Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Spiritualité - Page 4

  • Le bienheureux Charles le Bon, comte de Flandre (2 mars)

    IMPRIMER

    s2pm6xj6.jpg(source) Charles est un nom d'origine germanique qui signifie "fort". On fête le 4 novembre saint Charles Borromée et le 28 septembre, saint Charles de Blois. En Belgique et dans le diocèse de Lille, on fête le bienheureux Charles surnommé le Bon. C'était au XIIe siècle. Il était le quatrième fils d'un roi vénéré comme saint : Canut, roi du Danemark, fêté le 19 janvier.

    Devenu comte de Flandre, la principauté de son grand-père, Charles prend part à la première Croisade en Terre Sainte. Dans ses territoires, il fut un ardent promoteur de la Trêve de Dieu : la cessation des hostilités pendant l'Avent, le Carême et le temps de Pâques. Cette Trêve avait été initiée au siècle précédent par saint Odilon, Abbé de Cluny, fêté le 4 janvier. Le comte Charles défendait avec intrépidité les pauvres contre ceux qui les exploitaient, aussi bien les clercs que les laïcs. Ce courage lui valut son principal titre de noblesse qui lui est resté : le Bon. Il luttait aussi avec vigueur contre ceux qui spéculaient sur le commerce du blé. Ce sera la cause de sa mort. Le 2 mars 1127 - c'était le mercredi des Cendres - il assistait, comme chaque jour, à la Messe - il est blessé à mort par ses adversaires, dans l'église st. Donatien de Bruges. Sa politique fut toujours de rappeler que personne, et d'abord les seigneurs et le clergé, n'est au-dessus des lois de l'Etat.

    Rédacteur : Frère Bernard Pineau, OP

  • 7 propositions de carême sur le Web

    IMPRIMER

    Vivre le Carême sur Internet (source)

    De plus en plus nombreuses,  chaque année, les retraites en ligne permettent à ceux qui n’ont pas la possibilité d’effectuer une retraite classique de bénéficier d’un accompagnement spirituel durant ce temps de conversion, de pénitence et de préparation à la fête de Pâques, qu’est le Carême.

    • « Ceci est mon corps »

    Cette année, les Dominicains proposent de méditer la parole de Dieu à travers un méditation, un texte de la Bible et unevidéo que recevront, quotidiennement, les inscrits à la retraite spitituelle Careme dans la ville 2017.
    Inscription

    • Approfondir sa foi avec Sainte Elisabeth de la Trinité

    Pour leur 12eme retraite en ligne, les Carmes de Paris proposent de cheminer vers Pâques avec Sainte Élisabeth de la Trinité (1880-1906), canonisée le 16 octobre par le Pape François. « Elisabeth nous laisse un magnifique message sur l’importance de l’intériorité et la présence de Dieu en nous. Ses écrits nous aideront à vivre à partir « du dedans » pour rayonner autour de nous l’Amour divin. »
    En s’inscrivant, les participants recevront chaque semaine, une méditation spirituelle et du contenu écrit et visuel pour approfondir sa foi avec la nouvelle sainte du carmel.
    Programme et inscription  

    • Aller aux périphéries de nos vies pour suivre le Christ

    Durant ce temps de Carême, Notre-Dame du web propose de retrouver chaque jour durant 40 jours, une méditation biblique audio avec « Prie en Chemin », nouvelle proposition spirituelle de la famille ignatienne à découvrir en exclusivité durant le Carême, une photo/intention issue de l’exposition « l’Église aux périphéries » réalisée par Alexandra Bellamy pour la Conférence des Évêques de France, des exercices pratiques à vivre dans son quotidien et un mur spirituel pour partager ses trésors.
    Inscription 

    • Prier 3 min par jour avec la Bible animée

    Du 1er mars au 16 avril, recevez gratuitement chaque jour une animation exclusive sur les grands récits fondateurs de l’Ancien Testament, un témoignage de croyants d’aujourd’hui et, pour les jours saints, des méditations exclusives, rédigées par l’écrivain Véronique Lévy.
    Inscription 

    • Cheminer avec le Christ

    Chaque Carême, le site maVocation.org offre une retraite en ligne avec des méditations de Monseigneur Jérôme Beau, Évêque auxiliaire de Paris et directeur de l’Œuvre des Vocations.
    Ces extraits audio (3 minutes) de retraites adressées initialement  à des jeunes qui désirant devenir prêtres restent accessibles aux personnes de tous âges.
    Informations et inscription 

    • Vivre le Carême avec saint François d’Assise

    Le Jubilé du 8ème centenaire de l’arrivée en France des premiers Franciscains, 40 frères, sœurs, clercs et laïcs franciscains de tous âges ; partagent, à l’occasion du Carême 2017, les multiples facettes d’un François d’Assise qui nourrit leur foi en Christ Ressuscité.
    Informations et inscription 

    • Profiter chaque jour d’une pause Carême avec le diocèse de Valence

    Mgr Michel, évêque du diocèse de Valence invite à participer à la septième édition de Pause Carême, que l’équipe Internet du diocèse de Valence vous propose, en collaboration avec RCF Drôme. Tous les jours, les inscrits recevront un mail et pour découvrir en ligne sur le site une méditation ou un commentaire, à écouter ou à lire, à partir des textes bibliques du jour par un prêtre, religieux (se) ou laïc (que) du diocèse. Le service diocésain de catéchèse renouvellera, chaque mercredi, sa proposition aux plus jeunes avec une animation à réaliser en famille. Le dimanche il y aura aussi une vidéo en lien avec le thème « témoigner ensemble ».
    Programme et inscription

  • Seigneur, ne nous traite pas selon nos fautes

    IMPRIMER

    102:10  Domine, non secundum peccata nostra quae fecimus nos[facias nobis],
    neque secundum iniquitates nostras retribuas nobis.
    78:8  Domine, ne memineris iniquitatum nostrarum antiquarum: cito anticipent nos misericordiae tuae. Quia pauperes facti sumus nimis.
    78:9  Adjuva nos, Deus salutaris noster: et propter gloria nominis tui, Domine, libera nos.
    Et propitius esto peccatis nostris, propter nomen tuum

    102:10  Seigneur, ne nous traite pas selon nos péchés,
    et ne nous rends pas selon nos fautes.
    78:9  Aide-nous, Dieu, notre sauveur pour la gloire de ton nom. Seigneur, libère-nous
    et sois miséricordieux pour nos péchés à cause de ton nom.

  • Carême : le pape invite à la prière, à la solidarité et à la conversion

    IMPRIMER

    De zenit.org (Anne Kurian) :

    Prière, solidarité, conversion, les conseils du pape pour le carême

    Audience générale du Mercredi des Cendres

    Lors des salutations aux pèlerins présents place Saint-Pierre pour la rencontre qui avait lieu le Mercredi des Cendres, le pape a souhaité que ce temps suscite chez les baptisés « un renouveau spirituel ». Il a encouragé « la participation aux célébrations de carême et aux campagnes de solidarité que de nombreux organismes ecclésiaux, dans diverses parties du monde, promeuvent pour témoigner de la proximité aux frères dans le besoin ».

    « Le Mercredi des Cendres nous rappelle la fragilité de la vie de l’homme et du monde », a souligné le pape François en saluant les Polonais. Et de citer les paroles liturgiques employées pour l’imposition des cendres : « Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras à la poussière » ; « Convertis-toi et crois à l’Evangile ».

    « Que le signe des cendres et les paroles écoutées dans la liturgie d’aujourd’hui stimulent notre réflexion de carême », a-t-il ajouté. Le pape a aussi exhorté à « regarder la vie à la lumière de l’enseignement de Jésus » qui « appelle tout le monde à la conversion. Il le fait avec les paroles de l’apôtre Paul : “Nous le demandons au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu” (2 Co 5, 21) ».

    S’adressant aussi aux jeunes, aux personnes malades et aux nouveaux époux, le pape a souhaité : « Que le Seigneur vous indique le chemin d’espérance à suivre. Que l’Esprit-Saint vous conduise à accomplir un vrai chemin de conversion, pour redécouvrir le don de la Parole de Dieu, être purifiés du péché et servir le Christ présent dans les frères ».

    Enfin, lors des salutations aux pèlerins de langue arabe, il a évoqué le carême comme « le désert du jeûne et de la mortification » et « un chemin de pénitence…, de victoire sur les tentations avec l’aide de la prière et des ‎Sacrements ».‎‏

  • Prédication du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine pour le Mercredi des Cendres

    IMPRIMER

    Archive du 6 mars 2015.

    "Nous avons la chance d'avoir le dépôt de la foi. mais qu'est-ce que nous en faisons ? C'est ça le problème..;
    Oui, nous avons toute la vérité !
    Oui, nous avons l'Eucharistie !
    Oui, nous avons la confession !
    Mais qu'est-ce que nous faisons de tout cela ?
    Oui, nous avons la charité fraternelle !
    Mais qu'est-ce nous en faisons ?
    Est-ce que nous en vivons ?
    Eh bien, le Carême est là pour nous aider à passer dans ce suc du Saint Évangile qui doit couler en nous et nous rendre beaux !"

    Site du Père Michel-Marie : www.delamoureneclats.fr
    Site de ND du Laus : www.sanctuaire-notredamedulaus.com

  • Du catholicisme à l'orthodoxie : un témoignage interpellant

    IMPRIMER

    Le témoignage que nous reproduisons ci-dessous illustre la forte attraction exercée sur de nombreux catholiques par l'orthodoxie. L'appauvrissement liturgique et doctrinal de l'Eglise post-conciliaire y est sans doute pour beaucoup. Même si nous n'y souscrivons pas, nous pouvons comprendre la décision de ceux qui franchissent le pas pour rejoindre la communauté orthodoxe et bénéficier ainsi des trésors de sa liturgie et de sa forte spiritualité...

    Témoignage : “De la Terre Sainte à Liège en passant par la Bretagne : notre chemin vers l’Église”

    crismatioh

    Notre chrismation en l’église orthodoxe de Quimper (Bretagne) par le Père Yannick Provost.

    “C’est le dimanche 28 août 2016 que nous avons été chrismés, Anne et moi, par le Père Yannick (Provost), recteur de la paroisse orthodoxe de Quimper (Bretagne) faisant partie de l’Archevêché des églises orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale, Exarchat du Patriarcat œcuménique de Constantinople. Ce fut l’aboutissement, pour moi, Nicolas, d’un long chemin remontant à mon enfance et qui m’a fait découvrir, étape par étape et avec la grâce de l’Esprit Saint, l’église orthodoxe.

    C’est enfant que j’ai été pour la première fois en vacances avec mes parents et mon jeune frère dans le village voisin du monastère (catholique) bénédictin de Chevetogne. C’est là que j’ai visité avec admiration l’église byzantine avec ses merveilleuses fresques et ses icônes. C’est aussi à Chevetogne que mes parents m’ont offert ma première icône (que je conserve précieusement).

    Nos familles respectives, à Anne et à moi, nous ont offert comme cadeau de naissance une Foi catholique vivante. Depuis notre mariage, le 29 mai 1982, nous avons essayé de continuer à la vivre de notre mieux, entourés des vivants et des défunts. Lors de la Révolution française, mes ancêtres paternels ont caché un prêtre. Ma famille maternelle a quitté Reims au début du XXème siècle pour revenir en Belgique afin de pouvoir continuer à élever les enfants dans la Foi. L’un de ces sept enfants est devenu Père Jésuite. Anne a eu la grâce d’avoir un oncle moine à l’abbaye trappiste Notre-Dame d’Orval.

    Lire la suite

  • Liège : translation des reliques de la bienheureuse Marie-Thérèse Haze à la Cathédrale Saint-Paul, le 29 avril 2017

    IMPRIMER

    Lu sur le site web du diocèse de Liège         

    Haze.jpg« Un événement important aura lieu à Liège le 29 avril prochain : l’installation du corps de Mère Marie-Thérèse Haze, fondatrice de la Congrégation des Filles de la Croix, dans la cathédrale de Liège. 

    PROGRAMME DE LA JOURNEE :

    → 13h45 : bénédiction du cercueil par Mgr Jean-Pierre Delville;

    →14h00 : départ du cortège solennel de la chapelle des Filles de la Croix, rue Hors-Château, vers la cathédrale. À cette manifestation festive et internationale prendront part les évêques, le clergé, les délégations de religieuses et d’amis des différentes provinces de la Congrégation, les délégations des institutions fondées par les Filles de la Croix, des chœurs et différents groupes. Les Liégeois sont chaleureusement invités à assister au cortège tout au long du parcours;

    → 15h30 : messe solennelle à la cathédrale. À la fin de la cérémonie, le corps de la Bienheureuse Marie-Thérèse sera transféré dans la chapelle Saint-Joseph. La célébration sera suivie du « verre de l'amitié » dans le cloître de cathédrale. »

    Téléphone de contact 04/223.15.26

    E-mail de contact : communication@evechedeliege.be 

    Voici  également le lien  vers le site de la Province wallonne des Filles de la Croix de Liège, où vous obtiendrez notamment tous les renseignements utiles concernant cette translation. http://filles-de-la-croix-de-liege.be/

    « La bienheureuse Jeanne Haze (en religion: Marie-Thérèse Haze), née à Liège en Belgique le 17 février 1782 et décédée dans la même ville le 7 janvier 1876 est la fondatrice de la congrégation religieuse des Filles de la Croix. Elle a été béatifiée le 21 avril 1991, à Rome :

    Fille du secrétaire du dernier prince-évêque de Liège, Jeanne naît à Liège le 17 février 1782 et reçoit de ses parents une bonne éducation chrétienne. La grave désorganisation sociale engendrée par la Révolution française et ses conséquences à Liège, avec son cortège de détresses humaines et sociales, la conduisent, ainsi que sa sœur Fernande, à s’occuper des pauvres et des enfants abandonnés de la ville.

    Les lois antireligieuses du début du xixe siècle ne leur permettant pas de suivre la voie d'une vocation religieuse traditionnelle, les deux sœurs s’organisent à domicile, en groupe de piété.

    En 1824, il leur est demandé de prendre en charge une école se trouvant dans la paroisse Saint-Barthélemy de Liège. L’entreprise est privée et discrète, l’enseignement libre étant interdit par le pouvoir hollandais. L’indépendance de la Belgique, en 1830, leur permet de faire reconnaître officiellement cette école. Avec les quelques compagnes du groupe qu’elle a formé et avec le soutien du chanoine Jean-Guillaume Habets, elle fonde une congrégation religieuse, les « Filles de la Croix ». En 1833, elle prononce ses vœux de religion en compagnie de quelques autres.

    Prenant soin des maladies à domicile, visitant les femmes incarcérées, enseignant catéchisme, broderie et autres travaux utiles aux enfants durant la journée, et s'occupant des adultes en soirée, les quelques premières religieuses commencent à être connues et attirent les générosités.

    Bientôt, des fondations sont faites en Allemagne (1849), en Inde (1861) et en Angleterre (1863). La congrégation se développe tout particulièrement dans le monde anglophone.

    Le 7 janvier 1876, lorsque la sœur Marie-Thérèse Haze meurt dans son couvent de Liège, à l’âge vénérable de 94 ans, la congrégation des Filles de la Croix compte plus de 900 religieuses réparties en 51 communautés. »

    Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne_Haze

    JPSC

  • Chant grégorien : les Offices du Mercredi des Cendres 2017 à Rome

    IMPRIMER

    roma_san_pietro_17.jpg« Loquetur pacem gentibus » (Za. 09.01), Il annoncera la paix aux nations : sous l’impulsion notable de l’Académie de Chant grégorien de Belgique, une petite centaine de choristes se retrouvent à Rome cette semaine à l’occasion du centenaire de la guerre 1914-1918. Sous la direction de Jaan-Eik Tulve (dir. de l’Ensemble Vox Clamantis, Estonie ) ils chanteront les Offices du Mercredi des Cendres (01.03/2017) dans trois basiliques majeures: San Pietro, où repose saint Pierre et la plupart des papes, Santa Maria Maggiore, qui conserve les reliques de la Crèche et San Paolo fueri le Mura, où repose saint Paul. Ils chanteront aussi dans trois autres basiliques remarquables : Santa Prassede, San Clemento et Santi Giovanni e Paolo. Les inscriptions ont été clôturées dès le 12 septembre 2016, étant donné le succès rencontré. Les 83 participants sont belges, hollandais, allemands, lituaniens (chorale de la Cathédrale de Vilnius), estoniens, français, anglais, polonais, hongrois, suisses et espagnols. On attend avec intérêt le compte rendu de cette belle initiative internationale.

    http://www.gregorien.be/ 

    JPSC

  • Cantates BWV 22 et 23 de J.-S. Bach pour le Dimanche de la Quinquagésime

    IMPRIMER

    Au temps de Jean-Sébastien Bach, le dernier « dimanche-avec-cantate » avant le Carême, le 7ème dimanche avant Pâques, était appelé dimanche de la Quinquagésime (50ème jour avant Pâques), comme dans le calendrier liturgique traditionnel de l'Eglise catholique: avec le même récit évangélique ( en st Luc, 18, 31-43) illustré à Leipzig par deux cantates composées par le "Cantor" de Saint-Thomas : l'une, BWV 22 Jesus nahm zu sich die Zwölfe (Jésus prit avec lui les Douze) se chantait avant le sermon, l'autre, BWV 23 Du wahrer Gott und Davids Sohn (Toi Dieu véritable et Fils de David), après celui-ci.

    JPSC

  • Prier avec l'Evangile du jour (25 février)

    IMPRIMER

    Source : "Un Moment Sacré"

    Marc 10:13-16

    La Parole de Dieu

    En ce temps-là,
        des gens présentaient à Jésus des enfants
    pour qu’il pose la main sur eux ;
    mais les disciples les écartèrent vivement.
        Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit :
    « Laissez les enfants venir à moi,
    ne les empêchez pas,
    car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.
        Amen, je vous le dis :
    celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu
    à la manière d’un enfant
    n’y entrera pas. »
        Il les embrassait
    et les bénissait en leur imposant les mains.

    Marc 10:13-16
    • Prier avec l'Évangile du jour

      • Tandis que des mères présentent leurs enfants à Jésus, je regarde et j’écoute.
      • L’attitude de Jésus est vue comme révolutionnaire pour l’époque… Marc nous dit que Jésus «se fâcha»! Qu'est-ce qui l'a mis en colère?
      • Les enfants aiment entendre parler de Jésus. Est-ce que je reçois ses enseignements avec la simplicité confiante d'un enfant, comme lui-même nous y invite?
    • Prier avec l'Évangile du jour

      • C'est l'enfant en nous qui peut vraiment s’ouvrir à la constante invitation de Dieu à naître de nouveau, à faire partie de la création, elle-même recréée continuellement. C'est l'enfant en nous qui peut vibrer d’un sentiment de proximité à la source de toute création. Sans ce sentiment d'émerveillement, notre louange de Dieu sera stérile. C'est l'enfant en nous qui demeure dans un état de devenir, toujours ouvert à la croissance et au changement. C'est l'enfant en nous qui peut sentir la perfection et la stabilité de l'éternité, où il y a ni temps ni espace, ni avant ni après.
    • Prier avec l'Évangile du jour

      • Notre traitement des enfants et des personnes vulnérables, des parias et les personnes handicapées peut parfois être bien en deçà de ce que Jésus exige. Le courage de réfléchir avec douceur sur les échecs du passé peut nous donner la sagesse et la liberté de faire mieux à l'avenir.
      • Est-ce que je prends le temps de me nourrir et de me connecter avec mes qualités d'enfant? Cela m'aidera à conserver un sens de l'émerveillement, de l’admiration, de la gratitude et l'excitation dans les petites choses de la création.
    • Prier avec l'Évangile du jour

      • Les disciples protégeaient Jésus croyant que c’était à eux de décider qui était digne de son attention. Dans ce moment de prière je mets tous mes soucis devant le Seigneur en prenant soin de ne pas lui remettre seulement ceux que je juge présentables.
      • Jésus nous demande d’imiter la manière dont les enfants reçoivent quelque chose. Que puis-je apprendre de ces petits à qui le Royaume de Dieu appartient ?
  • A Liège, la basilique et le couvent des Carmes de Chèvremont : sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?

    IMPRIMER

    Qui sauvera ce haut-lieu emblématique de la piété populaire liégeoise ? Lu dans la revue « Eglise de Liège » (janvier-février 2017) sous la plume de l’abbé Emile Piront :

    Basilique-de-Chèvremont.jpg« Ce n’est pas ici le lieu de faire écho à l’histoire multiséculaire de ce site. Mais il est bon de rappeler qu’en fait, le pèlerinage à Notre-Dame de Chèvremont nous mène à la petite chapelle du 17ème siècle. Actuellement, cette chapelle classée est propriété de la fabrique d’église de Vaux-sous-Chèvremont. Ce n’est qu’après 1874 que l’évêque de Liège, Mgr de Montpellier, fait appel à une communauté religieuse pour se mettre au service du pèlerinage. Ce sont les Pères Carmes qui y arrivent, le couvent et la basilique sont érigés et consacrés en 1899. Un siècle plus tard, les choses ont bien changé.

    LES CARMES DÉCHAUSSÉS

     Actuellement, la communauté des Carmes n’a plus que trois membres, dont un est en maison de repos et de soins. Elle fait partie de la Délégation congolaise du Carmel. Leurs responsables, tant au Congo qu’à Rome, en sont venus à la décision qu’il n’est plus tenable de rester dans cette immense maison et de gérer cette vaste église. Que l’on se situe à un niveau de gestion financière, d’équilibre humain ou de sens spirituel, cette décision mérite respect et compréhension. Le site est propriété de l’asbl « Couvent des Pères Carmes Dé- chaussés de Chèvremont ». Cette asbl vient d’être renforcée et chargée de la mission de veiller – en étroite concertation avec l’évêque de Liège – à la réorientation de l’ensemble du site. Le père Patrick Bonte, vicaire épiscopal à la vie consacrée, a accepté d’en être le président.

    DEUX PISTES POSSIBLES

    Sous la direction de l’évêque, l’asbl cherche actuellement une ré- orientation durable pour le couvent et l’église de Chèvremont. La préférence va tout naturellement à une communauté religieuse désireuse de reprendre le site. Cependant, vu la taille des lieux et le coût de l’entretien, jusqu’ici, toutes les approches du diocèse sont restées sans résultat. À défaut de solution de ce genre, l’asbl devra prendre les décisions qui lui incombent pour que ce lieu ne devienne pas un lieu inhabitable, voire dangereux. Dans ce cas, il sera fait appel à des promoteurs immobiliers en leur demandant d’imaginer un autre avenir pour cet endroit cher au cœur des Calidifontains et des Liégeois.

    Quelle que soit l’option qui sera choisie, confions  l’avenir de cette chère colline à Notre-Dame de Chèvremont.

    Adresse mail de contact: asbl. couvent.chevremont@gmail.com. »

    Ref. Le couvent et l’église des Carmes de Chèvremont

    Avis à toutes les communautés nouvelles ou monastères florissants de France et de Navarre. Encore faudrait-il que, pour éviter le sort du héron de la fable, le diocèse de Liège se montre pro-actif et sans a priori idéologique dans son « discernement ». La question financière est une autre dimension non négligeable posée aussi aux pouvoirs publics intéressés à la sauvegarde d’un site emblématique

    JPSC  

  • Carême à Liège: messe et imposition des cendres le mercredi 1er mars à 18h00 en l’église du Saint-Sacrement

    IMPRIMER

    Ouverture du carême 2017

    EGLISE  DU SAINT-SACREMENT

    Boulevard d’Avroy, 132, à Liège 

    MERCREDI 1er MARS À 18 HEURES

    MESSE ET IMPOSITION DES CENDRES

    Possibilité de se confesser 

    Logo_cendres_1-2 (1).jpg

    Célébrant : abbé Claude Germeau

    Chants grégoriens et Motets traditionnels

    Repons « Emendemus » de la procession des cendres

    Kyriale XVIII

    Extraits du propre de la messe « Misereris »

    Chant des psaumes 50 (latin) et 129 (français)

      Hymne du carême 

     schola, orgue (Mutien-Omer Houziaux ) et violoncelle (Octavian Morea) 

    Plus d’information : tel 04.344.10.89 (secrétariat) ou sursumcorda@skynet.be 

    Comme toute fête du calendrier chrétien, le mercredi des cendres, par lequel débute le carême,  se situe en référence à la fête des fêtes qu’est Pâques qui célèbre le passage de la mort à la résurrection du Christ. Fête tellement importante qu’elle est célébrée durant cinquante jours (de là vient le mot Pentecôte), et qu’elle est précédée d’une préparation de quarante jours. Le mot "carême" est la contraction du mot latin quadragesima, qui signifie quarantième -sous-entendu : jour, le quarantième jour étant le jour de Pâques.

    Cette préparation est un temps de cheminement spirituel, tout entier orienté vers Pâques, pour ceux qui se préparent à être baptisés à la veillée pascale et pour tous les fidèles. Il est marqué par le jeûne (privation), la prière et le partage (charité, solidarité), et pas seulement comme pratique à observer - d’ailleurs le plus discrètement possible mais véritable démarche spirituelle. La durée de quarante jours est à mettre en relation avec les 40 jours de Jésus au désert précédant sa vie publique, eux-mêmes en relation symbolique avec les quarante ans de traversée du désert par les Hébreux avant l’entrée en Terre promise.

    C’est pour tenir les quarante jours de jeûne et de privation, en dehors des dimanches qui sont toujours jour de fête et de résurrection - même en temps de Carême - que le début de celui-ci fut avancé au mercredi avant le 1er dimanche de carême. La cendre évoque la faiblesse de l’homme (cf. Genèse 3, 19 "Souviens-toi que tu es poussière…"), elle évoque aussi le péché et la fragilité de l’homme (cf. Sagesse 15, 10 ; Ézéchiel 28, 18 ; Malachie 3, 21) et son regret du péché (cf. Judith 4, 11-15 ; Ézéchiel 27, 30). Pour les chrétiens, l’imposition des cendres est, avant tout, un rite pénitentiel dont la signification est portée par la phrase que prononce le prêtre en faisant le geste : "Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle." (Marc 1, 15

    Ref. Liège, église du Saint-Sacrement : messe et imposition des cendres le mercredi 1er mars 2017 à 18h00

    JPSC