Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Patrimoine religieux - Page 10

  • Chrétiens d’Orient : le témoignage du Père Rachid

    IMPRIMER

    Vu sur le « Salon Beige »

    Alors que la guerre en Syrie et l'avancée des djihadistes de l'Etat islamique menacent la sécurité du Liban, le père Rachid, prêtre à Beyrouth depuis 20 ans, fait part de ses inquiétudes sur la situation des chrétiens d'Orient.

     JPSC

  • Irak – La leçon de Ninive

    IMPRIMER

    Le combat mené par les islamistes est aussi culturel, et appelle une réaction tant en Orient qu’en Europe. D’ Aymeric Pourbaix, cet éditorial dans « Famille chrétienne » :

    Dans les écoles de Mossoul et de la plaine de Ninive, il est désormais impossible de porter un prénom chrétien. Ordre des djihadistes de l’État islamique, rapporté par l’agence Fides, qui montre bien la dimension culturelle de la terreur imposée à ce pays : c’est la mort programmée d’une civilisation, celle de la Bible, peu à peu gommée du paysage qui l’a vu naître. Et emportant avec elle la culture dans son ensemble, puisque les cours de philosophie ont également été supprimés, faute de se référer directement à Dieu.
    C’est dire combien l’action militaire engagée par la coalition internationale pour détruire le Califat islamique, si elle est nécessaire, ne suffira pas. Dalil Boubakeur, président du Conseil français du culte musulman, a donc raison lorsqu’il parle de « guerre culturelle » à mener contre l’islamisme, qu’il condamne d’ailleurs sans appel. Mais il faut aller plus loin et analyser les racines de cette nouvelle menace. Sur ce point précis, le courage intellectuel et la liberté d’expression – ceux du prophète Jonas à Ninive – sont plus que jamais nécessaires pour discuter des idées, sans pour autant stigmatiser tous les musulmans. Est-il raisonnable de considérer, comme le fait Obama, que ces terroristes n’ont rien à voir avec l’islam, quand bien même ils s’en réclament, et font diffuser dans les rues de Mossoul des conférences sur le « bon islam » ? Dans sa conférence de Ratisbonne en 2006, Benoît XVI avait eu l’audace de poser la question du rapport ambigu entre islam et violence. On se souvient de la vague d’indignations et de violences qui s’étaient ensuivies… Aujourd’hui, cette question et d’autres sont plus que jamais d’actualité : pourquoi le nécessaire alliage entre foi et raison, et leur « purification » mutuelle (encyclique Foi et raison, Jean-Paul II, 1998) ne fonctionne-t-il pas dans la religion musulmane ? Pourquoi l’islam est-il également ce carcan politique et social qui interdit de changer de religion dans la plupart des pays musulmans, si ce n’est dans tous ? D’autre part, en France, il ne faut pas se cacher non plus le vide existentiel et familial, qui explique que 930 jeunes français soient partis se battre en Syrie et en Irak. Comment ne pas relier ce triste record avec l’apostasie de la foi chrétienne dont nous souffrons depuis deux cents ans, et qui laisse la place aux idéologies les plus folles ? Dans les semaines qui viennent, le pape François aura au moins deux occasions de rap­peler à l’Europe qu’elle est chrétienne : son voyage dans l’ex-pays communiste qu’est l’Albanie le 21 septembre, puis son discours au Parlement européen le 25 novembre. Ce dont l’Europe a le plus besoin aujourd’hui, c’est d’un nouveau Jonas, prêchant la conversion à la ville païenne de Ninive. Alors le martyre des chrétiens d’Irak n’aura pas été vain…

    Ref. Irak – La leçon de Ninive

    JPSC 

  • Témoignage: une curieuse amulette sur papyrus vieille de plus de 1.500 ans parle de l’Eucharistie

    IMPRIMER

    Lu  sur le site de « Famille chrétienne » :

    C'est lors d'une conférence consacrée à sa collection de papyrus le 4 septembre dernier que la bibliothèque de l'université de Manchester a vendu la mèche : l’historienne Roberta Mazza a découvert un document du VIe siècle, écrit en grec, le plus ancien exemple d'utilisation de la liturgie eucharistique comme charme protecteur, et qui constitue un témoignage des pratiques des premiers chrétiens. Roberta Mazza, chercheuse à l’Institut de Recherche John Rylands, se trouvait dans la bibliothèque du même nom, qui serait la plus grande du Royaume-Uni et abriterait un fragment de l'évangile de Jean, l’original le plus ancien du Nouveau Testament. Elle était en train d’analyser et de classer quelques-uns des milliers de fragments de documents historiques inédits conservés dans les dépôts de la bibliothèque, quand elle a repéré ce papyrus.

    Une protection contre le malheur

    Daté d'environ 300 ans après la conversion au christianisme de l'empereur romain Constantin, le premier mot que l’historienne  réussit à traduire soulignait déjà son essence chrétienne : manne, le pain biblique que Dieu fit pleuvoir du ciel sur le peuple d’Israël lors de son exode. Selon ses explications, le reste du texte est un mélange de passages de l’Ancien et du Nouveau Testament, une sorte de protection, semble-t-il, contre le malheur. Cela montre,  affirme l'historienne,  comment les premiers chrétiens adoptèrent la tradition  païenne - d’abord égyptienne puis gréco-romaine ensuite -  de porter des prières aux dieux au sein d'une amulette, celle-ci étant perçue comme une sorte de charme, un objet porte-bonheur protégeant celui qui la porte contre les dangers.
    Pour élaborer ces objets et les porter dans des médaillons autour du cou ou les garder à la maison, les premiers chrétiens auraient remplacé les prières polythéistes par des citations bibliques, ce qui indiquerait une relation très étroite avec la Bible. "Aujourd’hui, nous pensons la Bible comme cette œuvre fixe où chaque mot est à sa place dans un endroit précis, explique Roberta Mazza. Un tel document indique que la connaissance de la Bible a été transmise beaucoup plus par oral à travers des passages choisis, par la liturgie, les prières et amulettes, que par un livre complet.

    Ecrit sur un reçu fiscal  

    L’historienne précise que l’analyse spectrale du document révèle qu’il s’agit en fait de papier recyclé, et qu’au dos, apparaissent, atténuées quasiment effacées, les lettres d’un reçu pour le paiement de taxes sur les céréales, reçu certifié par le collecteur de la ville égyptienne de Tertembuthis (l’actuelle el-Ashmunein). Le fabricant de l’amulette aurait probablement coupé un morceau du reçu, écrit au dos le texte religieux et plié le papyrus afin de le porter à l’intérieur d’un médaillon ou d’un pendentif. C’est pourquoi le reçu fiscal à l’extérieur aurait été endommagé et a disparu. Bien que la pièce n'offre pas beaucoup d'informations sur son propriétaire, Roberta Mazza pense qu’il s’agit d’un habitant  du village voisin de Hermopolis. Le fabricant de l’amulette connaissait, c’est clair, la Bible, mais a commis beaucoup d’erreurs : certains mots sont mal orthographiés, d’autres dans le désordre. Ce qui donne à penser qu’il a été écrit de mémoire au lieu d’être copié. Selon le Dr Mazza, on peut dire qu’il s’agit là d’un exemple incroyablement rare de christianisme et de Bible compréhensible par des gens ordinaires – et non seulement réservé aux prêtres et à l’élite. D’où la conclusion que la connaissance et l’utilisation de la Bible dans l’Egypte du VIe siècle était plus répandue qu’on ne le pensait. Il semblerait que ce document ait atterri à la Bibliothèque anglaise vers 1901, mais nul ne connaissait jusque-là son importance. Le texte de l’amulette est une combinaison originale de passages bibliques, notamment un psaume, et de la description par Matthieu de la Dernière Cène.

    Voici le texte intégral du papyrus :  

    "Craignez vous tous celui qui règnera sur la terre. Nations et peuples, sachez que Christ est notre Dieu. Car il parla et ils commencèrent à être, il commanda et ils furent créés ; il mit chaque chose sous nos pieds et nous délivra de la volonté de nos ennemis. Notre Dieu prépara une table dans le désert sacré et donna la manne à manger pour une nouvelle alliance : le corps immortel du Seigneur  et le sang que le Christ versa pour nous en rémission de nos péchés."

    Réf. une curieuse amulette sur papyrus vieille de plus de 1 500  ans parle de l’Eucharistie

     JPSC

  • Bruxelles : réouverture de l’église Sainte-Catherine le 20 septembre prochain avec les prêtres de la Fraternité des Saints-Apôtres

    IMPRIMER

    Après 3 années de fermeture… 

    ste catherine Bxl187.jpg

     Merci aux 11.300 signataires de la pétition* : « NON à la désacralisation de Sainte-Catherine ! »

    Merci à tous ceux qui, de Belgique ou de l’étranger, nous ont fidèlement accompagnés de leurs compétences, conseils et prières !

    Merci aux (plus de) 70 bénévoles (parmi lesquels des frères et sœurs orthodoxes et protestants) qui depuis le 23 août, se sont donnés généreusement pour remettre l’église en ordre, la récurer, la cirer, etc… !; la barre des 1000 heures de services bénévoles a été depuis lors largement dépassée. NB : RV jeudi pour un dernier coup de fraîcheur. S’annoncer si possible par sms +32 478 31 33 45

    Quelques photos Cfr :  http://www.eglisesaintecatherinebruxelles.be/article-55-benevoles-800-heures-de-travail-une-semaine-plus-tard-ste-catherine-rajeunie-124470387.html

    Lire la suite

  • 21 septembre : le Pape François trouvera en Albanie un catholicisme en pleine renaissance

    IMPRIMER

    Le 21 septembre, le pape arrivera dans un pays qui relève la tête après latopic (15).jpg dictature et regarde avec bienveillance l’Occident et le catholicisme. Lu sur le site « aleteia » :

    Quel contexte le Pape François trouvera-t-il le 21 septembre prochain en Albanie, le « pays des aigles »?  Le Corriere della Sera (27 août) en a dressé un tableau peu rassurant. Le gouvernement et les services secrets albanais auraient signalé à Interpol leurs craintes pour la sécurité du pape à Tirana, en raison de la présence d’un groupe important de Kosovars – vétérans de la guerre contre la Serbie — ayant embrassé la cause de l'intégrisme islamique. Allant et venant d'Irak et de Syrie, ils y ont combattu dans les rangs de l'EEI. La présence sur le territoire albanais  de nombreux extrémistes  liés à l’Etat islamique s’ajoute aux révélations faites ces derniers jours par les sources israéliennes à toutes les agences de renseignement, y compris italiennes, qui considèrent que le Pape, le plus haut représentant du christianisme, est dans le collimateur de l’EI.

    Djihadistes et risque réel

    "Les jihadistes? L'Albanie est pro-occidentale, tolérante, n’a pas d’extrémismes religieux, mais l’exception peut être la règle", déclare à Aleteia  Roberto Morozzo della Rocca, professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Roma Tre et  l'un des experts les plus autorisés de l'histoire de Balkans. "Dans le proche Kosovo, confirme l'enseignant, près de 150 jeunes seraient allés combattre aux côtés de l'EI, et 16 d'entre eux auraient été tués. Nous parlons d’un groupuscule que le gouvernement de Pristina surveille, et qui ne peut pas représenter un risque pour la visite du Pape."

    Musulmans occidentalisés

    Les Albanais sont également au Kosovo et en Macédoine où, à la différence de l'Albanie, ils sont presque tous musulmans. "Mais on ne peut pas faire l’équation ‘musulman égale terroriste’. Les musulmans albanais vivent comme les Occidentaux, ils ont les mêmes coutumes. Mais il y a des exceptions partout." D’autre part, "l’Eglise catholique est vue comme un élément d’occidentalisation, même si elle n’est pas ainsi parce qu’elle est universelle." C’est une Eglise qui a connu une renaissance il y a vingt ans, après la chute du régime dictatorial, elle a été reconstruite dans ses structures et a retrouvé un pourcentage de fidèles qui s’élève à 10% de la population."

    Coexistence religieuse

    En Albanie, les catholiques représentent une minorité. 20% sont chrétiens orthodoxes, le reste est constitué de musulmans sunnites ou de sectes mystiques relevant de l'islamisme. "Pourtant, les relations entre les religions, dit l'historien, ne sont pas conflictuelles, et il s’agit là certainement d’un fait important. Ce qui unit la nation est un sentiment patriotique”.  

    Les deux messages de François

    Dans ce contexte, "le voyage du pape est tout d’abord un hommage aux souffrances endurées par les croyants en général pendant la dictature, un hommage au martyre religieux subi par tout ce pays. En second lieu, poursuit le spécialiste de ​​l'histoire des Balkans, c’est un hommage à la coexistence pacifique entre différentes communautés religieuses. L'Albanie  offre un bon exemple  pour de nombreux pays européens, où les différences religieuses sont marquées d'une manière qui n'est pas aussi sereine."  

    L'ovation pour Jean-Paul II 

    Il existe un précédent encourageant et  qui éloigne les spectres de violence et de terrorisme. "Je tiens à rappeler que Jean-Paul II, il y a vingt ans, a été accueilli en Albanie par une ovation, même par les musulmans, ce qui démontre que dans ce pays il n’y a aucune hostilité envers le christianisme et l’Occident auquel on a « l’impression d’appartenir, malgré la longue histoire ottomane."

    Traduit de l’italien par Elisabeth de Lavigne

    Ref. Le Pape François trouvera en Albanie un catholicisme en pleine renaissance

    JPSC

  • Quand une église bruxelloise revit

    IMPRIMER

    COMMUNIQUE DE PRESSE DES AMIS DE SAINTE-CATHERINE

     

    Les Amis de Sainte Catherine se réjouissent de la réouverture de l’église Sainte Catherine, ce samedi 20 septembre.  Ils remercient les 11.300 signataires de la pétition contre sa désacralisation et tous ceux qui sont intervenus pour sa réouverture, même si celle-ci est effectuée à titre « expérimental».

     

    Ils remercient également les plus de 70 bénévoles qui se sont activés depuis le 23 août pour sa remise en ordre et en état de propreté, totalisant déjà plus de 1000 heures de travail dans un bel élan d’enthousiasme et de fraternité œcuménique puisque des orthodoxes et protestants se sont joints spontanément à « l’opération tornade blanche » .

     

    Les Amis de Sainte-Catherine sont également très heureux de découvrir la Fraternité des Saints Apôtres qui ont reçu de l’archevêque de Malines-Bruxelles la charge pastorale de cette église pour une année au moins : ils sont touchés par le dynamisme évangélique, la serviabilité et la bonté de ces jeunes prêtres disposés à donner le meilleur d’eux-mêmes pour que cette église devienne un centre spirituel rayonnant ouvert à tous. Ils sont témoins du très bon accueil que leur réservent déjà les commerçants,  restaurateurs et autres riverains de l’église, manifestement ravis de la voir reprendre vie et de découvrir le visage qui l’animeront.

     

    Les Amis de sainte Catherine  espèrent que beaucoup de chrétiens offriront leurs services pour la renaissance de l’église, sa restauration complète, et son rayonnement au cœur de la cité.

     

    Les amis de Sainte-Catherine poursuivront bien évidemment leur mobilisation pour que cette église ne ferme plus jamais ses portes mais au contraire, les ouvre toujours plus largement et définitivement, pour le bien et la joie de tous.

     

    Pour info : derniers travaux d’aménagement et d’entretien ces jeudi, vendredi et samedi matin dans l’église  : n’hésitez pas à venir y rencontrer les prêtres et bénévoles qui préparent activement l’ouverture de samedi. Celle-ci aura lieu dès 14h pour les Journées du patrimoine , 18h pour la messe solennelle présidée par Mgr Léonard suivie d’un apéritif sur le parvis et d’un concert ouvert à tous au profit de l’église.

     

    « Dès réception des clés de l’église Sainte-Catherine, le 23 août, au lendemain de l’ordination des 3 premiers prêtres de la Fraternité des saints apôtres, des bénévoles de tous horizons se sont présentés pour la remise en ordre et en état de propreté de l’église, abandonnée depuis 3 ans. Des jeunes garçons et filles, des pères et mères de familles, une communauté de jeunes religieuses, une famille syriaque entière, dont certains membres sont orthodoxes, des jeunes garçons et filles arméniens protestants alertés par Facebook, tous venaient frapper à la porte de l’église pour offrir leur aide quelques heures ou jours durant. L’enthousiasme et l’activité débordante, dans une ambiance joyeuse et fraternelle resteront pour tous inoubliable. Pendant qu’un couple de retraités était juché sur les armoires de la sacristie pour les dépoussiérer, une jeune fille était perchée sur le maitre autel pour le bichonner, sa maman et sa cousine huilaient méticuleusement tous les recoins des boiseries, d’autres jeunes et mères de familles ciraient avec soin les confessionnaux, un père de famille grimpé sur une échelle redonnait aux vitres de la porte d ‘entrée tous son éclat, des jeunes adolescents accumulaient au fond de l’église l’équivalent de 2 containers de décombres, d’autres détachaient les tâches de cire aux pieds des statues de saints, d’autres encore récuraient et récuraient encore, à genoux, un sol peu reluisant, d’autres encore aidaient les prêtres à réinstaller les statues et chemin de croix mis à l’abri pendant la fermeture, une jeune styliste se chargea du tabernacle à rhabiller, etc… De temps à autre on entendait un cantique entonné spontanément par l’une ou l’autre voix angélique, les orgues qui reprenaient vie, et de tous côtés s’exprimait la joie de voir ce lieu reprendre vie. Au total, plus de 70 bénévoles ont offert plus de 1000 heures de services pour remettre l’église en état d’ordre et de propreté avant sa réouverture au culte. Il restera certes des espaces à réaménager et « habiller » d’œuvres d’art sacré , des investissements à envisager pour rendre l’église plus accueillante encore, pour la chauffer et poursuivre sa restauration intérieure et extérieure, mais la voilà certes propre et digne pour retrouver humblement mais joyeusement sa vocation cultuelle dès ce samedi 20 septembre, avec l’aide de toutes les bonnes volontés que les prêtres, à qui l’église est confiée, se feront une joie d’accueillir. Des restaurateurs riverains ont déjà annoncé l’une ou l’autre bouteille qu’ils offriront pour l’apéritif qui suivra la première messe officielle, à laquelle vous êtes tous bienvenus ».

  • Plaidoyer pour le latin dans la liturgie

    IMPRIMER

    De La Lettre de Paix liturgique n°456 du 9 Septembre 2014 :

    POURQUOI LE LATIN EST-IL INDISPENSABLE DANS LA LITURGIE ?

    Un certain nombre de nos lecteurs attachés à la liturgie "en latin" nous demandent régulièrement de les aider à faire comprendre à leur curé et à leurs amis paroissiens l’intérêt de l'usage de la langue latine dans la liturgie (non seulement traditionnelle, mais aussi nouvelle, puisque le n. 36 de la Constitution de Vatican II sur la liturgie rappelle que « l’usage de la langue latine, sauf droit particulier, sera conservé dans les rites latins »). 

    Tout le monde sait que le latin, langue de Rome, a été la langue de l’unité de la prière officielle pour une bonne part des catholiques du monde, en même temps que la langue des formules intangibles de la foi romaine. 

    En outre, pour préciser davantage les raisons qui expliquent que le latin est devenu et qu’il est resté une langue liturgique, nous avons pensé qu’il était intéressant de publier de larges extraits d’un chapitre du livre de l’abbé Claude Barthe, Le ciel sur la terre. Essai sur l’essence de la liturgie (éditions François-Xavier de Guibert, 2003) : « Une langue pour le sacré » (pp. 47-59).

    UNE LANGUE POUR LE SACRÉ

    La commotion culturelle produite par la réforme liturgique d’après Vatican II, conjuguée avec la quasi-disparition de l’enseignement des humanités, a torpillé le vaisseau déjà fragile dans les années soixante du latin liturgique. Aujourd’hui, dans les séminaires qui se veulent d’un bon niveau intellectuel, on étudie le grec et l’hébreu, mais pas le latin, en faisant donc l’impasse sur toute la tradition patristique et médiévale : pédagogie aberrante, qui pourra être inversée sans mal.

    Comment une langue devient langue liturgique

    Certes, tout climat idéologique peut toujours être renversé. Il reste que toute restauration liturgique va être confrontée à ce redoutable problème cultuel et culturel qu’est la perte d’habitude de la langue liturgique latine par les fidèles et même par les prêtres de quarante ans et moins, lesquels avec la meilleure volonté « restauratrice » du monde n’ont plus aucun usage de la célébration latine et du plain-chant. Mais on doit bien comprendre que l’usage d’une langue comme langue liturgique tient à bien autre chose qu’à la décision bureaucratique d’une conférence épiscopale « compétente ». 

    Lire la suite

  • François Fillon : «Il faut une puissante réponse militaire en Irak»

    IMPRIMER

    L’ancien premier ministre français, au « Figaro », sans langue de bois :

     « LE FIGARO - Que faire pour lutter contre les exactions des djihadistes en Irak?

    François FILLON - On ne peut répondre que par la force au danger et à la menace que représentent ces djihadistes, organisés, suréquipés. Il y a des milliers d'apprentis terroristes étrangers qui se sont engouffrés dans leur combat fanatique. On ne peut pas les laisser faire et ignorer leur crime, non! Barbarie, cynisme, violences inouïes… C'est une sorte de fascisme intégriste où tout opposant mérite la mort. Sans parler de l'esclavage ou de la traite des femmes… À cinq heures de vol de Paris, on vend des femmes sur le marché et on s'en vante! On assassine des enfants, des vieillards, des handicapés… C'est une question de civilisation. C'est l'humanité qui est interpellée par cette violence radicale. J'appelle donc à la force et à une réponse militaire puissante! Le président Obama a raison quand il dit qu'il faut éradiquer l'État islamique, car c'est l'alerte rouge en Irak. Cette menace pèse désormais sur le monde entier.

    Comment s'engager concrètement?

    Il y a trois urgences pour l'Irak. La première est humanitaire. Les réfugiés que j'ai rencontrés vivent dans des conditions épouvantables. Ils ne sont pas dans des camps mais dans les rues, les parcs, les églises, là où ils peuvent. Il fait actuellement 50° à l'ombre mais il va bientôt faire très froid, car cela va durer un certain temps. Je demande donc la réunion d'une conférence des pays donateurs pour organiser une aide immédiate en matière de logement, de santé et de scolarisation. Je suis choqué de constater l'inaction de l'Europe qui réagit d'ordinaire très rapidement à ce genre de drame.

    Sur le plan militaire?

    Il faut constituer sous l'égide de l'ONU une coalition internationale qui soit en mesure d'intervenir, y compris sur le terrain. La proposition de François Hollande de réunir une conférence internationale sur la question irakienne est une bonne idée. Je la soutiens à fond, à condition de déboucher sur l'implication dans le conflit des pays de la région comme la Turquie, l'Iran et les pays du Golfe, car il y a des interrogations sur qui aide et finance l'État islamique. Et pourquoi la plupart des combattants islamistes arrivent par la Turquie…

    Quelle est votre troisième urgence?

    Le gouvernement français doit se porter juridiquement devant la Cour de justice internationale, contre les auteurs de ces crimes et contre les dirigeants des États qui les soutiennent et les financent.

    La France en fait-elle assez?

    Il faut reconnaître que la France s'est engagée. Les livraisons d'armes ont commencé. J'ai rencontré les responsables militaires kurdes qui sont élogieux à cet égard, même si cela ne va pas assez vite. Ma démarche n'est pas partisane. Dans cette crise irakienne, la politique française va dans le bon sens, même si elle n'est pas assez puissante. Le président de la République devrait prendre des initiatives plus visibles pour entraîner les Européens.

    Voyez-vous des risques de répercussions en France?

    Si on ne stoppe pas l'État islamique aux portes du Kurdistan, le combat sera demain à Istanbul, Francfort, Paris, Londres… Il faut éviter la contagion et être absolument intransigeant en «criminalisant» toute participation à ce djihad pour que des citoyens français ou des personnes qui vivent sur notre territoire et qui manifestent d'une manière ou d'une autre un soutien à cette guerre puissent être pénalement responsables, condamnés, expulsés s'ils ne sont pas de nationalité française.

     Pourquoi êtes-vous parti là-bas?

     J'ai évoqué l'urgence humanitaire et militaire, mais il y a au cœur de cette question celle des chrétiens d'Orient. Leur extinction est désormais possible. La France a un rôle spécifique dans ce domaine que l'histoire lui a confié. J'estime donc nécessaire de mettre la lumière du projecteur sur eux. »

    Réf. François Fillon : «Il faut une puissante réponse militaire en Irak»

    Merci à Jean-Marie guénois pour cette interview. Enfin un catholique concret, politiquement engagé sans langue de buis dans cette odieuse affaire où, après tant d'autres,  le pape lui-même a vidé l’eau de quelques bénitiers; ce qui est peut-être, après tout, son rôle. JPSC

  • Franciscaines de l’Immaculée : pourquoi un tel harcèlement ?

    IMPRIMER

    Lu sur le site « Riposte catholique » :

    Dom_joao_braz_de_aviz.jpgOn sait de quelle manière violente, en ce qui concerne le droit de l’Église, se déroule la visite canonique des Franciscains de l’Immaculée, demandée à la fin du pontificat de Benoît XVI par une minorité de religieux de cette communauté hostile à l’orientation trop traditionnelle de leur institut. Cette visite canonique, ordonnée par le cardinal João Braz de Aviz (photo), préfet de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée, est menée par le P. Volpi, capucin, désigné comme commissaire et disposant des pouvoirs de supérieur de l’institut.En mai dernier, le même cardinal a annoncé à la Mère générale de la branche féminine, les Franciscaines de l’Immaculée, la nomination « avec effet immédiat » d’une visiteuse, dotée de pouvoir équivalents à ceux de commissaire. Il s’agit de la Sœur Fernanda Barbiero, de l’Institut des Sœurs enseignantes de Sainte Dorothée. Cette religieuse a enseigné à l’Université Urbanienne, à Rome, à l’Université Pontificale des Sciences de l’Éducation Auxilium. Elle collabore à un certain nombre de revues, fait de nombreuses conférences sur des thèmes pastoraux, ecclésiologiques, et sur les problèmes des femmes. Elle a publié divers ouvrages, notamment : Le célibat consacré et les valeurs de la féminité dans Mulieris dignitatem, ou encore sur l’œuvre de sainte Dorothée dans la réalité culturelle d’aujourd’hui. Ses options théologiques sont très modernes et sa nomination pour visiter les Sœurs de l’Immaculée a été ressentie comme une espèce de provocation délibérée. Il ne fait pas de doute que la Congrégation pour les Religieux veut remettre au pas ces deux jeunes instituts masculin et féminin de l’Immaculée, aux nombreuses vocations, aux implantations multiples dans l’Italie et dans le monde, qui l’une et l’autre ont adopté un bi-formalisme liturgique qui s’avère très fécond.

    Lire la suite

  • Découvrez la plus ancienne prière adressée à Marie

    IMPRIMER

    topic (13).jpgC'est sur un papyrus égyptien du 3è siècle que l'on a retrouvé la plus ancienne prière à Marie, le "Sub tuum praesidium". Le site « aleteia » commente :

    «  Commençons ce mois de septembre « avec Marie » : la plus ancienne prière adressée directement à la Vierge Marie, Sub tuum praesidium,a été retrouvée près d’Alexandrie sur un papyrus égyptien, copte, qui selon de nombreux spécialistes remonterait au 3e siècle après Jésus-Christ. Cette prière précède de plusieurs siècles l’Ave Maria dans la pratique des chrétiens.

    La prière, écrite en grec, est une demande d’intercession, un appel pressant à la Vierge Marie, venant d’une première communauté chrétienne dans un moment de grand danger : « Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, sainte Mère de Dieu. Ne repousse pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les dangers, délivre-nous, Vierge glorieuse et bénie ».

    Ainsi, si les catholiques invoquent Marie et lui demandent d’intercéder auprès de Dieu, de les protéger et de les libérer des dangers, ils font ce qu’ont toujours fait les chrétiens depuis les origines jusqu’à nos jours. Les catholiques rendent un culte à Marie en essayant d’imiter ses vertus. Ce culte est fondé sur la sainteté singulière et unique de Marie, que l’ange a saluée, l’appelant « Pleine de grâce ».  Et l’histoire nous apporte de nombreuses confirmations de cette sainteté de la Vierge Marie. 

    Si vous visitez les catacombes de Priscille à Rome, les catacombes où se réunissaient les premiers chrétiens, vous y découvrirez une représentation datant du IIIe siècle, où l’on voit très distinctement la figure d’un évêque qui, dans l'acte d'imposer le voile sacré à une vierge chrétienne, désigne comme modèle Marie, représentée avec l’Enfant Jésus dans ses bras. 
    Ainsi, les premiers chrétiens étaient convaincus que la Vierge Marie était un exemple à imiter, en particulier par ceux et celles qui choisissaient la virginité consacrée, comme style de vie au service de Dieu. L’histoire confirme que les catholiques, en vénérant Marie et en cherchant à l’imiter, n’inventent rien, mais continuent de faire ce que les chrétiens ont toujours fait. 

    Texte grec  original :

    Ὑπὸ τὴν σὴν εὐσπλαγχνίαν,
     καταφεύγομεν, Θεοτόκε.
    Τὰς ἡμῶν ἱκεσίας,
    μὴ παρίδῃς ἐν περιστάσει,
    ἀλλ᾽ ἐκ κινδύνων λύτρωσαι ἡμᾶς,
    μόνη Ἁγνή, μόνη εὐλογημένη.

    Version romaine 
    Sub tuum praesidium confugimus, 
     Sancta Dei Genetrix. 
    Nostras deprecationes ne despicias in necessitatibus, 
    sed a periculis cunctis libera nos semper, 
    Virgo gloriosa et benedicta 


    Version ambrosienne (la plus proche du texte original)
    Sub tuam misericordiam confugimus 
    Dei Genitrix 
    (ut) nostram deprecationem 
    ne inducas in tentationem sed de periculo libera nos 
    sola casta et benedicta 

    (Ecoutez ICI l’étude musicale de l’antienne grégorienne du célèbre Maestro Giovanni Vianini, chanteur, organiste et directeur de la Schola Gregoriana mediolanensis, Basilica di San Marco, Milan N.d.R.)

    Ref. Découvrez la plus ancienne prière adressée à Marie

    Une prière traditionnelle que les catholiques chantent encore par coeur, du moins les plus âgés d’entre eux, car la continuité dans l’Eglise n’est plus ce qu’elle était. Hélàs. JPSC

  • Tournai, 14 septembre : grande procession historique

    IMPRIMER

    affiche_web.jpg

    http://users.belgacom.net/Grande_Procession_Tournai/accueil_francais.html

    Comme l’an dernier, elle sortira à 10h. Rendez-vous le dimanche 14 septembre avec une nouveauté : un groupe des Corporations.

    La Grande Procession, en l’honneur de Notre-Dame, a retrouvé l’an dernier son ancien horaire, c’est-à-dire une sortie matinale, à 10h. L’expérience va se poursuivre cette année. Le comité organisateur s’est en effet félicité d’avoir ainsi renoué avec cette pratique immémoriale qui lui a fait bénéficier de la « magie » du dimanche matin. Et d’ajouter que « contrairement à certaines craintes, il n’y eut pas vraiment moins de monde le long du parcours ». La Grande Procession débute à la Cathédrale et y reviendra vers 11h45. Pour la première fois, on y verra apparaître un groupe des Corporations. Cette initiative, écrit le comité, « manifeste le souci de la Grande Procession de s’ouvrir à d’autres acteurs faisant la richesse de l’identité tournaisienne. » 

    Chaque année, une statue de la Vierge est mise à l’honneur. Pour 2014, il s’agira de Notre-Dame de la Consolation. Cette statue du 18ème siècle est conservée à l’église Saint-Jean-Baptiste, où se déroulera à 19h la veillée de prière du vendredi 12 septembre.  Le samedi 13 septembre, c’est à 18h à la Cathédrale que sera célébré l’office pontifical, suivi vers 19h15 de la cérémonie de la remise des clés de la ville par le bourgmestre à l’évêque.

  • BXL : Sainte-Catherine est rouverte !

    IMPRIMER

    Lu sur désacralisations-stop :

    Ce dimanche avait lieu une première messe dans l’église Sainte-Catherine rafraîchie et illuminée par les rayons de soleil. Une première en attendant l’ouverture officielle du samedi 20 septembre 2014 à 18 h, Messe présidée par Monseigneur André Joseph Leonard à laquelle nous sommes tous invités. Entretemps les travaux de nettoyage et d’aménagement se poursuivent. Contact : Véronique au 0478.31.33.45 ou email : eglisesaintecatherinebruxelles@gmail.com Ci-dessous un article publié ce lundi 01/09/2014 dans le journal LA CAPITALE :

    Sans titre.png

    Sans titre2.png