Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Spiritualité - Page 2

  • Crucifixus etiam pro nobis sub Pontio Pilato

    IMPRIMER

    Crucifixus d'Antonio Lotto à la Sainte Chapelle de Paris

    Crucifixus etiam pro nobis sub Pontio Pilato:
    Passus, et sepultus est

    Crucifié pour nous sous Ponce Pilate, 
    il souffrit sa passion et fut mis au tombeau.

  • Triduum pascal 2019 à l’église du Saint-Sacrement Bd d’Avroy, 132, 4000 Liège

    IMPRIMER

    VE PN 110 St sacrementstsd.jpg

    18 avril : Jeudi-Saint

    • 20h00, messe de la Dernière Cène en français (missel de 1970)

    Chants grégoriens et orgue. A la fin de la messe, translation du Saint-Sacrement au reposoir et adoration (un quart d’heure)

    extrait des pièces chantées:

    19 avril : Vendredi-Saint

    • 15h00, Chemin de la Croix + confessions pascales

    Méditation des 14 stations (conduite par l’abbé Claude Germeau). Chant du « Stabat Mater » (Jacopone da Todi, XIIIs.). Confessions possibles après le chemin de la croix

     

    20 avril : Samedi-Saint

    • 20h00, vigile pascale et messe de la Résurrection : bénédiction du feu nouveau, psalmodie de l’Exultet, lectures, rite de l’eau, eucharistie (missel de 1970) 

    Motets baroques (Joris Bosman, ténor et Arnaud François, baryton), chants grégoriens (schola du Saint-Sacrement) et orgue (Sr Marie-Elie, o.carm.) 

    Extraits des pièces chantées:

    21 avril : Dimanche de Pâques

    • 10h00, messe du jour en latin (missel de 1962). 

    Plain-chant (propre grégorien et Kyriale I) interprété par la schola du Saint-Sacrement ; motets polyphoniques (Gjeilo, Tallis, Bach) interprétés par le quatuor vocal « Gaudete » ; à l’orgue Patrick Wilwerth (professeur au conservatoire de Verviers).

    Extraits des pièces chantées:

    • 11h15, messe du jour en français (missel de 1970).

    Plain-chant (Kyriale du temps pascal). A l’orgue : Mutien-Omer Houziaux, ancien titulaire de l’orgue de la cathédrale de Liège.

    Plus de renseignements: tel. 04 344 10 89  ou gsm 0470 94 70 05

    semaine sainte 20192.jpg

    JPSC

  • Jeudi Saint : tout donner et se donner soi-même

    IMPRIMER

    giotto_lavanda_700px.jpgEvangile du jour : Jean, chapitre 13, vv. 1-15

    Avant la fête de la Pâque, sachant que l'heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'au bout. Au cours du repas, alors que le démon a déjà inspiré à Judas Iscariote, fils de Simon, l'intention de le livrer, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu'il est venu de Dieu et qu'il retourne à Dieu, se lève de table, quitte son vêtement, et prend un linge qu'il se noue à la ceinture ; puis il verse de l'eau dans un bassin, il se met à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu'il avait à la ceinture. 
    Il arrive ainsi devant Simon-Pierre. Et Pierre lui dit : « Toi, Seigneur, tu veux me laver les pieds ! » Jésus lui déclara : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. » Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n'auras point de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n'a pas besoin de se laver : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, ... mais non pas tous. » Il savait bien qui allait le livrer ; et c'est pourquoi il disait : « Vous n'êtes pas tous purs. » 
    Après leur avoir lavé les pieds, il reprit son vêtement et se remit à table. Il leur dit alors : « Comprenez-vous ce que je viens de faire ? Vous m'appelez 'Maître' et 'Seigneur', et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C'est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j'ai fait pour vous. »

    Homélie (homelies.fr - Archive 2009)

    « Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venu pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout. »
    Jésus sait que l’heure de sa Passion est là et il veut maintenant en révéler tout le sens aux apôtres réunis autour de lui pour le repas pascal. Jésus va effectuer sa Pâque, il va effectuer son passage vers le Père, il va souffrir sa Passion par amour pour nous afin de nous réconcilier avec le Père. Cet amour il va le vivre « jusqu’au bout » c’est-à-dire jusqu’à la mort et jusqu’à l’extrémité de l’amour. Sa passion et sa mort constitueront ainsi le service d'amour fondamental grâce auquel il libèrera l'humanité du péché.

    Lire la suite

  • Vous avez dit : "Reconstruire l'Eglise" ?

    IMPRIMER

    Editorial de Philippe Maxence sur le site de l'Homme Nouveau :

    Notre quinzaine : Plus que jamais, anti-mondain !

    Notre quinzaine : <br>Plus que jamais, anti-mondain !

    Réparer l’Église ?

    Devant l’ampleur de la crise que traverse actuellement l’Église, le quotidien La Croix a lancé une série intitulée « Réparons l’Église ». Le projet apparaîtra à la fois ambitieux et bienvenu. Ambitieux, dans la mesure où l’Église est atteinte, au plus profond d’elle-même. Bienvenu puisqu’on ne saurait rester sans rien faire. Fort de ce constat, le quotidien a tenu à ancrer sa démarche dans un précédent historique : l’appel du Christ à saint François d’Assise à réparer « l’Église en ruine ». 

    Cette invocation du saint d’Assise nous a laissés penser que La Croix nous invitait à donner un accent renouvelé à notre vie chrétienne en prenant les armes toutes spirituelles de la prière et de la pénitence. Nous étions prêts à battre des deux mains et à répercuter comme il se doit l’initiative. 

    Las ! En fait de démarche franciscaine, visant à couper avec le monde pour mieux aller à Dieu, le quotidien du groupe Bayard nous invite à une démarche démocratique à travers un questionnaire à remplir dont il se propose de faire la synthèse des réponses. Dans les onze questions proposées, pas une ne renvoie à la prière ou à l’austérité, au sacrifice personnel pour l’Église en réparation des péchés (un mot absent lui aussi) ou à un appel pour redécouvrir ce qu’est réellement l’Église. Il s’agit bien plus de prendre acte du choc ressenti par chacun et d’en sortir une idée commune de ce que doit être l’Église à l’avenir. Or, comme l’écrivait naguère Chesterton, « Toutes les hérésies sont une tentative d’amoindrissement de l’Église » (1). Nous y sommes !

    Qu’est-ce que l’Église, justement ? Naguère, le cardinal Journet, dans Théologie de l’Église, remarquait déjà qu’il y a trois regards possibles sur celle-ci. Celui de l’observateur extérieur qui « se borne à faire œuvre descriptive » ; celui qui en constatant les effets positifs l’admire de l’extérieur et, enfin, le regard de la foi : « L’Église apparaît alors dans son mystère, dans sa réalité profonde, comme le Corps du Christ, habité par l’Esprit saint, qui la dirige et demeure en elle comme son Hôte ». (2) 

    C’est à partir de ce regard de foi que le célèbre théologien pouvait affirmer la sainteté de l’Église. Se trompait-il lui-même sur l’existence du péché au sein même du corps ecclésial ? Bien au contraire ! Une grande partie de sa « somme » ecclésiologique vise à discerner l’exacte frontière entre la sainteté et le péché dans l’Église, laquelle a connu au cours de sa longue histoire scandales, hérésies, schismes, prévarications, etc. Et ce dès le début ! Saint Paul a souvent tonné contre les péchés qu’il constatait dans les Églises qu’il avait fondées. Dans son Apocalypse, saint Jean écrit à l’Ange de l’Église d’Éphèse : « j’ai contre toi que tu t’es relâché de ton premier amour. » Et l’Apôtre de préciser : « Pourtant tu as en ta faveur que tu hais les œuvres des Nicolaïtes, œuvre que moi aussi je hais » (Ap. 2, 5-6). À travers les Nicolaïtes justement, c’est bien de péché de luxure des clercs qui était visé. Déjà !

    Le courage du bilan

    Alors ? Dans la crise actuelle, nous sommes tous confrontés à la tentation de la mondanité. Deux aspects semblent essentiellement nous manquer. La foi, qui permet de saisir la réalité actuelle dans un regard surnaturel qui s’appuie sur la doctrine inchangée de l’Église, sur la vie sacramentelle renforcée et sur une vie de prière renouvelée. Dans le nouveau livre d’entretiens qu’il vient de faire paraître, Le soir approche et déjà le jour baisse, le cardinal Sarah l’exprime très bien : « Les chrétiens tremblent, vacillent, doutent. J’ai voulu ce livre pour eux. Pour leur dire : ne doutez pas ! Tenez ferme la doctrine ! Tenez la prière ! » (3) 

    Par ailleurs, nous manquons terriblement de courage. Et d’un courage très particulier : le courage moral et intellectuel. 

    Face à l’ignominie de la situation actuelle, nous sommes pourtant invités à ne pas simplement en constater et en déplorer les effets, mais aussi à en discerner les causes réelles, quoi qu’il en coûte, quoi qu’ils nous en coûtent. Pour mieux y répondre, il est plus que temps de sortir des phrases-slogans qui confondent optimisme mondain et espérance surnaturelle. Il est urgent de dresser le bilan des cinquante dernières années dans l’Église. (...)

    -------------- 

    1. G.K. Chesterton, Saint François d’Assise, DMM, 1979, p. 166.

    2. Cardinal Journet, Théologie de l’Église, Desclée de Brouwer, 1987, p. 13.

    3. Cardinal Sarah, Le soir approche et déjà le jour baisse, p. 14, Fayard, 448 p., 22,90?e.

  • Liège, 19 avril : Chemin de Croix dans les rues de la ville

    IMPRIMER

    Sans titre.jpg

  • Nos autem gloriari oportet in cruce Domini nostri Jesu Christi

    IMPRIMER

    Introit de la messe du soir du Jeudi Saint

    Nos autem gloriari oportet in cruce Domini nostri Jesu Christi: in quo est salus, vita et resurrectio nostra: per quem salvati et liberati sumus.

    Deus misereatur nostri, et benedicat nobis:

    illuminet vultum suum super nos, et misereatur nostri.

    Pour nous il faut nous glorifier dans la Croix de Notre Seigneur Jésus-Christ, en qui est notre salut, notre vie et notre résurrection, et par qui nous avons été sauvés et délivrés.

    Que Dieu aie pitié de nous et nous bénisse:

    que rayonne son visage sur nous, et qu'Il aie pitié de nous.

  • Ce que signifie la piété collective au pied de Notre-Dame en feu

    IMPRIMER

    De Michel Maffesoli sur le site du Figaro Vox :

    «Que signifie la piété collective au pied de Notre-Dame en feu?»

    Maffesoli: «Que signifie la piété collective au pied de Notre-Dame en feu?»

    FIGAROVOX/TRIBUNE - Pour le sociologue Michel Maffesoli, Notre-Dame de Paris était un lieu de transcendance, exerçant une force qui n’était pas seulement visible, comme en témoigne la communion des Parisiens devant la cathédrale enflammée.


    Michel Maffesoli est un sociologue français, professeur émérite à la Sorbonne et membre de l’Institut universitaire de France. Il a récemment publié La force de l’imaginaire, contre les bien-pensants (Liber, 2019).


    En cette nuit funeste Notre-Dame de Paris brûlait! Et tout autour, peu à peu, une immense foule se rassemblait. Impuissante, mais comme en communion de destin avec cet esprit de pierre tout en incandescence. Peuple silencieux. Puis, soudainement, chantant ou priant le «Je vous salue Marie». Place Saint Michel, Quai d’Orléans, Pont Saint Louis, l’émotion se sublimait en un chant n’ayant rien d’offensif, mais où l’on entendait comme un écho d’une âme collective, qui, depuis le Moyen-Âge, entoure cette figure protectrice de la cité.

    Ce qui frappe est le climat de piété régnant autour de la cathédrale.

    Nombreux sont ceux ayant célébré, tel Victor Hugo «Notre-Dame de Paris» (1831). Ne soulignent-ils pas que ses cloches, son bourdon en particulier, émeuvent les esprits les plus rassis et certains jours, enflamment l’ensemble de la ville.

    Ce qui frappe est le climat de piété régnant autour de la cathédrale. Quelque chose d’une pensée méditante. Me vient à l’esprit la remarque de Heidegger, considérant «la pensée comme un exercice de piété». Piété caractéristique de ceux qui sont pieux. Le pieu c’est, également, cette pièce de bois droite permettant d’être assuré et solide.

    Notre-Dame comme un pieu fiché en terre, pour servir de fondation à tout être.

    On entend ça et là des personnes déplorer cet incendie, car il met en danger l’attraction qu’exerçait cette église, mondialement connue et attirant 14 millions de touristes par an. La mettant, ainsi, sur le même plan que Disneyland.

    Réduction utilitariste à bien courte vue, ne saisissant pas la force de l’imaginaire, cause et effet d’une telle construction. Les bâtisseurs des cathédrales étaient animés par un autre objectif: une incarnation du sacré. Et l’émotion collective éprouvée en voyant cette cathédrale brûler n’est pas autre chose que l’irréfragable perdurance de ce que Joseph de Maistre nommait «le résidu divin».

    Résidu comme solide substrat de toute société, voire de toute culture. Résidu qui comme le pieu de la piété est, certes, enraciné en un lieu donné, mais ne manque pas de rayonner d’une manière on ne peut plus large. Et il suffisait d’entendre , dans la foule compacte, les murmures prononcés en nos langues latines, pour comprendre «l’unidiversité» dont Notre-Dame de Paris est le symbole. Elle rassemble ce qui est épars. C’est le prototype de l’enracinement dynamique. Celui du «commerce», en son sens large, qui était pré-moderne, et qui sera, certainement, postmoderne.

    » LIRE AUSSI - Incendie de Notre-Dame: «Cette croix qui demeure...»

    «Commerce» que l’on retrouve dans le roman de Victor Hugo, où Quasimodo, Esmeralda, la Gitane et le beau Phoebus de Châteauperce se mêlent en une symphonie baroque où le parler en langues diverses n’en souligne pas moins l’unicité fondamentale autour d’un principe commun. En la matière, la nostalgie de l’ailleurs, celle de l’homme de désir, toujours taraudé par la transcendance.

    Lire la suite

  • Notre-Dame : l'actualité

    IMPRIMER

    L'actualité sur le site aleteia.org :

    La rédaction d'Aleteia/Bérengère Dommaigné

    Les cloches de toutes les cathédrales résonneront ce mercredi à 18h50

  • L'incendie de Notre-Dame sur aleteia.org

    IMPRIMER

    Cliquer sur les images pour accéder aux contenus

    ACTUALITÉS
    Agnès Pinard Legry

    Notre-Dame de Paris défigurée mais debout

    ACTUALITÉS
    Caroline Becker

    Emmanuel Macron : « Cette cathédrale, nous la rebâtirons »

    ACTUALITÉS
    La rédaction d'Aleteia

    EN DIRECT : Notre-Dame de Paris ravagée par un incendie

    ACTUALITÉS
    Agnès Pinard Legry

    Témoignages : les flammes de Notre-Dame brûlent le cœur des Français

    CULTURE
    Caroline Becker

    Notre-Dame de Paris : une charpente qui avait résisté à tous les outrages

    ACTUALITÉS
    Marzena Devoud

    Notre-Dame de Paris : « Croyants ou pas, nous avons tous les larmes aux yeux »

    TRIBUNES
    Xavier Patier

    Notre-Dame brûle, la France sur la croix

     
    TRIBUNES
    François Huguenin

    Le feu dans notre Église

    SPIRITUALITÉ
    Christiane Rancé

    « Je prie pour que Notre-Dame rassemble les chrétiens et tous les hommes de bonne volonté »

    Bérengère Dommaigné
    Incendie de Notre-Dame : des Français prient dans la rue et sur le web
     
    Caroline Becker
    Notre-Dame de Paris, témoin des grands évènements de l’Histoire
     
    Nicolas Boutin
    Incendie à Notre-Dame de Paris : la classe politique face à un évènement historique
     
    I-Media
    Incendie à Notre-Dame : le Vatican exprime son « incrédulité » et sa « tristesse »
     
    Caroline Becker
    Vidéo : les larmes de Stéphane Bern face à l’incendie de Notre-Dame de Paris
     
    Marzena Devoud
    Incendie de Notre-Dame de Paris : émoi dans le monde entier
  • Tous en deuil de Notre-Dame

    IMPRIMER

    De l'abbé Guillaume de Tanoüarn sur Metablog :

    Nous sommes tous en deuil...

    ...Non pas pour des raisons qui seraient proprement spirituelles, car les pierres vivantes de notre édifice spirituel restent et resteront immarcescibles, inaccessibles aux flammes. Ce qui est touché dans cet incendie dantesque, qui a pris au pieds de la flèche de Notre-Dame de Paris, et qui, à l'heure où j'écris, n'a pas cessé ses ravages, c'est cette connexion intime entre le spirituel et le charnel, c'est le symbole historique d'une sacralité française qui part en fumée. Une sacralité qui exprime aussi l'exception européenne et chrétienne.
     
    Regrets ? La cathédrale n'était manifestement pas équipée des dispositifs de sécurité qui aurait pu enrayer le premier foyer de flammes : économie de... bouts de chandelles!
     
    Par ailleurs, comment expliquer l'intensité si soudaine  des flammes, leur progrès si rapide : rien à voir avec l'incendie de la cathédrale de Nantes, voici quelques décennies... Vous pensez comme moi ? En tout cas, géopolitique ou simple négligence, l'événement laisse chacun incrédule.
     
    Serait-ce un signe pour l'avenir ? La couronne d'épines à été sauvée.

    Il me vient une idée folle à la veille de Pâques. Un rêve.  Cette théâtrale mort de Notre-Dame, cette nuit de sacrifice qui se prépare pourrait être le prélude tragique et nécessaire d'une résurrection de la France, s'unissant de nouveau au pied de ce symbole, pour le reconstruire à l'identique. Il n'y a pas loin du lundi saint à Pâques, de la Passion de notre cathédrale à sa résurrection attendue, comme une métaphore ardente d'une résurrection de la France et de l'Europe.

     

    L'émotion est grande. Notre-Dame en flammes, un spectacle inconcevable dont j'ai ressenti l'horreur au plus profond de mon être, comme un immense malheur survenu dans ma propre famille. Tant de souvenirs : j'ai conduit tant de fois, sur le parvis et dans le parcours des nefs, des groupes d'adolescents en voyage de découverte à Paris et tenté de leur partager la grande joie qui m'habitait sous ces ogives magnifiques. A chaque fois, le miracle se renouvelait, la magie du lieu opérait. Notre-Dame, c'est un immense geste de pierre et de beauté que seule la foi de ces âges de chrétienté a pu inspirer. On ne peut que se réjouir du sauvetage des tours, de la structure de l'édifice, des précieuses reliques du trésor et que tant d'éléments d'une valeur irremplaçable aient été épargnés mais il faudra de nombreuses années pour que la cathédrale soit restaurée et il est plus que vraisemblable qu'il ne sera plus donné à notre génération de pouvoir pénétrer dans cette église, si grande et si belle.

    YW

  • Dimanche des Rameaux : l'heure du combat décisif

    IMPRIMER

    GiottoEntrataGerusalemme.jpgLectures du Dimanche des Rameaux : l'évangile au quotidien.org

    Homélie du Père Joseph-Marie Verlinde (homelies.fr - archive 2007)

    Nous sommes arrivés au terme du Carême : nous entrons dans la Semaine Sainte, qui nous conduira, à travers les ténèbres de la Passion, jusqu’à la pleine lumière de la Résurrection. Tous les efforts de pénitence consentis durant ce temps de conversion convergent dans ces derniers jours, durant lesquels nous essayerons de suivre Jésus, qui va accomplir, seul, le grand passage, ouvrant pour nous une brèche dans le mur de la haine et de la mort qui nous sépare de Dieu.

    Le récit de la Passion selon Saint Luc nous présente un Jésus qui tranche par sa sérénité au milieu de l’incompréhension de ses proches et de la haine meurtrière de ses ennemis. Ses dernières paroles : « Père, entre tes mains je remets mon esprit », résument son attitude d’abandon filial non seulement au sommet de la déréliction librement consentie, mais durant toute sa vie terrestre.

    Tout comme les témoins de la crucifixion, nous ne voyons sur le Golgotha qu’un homme broyé par la souffrance, en prise avec une agonie qui le conduit vers une mort accueillie comme une délivrance. Mais si nous nous laissons éclairer par l’Esprit et par la Parole, nous découvrons au contraire le Verbe de lumière engagé par amour pour nous, dans le combat suprême contre le Prince des ténèbres, dont il triomphe en acceptant de se laisser engloutir par lui.

    Pressentant le mystère de cette mort paisible au milieu de tant de haine, nous rendons gloire à Dieu en confessant comme le centurion : « Sûrement, cet homme, était un juste ! » Bien plus, tombant à genoux, l’Eglise adore l’Agneau sans tâche qui « présente son dos à ceux qui le frappent, et ses joues à ceux qui lui arrachent la barbe ; qui ne protège pas son visage des outrages et des crachats » (1ère lect.), afin de pouvoir intercéder pour ses bourreaux : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font ».

    Lire la suite

  • Hymne du Dimanche des Rameaux "Gloria, laus et honor..."

    IMPRIMER

    Gloria, laus et honor tibi sit, Rex Christe, Redemptor:
    Cui puerile decus promsit Hosanna pium.
    À toi gloire louange et honneur, ô Christ Roi, Rédempteur ;
    À toi les enfants chantaient avec amour: Hosanna !
    R: Gloria...

    Israel es tu Rex, Davidis et inclyta proles:
    Nomine qui in Domini, Rex benedicte, venis.
    D'Israël tu es Roi, de David tu es noble fils,
    Et c'est toi, le Roi béni, qui viens au nom du Seigneur.
    R: Gloria...

    Cœtus in excelsis te laudat cælicus omnis,
    Et mortalis homo, cuncta creata simul.
    Tous ensemble te louent : tes armées au plus haut des cieux,
    Ici l'homme mortel et chacune des créatures.
    R: Gloria...

    Plebs Hebræa tibi cum palmis obvia venit :
    Cum prece, voto, hymnis, adsumus ecce tibi.
    Le peuple hébreu vers toi s'est avancé avec des palmes,
    Nous voici avec nos vœux, nos prières et nos chants.
    R: Gloria...

    Hi tibi passuro solvebant munia laudis:
    Nos tibi regnanti pangimus ecce melos.
    Quand tu allais souffrir, ils t'ont présenté leurs louanges ;
    Maintenant que tu règnes, nous chantons en ton honneur.
    R: Gloria...

    Hi placuere tibi, placeat devotio nostra:
    Rex bone, Rex clemens, cui bona cuncta placent.
    Leur louange te plut ; que notre amour te plaise aussi,
    Roi très bon, Roi clément, à qui plaît tout ce qui est bon.
    R: Gloria...