Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Foi - Page 5

  • Peut-on encore croire aux Anges ?

    IMPRIMER

    Paolovi.jpgLe Credo de Nicée-Constantinople (325-381) que les catholiques chantent ou récitent encore à la messe dominicale,  professe leur foi dans un seul Dieu créateur de l’univers visible mais aussi invisible, auquel se réfèrent l’ancien comme le nouveau testament lorsqu’ils évoquent, notamment, les anges.

    Dans le « Credo du peuple de Dieu » qu’il publia en 1968,  en pleine tourmente post-conciliaire, le saint pape Paul VI  a réitéré cette croyance dans les termes suivants : « Nous croyons en un seul Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit, Créateur des choses visibles comme ce monde où s’écoule notre vie passagère, des choses invisibles comme les purs esprits qu’on nomme aussi les anges, et Créateur en chaque homme de son âme spirituelle et immortelle ».

    Mais qu’est-ce qu’un ange ? Dans une vidéoformation proposée par Notre-Dame de Chrétienté, le Père Serge-Thomas Bonino, Dominicain,, Secrétaire Général de la Commission Théologique Internationale et Président de l’Université Pontificale Saint-Thomas d’Aquin nous le rappelle :

     

    JPSC

  • Chine : pas de funérailles religieuses pour les chrétiens

    IMPRIMER

    De Li Guang sur le site "Bitter Winter" :

    Funérailles religieuses interdites aux chrétiens

    26/01

    Les règles et règlements interdisent les services funéraires religieux dans tout le pays, tandis que le régime promeut les traditions "civiles laïques"

    Alors que la répression contre les croyants continue de s'étendre, le gouvernement chinois renforce les dispositions politiques qui interdisent l'utilisation des coutumes et des rituels religieux lors des funérailles. Les musulmans du Xinjiang ont reçu une interdiction de commémorer le défunt comme l'exige leur foi et les chrétiens ont reçu l'ordre de se tenir à l'écart de la religion lors des funérailles. A présent, de nouveaux récits viennent de partout dans le pays à propos de l'application de ces règles oppressives.

    Seuls les funérailles "civiles" sont autorisées

    Le règlement relatif à l'organisation funéraire centralisée, adopté par le comté de Pingyang de la ville de Wenzhou, dans la province orientale du Zhejiang, est entré en vigueur le 1er décembre. Les nouvelles règles visent à "éliminer le mauvais usage des funérailles et à établir des modalités scientifiques, civiles et économiques pour ces cérémonies". L'une des choses contenues dans le document stipule que "les membres du clergé ne sont pas autorisés à assister aux funérailles" et que pas "plus de dix membres de la famille du défunt ne sont autorisés à lire les Écritures ou à chanter des hymnes, à voix basse".

    Des politiques similaires ont également été adoptées ailleurs sur le territoire national. Un responsable d'un village de la province centrale du Henan, qui a demandé à garder l'anonymat, a déclaré à Bitter Winter que l'administration locale avait convoqué en avril une réunion pour les travailleurs religieux, pour leur communiquer que toutes les funérailles religieuses sont soumises à des restrictions. Peu de temps après, 'des mesures de gestion ont été adoptées pour les travailleurs travaillant sur les religions des villages (ou communautés) et des municipalités (ou villages)'. Le document stipule que ceux qui font partie du clergé doivent être "rapidement empêchés d'exploiter la religion pour assister aux mariages et funérailles des citoyens ou à d'autres occasions de leur vie".

    Les désirs des chrétiens mourants ne sont pas respectés

    Lorsqu'un membre de l'Église des Trois Autonomes dirigée par l'État, qui vivait à Wuhan, la capitale de la province centrale du Hubei, est décédé en octobre, sa famille a organisé des funérailles chrétiennes. Alors que la famille et les amis faisaient leurs adieux au défunt, la police a fait une descente et a arrêté sa fille, qui priait pour sa mère à l'époque. Il s'est avéré que quelqu'un les avait dénoncés aux autorités. La fille n'a été libérée que deux jours plus tard, après l'enterrement du défunt, mais sans cérémonie chrétienne.

    Lire la suite

  • Asia Bibi : un témoignage exceptionnel sous la plume d’Anne-Isabelle Tollet sur Aleteia

    IMPRIMER

    D'Agnès Pinard Legry sur le site Aleteia.org :

    Le témoignage exceptionnel d’Asia Bibi sous la plume d’Anne-Isabelle Tollet

    web2-asia-bibi-anne-isabelle-tollet-franc3a7ois-thomas.jpg
    François Thomas / Asia Bibi et Anne-Isabelle Tollet
     
  • Quatre collaborateurs de "SOS Chrétiens d'Orient" ont disparu à Bagdad

    IMPRIMER

    Chers amis,

    Lundi 20 janvier, quatre de nos collaborateurs ont disparu à Bagdad. Ils devaient se rendre en voiture à un rendez-vous en fin d’après-midi. Après plusieurs tentatives de contact restées infructueuses toute la journée de mardi, nous avons constaté leur disparition mercredi et avons donc immédiatement alerté les autorités françaises. Aujourd’hui, les autorités françaises et irakiennes se coordonnent pour enquêter et retrouver leur trace.

    Ces collaborateurs s’étaient rendus à Bagdad pour réaliser un certain nombre de formalités administratives : renouveler leurs visas et poursuivre la procédure d’enregistrement de l’association auprès des autorités irakiennes. Ils devaient par ailleurs faire un suivi des opérations de l’association en Irak, dont l’ouverture d’une nouvelle école.

    Pour des raisons de sécurité et en accord avec les autorités, nous ne pouvons pas communiquer à ce stade leur identité. Ce sont quatre salariés expérimentés, en bonne santé et avec une parfaite connaissance des zones de crise.

    A ce jour, nous n’avons reçu aucune demande de rançon, ni information sur le sort de nos quatre amis et collaborateurs. Nous sommes bien entendu en contact étroit avec leurs familles. L’association et toutes nos équipes partagent leur terrible inquiétude.

    Nous précisons que cette mission avait été organisée en parfaite coordination avec les autorités consulaires françaises en Irak. Nos collaborateurs résidaient tous dans un hôtel qui fait partie des établissements qui reçoivent régulièrement du personnel international et suivaient un protocole de sécurité adapté à la région. Ces procédures comprennent des plans régulièrement audités par des experts indépendants, des formations du personnel, une veille sécuritaire active et une équipe de soutien à Paris mobilisable à tout moment. La mise à jour de nos procédures de sécurité est permanente et va être adaptée aux nouvelles menaces.

    Nous comptons sur vos prières et votre soutien actif pour nous aider à passer cette épreuve.

    Benjamin Blanchard
    Directeur général de SOS Chrétiens d'Orient

     

    Suite à la disparition des 4 collaborateurs de SOS Chrétiens d’Orient, une chaîne de prière a été lancée :

  • Ordination de "viri probati" : où est le problème ?

    IMPRIMER

    Du Fr. Thomas Michelet, op, en "tribune" sur le site d'aleteia.org :

    Ordonner des « viri probati », où est la difficulté ?

    29 octobre 2019

    L’assemblée spéciale du synode sur l’Amazonie a évoqué la possibilité de revenir localement à l’ordination des « viri probati ». Les raisons de l’abandon de cette pratique par l’Église latine au XIIe siècle sont mal connues. Professeur de théologie à l’université pontificale St-Thomas-d’Aquin, le Fr. Thomas Michelet explique qu’il ne s’agissait pas d’une simple question de convenance.

    Ordonner des viri probati — des hommes mariés d’âge mûr — l’Église le faisait jusqu’au XIIe siècle. Où est alors la difficulté ? Au moment de l’ordination, ces viri probati s’engageaient en présence de leur épouse à vivre désormais avec elle en frère et sœur, c’est-à-dire dans la continence parfaite. Raison pour laquelle il s’agissait d’hommes d’âge mûr : ils avaient passé l’âge d’avoir des enfants et n’en avaient plus à charge. 

    Une règle des apôtres

    À l’époque, l’Église enseignait qu’elle tenait cette règle des apôtres. C’est pour cela qu’elle a toujours tenu à la faire observer, malgré de fortes oppositions et de grandes difficultés pratiques. Les hommes d’alors n’étaient pas plus enclin au célibat que ceux d’aujourd’hui, la nature reprenant souvent le dessus. Nous avons des témoignages d’évêques se remettant à vivre avec leur épouse (pourtant légitime) et qui ont été déposés de leur charge pour cette raison, les deux finissant leurs jours en pénitence dans un monastère.

    Le célibat a toujours été quelque chose de difficile à faire respecter et l’Église n’a pu l’imposer que parce qu’elle le recevait comme une règle qui s’imposait à elle. Autrement, cela fait longtemps qu’elle l’aurait fait disparaître. Et c’est pour cela qu’au XIIe siècle, l’Église a décidé de le protéger d’une manière plus radicale en n’appelant désormais que des candidats célibataires. Loin de faire disparaître la règle du célibat, elle a donc voulu la renforcer.

    Deux types de célibat

    La difficulté est que depuis, la règle du célibat (célibat relatif, célibat second ou conséquent : celui d’hommes mariés s’engageant au célibat lors de leur ordination) a été incluse dans ce nouveau régime du célibat (célibat absolu, célibat premier ou antécédent : celui d’hommes n’ayant jamais été mariés). Cela a eu deux conséquences.

    D’une part, on a fini par oublier le régime antique et confondre les deux types de célibat, ce d’autant plus facilement que l’on parlait de célibat dans les deux cas, alors que les régimes étaient différents. D’autre part, comme ce second régime était simplement d’institution ecclésiale récente, on a fini par présenter le célibat ecclésiastique lui-même (en confondant les deux) comme une simple question de discipline, comme quelque chose que l’Église avait décidé et pouvait donc changer. Ce qui a fini par devenir insupportable : au nom de quoi l’Église peut-elle l’imposer et pourquoi refuse-t-elle de le changer ?

    Le célibat comme une nécessité

    En oubliant le premier régime, l’Église a aussi oublié que jusque-là elle ne présentait pas le célibat comme une option ou un simple choix spirituel (lui laissant la possibilité d’un autre choix), mais comme une règle venant des apôtres et s’imposant à elle. Certes, il y avait une grande convenance entre ce célibat (second régime) et le sacerdoce, mais une simple convenance et non pas une nécessité. Ce faisant, on a oublié que la règle du célibat s’imposait aux hommes mariés lors de leur ordination, non pas comme une convenance mais comme une nécessité. C’est en tout cas ce qu’enseignait l’Église depuis l’Antiquité.

    Lire aussi : Pourquoi l’Église n’ordonne pas d’hommes mariés ?

    D’une manière paradoxale et regrettable, ce qui a été décidé au XIIe siècle, pour protéger le célibat en le renforçant, a plutôt fini par le fragiliser par une sorte de perte de mémoire. Si l’on veut à présent revenir en arrière en faisant référence à la tradition des viri probati, alors il faut le faire jusqu’au bout, et donc rappeler cette règle du célibat qu’ils devaient embrasser au moment de leur ordination. Autrement, ce serait une rupture dans la tradition, et donc une pure innovation. Ce serait renoncer à quelque chose que l’Église latine a toujours tenu depuis l’origine. Ce ne serait plus l’Église fondée sur les apôtres : « Le véritable fondement de la vie du prêtre, disait Benoît XVI, le sol de son existence, la terre de sa vie est Dieu lui-même […]. Le célibat, qui vaut pour les évêques dans toute l’Église orientale et occidentale, et, selon une tradition qui remonte à une époque proche de celle des apôtres, pour les prêtres en général dans l’Église latine, ne peut être compris et vécu en définitive que sur la base de ce fondement. » 

  • La vie à naître plus que jamais menacée en Belgique : il faut prier !

    IMPRIMER
    L' IVG jusqu'au terme de la grossesse, en Belgique... ?

    Une proposition de loi a été soumise au Parlement fédéral en 2019; elle vise à réaliser une réforme sans précédent de la législation sur l'avortement.

    Au cours des derniers mois, nous avons été témoins, d'une mobilisation pour le respect de la vie comme  jamais vécue auparavant en Belgique !

    La prière privée et publique ET l'action (pétition des soignants, prises de position publiques, mails à nos parlementaires, ...)  ont en effet permis un report du vote de cette réforme législative mortifère pour notre société .

    Aujourd'hui, ... après quelques semaines de répit, la proposition de loi revient à l'agenda du Parlement dès février prochain.

    Il a été beaucoup question jusqu'à présent de l'allongement  jusqu'à 18 semaines (4,5 mois), du délai pour l'avortement.

    En réalité, la nouvelle proposition de loi vise à permettre l'avortement, non pas jusqu'à 18 semaines, mais... jusqu'au terme de la grossesse. Elle abolit toute sanction pénale en cas d'IVG, y compris lorsqu'elle est pratiquée au-delà de 18 semaines comme nous le lisons dans cette étude approfondie:

    https://www.ieb-eib.org/fr/actualite/debut-de-vie/avortement/analyse-proposition-de-loi-ivg-vers-une-depenalisation-au-dela-de-18-semaines-4-5-mois-1721.html

    Le deuxième volet de la réforme envisagée - dont il a été beaucoup moins question dans les médias - vise à empêcher l'expression de tous ceux qui pensent que l'avortement n'est pas une bonne idée.

    La proposition de loi prévoit en effet ce qui suit :

    1) L'obligation pour le médecin de rappeler les diverses possibilités d'accueil de l'enfant à naître, est supprimée (article 2 de la proposition de loi) ;
    2) L'obligation pour le médecin qui refuse de pratiquer un avortement, de renvoyer sa patiente vers un autre médecin ou un centre d'avortement, est renforcée (article 3, 1er alinéa, de la proposition);
    3)  La liberté des hôpitaux d'interdire la pratique de l'avortement dans leurs murs est supprimée (article 3, deuxième alinéa, de la proposition) ;  
    4) Celui qui tente d'empêcher « de quelque manière que ce soit », une femme  d'accéder librement à un établissement de soins pratiquant des interruptions volontaires de grossesse, sera condamné à un emprisonnement de trois mois à un an et à une amende de cent euros à cinq cents euros (article 4 de la proposition). Ainsi donc, le conjoint ou le compagnon de la femme enceinte qui lui enverrait un sms ou un email, par exemple pour lui dire que si celle-ci va se faire avorter, cela fera chavirer leur couple, se fera condamner à minimum trois mois de prison...

    En plus de toute action matérielle, continuons plus que jamais à nous rassembler dans et par la prière et particulièrement celle du chapelet. Demandons à Notre Dame d'intercéder tout particulièrement auprès du Père Eternel pour préserver notre pays d'une telle législation . Que Saint Michel Archange, patron de Bruxelles, capitale de l'Europe, nous défende dans ce combat; que Saint Joseph, patron de la Belgique, nous guide, comme il a guidé et protégé la Sainte Famille des affres du massacre des Saints Innocents.

    Sensibilisons nos paroisses, et les groupes, communautés ou mouvements dont nous faisons partie, à faire monter vers Dieu notre supplication ardente pour la protection de la vie dans notre pays et à travers le monde entier.

    Unissons-nous tous par une grande prière commune pour la protection de la vie, le weekend des 1er et 2 février prochains, premier samedi du mois et fête de la Chandeleur* en répondant, collectivement ou individuellement, dans nos lieux de vie respectifs, à l'appel du Pape Jean-Paul II :

    « Une grande prière pour la vie, qui parcourt le monde entier, est une urgence. Que, par des initiatives extraordinaires et dans la prière habituelle, une supplication ardente s'élève vers Dieu, Créateur qui aime la vie, de toutes les communautés chrétiennes, de tous les groupes ou mouvements, de toutes les familles, du cœur de tous les croyants ! »

     
      ET

    Venons nombreux au  Sanctuaire Notre Dame de Lourdes  
    prier le chapelet pour la Foi, la Vie et la Paix ,
     le mardi 11 février 2020 en la Fête de Notre Dame de Lourdes
     à 13.00 précises.
     Rue Léopold Ier, 296 à 1090 Jette
    Bus  : 49 et 88 (arrêt Loyauté) - Tram : 51 (arrêt Woeste) - Train :gare de Jette + bus 88 ou gare Bockstael + bus 49 et 88.

    "Saint Michel Archange défendez-nous dans le combat, soyez notre
    secours contre les embûches du démon, nous vous le demandons en
    suppliant. Et vous, Prince de la Milice céleste, repoussez en enfer
    Satan et les autres esprits mauvais qui rôdent dans le monde en vue de
    perdre les âmes. Ainsi-soit-il."

    "A l'abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, Sainte Mère de
    Dieu. Ne méprise pas nos prières quand nous sommes dans l'épreuve,
    mais de tous les dangers délivre-nous toujours,
    Vierge glorieuse et bénie. Ainsi-soit-il."

    *Quarante jours après la naissance du Christ-Sauveur, la fête de la Chandeleur se rattache au mystère de Noël. Par son symbolisme, la procession de la "Chandeleur", procession aux cierges, évoque la manifestation du Christ, Lumière du monde, accueilli  au temple par le vieillard Siméon comme l'envoyé de Dieu, 'lumière pour éclairer les nations'.

  • De nouveaux martyrs de la Guerre civile espagnole reconnus

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    Causes des saints : 13 martyrs et 6 « héros » de l’Evangile

    Dont un capucin français pionnier de Lourdes

    L’Eglise reconnaît le martyre de treize baptisés, en Espagne et au Guatemala, ainsi que les « vertus héroïques » de six autres – un évêque, quatre prêtres et une religieuse -, de 5 pays : France, Espagne, Italie, Brésil, Mexique.

    Lors d’une audience avec le cardinal Angelo Becciu, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le 23 janvier 2020, le pape François a en effet autorisé la promulgation de huit nouveaux décrets.

    L’un des décrets reconnaît le martyre de trois capucins espagnols morts « en haine de la foi » – selon l’expression consacrée – durant la Guerre civile (entre le 24 juillet et le 6 août 1936) : Benito de Santa Coloma de Gramenet (au siècle José Doménech Bonet, né en 1892) et deux compagnons.

    Un deuxième décret reconnaît le martyre du père José Maria Gran Cirera, de deux autres prêtres Missionnaires du Très Saint Cœur de Jésus, et de sept laïcs tués au Guatemala entre 1980 et 1991.

    Avec cette reconnaissance, la voie est désormais ouverte pour leur béatification.

    Six nouveaux vénérables

    Six autres décrets reconnaissent qu’un évêque italien du XVe siècle, un prêtre mexicain, deux prêtres espagnols, un capucin français et une carmélite brésilienne, ont vécu les vertus chrétiennes et humaines de façon « héroïque ». Il s’agit de la première étape vers leur canonisation.

    – Mgr Jean Tavelli de Tossignano (1386-1446), évêque de Ferrare (Italie), religieux jésuate ; il est déjà appelé bienheureux bien que la déclaration canonique n’ait pas eu lieu. Son culte, ininterrompu depuis des siècles, a été approuvé par le pape Clément VIII et confirmé par le pape Benoît XIV, et son procès formel en béatification et canonisation a été ouvert à Ferrare dans les années 90.

    – Le prêtre espagnol Joachim Masmitjá i Puig (1808-1886), chanoine de la cathédrale de Gérone, fondateur de la Congrégation des Missionnaires du Cœur de Marie.

    – Le prêtre mexicain José Antonio Plancarte y Labastida (1840-1898), fondateur de l’Institut des Sœurs de Marie Immaculée de Guadalupe.

    – Le p. José Pío Gurruchaga Castuariense (1881-1967), prêtre diocésain espagnol fondateur de la Congrégation des Auxiliatrices paroissiales du Christ prêtre.

    – Le prêtre capucin français Marie-Antoine de Lavaur (Léon Clergue, 1825-1907).

    – La religieuse brésilienne María do Carmo da Santíssima Trindade – au siècle Carmen Catarina Bieno (1898-1966), carmélite.

    Il faudra ensuite la reconnaissance d’un miracle pour ouvrir la voie à leur béatification.

  •  Tout perdre pour tout gagner 

    IMPRIMER

    De l'abbé Christophe Cossement sur son blog :

    Les ténèbres reculent quand on se donne soi-même

    homélie du 3e dimanche A, 26 janvier 2020

    le viaduc de Millau depuis la Montée royale

    Quelles sont les ténèbres dans lesquelles nous marchons et sur lesquelles le Seigneur fait lever sa lumière ? On pourrait trouver pour chaque époque une collection de choses inquiétantes ou décourageantes qui ont assombri l’existence des gens. Jadis cela pouvait être les bruits de guerre aux frontières, la misère noire dans laquelle vivaient de nombreuses familles, l’enseignement inaccessible ou d’autres choses qui sont encore le lot de millions de personnes aujourd’hui. Les ténèbres où nous marchons en occident, c’est aujourd’hui l’instabilité des familles, l’inquiétude climatique, la maltraitance des femmes, des enfants, la pornographie, la fascination pour le luxe, etc. Plus généralement, je vois naître chez de nombreux jeunes la question : quel est le sens de la vie ? Il n’y a rien qui me donne un grand désir de me donner totalement… Tout semble relatif, un peu usé, un peu terni.

    Toutes ces ténèbres renvoient à ce qu’il y a de sombre au plus intime de chacun, c’est-à-dire ce que l’on a appelé le péché : toute action volontaire où on ne cherche pas ce qui est bon et bien, mais uniquement ce qui plaît, ce qui rapporte, ce qui est utile. Car le péché c’est rarement faire le mal parce que c’est mal. C’est plutôt faire le mal parce que cela nous intéresse. Et plus subtilement, c’est s’arranger pour ne pas se poser la question de la bonté de ce qui nous attire et que nous projetons de faire. Alors tout devient relatif. On dira que c’est tellement compliqué d’y voir clair, et que tout le monde le fait. Et notre cœur n’a plus que des ténèbres à déguster, ce que l’on remarque à la vague insatisfaction qui s’empare de nous. Et qui malheureusement nous pousse souvent plus loin encore dans la recherche de ce qui nous plaît et nous est utile indépendamment de si c’est bien ou pas. La boucle est bouclée, nous sommes enfermés.

    Alors paraît le Christ. Il est la lumière qui se lève dans nos vies. Son message est simple : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche ! » (Mt 4,17) Qu’est-ce que cela veut dire ? Quel changement — étymologiquement, quel « retournement » — les apôtres auront-ils à annoncer pour devenir « pêcheurs d’hommes » ? C’est un changement de perspective, où le « moi » n’est plus au centre de toutes les attentions, mais bien le « toi ». Le « toi » divin et le « toi » humain : aimer Dieu de tout son cœur et son prochain comme soi-même !

    Voilà comment la lumière vient dans le monde : en montrant le chemin du don de soi et en osant dire qu’il est bon qu’il aille jusqu’à la perte de sa propre vie. « Tout perdre pour tout gagner », voilà ce qui pourrait être le résumé de la Bonne Nouvelle au milieu des ténèbres qui étendent leur manteau sur notre cœur. Voilà le chemin pour avancer à contre-courant vers la lumière. Et à l’époque difficile que nous vivons, il me semble que nous ne pouvons pas nous contenter de demi-mesures. À chacun de nous de demander maintenant dans le silence : Seigneur, toi mon Père, comment puis-je me donner tout entier ?

  • RDC : Tshisekedi, Président par la grâce de Dieu ?

    IMPRIMER

    D’Hubert Leclercq sur le site de la Libre Afrique, ce 25 janvier 2020 :

    affiche-tshisekedi-576x450.jpg

    L’ambiance lors des festivités pour le premier anniversaire de l’installation de Félix Tshisekedi à la présidence, annoncée pour ce dimanche à Kinshasa, donnera peut-être le ton des tensions à attendre dans les prochaines semaines en RDC.

    Certains membres de la plateforme CACH n’ont pu s’empêcher de commencer les célébrations pour le premier anniversaire de l’accession au pouvoir de Félix Tshisekedi ce vendredi 24 janvier en soirée. Coupe de champagne et repas de fête, une image qui n’est pas faite pour calmer la colère d’une population de plus en plus démunie dans la capitale mais aussi un peu partout dans les grandes villes du pays.

    Félix Tshisekedi, lui, est de retour au pays après son escapade européenne qui l’a vu passer par le Vatican, Londres et Davos. A son retour, il s’est entretenu avec un émissaire du président angolais Joao Lourenço, le ministre angolais en charge des Relations extérieures, Tito Antonio, qui a tenu à répéter à quel point les relations entre les deux Etats est au beau fixe.

    Félix Tshisekedi, lui, a fait le plein de réconfort avant de retourner affronter son prédécesseur Joseph Kabila.

    Les autorités du Vatican, celles de plusieurs Etats européens et quelques voisins lui ont rappelé qu’ils le soutenaient mais qu’ils attendaient plus de lui. Le soutien est présent mais la pression aussi. Aujourd’hui, après un an de « règne », Félix Tshisekedi est placé au pied du mur. Il doit faire un choix clair. Soit il divorce avec Kabila et sera soutenu par un large pan de la communauté internationale, soit il continue son mariage de raison avec son prédécesseur qui l’a installé au pouvoir et il sera relégué au rang des présidents infréquentables et isolé sur la scène internationale dans un Etat qui, sans l’aide financière internationale est voué à la faillite.

    RDC : Dissolution, bras de fer ou poker menteur ?

    Le souci, évidemment, c’est qu’en acceptant le marché avec Kabila, Tshisekedi s’est vu privé de majorité au Parlement et encadré par un exécutif où les postes qui comptent vraiment sont aux mains de la plateforme politique du FCC de Kabila.

    Lire la suite

  • La conversion de saint Paul (25 janvier)

    IMPRIMER

    3-conversion-of-st-paul-fra-angelico.jpgLors de l'audience générale du mercredi 3 septembre 2008, Benoît XVI a consacré sa catéchèse à la conversion de saint Paul :

    Chers frères et sœurs,

    La catéchèse d'aujourd'hui sera consacrée à l'expérience que saint Paul fit sur le chemin de Damas et donc sur ce que l'on appelle communément sa conversion. C'est précisément sur le chemin de Damas, au début des années 30 du 1er siècle, et après une période où il avait persécuté l'Eglise, qu'eut lieu le moment décisif de la vie de Paul. On a beaucoup écrit à son propos et naturellement de différents points de vue. Il est certain qu'un tournant eut lieu là, et même un renversement de perspective. Alors, de manière inattendue, il commença à considérer "perte" et "balayures" tout ce qui auparavant constituait pour lui l'idéal le plus élevé, presque la raison d'être de son existence (cf.Ph 3, 7-8). Que s'était-il passé?

    Nous avons à ce propos deux types de sources. Le premier type, le plus connu, est constitué par des récits dus à la plume de Luc, qui à trois reprises raconte l'événement dans les Actes des Apôtres (cf. 9, 1-19; 22, 3-21; 26, 4-23). Le lecteur moyen est peut-être tenté de trop s'arrêter sur certains détails, comme la lumière du ciel, la chute à terre, la voix qui appelle, la nouvelle condition de cécité, la guérison comme si des écailles lui étaient tombées des yeux et le jeûne. Mais tous ces détails se réfèrent au centre de l'événement:  le Christ ressuscité apparaît comme une lumière splendide et parle à Saul, il transforme  sa  pensée  et  sa  vie  elle-même. La splendeur du Ressuscité le rend aveugle:  il apparaît ainsi extérieurement ce qui était sa réalité intérieure, sa cécité à l'égard de la vérité, de la lumière qu'est le Christ. Et ensuite son "oui" définitif au Christ dans le baptême ouvre à nouveau ses yeux, le fait réellement voir.

    Dans l'Eglise antique le baptême était également appelé "illumination", car ce sacrement donne la lumière, fait voir réellement. Ce qui est ainsi indiqué théologiquement, se réalise également physiquement chez Paul:  guéri de sa cécité intérieure, il voit bien. Saint Paul a donc été transformé, non par une pensée, mais par un événement, par la présence irrésistible du Ressuscité, de laquelle il ne pourra jamais douter par la suite tant l'évidence de l'événement, de cette rencontre, avait été forte. Elle changea fondamentalement la vie de Paul; en ce sens on peut et on doit parler d'une conversion. Cette rencontre est le centre du récit de saint Luc, qui a sans doute utilisé un récit qui est probablement né dans la communauté de Damas. La couleur locale donnée par la présence d'Ananie et par les noms des rues, ainsi que du propriétaire de la maison dans laquelle Paul séjourna (cf. Ac 9, 11) le laisse penser.

    Lire la suite

  • Le message du pape François pour la 54e journée mondiale des médias

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    « La vérité des bons récits »: message du pape François pour les communications sociales

    «Afin que tu puisses raconter à ton fils et au fils de ton fils» (Ex 10, 2).

    La vie se fait Histoire

    Je veux consacrer le Message de cette année au thème de la narration, parce que je crois que, pour ne pas s’égarer, nous avons besoin de respirer la vérité des bons récits : des récits qui construisent, et non qui détruisent; des récits qui aident à retrouver des racines et la force d’aller de l’avant ensemble. Dans la confusion des voix et des messages qui nous entourent, nous avons besoin d’un récit humain, qui parle de nous et de la beauté qui nous habite. Un récit qui sache regarder le monde et les événements avec tendresse ; qui raconte que nous faisons partie d’un tissu vivant ; qui révèle l’entrelacement des fils par lesquels nous sommes rattachés les uns aux autres.

    1. Tisser des récits

    L’homme est un être narrateur. Dès notre plus jeune âge, nous avons faim de récits comme nous avons faim de nourriture. Qu’ils soient sous forme de fables, de romans, de films, de chansons, de nouvelles … les récits affectent nos vies, même si nous n’en sommes pas conscients. Nous décidons souvent ce qui est bien ou mal en fonction des personnages et des récits que nous avons assimilés. Les récits nous marquent, façonnent nos convictions et nos comportements, ils peuvent nous aider à comprendre et à dire qui nous sommes.

    L’homme n’est pas seulement le seul être qui ait besoin de vêtements pour couvrir sa vulnérabilité (cf. Gn 3, 21), mais il est aussi le seul qui ait besoin de se raconter, de “se revêtir” d’histoires pour protéger sa vie. Nous tissons non seulement des vêtements, mais aussi des récits : en effet, la capacité humaine à “tisser” conduit à la fois aux tissus et aux textes. Les récits de tous les temps ont un “cadre” commun : la structure prévoit des “héros”, même quotidiens, qui, pour poursuivre un rêve, affrontent des situations difficiles, combattent le mal, stimulés par une force qui les rend courageux, celle de l’amour. En nous immergeant dans les récits, nous pouvons retrouver des motivations héroïques pour faire face aux défis de la vie.

    L’homme est un être narrateur parce qu’il est un être en devenir, qui se découvre et s’enrichit dans la trame de ses jours. Mais, depuis les origines, notre récit est menacé : le mal s’insinue dans l’histoire.

    2. Tous les récits ne sont pas bons

    « Si vous mangez, vous deviendrez comme Dieu » (cf. Gn 3, 4) : la tentation du serpent insère dans la trame du récit un nœud difficile à défaire. « Si tu possèdes, tu deviendras, tu atteindras… », murmurent encore aujourd’hui ceux qui se servent du dit storytelling pour instrumentaliser. Combien de récits nous intoxiquent, en nous persuadant que, pour être heureux, nous aurions constamment besoin d’avoir, de posséder, de consommer. Nous ne réalisons pratiquement pas à quel point nous devenons avides de tapages et de commérages ; nous consommons tant de violence et de fausseté. Souvent sur les toiles de la communication, au lieu de récits constructifs, qui sont un vecteur de liens sociaux et de tissu culturel, des récits destructeurs et offensants sont élaborés, détruisant et brisant les fils fragiles de la cohabitation. En rassemblant des informations non vérifiées, en répétant des discours insignifiants et faussement persuasifs, en blessant avec des propos de haine, on ne tisse pas l’histoire humaine, mais on dépouille l’homme de sa dignité.

    Lire la suite

  • La belle vitalité monastique du Vietnam

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Frère Gioan Baotixita Dung, cistercien : « Les jeunes vietnamiens sont attirés par la vie monastique »

    24/01/2020

    L’abbaye Notre-Dame de Phuoc Son, située à 70 kilomètres de Hô-Chi-Minh-Ville, a été fondée en 1918 par le père Henri Denis (1880-1933), père MEP devenu moine bénédictin en prenant le nom de Benoît Thuan. Avant la réunification du pays en 1975, et avant la réouverture économique du Vietnam en 1986, les moines ont connu de nombreuses difficultés, leur vie communautaire ayant été interdite. Le frère Gioan Baotixita Dung, moine cistercien, explique que la nouvelle liberté religieuse du pays et l’histoire des persécutions religieuses au Vietnam ont encouragé de nombreux jeunes à entrer au monastère. Aujourd’hui, le monastère de Phuoc Son compte 220 moines, dont 80 novices et postulants. Le pays compte en tout douze monastères bénédictins, soit 1 002 moines et 244 moniales.

    « Les jeunes vietnamiens sont attirés par la vie monastique », affirme le frère Gioan Baotixita Dung, un moine cistercien de l’abbaye Notre-Dame de Phuoc Son. L’abbaye, située à près de soixante-dix kilomètres de Hô-Chi-Minh-Ville, non loin de Vung Tau, compte 220 moines, dont 80 novices et postulants. En plus de la vie de travail et de prière des moines, l’abbaye est aussi un lieu d’étude théologique. En présentant plusieurs jeunes novices, frère Gioan Dung explique que la religiosité vietnamienne est étroitement liée aux traditions bouddhistes et taoïstes. C’est pourquoi, quand certains décident d’entrer au monastère, l’histoire des persécutions de l’Église vietnamienne joue parfois un rôle important qui les conduit à poser des choix de vie radicaux. Comme dans tout monastère bénédictin, les moines travaillent pour gagner leur vie, en faisant pousser du riz et des plantes médicinales. Ils s’occupent également des tâches quotidiennes comme le linge et la cuisine. Une partie de leur récolte de riz est donnée aux pauvres. L’abbaye compte également une hôtellerie pour héberger les pèlerins qui viennent pour des retraites et exercices spirituels. La chapelle, située au centre du monastère, a été bâtie dans un style oriental dans le but de rapprocher la vie bénédictine de la culture vietnamienne.

    C’était aussi le but de leur fondateur, le père Henri Denis (1880-1933), qui a introduit l’expérience bénédictine dans le pays. Le père Denis est venu au Vietnam comme missionnaire MEP (Missions Etrangères de Paris). Il a finalement choisi la vie monastique en 1918 en prenant le nom de Benoît, avant de commencer à rassembler de nombreux jeunes autour de lui, attirés par la vie monastique. À l’époque, le monastère était situé dans le diocèse de Hué, dans le centre du pays. Quand le Vietnam a été divisé en 1954 entre le Nord et le Sud, les moines se sont déplacés dans le Sud. Jusqu’à la réunification du pays en 1975, le monastère a traversé des périodes difficiles. Quand leur vie communautaire a été interdite, beaucoup de moines ont continué de vivre leur vocation chez eux, en se rassemblant régulièrement avec d’autres religieux. Certains d’entre eux ont également été emprisonnés. En 1986, quand le Vietnam s’est à nouveau ouvert au monde en entamant une réforme économique, le pays a pu jouir à nouveau d’une certaine liberté religieuse, encourageant de nombreuses vocations religieuses. Actuellement, on compte neuf monastères et trois couvents bénédictins au Vietnam, soit 1 002 moines et 244 moniales, selon les chiffres indiqués par l’ordre bénédictin pour l’année 2015. La dépouille du père Denis (qui a adopté le nom de Benoît Thuan) repose dans le jardin de l’abbaye de Phuoc Son. Une cause en béatification est également en cours

    (Avec Asianews, Phuoc Son)