Le Choeur ULiège fête son 70e anniversaire et vous invite à son concert qui sera donné à la Salle Académique de l’ULiège, place du 20-Août, le jeudi 2 avril à 20h

    choeur universitaire.jpg

    Au programme les « Coups de coeur du Choeur » avec de larges extraits du Requiem de Mozart, du Messie de Haendel, du Te Deum de Charpentier ou encore du Requiem de Brahms. 

    Un concert commenté par le conférencier Jean-Marc Onkelinx. 

    Le nombre de places à la salle Académique étant limité, nous vous invitons à réserver vos places par mail ou par téléphone : 0471/17 39 76 ou choeur@uliege.be

    (n° de compte du choeur : BE83 0004 5180 8115)

    Places à 15€ - 6€ pour les étudiants.

    JPSC

  • "Enfin libre!" : Asia Bibi se confie

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Rencontre avec la chrétienne pakistanaise Asia Bibi, libérée en 2018 après neuf ans de détention pour blasphème

    28/02/2020

    La chrétienne pakistanaise Asia Bibi répond aux questions d’Eglises d’Asie (EDA), à la sortie de son livre « Enfin libre ! » coécrit avec la journaliste Anne-Isabelle Tollet. Dans ce nouveau livre, elle revient sur son accusation de blasphème en 2009, sa condamnation à mort en 2010 et sur ses neuf ans de détention. Acquittée et libérée en novembre 2018, elle a enfin pu s’envoler au Canada en mai 2019 pour retrouver son mari et ses filles, sans avoir pu revoir son père. De passage en France cette semaine, elle a rencontré la maire de Paris Anne-Hidalgo le 26 février, qui l’a proclamée citoyenne d’honneur de la ville, et elle doit être reçue par le président Emmanuel Macron ce vendredi 28 février à qui elle devrait demander officiellement l’asile politique.

    Eglises d’Asie : Asia Bibi, vous venez de publier « Enfin libre ! » avec Anne-Isabelle Tollet. Qu’avez-vous voulu exprimer dans votre nouveau livre ?

    Asia Bibi : Aujourd’hui, je me sens bien mais en lisant ce livre, les gens vont découvrir combien j’ai souffert, et ce qu’est la vie de ceux qui sont punis pour des crimes qu’ils n’ont pas commis.

    Vous avez beaucoup prié en prison. Aujourd’hui, quel est le rôle de la prière dans votre vie ?

    Je prie toujours depuis que j’ai retrouvé la liberté, au moins deux fois par jour. Mais en prison, comme j’étais seule et qu’il n’y avait personne avec moi, je passais beaucoup de temps en prière. Aujourd’hui, je prie toujours et je lis la Bible, même si je suis plus âgée et qu’il y a beaucoup de choses à faire dans la maison. La prière est une partie essentielle de ma vie.

    Comment vous adaptez-vous à votre nouvelle vie ?

    Quand je suis sortie de prison et que j’ai quitté le Pakistan pour venir au Canada, je pouvais enfin profiter de l’air frais et de la liberté. Mais cette nouvelle vie n’était pas adaptée : au Canada, je restais dans la maison en permanence à cause du froid, et je n’ai pas vraiment pu recommencer une nouvelle vie là-bas. Je n’ai pas pu commencer d’études ou quoi que ce soit d’autres qui peut permettre de mener une vie meilleure. Nous n’avons-fait que rester à la maison.

    Quels sont vos projets, comment voyez-vous l’avenir aujourd’hui ?

    Mon principal objectif aujourd’hui, c’est que mes filles puissent recevoir une bonne éducation. J’aimerais moi aussi faire des études, notamment afin de pouvoir venir en aide aux autres personnes encore en prison, surtout celles qui vivent ce que j’ai vécu. Maintenant, je vais aussi avoir beaucoup de temps pour prier. Et je voudrais aussi faire quelque chose avec les journalistes et avec tous ceux qui peuvent venir en aide aux prisonniers.

    Comment s’est passé votre rencontre avec Mme Anne Hidalgo, ce mercredi 26 février ?

    J’ai été très heureuse de rencontrer Mme le Maire et tous ceux qui travaillent à la mairie de Paris, et aussi tous les français que j’ai vus cette semaine. J’ai vu et reçu beaucoup d’amour et je suis heureuse d’avoir pu visiter la France. Je suis aussi vraiment reconnaissante envers tous ceux qui nous accueillis et qui nous ont aidés durant notre séjour. J’ai été très heureuse de pouvoir prier ici et j’ai ressenti beaucoup de choses. Je pense du fond du cœur à tous ceux qui nous ont aidés ici.

    (EDA)

    Le livre Enfin libre !, coécrit avec Anne-Isabelle Tollet, est sorti en février 2020 aux éd. du Rocher, (205 pages, 17,90 €).