Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Clin d'oeil - Page 4

  • Lettre à un ami français

    IMPRIMER

    De Jean-Pierre Snyers :

    J'ai écouté l'interview de François Peillon. « On ne pourra jamais construire un pays de libertés avec la religion catholique... il faut inventer une religion républicaine... » dit-il. Quel homme ! Vraiment, vous avez de la chance d'avoir des gens  comme lui, Hollande et toute son équipe ! Depuis que le p'tit Sarko est parti, quel progrès ! Exemple ? Le Mariage. Avant (au temps de la préhistoire), un homme, une femme. Aujourd'hui ? Un homme, un homme. Et demain ? Un homme, une vache ? Une femme, une girafe ?... Tant pis pour le « Petit Larousse » et ses définitions archaïques ! Cela dit, il reste pas mal de boulot. Eh oui, pour en finir complètement avec l'infâme civilisation judeo-chrétienne, il y a encore du pain sur la planche ! Entre nous : trouvez-vous normal de continuer à compter les années après Jésus-Christ ? Quand on a la chance d'avoir Zidane, Hallyday, ou Depardieu, qu'est-ce qu'on attend pour changer ? De même, les noms de lieux. « Saint-Emilion », « Sainte-Maxime », « Saint-Jean Pied-de-Port ... » Non ! « Emilion », « Maxime », « Jean Pied-de-Port (ou Pied-de-Port) » tout simplement ! Et les croix dans les cimetières ou au bord des chemins ? Combien de temps resteront-elles plantées comme des insultes à la laïcité ? Pire : vous connaissez Peuvillers ? Dans ce petit village meusien, cimetière Allemand. Là, c'est par centaines qu'il y a des croix à arracher. Et puis surtout, surtout, une énorme statue de sainte Gertrude !  Défi à l'athéisme dans toute sa splendeur. Ne vous en faites pas, je vais contacter la mairie pour qu'on  enlève cette entrave à la liberté, afin de la remplacer par un édifice à la gloire de Vincent Peillon.  Financièrement parlant, cadeau. Ne reculant devant aucun sacrifice quand il s'agit d'une bonne action, ma famille s'est cotisée. C'est nous qui « peillon ». Bon, il est l'heure que je vous quitte. Prenez bien soin de vos élus, mais gardez-les pour vous. Pas la peine de partager, en Belgique on est déjà copieusement servi.

    Jean-Pierre Snyers (jpsnyers.blogspot.com)

  • JMJ : comment les prêtres sont aimés au Brésil

    IMPRIMER

    349057970.78.jpegPremière anecdote rapportée sur son blog par l’abbé Rimaz accompagnant le groupe de 700 jeunes Suisses aux JMJ de Rio ( ndlr : à titre de comparaison, les Belges seraient au nombre de 400) :

    « Une journée normale

    Début de soirée très douce à Rio. Après une journée de service à la salle de presse de Copacabana, nous rentrons sereinement à la paroisse de Saint Jean Baptiste, située non loin du Corcovado, le célèbre symbole de la protection du Christ Rédempteur. 

    Avec mon confrère des Philippines, après être sortis du bus et avoir parlé avec des jeunes brésiliens tout contents de voir des prêtres avec un look étranger, nous attendons tranquillement au feu rouge pour ensuite traverser la route afin de prendre le métro à la station de Cantagalo. 

    Votre argent !

    Soudain, arrivent deux jeunes, certainement sous le coup de l'alcool, qui prennent mon confrère par le bras en demandant de l'argent. Face à notre refus, la main se ressert fortement sur son épaule. L'ami me racontera plus tard que les deux jeunes, bières à la main, lui ont montré ensuite un long couteau serré dans l'autre main, prêt à frapper. Suis immédiatement la demande, la menace plus insistante: "donnez-nous votre argent !" (Give me your money). 

    Mais vous êtes...

    Puis, d'une façon totalement imprévisible, nous entendons: "he, oh, you are Father" (oh, vous êtes des prêtres!). Les deux larrons se jettent alors à nos pieds, totalement remplis de confusion, demandent pardon, embrassent nos mains et demandent la bénédiction. Après s'être signés par la croix, ils partent en courant, en ne cessant de s'excuser ....

    Cela se passe tellement vite ! je n'ai presque rien vu ! pas eu le temps ni de réaliser, ni d'avoir peur. Le long de la rentrée vers la paroisse, nous échangeons sur ce qui vient de se passer. 

    L'habit comme un gilet de protection

    En arrivant à Rio, une mère de famille brésillienne nous avait bien dit: "être habillé comme des prêtres est la plus grande sécurité que l'on puisse avoir ici". 

    Dieu merci ! Nous espérons seulement, et fortement, que cela soit identique pour tous et pour chacun ! Nos anges gardiens ne sont jamais loins.  

    Les mains des prêtres

    Autrement, il est très émouvant de constater que, en soirée, le long de la plage de Copacabana, il arrive quelque fois que des personnes demandent une bénédiction, parfois suivie par une photo.

    La tradition "carioca" veut qu'ils nous embrassent ensuite la main, ces deux clefs consacrées qui ouvrent le ciel: la main de la consécration lors de la Messe, l'autre lors de la confession. 

    Ici : Comment les prêtres sont aimés au Brésil !

    Moralité : comme dit l’adage, « garde la soutane, la soutane te gardera ». C’eut été, en tout cas, encore plus rapidement dissuasif qu'un simple col romain. JPSC 

  • Cathédrale de Liège, 14 juillet 2013 : le sacre d’une après-midi d’été

    IMPRIMER

    Quelques instantanés de l’ordination épiscopale, par Mgr André-Joseph Léonard, de Mgr Jean-Pierre Delville, nouvel évêque de Liège (crédit photographique : Anne-Elisabeth Nève, Stéphanie Zichy sans oublier, pour un autre regard, une petite sélection des excellents clichés noir et blanc de Jim Sumkay,  : en savoir plus sur le talent de Jim Sumkay, ici: www.jimsumkay.be )

    20130714_lg21.jpg20130714_lg08.jpg

    20130714_lg26.jpg20130714_lg28.jpg

    20130714_lg17 (1).jpg20130714_lg16.jpg

    20130714_lg25.jpg20130714_lg09.jpg

    20130714_lg11.jpg20130714_lg20 (1).jpg

    20130714_lg19.jpg20130714_lg41.jpg

    20130714_lg29.jpg20130714_lg38.jpg

    procession11.jpgjoie7.jpg

    joie5.jpgordination8.jpg

    bc3a9nc3a9diction6.jpgcathc3a8drepf.jpg

    joie1.jpg

    Prière pour l’évêque : 

    20130714_lg39.jpg 

    O Dieu!

    Qui veillez sur vos peuples avec bonté
    et qui les conduisez avec amour,
    daignez accorder l'esprit de sagesse
    et l'abondance de vos grâces
    à notre Evêque,
    à qui vous avez confié
    le soin de notre conduite,
    afin qu'il remplisse fidèlement
    devant vous les devoirs du ministère pontifical,
    et qu'il reçoive dans l'éternité
    la récompense d'un fidèle dispensateur.
    Par notre Seigneur Jésus-Christ.

    Amen
     

    020.jpg022.jpg

    JPSC

  • Maîtriser sa langue

    IMPRIMER

    Dans sa livraison quotidienne d’informations, l’agence Zenit a noté ceci,  qui vaut naturellement pour chacun d’entre nous :

    ROME, 13 juin 2013 (Zenit.org) - Dans son homélie du matin, le pape François invite à « maîtriser sa langue », « tailler un peu les commentaires que l’on fait sur les autres », car celui qui « entre dans la vie chrétienne a des exigences supérieures à celles de tous les autres » (...)

    "Si quelqu’un « n’est pas capable de maîtriser sa langue, il se perd », a expliqué le pape en citant Jacques 3,4-5 : « Voyez aussi les navires : quelles que soient leur taille et la force des vents qui les poussent, ils sont dirigés par un tout petit gouvernail au gré de celui qui tient la barre. De même notre langue, qui est une si petite partie de notre corps : elle peut se vanter de faire de grandes choses.»

    Il est « beaucoup plus facile de résoudre une situation par une insulte, une calomnie, une diffamation, que de la résoudre d’une bonne façon, comme le dit Jésus », a ajouté le pape : « l’agressivité naturelle qu’avait Caïn à l‘égard d’Abel se répète le long de l’histoire », non pas que l’homme soit « mauvais » mais il est « faible et pécheur ».  

    En conclusion, le pape a invité à « être un peu plus attentif à sa langue », « une petite pénitence », qui « donne de bons fruits » sur le long terme : il s’agit de « conformer sa vie à cette nouvelle loi, qui est la loi de la douceur, la loi de l’amour, la loi de la paix », en commençant par « tailler un peu sa langue, tailler un peu les commentaires que l’on fait sur les autres ou les explosions qui portent à l'insulte, à la colère facile".

  • De quel bois se chauffe le nouvel évêque de Liège ?

    IMPRIMER

    Il n’y a pas beaucoup d’évêques ni de prêtres, en Belgique, pour s’aventurer à célébrer la liturgie de l’avant-concile. Il se fait que le nouvel évêque désigné pour succéder à Mgr Jousten sur la cathèdre de saint Lambert l’a fait ce samedi au Saint-Sacrement, devant une église comble, et cela au lendemain même du jour où sa nomination a été rendue publique.

    Il faut bien dire que cette prestation était prévue depuis longtemps dans le cadre de la célébration de la Fête-Dieu organisée dans cette église. Mais on ajoutera que Jean-Pierre Delville est un « récidiviste » puisqu’il l’avait déjà fait, dans la même église, il y a quelques semaines, à l’occasion de « plain-chant sur Liège ».

    De là à l’étiqueter « évêque  Summorum Pontificum » (1), il n’y a qu’un pas que certains s’empressent de franchir allègrement. Pour ma part, je préfèrerais de loin qu’on lui reconnaisse ce souci que Paul recommandait aux premiers chrétiens « d’être tout à tous » plutôt que de vouloir le classer selon une optique partisane.

    L’Esprit-Saint ne doit pas manquer d’humour et il doit sans doute sourire de l’embarras où se trouvent certains observateurs qui ne savent plus très bien à quel saint se vouer. Ainsi, que faut-il penser du pape ? Est-il « tradi » ou plutôt « progressiste » ? Et le nouvel évêque de Liège ? Certains journalistes voient d'ailleurs en lui un émule de François. Alors, on cherche des indices : son appartenance à Sant’Egidio, sa préférence (jusqu’ici) pour le port de la cravate plutôt que du col romain, ses prises de position sur ceci ou sur cela, et sa complaisance à officier selon l’ancien rite… Déroutant, non ?

    Pas facile d’y voir clair ! Ne s’ingénierait-il pas à brouiller les pistes ? Pour notre part, nous nous garderons bien de tenter de le classer selon des catégories qui, dans le contexte de l’évolution actuelle de l’Eglise - particulièrement depuis l’avènement du pape François -, risquent bien de se révéler assez caduques ; et d’ailleurs nous nous réjouissons de découvrir quelles nouvelles surprises nous réserve l’Esprit Saint, sans oublier de prier pour le nouvel élu.

    ------------------------------------

    (1) Ce qui est le fait d'individus isolés, tel un dénommé "Jean de Jupille", qui n'hésitent pas à associer indûment l'ASBL "Sursum Corda" (en charge du Saint-Sacrement) ou l'Académie de Chant Grégorien à des prises de position partisanes (http://fr.gloria.tv/?user=135985) auxquelles elles n'adhèrent en aucune façon.


    Voir également : http://www.lalibre.be/actu/gazette-de-liege/article/819313/habemus-episcopum-jean-pierre.html 

    et ici Liège: Mgr Delville a célébré la solennité de la Fête-Dieu à l'église du Saint-Sacrement

  • Cannes : des palmes sans surprises

    IMPRIMER

    Un ami nous écrit :

    Sais-tu que je suis très fort, devin, ou je ne sais quoi. Quand le festival de Cannes a commencé et qu'on a présenté le sujet des films projetés, en apprenant qu'il y avait un film abordant la question de l'homosexualité, j'ai immédiatement déclaré à ma femme qu'il serait primé! Sans l'avoir vu, sans connaître le réalisateur! Ne suis-je pas extralucide?

    Quelle farce que ce festival! On prime un film inachevé! Hugues Dayez lui-même, au JT de dimanche 19h30 était embarrassé par les longues séquences de sexe. Il n'avait pas l'air convaincu que la palme ait été attribuée à ce film et non le film de Farhadi (Le passé). Le lendemain, il se reprenait et déclarait que c'était un beau palmarès.

    Misère! Pourquoi s'acharne-t-on à  faire un plat avec ce festival tape-à-l'oeil qui se branche volontiers sur l'actualité? La palme d'or au film d'Hanneke sur l'euthanasie était prévisible. Le regretté abbé Carlier (animateur d'un cinéma de quartier à Namur ndB), lui, allait à Berlin où, disait-il, on  a affaire avec des gens sérieux. Et pourquoi laisser dans l'ombre la Mostra de Venise où de grands films ont été récompensés dans l'indifférence des gazettes. 

    Pour en revenir à Cannes, qui a vu le film d'Apichatpong Weerasethakul, palme d'or en 2010? Je l'ai vu et je m'interroge encore sur ce qui a poussé un jury de "spécialistes" à donner ce prix à un film abscons. La volonté de se singulariser à tout prix? Le snobisme parisien est contagieux. Vive l'Allemagne, vive l'Italie!

    Lire aussi : http://www.france-catholique.fr/Palme-d-or.html

  • Moines et pèlerins en plein boom démographique ?

    IMPRIMER

  • Au sommet, une rencontre entre jésuites

    IMPRIMER

    Le père général de la Compagnie de Jésus rapporte son entrevue avec le nouveau pape, le 17 mars :

    « A l’invitation personnelle du Pape François, je me suis rendu à 17 h 30 à la Maison Sainte-Marthe, où logeaient les Cardinaux présents au Conclave. Il se tenait à l’entrée et me reçut avec l’accolade d’usage entre jésuites. Quelques photos furent prises à sa demande. Alors que je lui présentais mes excuses de ne pas suivre le protocole, il insista pour que je fasse envers lui comme envers tout autre jésuite en lui disant « tu », si bien que je n’avais pas à me soucier des titres de Sainteté ou Saint Père.

    Conscient que, dans sa nouvelle responsabilité, il aura besoin de conseil, réflexions, personnel, etc. je lui ai offert toutes nos ressources. Il a manifesté sa gratitude. Accueillant mon invitation à nous visiter lors d’un déjeuner à la Curie, il m’a dit qu’il en serait heureux.

    Nous avons parlé de plusieurs questions, avec un profond sentir commun. Je garde la conviction que nous travaillerons très bien ensemble pour le service de l’Eglise au nom de l’Evangile.

    L’ambiance fut marquée de paix, d’humour et de compréhension mutuelle, quant au passé, au présent et à l’avenir. Je suis parti convaincu de la valeur de notre pleine coopération avec lui à l’avenir dans la vigne du Seigneur. A la fin, il m’aida à enfiler mon manteau et me raccompagna jusqu’à la porte. Ceci me valut un double salut de la part des Gardes Suisses en poste. Puis, à nouveau une accolade jésuite, ce qui est une bonne manière de rencontrer et de quitter un ami. »

    D'ailleurs, comme on le souligne ICI, Jorge Mario Bergoglio, même pape, reste jésuite. Comme un certain Pie V resta dominicain et continua de porter sur le trône de Pierre l'habit blanc de son ordre.  Cette introduction d'un nouveau vêtement a certainement dû scandaliser les intégristes de cette époque. Que diraient-ils aujourd'hui si le pape gardait la soutane noire simplifiée des jésuites ?

    Lettre du pape François au père général

    Cher Père Nicolas,

    C’est avec une grande joie que j’ai reçu l’aimable lettre que vous avez voulu m’adresser à l’occasion de mon élection au Siège de saint Pierre, en votre nom et au nom de la Compagnie de Jésus, et dans laquelle vous m’assurez de votre prière pour ma personne et pour mon ministère apostolique et de votre désir de continuer à servir loyalement l’Église et le Vicaire du Christ selon la règle de saint Ignace de Loyola.

    Je vous remercie de tout cœur pour cette expression de votre estime et de votre proximité, que je vous retourne bien volontiers, demandant au Seigneur d’éclairer et d’accompagner tous les jésuites afin que, fidèles au charisme qu’ils ont reçu et dans les pas des saints de notre ordre bien-aimé, ils puissent être - par leur action pastorale mais surtout par leur témoignage d’une vie entièrement consacrée au service de l’Église, Epouse du Christ - un ferment évangélique dans le monde, sans cesse à la recherche de la gloire de Dieu et du bien des âmes.

    Avec ces sentiments, je demande à tous les jésuites de prier pour moi et je me confie à la tendre protection de la Vierge Marie, notre Mère du Ciel. Avec une particulière affection, je vous accorde la bénédiction apostolique, gage d’abondantes grâces divines, que j’étends à tous ceux qui collaborent aux activités de la Compagnie de Jésus, qui bénéficient de ses œuvres de bienfaisance et qui participent à sa spiritualité.

  • Un pape très… liégeois !

    IMPRIMER

    François est probablement le prénom le plus populaire de Liège puisque le personnage qui occupe la place centrale dans le folklore de la Cité Ardente porte ce prénom qui se traduit en wallon par Tchantchès. Mais il se fait qu’à Liège on aime aussi tout particulièrement les gens qui ne font pas de chichis et préfèrent la simplicité dans leurs discours et leurs attitudes. Du coup, les Liégeois se retrouvent sûrement dans le style direct et les  façons de faire du nouveau pape. Enfin, à Liège, on est volontiers affectif et on a vite la larme à l’œil. Alors, un pape qui embrasse et qui étreint, on le trouve vraiment « binamé » (1) !

    _________________________________ 

    (1) (Expression affectueuse du pays de Liège) bien-aimé, mais assez intraduisible. signifie également : gentil, tendre : il est si binamé!

  • Gaytés du moment

    IMPRIMER

    Nous lisons ICIUn lord veut préserver la monarchie du mariage gay

    Un membre de la Chambre des lords a déposé un amendement qui permettrait d'obtenir la garantie que l'héritier du trône sera toujours l'enfant biologique d'un père et d'une mère.

    La Chambre des lords n'a pas d'immenses pouvoirs mais elle se montre toujours soucieuse du respect des traditions britanniques. Alors que les députés ont adopté le projet de loi sur le mariage gay, des membres de la Haute Assemblée s'émeuvent de ses conséquences sur la monarchie. Dans le cadre de l'examen de la modification des règles de succession, autorisant une fille aînée à régner même si elle a des frères, lord True, pair conservateur, a proposé un amendement pour qu'un héritier du trône soit explicitement désigné comme l'enfant d'un mariage hétérosexuel.

    Lire la suite sur Le Figaro

  • Premiers fioretti du nouveau pontife

    IMPRIMER

    A découvrir ici : http://www.lalibre.be/actu/international/article/803263/le-pape-francois-aux-cardinaux-que-dieu-vous-pardonne.html