Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ethique - Page 5

  • Les évêques européens devraient-ils s'inspirer de la stratégie pro-vie des évêques américains ?

    IMPRIMER

    De Nicolas Bauer sur aleteia.org :

    La stratégie pro-vie des évêques américains

    L’année 2019 pourrait être l’année d’un renversement législatif sur l’avortement aux États-Unis, renversement dont l’Église catholique américaine n’est pas étrangère. Très en pointe dans la mise en œuvre d’une véritable stratégie au service du respect de la vie humaine, mêlant éducation et assistance, les évêques américains pourraient inspirer les Églises européennes.

    Un juge fédéral du Missouri vient de suspendre ce mardi 27 août l’application d’une loi interdisant les avortements à partir de la huitième semaine, au motif que cette loi allait à l’encontre de la jurisprudence de la Cour suprême américaine. Au cours des derniers mois, de nombreux États (Alabama, Mississippi, Kentucky, Ohio, Géorgie, Louisiane, Missouri, Tennessee…) ont adopté des lois restrictives sur l’avortement dans le but de les faire contester devant la Cour suprême, à majorité désormais conservatrice. L’objectif est d’obtenir l’annulation de l’arrêt Roe v. Wade de 1973 constitutionnalisant le « droit à l’avortement ». Même si d’autres États (New York, Vermont, Massachusetts, Illinois, Rhode Island…) prennent une direction opposée en renforçant l’accès à l’IVG, la pression vient des États pro-life. Le 11 juillet, une Cour d’appel fédérale américaine a confirmé la nouvelle réglementation interdisant le financement des avortements par le programme de planning familial « Title X ». L’année 2019 pourrait être l’année d’un renversement législatif sur l’avortement, renversement dont l’Église catholique américaine n’est pas étrangère.

    Un « plan pastoral pour les activités pro-vie »

    Dans son encyclique de 1995 Evangelium vitæ « sur la valeur et l’inviolabilité de la vie humaine », Jean Paul II exhortait les évêques à être les premiers « messagers infatigables de l’Évangile de la vie ». Sans « craindre l’hostilité ou l’impopularité » (§ 82), il appelait les évêques à la mise en œuvre, dans leurs pays respectifs, d’« une grande stratégie pour le service de la vie », au nom de « la mission même d’évangélisation qui est celle de l’Église » (§ 95). Comme des précurseurs, les évêques américains ont développé et piloté une telle stratégie depuis 1975 et celle-ci semble porter de plus en plus de fruits. Cette expérience pourrait inspirer les conférences épiscopales d’Europe.

    Lire la suite

  • El Salvador : la campagne mensongère en faveur de l'avortement dans l'affaire Evelyn Hernandez

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana (traduction "de travail") :

    El Salvador, les mensonges pro-avortement dans l'affaire Evelyn

    Evelyn Hernández, une femme salvadorienne qui avait été condamnée pour le décès de l'enfant qu'elle portait dans son ventre, a été acquittée: aucune preuve n'a été présentée contre elle, victime d'un viol et qui aurait expliqué que son fils était mort-né. Pendant des mois, les pro-avortement ont exploité cette triste affaire en affirmant que dans le pays d'Amérique centrale, toujours favorables au respect de la vie, la fausse couche était punie: un pur mensonge.

    Sa législation pro-vie a longtemps été attaquée, en particulier de l'extérieur, mais il résiste : nous parlons d'El Salvador, État d'Amérique centrale de tradition catholique d'environ six millions et demi d'habitants, qui est aujourd'hui l'un des rares pays à protéger la vie des enfants à tous les stades, pendant et après la grossesse. Il a des lois qui punissent ceux qui pratiquent l'avortement et les enfanticides. Le nouveau président Nayib Bukele et la majorité des parlementaires ont exprimé à plusieurs reprises leur engagement à respecter les lois qui défendent la vie dès la conception.

    Il existe parfois des cas d'incertitude juridique, par exemple lorsqu'une femme déclare que l'enfant est mort né. C'est ce qui s'est passé par exemple dans le cas de la Salvadorienne Evelyn Hernández, condamnée à une peine de prison puis acquittée. Maintenant résolu, son cas risque encore de devenir le symbole de la lutte pour la libéralisation de l'avortement dans toute l'Amérique centrale et méridionale.

    Après la gifle reçue il y a un an en Argentine, où la décriminalisation avait été rejetée, les pro-avortements et les 'philanthropes' qui les ont soutenus ont promu une nouvelle stratégie visant à éliminer les personnes conçues dans les pays catholiques et chrétiens d'Amérique latine. Les mouvements pro-avortement exercent une pression pour lutter contre la violence à l'égard des femmes (une initiative plus qu'acceptable) et, lorsque la place est occupée à chaud, ils lancent des propositions parlementaires pour dépénaliser l'avortement en cas de viol: des juges 'ouverts' sont parfois trouvés qui, malgré les lois et constitutions nationales, approuvent l'avortement en cas de viol et de violence et ... le massacre commence. Comme l'ont déclaré les évêques mexicains au sujet d'un arrêt prononcé dans ce sens dans l'État de Mexico, "l'avortement ne peut jamais être la solution permettant de résoudre le drame de la violence à l'égard des femmes".

    Lire la suite

  • "Choisir la mort, c’est refuser l’espérance"; le pape dénonce la pratique de l'euthanasie

    IMPRIMER

    D'Adélaïde Patrignani sur Vatican News :

    Le Pape dénonce l’euthanasie, fondée «sur une vision utilitariste de la personne»

    Les audiences reprennent pour le Pape François en ce premier lundi de septembre. En fin de matinée, le Saint-Père a reçu environ 150 membres de l’Association Italienne d’Oncologie Médicale (AIOM). Il leur a rappelé l’importance de l’attention à accorder au malade, avant de s’élever contre l’euthanasie et de proposer comme exemple à suivre Jésus, venu «pour guérir l’humanité».

    Le Pape est d’abord revenu sur les principales missions de cette association fondée en 1973, et qui se réunira dans quelques semaines pour un congrès national. Il a mentionné l’importance accordée par l’AIOM au «soin de la relation avec le malade», rendue visible lors de cette audience par la présence de quelques patients.

    Une technologie au service de tout homme

    L’oncologie - spécialité médicale d'étude, de diagnostic et de traitement des cancers – telle que la pratique cette association italienne est «une oncologie de la miséricorde», a expliqué le Pape, «parce que l’effort de personnaliser les soins révèle une attention non seulement à la maladie, mais au malade et à ses caractéristiques». Elle montre aussi que la «technologie se met au service des personnes». «La technologie n’est pas au service de l’homme quand elle le réduit à une chose, quand elle fait la distinction entre celui qui mérite encore d’être soigné et celui qui, en revanche, ne le mérite pas, parce qu’il est considéré seulement comme un poids», a-t-il insisté.

    Choisir la mort, c’est refuser l’espérance

    Puis le Pape s’est exprimé sur l’euthanasie, une pratique qui «en apparence seulement se propose de promouvoir la liberté personnelle». En réalité, «elle se base sur une vision utilitariste de la personne, laquelle devient inutile ou peut être assimilée à un coût», «souvent même à un déchet», si les espoirs d’amélioration disparaissent. En revanche, l’accompagnement du malade et de ses proches durant toutes les phases de la maladie, grâce aux soins palliatifs ou à l’accueil en établissements spécialisés, «contribue à créer une culture et des pratiques plus attentives à la valeur de chaque personne», a souligné François. «Ne vous découragez jamais devant l’incompréhension que vous pourrez rencontrer, ou devant la proposition insistante de voies plus radicales et expéditives», a-t-il demandé. «Si l’on choisit la mort, les problèmes en un certain sens sont résolus ; mais combien d’amertume derrière ce raisonnement, et quel refus de l’espérance comporte le choix de renoncer à tout et de couper tous les liens !», a poursuivi le Pape. Un défi consiste donc à redonner l’espérance, en particulier dans les cas les plus difficiles.

    Protéger l’environnement pour protéger la santé

    François s’est ensuite arrêté sur le thème de la prévention et de la sensibilisation concernant les cancers, indiquant que la meilleure prévention est «celle d’un environnement sain et d’un style de vie respectueux du corps humain et de ses lois». Cela «dépend non seulement de choix individuels, mais aussi des lieux où l’on vit et qui, surtout dans les grands centres, soumettent le physique à un stress continuel à cause des rythmes de vie et de l’exposition à des agents polluants». Autrement dit, le soin de «notre maison commune» est nécessaire pour la bonne santé de l’humanité. «La protection de l’environnement et la lutte contre les tumeurs deviennent alors les deux faces d’un même problème, deux aspects complémentaires d’une même bataille de citoyenneté et d’humanité», a résumé le Pape.

    Jésus, médecin des âmes et modèle de tendresse

    Le Saint-Père a enfin encouragé ses hôtes à se tourner vers Jésus, le «plus grand maître en humanité», pour qu’Il inspire leurs gestes et soit leur compagnon de route. Jésus peut aider les malades «à trouver la force de ne pas interrompre les liens d’amour, d’offrir leur souffrance pour les frères, de garder vivante l’amitié avec Dieu». Il peut aider les médecins «à regarder toujours le bien des autres, à se dépenser avec générosité, à lutter pour un monde plus solidaire»; d’autant plus, a fait noter François, que le Seigneur a été comme un «collègue», le «médecin envoyé par le Père pour guérir l’humanité». Enfin, Jésus peut encourager chacun «à se faire proche de ceux qui souffrent, des petits surtout, et à mettre les faibles à la première place, pour que grandissent une société plus humaine et des relations empreintes de gratuité, plus que d’opportunité».

    L'intégralité de l'allocution du pape figure sur le site zenit.org.

  • Le cdH a cessé d'être chrétien; cessera-t-il d'être "humaniste" ?

    IMPRIMER

    Lu sur Le Soir de ce 31 août (p. 6-7) :

    CDH : « Si on change de nom, humaniste n’y figurera probablement plus » 

    Maxime Prévot (CDH) : « Je n’ai pas envie de renier ce qui a été, mais ces questions religieuses et philosophiques ont vocation à être gérées et vécues à l’échelle de l’homme. Et donc ne constituent pas un élément qui doit structurer une offre politique. Cela ne doit pas être un pilier du nouveau rêve que j’ai envie de proposer à la population, mais cela doit être respecté. Et demain, que vous soyez laïc, catholique, musulman, protestant peu importe, dès lors que vous vous retrouverez dans le nouveau rêve contemporain, moderne, visionnaire, progressiste que l’on propose, vous serez les bienvenus. Ce qui a peut-être été mal vécu par une partie de nos électeurs historiques, quand on est passé de PSC à CDH, c’est l’impression qu’il fallait cacher un héritage, une conviction, et parallèlement, on a fait une course effrénée aux communautés, à Bruxelles singulièrement. J’ajoute : on voit bien l’effritement des piliers, mutuelle, syndicat…, qui se sont de longue date distancés de nous, ce que nous assumons. Ce n’est donc pas par un retour vers ces piliers que je compte structurer l’avenir du parti. Pour ma part, je suis philosophiquement hybride : j’ai fait ma petite communion, ma fête de morale laïque et aujourd’hui je me sens un chrétien en questionnement. Cela m’amène à considérer que ça relève de chacun mais que cela n’a pas à influencer la manière dont l’offre politique se structure. On peut peut-être s’interroger sur la décision d’avoir retiré le « C » de chrétien au CDH, mais on n’en est plus là. 20 ans plus tard, je veux être fédérateur sur une nouvelle offre politique, il faut donc quitter l’introspection sur ce qui s’est fait il y a 20 ans. Je veux regarder ce qu’on va pouvoir faire sur les 20 années qui viennent, au moins. »

    Il semble que pour "refonder" son parti et réenchanter la politique, Maxime Prévot veuille s'inspirer d'Emmanuel Macron dont la politique correspond sans doute au "nouveau rêve contemporain, moderne, visionnaire, progressiste" qu'il désire promouvoir.

  • Quand une infirmière est forcée de participer contre son gré à un avortement

    IMPRIMER

    ETATS-UNIS: UNE INFIRMIÈRE FORCÉE DE PARTICIPER À UN AVORTEMENT CONTRE SA VOLONTÉ

    de genethique.org

    Aux Etats-Unis, « le plus grand hôpital du Vermont a contraint une infirmière à participer à une procédure d'avortement malgré ses objections morales », en violation de la loi fédérale, a déclaré le 28 août dernier l'Office for Civil Rights du ministère américain de la Santé et des Services sociaux.

    L'avortement a eu lieu en 2017. L'infirmière pensait participer à une intervention liée une fausse couche de la patiente, et lorsqu’elle a réalisé qu’il s’agissait d’un avortement, le médecin lui a dit : « S'il vous plaît, ne m’en veuillez pas ». L'infirmière a déposé une plainte auprès du bureau des droits civils en mai 2018. Une enquête a révélé « une discrimination grave » de la part de l’établissement « contre les infirmières et le personnel qui ne peuvent, en toute bonne conscience, participer à un avortement volontaire, en violation des lois fédérales connues sous le nom d'amendements de l'Église ».

    Le Centre médical de l'Université du Vermont pourrait ainsi perdre une partie du financement fédéral « si les deux parties ne parviennent pas à s'entendre dans les 30 jours sur les politiques de l'hôpital concernant la participation des employés aux avortements », a annoncé l'Office for Civil Rights.

    « Avant l'élection de Donald. Trump », le directeur de cet Office, Roger Severino, « recevait en moyenne 1,25 plainte liée à l’objection de conscience par an, (…) maintenant, elles se comptent par centaines ».

    Sources: The Japan (29/08/2019) - Times Vermont hospital forced nurse to participate in 2017 abortion, U.S. agency says

  • L'affaire de l'Institut Jean-Paul II : qui, pourquoi, comment ?

    IMPRIMER

    De Sandro Magister en gtraduction française sur le site Diakonos.be :

    Institut Jean-Paul II. L’intrigue, le commanditaire et l’assassin

    On a changé son nom, réécrit ses statuts, remplacé ses professeurs et complètement modifié le programme des études. Avec le pape François, c’est un véritable tremblement de terre qui a frappé l’Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille – son appellation première – fondé par le pape Karol Wojtyla pendant les premières années de son pontificat et qu’il avait d’abord confié à la direction de Carlo Caffarra, un théologien d’une grande compétence en la matière qui deviendra ensuite cardinal.

    Dans son article précédent, Settimo Cielo a mis en évidence les raisons de la révolte de nombreux étudiants et professeurs titulaires face à cette révolution qui a atteint un point de non-retour avec le soutien exprimé publiquement par le pape émérite Benoît XVI au plus célèbre des professeurs licenciés, l’ex-président de l’Institut Livio Melina :

    > Institut Jean-Paul II. La révolte des professeurs a un maître, Ratzinger

    Il est toutefois peu probable que le pape François revienne sur sa décision. On peut le déduire quand on voit la détermination implacable avec laquelle il a procédé à ce changement, dans une manœuvre planifiée depuis des années, dictée d’en-haut et mise en œuvre par son très fidèle exécuteur Vincenzo Paglia, l’archevêque nommé par le Pape à la tête de l’Institut avec le titre de grand chancelier.

    Comparé à Mgr Paglia, le rôle de l’actuel président de l’Institut, Pierangelo Sequeri – un théologien milanais d’une valeur reconnue qui s’est inexplicablement adapté à cette mission – semble être évanescent, inconstant et entièrement subordonné, comme on peut le déduire de la chronologie des faits de ces deux dernières années, fidèlement reconstruite par la vaticaniste américaine Diane Montagna pour LifeSite News, que nous reproduisons ci-dessous.

    La chronologie débute par la nomination de Mgr Paglia au poste de grand chancelier en août 2016 et par le motu proprio par lequel, l’année suivante, le pape François a changé le nom – et avec le recul la substance – de cet Institut.

    Mais il y a un « avant » qu’il est indispensable de rappeler si l’ont veut encore mieux comprendre comment l’offensive contre l’Institut créé par Jean-Paul II trouve son origine dans les prémices du pontificat de Jorge Mario Bergoglio.

    C’est un « avant » qui a deux éléments révélateurs.

    Lire la suite

  • Ne pas banaliser le drame de l'avortement

    IMPRIMER

    Du Père Charles Delhez (chronique) dans la Libre (30.08), p. 41 :

    Ne banalisez pas le drame de l’avortement ! 

    « Chers amis socialistes, vous revenez encore avec votre proposition de loi qui banalise l’avortement, rendu d’ailleurs médicalement de plus en plus facile. Je reviens donc encore avec mes protestations, à titre personnel ! “L’avortement restera toujours un drame” , avait clamé Simone Veil en présentant son projet de loi qu’elle voulait dissuasive. Je crains que votre élargissement de la tolérance ne l’oublie et ne fasse d’un échec, quels qu’en soient les motifs, un droit. La dépénalisation partielle, dans les faits, a hélas permis que l’avortement devienne aussi une sorte de plan B ou de contraception, une option à côté d’autres, et non plus un problème de conscience. Si la loi n’indique plus quand un interdit est franchi, s’il n’y a plus de feu clignotant aux carrefours dangereux, cet acte apparaîtra, pour les jeunes de demain, comme une option parmi d’autres. Enseignant pendant près de dix ans en Faculté de médecine à l’UNamur, j’ai pu me rendre compte à quel point l’évolution de la législation bioéthique a banalisé ces questions chez les jeunes. … Je parle ici de la question législative et non des personnes. Je suis en effet disciple de ce prédicateur galiléen qui refusa de jeter la pierre sur une femme adultère, mais tout en reconnaissant que son acte demeurait un faux pas. Ce Jésus fut cependant capable de colère quand on touchait à des choses selon lui sacrées. Oui, la vie est sacrée et l’avortement arrête un cœur qui battait depuis des semaines, un cœur qui n’était pas celui d’un souriceau mais d’un être qui avait déjà en lui toutes les potentialités humaines. »

  • Les évêques portugais mobilisés contre les théories de genre

    IMPRIMER

    De la Rédaction d'Aleteia

    Au Portugal les évêques se mobilisent contre les théories de genre

    Après la publication courant août d’un décret ministériel introduisant l’enseignement des théories de genre dans les écoles au Portugal, les évêques se sont exprimés en publiant un document pastoral intitulé « La vision chrétienne de la sexualité. À propos de l’idéologie du genre ».

    Mobilisation. Au Portugal, le Conseil des ministres a approuvé le 16 août dernier un décret des ministères de l’Éducation et de l’Égalité autorisant l’enseignement des théories de genre à l’école. Si cette disposition avait été adoptée dès 2018, elle n’avait jusqu’à présent pas été mise en place.

    En réaction, une pétition a été lancée (qui recueille actuellement plus de 30.000 signatures ndlr.) tandis que la conférence épiscopale portugaise a publié un document pastoral qu’elle avait rédigé à ce sujet en 2013. Intitulé « La Vision chrétienne de la sexualité. À propos de l’idéologie du genre », ce texte souligne que l’enseignement des théories de genre à l’école n’est autre qu’un instrument d’endoctrinement et une tentative de faire passer les thèses de cette idéologie comme un « fait scientifique admis et indiscutable », rapporte Vatican News. Les évêques y voient une idéologie voulant déterminer une « révolution anthropologique », en reléguant au second plan l’identité sexuelle comme « condition naturelle et biologique ».

    « Au lieu de parler de sexe (fondamental pour identifier une personne) on parle de genre (construction culturelle et psychologique d’une identité) », indique encore le document. « Au lieu d’une égalité entre hommes et femmes, on parle d’égalité de genre, tandis que la famille est remplacée par les familles ».

    En mars 2019 l’observateur permanent du Saint-Siège aux Nations unies, Mgr Bernadito Auza, s’était également fermement exprimé sur le sujetrappelant que le sexe d’une personne est une « donnée objective » et non un « choix ». Remplacer le sexe biologique par l’identité ou l’expression de genre a « des ramifications gigantesques » car cela influence tous les niveaux de la vie, jusqu’à « l’anthropologie de base », détaillait-il. Une telle idéologie « réduit » la personne à un simple esprit, quasiment à une « abstraction », tant qu’elle n’a pas choisi son sexe. Une conception qui « entrave » la relation entre les hommes et les femmes.

  • Ceux qui ne voient que répression et déviances sexuelles dans l’Eglise passent à côté de leur sujet

    IMPRIMER

    Un entretien avec Bertrand Vergely paru sur Atlantico.fr :

    Qui sont vraiment les obsédés ? Pourquoi ceux qui ne voient que répression et déviances sexuelles dans l’Eglise passent à côté de leur sujet.

    Atlantico : Dans une récente édition d'un"Que sais-je?" (PUF) consacrée à l'Homophobie, les auteurs se posent à un moment la question de savoir  si l'Eglise aurait passé "sous silence les relations intenses - signe d'une homophilie latente - des figures bibliques, telles que Jésus et Jean, son disciple bien-aimé". Ce genre de déclarations - au-delà de l'aspect très insultant et bêtement provocateur qu'elles ont tendance à prendre - ne montrent-elles pas qu'il existe une réelle obsession des adversaires de l'Eglise et de la chrétienté pour la question de la sexualité chez les chrétiens ? Comment l'expliquer ? 

    Bertrand Vergely : La question de la sexualité et du christianisme est une question qui ne cesse de revenir sur la scène. Afin d’y voir clair, sérions les problèmes.

    S’agissant des relations entre le christianisme  et la sexualité, il importe de dire deux choses. En premier lieu, c’est vrai, en diabolisant la sexualité, le christianisme a raté celle-ci. Pire, il a fait peser sur elle une culpabilité qui a opprimé des générations d’hommes et de femmes.  La sexualité a été un péché qualifié le péché de chair.

    Toutefois, on l’oublie trop. Quand le christianisme envisage la relation entre l’homme et Dieu, à l’image du judaïsme, il l’envisage comme une noce et non comme une relation asexuée et dés-érotisée.  Témoin Le cantique des cantiques. Avant de parvenir à cette noce, l’homme est éveillé à la présence divine par un désir ardent, l’éros qu’il sent vivre en lui. Attiré par la plénitude, dans l’intime de lui-même, comme un amoureux l’est de l’être aimé, c’est ce désir ardent, cet éros, qui va le conduire aux plus hautes cimes de la contemplation. C’est dans ce contexte qu’il importe de lire aussi la relation du christianisme à la sexualité.

    Cette dernière est une énergie colossale, sa puissance étant capable, non seulement de procurer un plaisir paradisiaque, mais la vie et sa reproduction.  Quand cette énergie est rassemblée dans l’union d’un couple, elle donne l’extraordinaire relation de l’amour et, à travers elle, la relation inouïe du masculin et du féminin.  Quand cette énergie n’est pas rassemblée, explosive, elle fait des ravages en provoquant les plus grandes souffrances qui soient.

    On ne peut pas faire n’importe quoi avec la sexualité. Quand on rn fait, un simple produit de consommation totalement dépersonnalisé, non seulement on la gâche mais on se gâche. En 2017, 240 000 femmes ont été victimes ont été victimes  soit de tentatives de viol soit de viols, 155 000 enfants ont été violé, 4 millions de Français disent avoir été victimes d’inceste. Le christianisme a raté la sexualité. Mais la libération sexuelle ne l’a-t-elle pas également ratée ? Et ne l’a-t-elle pas raté dans des proportions bien plus fortes ? On  critique le christianisme qui n’a pas su penser la sexualité. Et on a raison. Mais, nous, savons nous la penser ? Savons nous initier les jeunes à l’amour ? N’y a-t-il pas, en cette matière, un vide accablant ?

    Lire la suite

  • Abus sexuels : Benoît XVI répond à ses détracteurs

    IMPRIMER

    De Michel Janva, sur le site web « Salon beige »

    Benoît XVI calendrier-benoit4-610x630.jpg« Le Pape émérite a répondu dans la revue théologique Herder Korrispondenz aux critiques de ses notes sur la crise des abus sexuels dans l’Eglise. Benoît-et-moi a traduit 2 articles sur ce sujet :

    Le 11 avril 2019, Benoît XVI publiait ses Notes sur « L’Église et le scandale des abus sexuels » [cf. dossier sur Benoit-et-moi]. Il le faisait peu après la rencontre de tous les Présidents des Conférences épiscopales du monde convoquée par le Pape François. Les réflexions de Benoît XVI se situait sur un plan très différent de celles qui avaient émergé de la rencontre du Vatican. Il remontait dans le temps, au moment où, dans les années soixante, l’Église catholique assista à l’ »effondrement » de sa propre théologie morale. C’était un effondrement interne à l’Église, et non provoqué par des acteurs extérieurs, et c’était un effondrement théologique, dû à une nouvelle façon de faire la théologie que lui jugeait désastreuse.

    Le 27 août, Benoît XVI est revenu sur l’argument. Il l’a fait par le biais d’une courte note publiée dans la revue allemande Herder Korrespondenz, qui avait accueilli plusieurs contributions commentant ses Notes sur l’Église et les abus sexuels. Benoît XVI en a demandé la publication pour dire que dans un grand nombre d’écrits commentant son intervention, et en particulier dans ceux publiés dans la revue allemande, il n’est jamais fait mention de Dieu et donc le point central de ses observations de l’époque, qui voulait en fait mettre l’oubli de Dieu au centre de la crise, n’a pas été saisi.

    Dans ses Notes sur les abus, Benoît XVI avait écrit que la nouvelle théologie, contrairement à ce qui a été écrit dans Veritatis splendor de Jean-Paul II, affirmait que la morale se joue uniquement sur la balance des biens et qu’il n’existe pas de biens intouchables, de valeurs qu’il n’est jamais permis de sacrifier et qui dépassent la vie physique, comme les martyrs en ont témoigné. Et il conclut : « Dieu est plus grand que la survie physique. Une vie qui a été achetée au prix du déni de Dieu, une vie basée sur un mensonge final, est une non-vie« .
    Dans la pratique, la nouvelle théologie morale proche de l’ »effondrement », qui désormais nie l’existence d’actions devant toujours et en toutes circonstances être considérées comme mauvaises (comme l’avortement ou l’adultère), renie Dieu, c’est une morale a-théologique, au point d’arriver à la thèse selon laquelle l’Église n’a et ne peut avoir une morale propre. Dieu a disparu de l’horizon de la moralité, et la moralité aussi.

    « Un monde sans Dieu est un monde dénué de sens » où « il n’y aurait plus de critères du bien et du mal ». « Une société dans laquelle Dieu est absent – une société qui ne le reconnaît plus et le traite comme s’il n’existait pas – est une société qui perd son critère », « La société occidentale est une société dans laquelle Dieu est absent dans la sphère publique et pour laquelle il n’a plus rien à dire ». Et c’est pourquoi c’est une société dans laquelle le critère et la mesure de l’humain se sont perdus ». « Nous préférons ne pas parler de Dieu » et « Dieu est devenu le fait privé d’une minorité ».

    Des phrases telles que celles que nous venons de rappeler ne pouvaient laisser aucun doute sur le sens de cette intervention de Benoît XVI et sur la façon dont elle allait à contre-courant de la sécularisation de la théologie qui prévaut actuellement. D’où son regret, qui est aussi la confirmation d’un diagnostic négatif: les théologiens ne parlent plus de Dieu, ils professent une a-théologie. La mort de Dieu est évidente sur la scène publique, un fait qui doit être considéré comme dramatique mais au fond pas si nouveau. Que la mort de Dieu soit dans la théologie catholique suscite encore plus de douleur.

    Dans l’Instrumentum laboris du Synode sur l’Amazonie, il est très peu question de Dieu. La récente et fameuse interview du pape François à La Stampa parle de mille problèmes politiques mais ne fait jamais référence à Jésus-Christ. Dans la lettre des présidents des conférences épiscopales continentales pour le sommet de l’ONU à Katowice en octobre dernier, il était fait référence à la « Mère Terre » mais pas à Dieu. La doctrine sociale de l’Église, qui sert justement à parler de Dieu en public, est mise de côté et la pastorale sociale est un instrument pour résoudre de manière partagée les problèmes sociaux assumés uniquement sur le plan horizontal.

    Le point fondamental est théologique. Dans sa note sur Herder KorrespondenzBenedict dit que « le fait que la contribution d’Aschmann néglige le passage central de mon argument tout comme la plupart des réactions dont j’ai pris conscience me montrent la gravité d’une situation dans laquelle le mot Dieu semble souvent marginalisé dans la théologie ».

    C’est le fruit mûr et amer d’une longue saison théologique qui a choisi de ne plus parler de Dieu mais seulement de l’homme, pensant que Dieu aussi ne nous parle que dans l’homme. Qu’il parle indirectement à l’humanité et pas directement à son Église. Pour la théologie moderniste d’aujourd’hui, le premier à pratiquer une a-théologie serait Dieu lui-même. Il s’ensuit, par la force des choses, que l’Église aussi ne doit plus parler de Dieu, mais de biodiversité ou d’une société multi-religieuse, c’est-à-dire de l’homme et de ses problèmes.

    […]

    Dans sa réponse à Aschmann, Benoît définit sa critique comme « typique du déficit général dans la réception de mon texte ».

    « Je remarque que sur les quatre pages de l’article de Mme Aschmann, écrit Benoît XVI, le mot Dieu – dont j’ai fait l’aspect central de la question – n’apparaît pas une seule fois.

    […] Dans les réponses à sa lettre d’avril 2019, de nombreux théologiens allemands ont été particulièrement indignés que le pape Benoît XVI ait critiqué la révolution sexuelle des années 1960, qu’ils tiennent en haute estime. C’est donc aussi le cas du professeur Aschmann, qui rejette la critique du pape Benoît XVI de la révolution de 1968 et affirme que c’est plutôt l’encyclique papale Humanae Vitae qui est en cause. En refusant la contraception artificielle, Humanae Vitae a porté atteinte à la liberté de conscience de l’homme. Pour elle, la « vraie souffrance catholique » a commencé avec Humanae Vitae, car les gens n’aimaient pas que l’Église « s’immisce dans les pratiques sexuelles des époux ». Aschmann regrette l’attitude doctrinale « restrictive » qui est « éloignée de…la vie réelle ». Par conséquent, affirme-t-elle, l’Église a été incapable de répondre de manière juste aux « besoins sexuels » de certains de ses prêtres.

    Selon le professeur Aschmann, la crise des abus sexuels est donc « home made » par l’Eglise à cause de son enseignement restrictif sur la sexualité. D’après elle, beaucoup de couples ont pris leurs « distances » avec l’Église après Humanae Vitae. Dans son point de vue, c’est l’ « impossibilité de parler » de la sexualité, et la frustration conséquente qui ont poussé les prêtres à « chercher des contacts sexuels avec d’autres hommes et femmes, et aussi avec des enfants ».

    Aschmann est membre du Comité central des catholiques allemands, une importante organisation laïque qui réclame des femmes-prêtres, des prêtres mariés et un changement dans l’enseignement de l’Église sur la sexualité.

    Le Pape Benoît XVI, dans sa réponse à la critique d’Aschmann, lui rappelle qu’elle ne mentionne pas une seule fois Dieu, alors qu’il écrit qu’ »un monde sans Dieu ne peut être qu’un monde privé de sens ». Il cite aussi ses propres mots de la lettre d’avril, selon lesquels la société occidentale oublie Dieu et de cette façon, perd sa « mesure pour l’humanité ».

     » Pour autant que je puisse voir, dans la plupart des réactions à ma contribution, Dieu n’apparaît pas du tout, et donc ce que je voulais précisément souligner comme le point clé de la question n’est pas abordé ».

    Ce fait, poursuit le Pape retraité, « me montre la gravité d’une situation dans laquelle le mot Dieu, même en théologie, semble souvent marginal ».

    Ref. Abus sexuels : Benoît XVI répond à ses détracteurs

    Il est vrai que, dans sa  « Lettre au peuple de Dieu » du 20 août 2018, le pape François attribue les abus sexuels ecclésiastiques au « cléricalisme », qualifiant ainsi, sans autre précision, un abus de pouvoir dont, étrangement, il ne souffle mot de la cause première dénoncée par Benoît XVI : le  relativisme moral actuel de nos sociétés depuis les années 1960. 

     JPSC

  • KTO : le Sens de la vie, enseigner la religion en Belgique

    IMPRIMER

    L´enseignement de la religion occupe une place toute particulière dans les écoles belges, qu´elles soient publiques (réseau officiel) ou privées (réseau libre). Malgré les attaques dont il a été l´objet au fil de l´histoire, le cours de religion a gardé toute sa place dans le réseau libre et l´enseignement catholique n´a cessé de se développer partout sur le territoire belge. Il totalise à ce jour plus d´un millier d´écoles et une cinquantaine d´internats- Fait exceptionnel en Europe, L´enseignement catholique en Belgique représente environ 50% des écoles et scolarise la moitié des élèves belges appartenant à des profils sociaux, culturels et religieux différents. Comment l´enseignement de la religion catholique se vit-il au sein des écoles, en Belgique francophone ? Quels en sont les enjeux dans un monde en plein bouleversement, une société en quête de valeur et de sens ? Telle sont les questions auxquelles le documentaire se propose de répondre en allant, sur le terrain, à la rencontre d´enseignants et d´élèves de tous âges. UNE COPRODUCTION KTO/GRAND ANGLE PRODUCTION 2017 - Réalisé par Christine Stromboni

    JPSC

  • RDC : un pouvoir politique construit sur la fraude, la trahison et le mensonge avec l’accord tacite de l’Eglise et de la Communauté internationale

    IMPRIMER

    Lu sur le site de « La Libre Afrique » : 

    Fayulu 000_1ef1py_0.jpg« L’opposant Martin Fayulu, qui revendique la victoire à l’élection présidentielle en République démocratique du Congo, a dénoncé mardi l’omniprésence de l’ex-président Joseph Kabila dans le gouvernement de coalition annoncé mardi, sept mois après l’investiture de Félix Tshisekedi. « C’est Kabila qui a plus de 65% (des ministères) dans ce gouvernement. Et même ceux qui se disent du Cach (Cap pour le changement, coalition du président Tshisekedi), ne pourront rien faire parce qu’on leurs a mis des doublons », a-t-il déploré devant la presse.

    « C’est Kabila qui continue, c’est un affront au peuple congolais (…) Donc, nous devons refaire la lutte pour chasser Kabila. Mais, Kabila partira et je vous le dit », a-t-il affirmé à l’issue d’une convention de son regroupement politique, « Dynamique de l’opposition ».

    Fayulu revendique la victoire à l’élection présidentielle du 30 décembre et accuse MM. Kabila et Tshisekedi d’avoir « fabriqué » des résultats à ses dépens avec la complicité de la Commission électorale et de la Cour constitutionnelle.

    Son regroupement politique a d’ailleurs décidé de s’appeler « Dynamique pour la vérité des urnes (DVU) », estimant que le président Tshisekedi a été illégalement installé par l’ex-président Kabila, après ce « hold-up électoral ».

    Le Premier ministre a présenté lundi un gouvernement de coalition Tshisekedi-Kabila. La majorité des 66 ministères reviennent à des partisans de Joseph Kabila (Justice, Défense, Finances, Mines). Certains ministères sont doublonnés (Affaires étrangères et Coopération internationale).

    Les partisans de M. Fayulu ont appelé à l’organisation de manifestations populaires comme au Soudan et en Algérie, en vue de « réhabiliter le choix du peuple qui avait voté à plus de 62%, le président élu Martin Fayulu ».

    Les Etats-unis et la puissante Eglise catholique ont salué l’avènement de ce gouvernement ».​

    Ref. RDC: « C’est Kabila qui continue, c’est un affront », tempête Fayulu

    En 1960, les Congolais se posaient déjà la question de savoir si l’indépendance et la démocratie étaient un homme ou une femme. Y voient-ils beaucoup plus clair près de soixante ans plus tard ?

    La première visite officielle du Président Tshisekedi en Belgique est prévue du 17 au 20 septembre prochains.

    JPSC