Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Clin d'oeil - Page 2

  • La Bavière traditionnelle a fêté les 88 ans de Benoît XVI avec le pape émérite

    IMPRIMER

  • Art contemporain : CQFD ?

    IMPRIMER

    Du figaro.fr :

    VIDEO - Une équipe néerlandaise a observé les réactions d'amateurs d'art face à un poster vendu 10 euros dans la célèbre enseigne suédoise, exposé dans une galerie d'art. Les réactions sont surprenantes.

    Les Néerlandais ne manquent pas d'humour. Boris Lange, présentateur de l'émission Life Hunters, a réalisé une expérience insolite dans un musée néerlandais. Il y a placé un tableau Ikea d'une valeur de 10 euros. Puis a interpellé les visiteurs en leur présentant la toile comme l'œuvre d'un artiste appelé Ike Andrews.

    Lorsque le jeune homme demande aux gens comment ils interprètent le tableau, ceux-ci n'hésitent pas à se lancer dans des explications tantôt farfelues tantôt pleines de profondeur. «C'est une illustration du chaos dans son esprit», «C'est un artiste qui peut mettre ses émotions dans ses peintures», disent-ils. L'artiste est visiblement bien apprécié par les amateurs d'art.

    Boris Lange leur a demandé ensuite de donner un prix à ce tableau. Les enchères ont vite grimpé. Certaines personnes l'ont estimé à plusieurs centaines d'euros, une femme à 666 000 euros tandis qu'un homme est même monté jusqu'à... 2,5 millions d'euros.

    Ce reportage plein d'humour et d'irrévérence relance ainsi à sa manière le vieux débat sur la définition de l'art, qui avait été initié par Duchamp en 1917, alors que ce dernier avait mis une cuvette de toilette dans un musée et proclamé qu'il s'agissait d'une œuvre d'art.

  • Wallons, je vous ai compris !

    IMPRIMER

    Stéphane Steeman, humoriste et chantre de notre belgitude, nous a quittés. En hommage à sa mémoire, nous mettons en ligne cette video où il imitait le grand Charles :

  • Les bonshommes de neige sont anti-islamiques

    IMPRIMER

    Lu sur le site de la Libre.be :

    Un prédicateur saoudien interdit les bonshommes de neige

    Suite à des récentes chutes de neige dans le pays, des enfants se sont naturellement mis à façonner des bonshommes de neige. Après tout, ce n'est pas tous les jours qu'un manteau blanc recouvre ce pays plutôt habitué à un climat désertique. Un acte a priori anodin et inoffensif. Sauf pour Mohammad Saleh Al Munadjid, l'un des cheikhs les plus influents d'Arabie saoudite. Interrogé via un forum de discussion, le prédicateur s'est montré intransigeant : "les bonshommes de neige sont anti-islamiques". Il a également publié une fatwa (avis juridique) visant à interdire purement et simplement la construction de ces personnages glacés, explique le journal Al Arabya.

    En voyant la surprise de nombreux parents, il a alors tenu à être plus précis. "Allah a accordé aux gens la liberté de construire ce qu'ils veulent, à condition que ça ne contienne pas d'âme : des arbres, des embarcations, des fruits, des édifices". Pas question donc de construire un bonhomme de neige. En revanche, un château ou un igloo sera accepté.

    Sur Twitter, les réactions indignées n'ont pas manqué. Certains, partisans d'une vision moins rigoriste de l'islam, n'ont d'ailleurs pas hésité à partager les photos de leur oeuvre, quitte à ce que cela déplaise.

  • Et si François Hollande s'inspirait du Pape François ?

    IMPRIMER

    Dans le « Figaro », l’économiste Charles Wyplosz s'amuse à imaginer les voeux fracassants que pourrait tenir le président de la République française s'il s'inspirait de la charge du Pape contre la curie romaine.

    « Mes très chers camarades,

    Il ne vous a pas échappé que durant l'année qui s'achève, notre cher parti a subi de graves revers. Ceci m'a plongé dans une profonde réflexion dont je souhaite vous faire partager les fruits. Je n'irai pas quatre chemins: notre parti souffre de douze plaies.

    La première est que chacun de nous se sent indispensable dans son rôle, et encore plus dans le rôle qu'il ambitionne. Ceci nous aveugle et nous dresse les uns contre les autres, par pur narcissisme. Le seul qui soit vraiment indispensable est le Président.

    La deuxième plaie est l'activisme dont beaucoup font preuve. Qu'ils veuillent réformer ou qu'ils veuillent ne pas réformer, ils oublient que notre Dieu, l'autre François, nous a enseigné qu'il faut donner du temps au temps. Ne rien faire est l'art de tous les Présidents qui ont été réélus. Mon prédécesseur a été victime de son activisme.

    La troisième plaie est l'empierrement social. Trop d'entre nous ont le cœur dur. Ils parlent avec compassion des souffrances des sans grade et des sans dents mais, en vérité, ils sont trop attirés par les palais dorés de la République pour avoir gardé dans leurs cœurs la passion de servir le peuple.

    La quatrième plaie est le souci excessif de la communication. Vous enchainez les plans com comme si c'était une fin en soi. Peu importe le contenu, que vous n'avez pas la moindre intention de réaliser, si cela vous permet de passer au journal télévisé de 20 heures.

    Cinquièmement, vous avez perdu la notion de l'harmonie fonctionnelle. Vos débats sont devenus un orchestre où chacun essaie de faire plus de bruit que les autres. Vous avez oublié l'art de la synthèse, la communion collective qui dépasse chacun d'entre vous.

    La sixième plaie est une sorte d'Alzheimer spirituel. Vous avez oublié la culture de gouvernement. À sa place, vous défendez vos idées toutes faites. Vous êtes les esclaves de vos caprices et vos manies, ces principes idéologiques que vous idolâtrez sans réaliser qu'ils sont détachés de la réalité du monde dans lequel nous vivons.

    La septième plaie est le mysticisme des honneurs qui vous pousse à une vaine rivalité. Certains sont même prêts à préférer l'apparence de la gloire à la gloire de servir la République avec toute l'humilité qui sied aux élus du peuple. Une voiture avec chauffeur devient un objectif en soi alors que ce ne devrait que le moyen de travailler plus.

    Lire la suite

  • Belgicatho sur RCF-Liège

    IMPRIMER

    Voir ici : http://www.rcf.fr/radio/rcfliege/emission/derniere/181508

  • Le rouge et le noir

    IMPRIMER

    13-25.jpg« Le 2 mars le sanctuaire Notre Dame de Yagma accueillait son pèlerinage annuel. Mais l’évènement le plus attendu était bien évidemment la venue de Monseigneur Philippe Ouedraogo, créé cardinal à Rome par le pape François le 22 février dernier. . Par sa bonté et son humilité, il a permis aux burkinabè venus par milliers des quatre coins du pays de communier ensemble, dans la paix et l’amour du prochain. Récit de ce dimanche pas comme les autres. 

    Ce dimanche 2 mars fera décidément date dans l’histoire de l’Église du Burkina Faso. Des dizaines de milliers de fidèles catholiques, protestants, musulmans, adeptes de la religions traditionnelle venus de tout le pays ont convergé comme un seul homme vers le sanctuaire Notre Dame de Yagma où certains avaient déjà passé la nuit dans la fraternité et la ferveur. Que dire de cette foule, si ce n’est qu’elle incarnait parfaitement les qualités qu’on prête généralement aux burkinabè c’est-à-dire le calme, l’humilité, la piété et la tolérance. 

    Monseigneur Philippe Cardinal Ouedraogo – car c’est ainsi qu’il faut l’appeler désormais – a littéralement irradié de bonté toute l’assistance venue des quatre coins du pays pour l’accueillir chaleureusement. Accompagné par des évêques du Burkina, du Niger et du Mali ainsi que par des représentants du corps diplomatique – dont le nonce apostolique à Ouagadougou 

    À la suite des différentes interventions, Msgr Philippe cardinal Ouedraogo a célébré6-108.jpg l’office du 8e dimanche du Temps ordinaire au cours duquel l’évangile de Mathieu répondait particulièrement bien à ses propos contre la corruption à tous les niveaux. « Nul ne peut servir deux maîtres à la fois […] vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent », explique le Christ à ses disciples. 

    Par ailleurs, il a, au cours de cette messe d’action de grâce, invité la population a prier pour la paix au Burkina et en Afrique ainsi qu’à plus de tolérance religieuse. Un discours parfaitement ancré dans l’actualité du continent qui voit trop souvent Chrétiens et Musulmans se déchirer comme c’est malheureusement le cas en République Centrafricaine, par exemple. Au Burkina, en tout cas, beaucoup de Musulmans et croyants d’autres confessions ont suivi avec intérêt l’élévation du cardinal Ouedraogo ; chacun s’accorde à dire que c’est « un très bon signe ». 

    Réf. Des dizaines de milliers de fidèles pour le nouveau cardinal

    Voir ici lefaso.net  Foi : Les périphéries ne sont plus celles qu’on prétend. JPSC

  • Circus maximus

    IMPRIMER

    Rome, 1er avril 2014 (Apic) Le Vatican s’apprêterait à construire son propre stade, non loin de Rome, afin d’accueillir les foules de plus en plus importantes avec l’avènement du pape François, a-t-on appris de sources vaticanes le 1er avril 2014. Ce stade de 85 000 places qui serait construit à partir de l’automne prochain sur un terrain du Vatican, au nord de Rome, devrait porter le nom de Jean-Paul II surnommé parfois l’athlète de Dieu. Il accueillira des rassemblements sportifs italiens autant que religieux.

    Face à l’affluence qui ne faiblit pas au Vatican et la capacité limitée à 7000 personnes de la salle des audiences, l’Etat de la Cité du Vatican planifierait donc la construction d’un stade aux tribunes couvertes, grâce à l’aide financière de nombreux sponsors. Le projet est porté par Mgr Giovanni Pesciolino, responsable de la ’section Eglise et sport’ du Conseil pontifical pour les laïcs.

    Baptisé Ichtus, (acronyme grec pour Jésus Christ fils de Dieu sauveur) ce projet pharaonique prévoit la construction à partir de l’automne 2014 du stade «Saint Jean-Paul II» – du nom du pape grand amateur de sport – sur un terrain de plus de 400 hectares où se dressent actuellement les antennes de Radio Vatican. Ce terrain appartenant au Saint-Siège est situé à une trentaine de kilomètres au nord de Rome mais idéalement relié à la capitale italienne par une voie de chemin de fer.

     Sur les terrains de Radio Vatican

    En raison de son passage progressif aux nouvelles technologies numériques, la radio du Vatican devrait sous peu ne plus utiliser son centre de transmission de Santa Maria di Galeria. Par ailleurs, après des démêlés avec la justice, la radio du pape est incitée par les autorités italiennes à cesser ses émissions électromagnétiques depuis ce centre émetteur qui jouit de l’extraterritorialité.

    Ce stade devrait permettre d’accueillir chaque mercredi l’audience générale du pape, à compter du printemps 2018, ainsi que des rassemblements de jeunes ou de grands mouvements autour du souverain pontife. En outre, afin d’en financer l’entretien, le Vatican devrait louer ce stade doté d’une ample zone de parkings aux autorités italiennes pour certaines compétitions nationales ou régionales. Les lieux pourraient accueillir en outre en 2020 certains des matchs du Championnat d’Europe de football que l’Italie espère organiser, 4 ans après la France. (apic/imedia/ami/mp)

     Ici : « Pour accueillir les foules qu’attire le pape François » Un nouveau stade pour tous les dieux ? Tiens, cette information est datée du 1er avril... JPSC

  • Pape François/Benoit XVI : rupture ou continuité ?

    IMPRIMER

     

    mules-du-pape.jpgA l'occasion de l'anniversaire de l'élection du pape François, Philippe Maxence se demande dans quelle mesure ce pontificat est une rupture. Pour l'écrivain, loin d'être un pape révolutionnaire, François poursuit un processus de personnalisation de la charge pontificale à l'oeuvre depuis longtemps. C’est sur le blog « Figarovox » (extraitspapepompe (1).jpg) :

     (…) Il faudra du temps et du recul pour discerner les points de ressemblances et les dissemblances entre les deux pontificats. Mais, au fond, peu importe! Pour les catholiques, la vraie question consiste plus à évaluer dans quelle mesure le pape, hier Benoît XVI, aujourd'hui François, remplit la charge pontificale, non seulement au regard immédiat des critères qui ont présidé à son choix de la part des cardinaux au moment de son élection, mais aussi au regard de l'essence même de la papauté.

    Indéniablement pour ses adversaires (peu nombreux) comme pour ses supporters (la majorité), le pape François illustre une nouvelle manière d'incarner le ministère pétrinien. L'habitude s'est prise de l'analyser en terme de rupture. Mais, au fond, celle-ci ne constitue-t-elle pas plutôt un des moments, voir l'aboutissement, d'un processus de personnalisation extrême de la charge pontificale? (…)..

    En 1870, la papauté perd non seulement les États pontificaux, réduits désormais aux mètres carrés du Vatican, mais le pape devient un prince déchu au plan temporel. Malgré tout, l'Église continue alors d'affirmer son droit à une souveraineté temporelle. Cette réclamation incessante conduit finalement à la création de l'État du Vatican, né des Accords du Latran, signés avec l'Italie en règlement de la question romaine (…).

    La papauté opère alors un double mouvement qui, schématiquement, consiste d'une part en un renforcement de son rôle spirituel et d'autre part en une personnalisation croissante du pouvoir pontifical. Ce dernier point est alors facilité par la disparition concomitante des autres monarchies (…).Désormais, il reste le pape. Le Pape seul! Peu à peu, les pontifes romains en prennent conscience et cherchent un autre mode de rapport au monde. Cette évolution atteint certainement un haut degré d'incandescence avec le pontificat de Pie XII (…). Culmine alors concentration du pouvoir au sein de l'Église et personnalisation de la représentation papale.

    À sa manière, Jean-Paul II ira dans le sens d'une personnalisation de la représentation papale, mais dans un contexte différent. Pie XII s'était prêté, de plus ou moins bonne grâce, aux jeux médiatiques. Jean-Paul II l'utilise à fond afin de remettre l'Église au centre de l'actualité, c'est-à-dire au centre même du monde. De 1978 à 2005, il a ainsi incarné d'une manière extraordinaire cette papauté, lui donnant plus que jamais un visage et un nom, mais au risque, comme certains critiques l'ont dit souvent, que l'on vienne entendre le chanteur sans retenir la chanson. L'enthousiasme soulevé par la personne de Jean-Paul II est d'autant plus remarquable que son discours moral n'était globalement pas mis en pratique par ceux qui venaient l'écouter.

    Avec Benoît XVI, «humble ouvrier dans la vigne du Seigneur», comme il se définissait lui-même, on a assisté à une sorte de tentative de dépersonnalisation du pouvoir pontifical. Non pas que les foules n'aient été au rendez-vous: elles l'étaient. Non pas que Benoît XVI n'ait essayé de s'accommoder des gestes exigés par l'ère médiatique: ses premières tentatives dans ce sens, d'abord maladroites, sont devenus plus affirmées au fil du temps, jusqu'à ce que la fatigue et la maladie le ralentissent à nouveau. Mais il était visible que l'homme, de par sa nature et sa formation, se prêtait au jeu sans y croire vraiment (…).

    Loin d'apporter une rupture avec la personnalisation de la fonction papale, François lui a donné une nouvelle vigueur, avec un génie de la communication qui repose sur des phrases choc qui parlent au cœur de tous. Le Pape est ainsi audible. Est-il réellement entendu, au-delà de l'émotion première suscitée par son propos? C'est une autre question et il est trop tôt pour évaluer la portée de son discours .

    (…) On disait naguère de Pie XII qu'il avait fait disparaître sa personnalité dans sa charge, fidèle en cela à la conception classique du pouvoir. Mais n'est-ce pas aussi l'inverse qui s'est produit? Peut-on dire que, de son côté, François absorbe la charge dans sa personne? (…).

    Réf. Pape François/Benoit XVI : rupture ou continuité ?

    Absorber la charge dans sa personne ou effacer sa personne dans la charge, le « munus » pétrinien ? Benoît XVI, naturellement simple et réservé, voulait manifestement se fondre, comme un basileus byzantin,  dans  l’icône  -vêtures, gestes, attitudes- de sa haute fonction : une sorte d’aura sacrée émanait de lui, en toutes circonstances publiques. François, de ce point de vue, est sa vivante antithèse. JPSC