20/08/2013

Bernard (20 août)

S-Bernard-BR.jpgDu Livre des Merveilles, Fleurus-Mame, 1999, pp. 352-355 :

ENFIN, GUILLAUME TIENT SON MANUSCRIT. L'ABBÉ DU MONASTÈRE DE SAINT-THIERRY, près de Reims, contemple l'ouvrage qu'il attend depuis des mois. En parcourant une première fois cette Apologie à Guillaume de Saint-Thierry, il sait immédiatement que ce texte va bouleverser la vie monastique. En fait, en demandant à Bernard de Clairvaux de prendre parti dans les querelles entre monastères, il n'en attendait pas moins et connaissant la personnalité de ce diable d'homme, il avait la conviction qu'il ne pouvait en être autrement.

L'abbé champenois caresse les parchemins, contemple la graphie épurée, l'harmonie des lettrines et des caractères, l'absence totale d'enluminures... Il sourit. Dans l'apparence même de ces pages, il reconnaît le style et l'esprit de Bernard. Depuis dix ans, depuis toujours, il lutte contre le luxe et l'ostentation dans les monastères. Des manuscrits à l'architecture, des ornements à la statuaire, il demande aux moines es d'imiter la simplicité du Christ. Il appelle à la pratique stricte de l'observance bénédictine, condamne la richesse des mets et des mœurs et affronte sans faiblir les moines de Cluny et tous les abbés qui ont renoncé à la pauvreté évangélique. À l'opulence des abbés bénédictins et de nombreux prélats qui se comportent souvent en princes de ce monde, Bernard répond par la rigueur et la sobriété de l'idéal cistercien. Prêchant un retour aux valeurs de l'Évangile, il n'a de cesse de fustiger le manque de charité des princes comme des bourgeois, des nobles dames aussi bien que des paysans.

Diable d'homme, ce Bernard, mais surtout homme de Dieu I La première fois que Guillaume a entendu parler de lui, c'était à propos de son arrivée, en avril 1112, aux portes de l'abbaye de Cîteaux. Accompagné d'une trentaine de compagnons, parmi lesquels plusieurs de ses frères et de ses cousins, Bernard avait décidé de rejoindre cette communauté que l'on disait désireuse de vivre une réforme, mais dont la volonté commençait à faiblir. La stricte observance, le respect absolu de la règle de saint Benoît, voilà la réforme à laquelle Bernard croyait. Il voulait retrouver le modèle de vie imaginé par saint Benoît quelque sept siècles plus tôt : équilibre entre prière et travail, ora et labora, recherche de la pauvreté. En trois ans, c’est cela qu'il réussira, avec ses amis, à imposer à l'abbaye.

Lire la suite

17/08/2013

Sauver le chant liturgique

chantres.jpg

Excellente réflexion de Nicolas Bonnal sur Liberté Politique :

Halte au massacre : sauvons l'excellence du chant chrétien

C’est le temps des concerts en plein air ou dans les abbayes. Le temps aussi de redécouvrir la plénitude du chant liturgique, et du simple cantique à la messe de nos campagnes. Pour le meilleur, mais aussi parfois pour le pire. Comment chantons-nous, et pourquoi ? Profitons de l’été pour méditer sur l’excellence de nos chœurs, et la beauté de nos messes chantées…

BEAUCOUP chantonnent à la messe le dimanche sans y prendre garde, laissant à des oreilles béotiennes et philistines le soin d’apprécier une véritable cacophonie de "bons choeurs" mais de voix éraillées. Si le prêtre et la chorale n’ont pas astreint l’assistance à une certaine discipline, cela peut à mon sens provoquer un véritable désastre sur le plan spirituel ; je le dis comme je le pense parce que de grandes voix et de grandes plumes se sont appliquées à dénoncer le chanté éraillé de la messe fatiguée qui n’honore pas Notre Seigneur.

Il faut d’abord voir que la messe n’est pas une corvée, pas plus que le dimanche.

Je me rappelle Sister Act, cette petite comédie osée racontant l’histoire d’une chanteuse réfugiée dans un couvent, et qui disait tout honnêtement que les gens préfèrent payer cent dollars au spectacle qu’aller écouter un chœur grelottant mais gratuit à la messe. C’est que le chœur – ou le cœur – n’y est pas. Le « catho » des médias, un peu oublieux de Bach et de Monteverdi, est alors le premier alors à collaborer à la mauvaise image qu’on a de lui, puisqu’il casse les oreilles de « son Dieu » comme de l’assistance.

Lire la suite

16/08/2013

Video de la Fête-Dieu 2013 présidée par le nouvel évêque de Liège

C'était le 1er juin 2013 en l'église du Saint-Sacrement, à Liège :

http://eglisedusaintsacrementliege.hautetfort.com/archive...

14/08/2013

Dormition ou Assomption ?

5_giotto25.jpg

Dormition ou Assomption ? La Vierge Marie en Orient et en Occident (source)

Le 15 août, dit dans diverses contrées la « fête de la Vierge », est l’une de ces dates où l’on célèbre Marie. Mais de quelle solennité s’agit-il ? D’aucuns, catholiques, répondent : c’est l’Assomption de la Vierge Marie ; et d’autres, orthodoxes, rétorquent : c’est la Dormition de la Mère de Dieu !

Par Antoine FLEYFEL, maître de conférence à l’Université catholique de Lille et responsable des relations académiques de l’Oeuvre d’Orient

Il n’est pas besoin de rappeler que la Vierge Marie est une figure majeure de foi en Orient et en Occident, pour les catholiques et pour les orthodoxes. Ceux-ci la fêtent et l’honorent de diverses manières, à travers moult célébrations liturgiques, artistiques ou populaires. Le 15 août, dit dans diverses contrées la « fête de la Vierge », est l’une de ces dates où l’on célèbre Marie. Mais de quelle solennité s’agit-il ? D’aucuns, catholiques, répondent : c’est l’Assomption de la Vierge Marie ; et d’autres, orthodoxes, rétorquent : c’est la Dormition de la Mère de Dieu !

Les deux fêtes se confondent effectivement dans une même date, et l’histoire lie, dans un certain sens, l’évolution de ces deux visions de la personne de Marie. Cependant, force est de constater que cette célébration n’est pas qu’une expression de la diversité de l’Église, mais aussi l’endroit d’un différend dogmatique qui existe entre les catholiques et les orthodoxes. Si les premiers considèrent la Dormition comme faisant partie du dogme de l’Assomption, les seconds refusent ce dernier, et pour cause, sa dépendance du dogme de l’Immaculée conception que les Églises orthodoxes rejettent. Pourtant, la Dormition et l’Assomption sont deux concepts qui expriment une même réalité : le départ exceptionnel de Marie. Cet article a comme but de mettre en lumière ces différentes lectures du « mystère de Marie ». Pour commencer, faisons un peu d’histoire.

Bien que saint Éphrem (+373) évoque dans ses écrits la préservation du corps de Marie après son décès, de l’impureté de la mort, les plus anciennes traditions de la croyance en la Dormition ou en l’Assomption de la Vierge Marie remontent aux Ve et VIe siècle. On les trouve présents dans des traités théologiques, des textes liturgiques, des écrits apocryphes et des traditions populaires. Au VIe siècle, l’empereur Byzantin Maurice déclara le 15 août jour de la fête de la Dormition de la Vierge Marie. Un siècle plus tard, cette solennité mariale trouva son chemin vers l’Occident, grâce au pape Théodore. Au VIIIe siècle, elle changea de nom et s’intitula fête de l’Assomption. Si la Dormition n’est pas considérée comme un dogme par l’Église orthodoxe, l’Église catholique proclama la croyance en l’Assomption de la Vierge Marie comme dogme en 1950. 

Lire la suite

15 août : Assumpta est Maria in caelum

EGLISE DU SAINT-SACREMENT À LIÈGE 

Bd d’Avroy, 132 

JEUDI 15 AOÛT 2013 A 10 HEURES

MESSE DE LA

FÊTE DE L’ASSOMPTION DE LA SAINTE VIERGE 

guido-reni-l-assomption-de-la-vierge-n-2563686-0.jpg

 (Guido Reni, école vénitienne, XVIIe s)

célébrée selon le missel de 1962

Évangile du Magnificat (Luc, 1, 41-50)  

Propre grégorien de la messe « Signum Magnum »

Kyriale IX « Cum Iubilo »

Motets à Notre-Dame 

Ave Maria de Franz Schubert (1797-1828), Laudemus Virginem (canon à trois voix extrait du Livre Vermeil de Montserrat, XIVe s.), Magnificat du 8e ton alterné en plain-chant et faux bourdon. 

par la Schola du Saint-Sacrement  

A l’orgue, Patrick Wilwerth, professeur au conservatoire de Verviers 

Livrets à votre disposition sur la table au fond de l’église pour suivre la messe 

Lire la suite

11/08/2013

Quand Benoît XVI parlait de l’intolérance liturgique dans l’Eglise

C’est sur « Espérance nouvelle » un blog né voici  trois mois et qui se présente comme « un reflet, certes partiel et imparfait, d'une jeunesse de la nouvelle génération qui surgit avec la soif de redécouvrir et de vivre un idéal chrétien dans lequel l'esprit de service et de sacrifice occupe une place particulière comme fruit de ses trois fondements que sont l'amour, l'espérance et la foi » : deux citations de Benoît XVI qu’il n’est peut-être pas inopportun de rappeler.

 « Q : Est-il inconcevable, pour lutter contre cette manie de tout niveler et ce désenchantement, de remettre en vigueur l’ancien rite ?
R : Cela seul ne serait pas une solution. Je suis certes d’avis que l’on devrait accorder beaucoup plus généreusement à tous ceux qui le souhaitent le droit de conserver l’ancien rite. On ne voit d’ailleurs pas ce que cela aurait de dange­reux ou d’inacceptable. Une communauté qui déclare sou­dain strictement interdit ce qui était jusqu’alors pour elle tout ce qu’il y a de plus sacré et de plus haut, et à qui l’on présente comme inconvenant le regret qu’elle en a, se met elle-même en question. Comment la croirait-on encore ? Ne va-t-elle pas interdire demain ce qu’elle prescrit aujour­d’hui ? [...] Des centres où la liturgie est célébrée sans affectation, mais avec respect et grandeur, attirent, même si l’on ne comprend pas chaque mot. C’est de tels centres, qui peu­vent servir de critères, que nous avons besoin. Malheureusement, la tolérance envers des fantaisies aven­tureuses est chez nous presque illimitée, mais elle est pra­tiquement inexistante envers l’ancienne liturgie. On est sûrement ainsi sur le mauvais chemin. »

(Benoît XVI/Joseph Ratzinger, Le sel de la terre, 1997, éd. Flammarion/Cerf, p. 172-173)

« Pour la formation de la conscience dans le domaine de la liturgie, il est important aussi de cesser de bannir la forme de la liturgie en vigueur jusqu'en 1970. Celui qui, à l'heure actuelle, intervient pour la validité de cette liturgie, ou qui la pratique, est traité comme un lépreux : c'est la fin de toute tolérance. Elle est telle qu'on n'en a pas connue durant toute l'histoire de l'Église. On méprise par là tout le passé de l'Église. Comment pourrait-on avoir confiance en elle au présent, s'il en est ainsi. J'avoue aussi que je ne comprends pas pourquoi beaucoup de mes confrères évêques se soumettent à cette loi d'intolérance, qui s'oppose aux réconciliations nécessaires dans l'Église sans raison valable. »

(Benoît XVI/Joseph Ratzinger, Voici quel est notre Dieu, 2005, éditions Plon/Mame, p.291)

Le Pape Benoît XVI parle de l'intolérance dans l'Église: "Il faut cesser de bannir l'ancienne liturgie »

JPSC

Les Franciscains de l'Immaculée: une forme de piété qui déplaît aujourd'hui à Rome ?

10/08/2013

Art « sacré » : Le triomphe de l'horizontalité

« Argument cher à Benoît XVI, le rapport entre la beauté et l’expression de la foi est souvent à l’honneur des conférences liturgiques internationales, avec malheureusement peu de fruit constatable. En France, où tout est toujours plus idéologique, ce rapport est rarement objet de recherche et de discussion mais plutôt de provocations plus dures qu’ailleurs, comme celles de Serrano et de Castellucci l’ont illustré. Il faut dire que de nombreux ecclésiastiques – bien encouragés par les officines de la culture d’État –, quand on leur demandait leur avis – ce qui est de moins en moins le cas (voir la récente affaire d’un tournage à sujet « religieux », particulièrement scandaleux, imposé au curé de l’église militaire du Val-de-Grâce) –, se sont faits les promoteurs convaincus du plus désacralisant des arts contemporains. Comme dans le domaine de l’art en général, il s’agit de subvertir un cadre esthétique classique par des œuvres contemporaines dont la signification provocatrice intrinsèque (dans le cas de l’art sacré, directement sacrilège) est ainsi démultipliée par l’outrage fait à l’écrin dans lequel elles sont perpétrées (en l’espèce église, cathédrale).

Dans la ligne de publications concernant soit l’imposture de l’art contemporain en général, soit les violences qu’on inflige par lui au sacré, l’historien Philippe Conrad a réalisé une remarquable synthèse, très documentée, que nous sommes heureux de vous livrer cette semaine.

Philippe Conrad est professeur d’histoire, collaborateur régulier de Spectacle du Monde, intervenant régulier des universités d’été de Renaissance catholique, et désormais aux commandes de la Nouvelle Revue d’Histoire. La réflexion qu’il nous propose met l’Église de France face à ses responsabilités en matière d’abandon du sacré au profit du profane, et qui plus est du profane contemporain, quitte à finir par se faire complice de la profanation qu’il représente idéologiquement...

Philippe Conrad, comme notamment Aude de Kerros et Christine Sourgins, vise spécialement les provocations de l’art contemporain investissant le sacré. En soulignant que les clercs qui soutiennent cet investissement, le font par désir d’« évangéliser la culture contemporaine », sans se soucier du fait qu’elle est par nature antiévangélique. Mais à un niveau moins violent et tout aussi dévastateur, il y a la banalisation par l’adoption des formes étrangères les plus profanes. C’est ce que remarquait le directeur des Musées du Vatican, le professeur Antonio Paolucci qui, lors d’une présentation à Rome d’un ouvrage sur les églises construites dans l’Urbs depuis le Jubilé de l’an 2000 exprimait le jugement suivant : « Plus que de nouvelles églises, il semble s’agir de musées ou de grands magasins. Des lieux privés du sens du sacré, qui n’invitent pas à la méditation et sans aucune inspiration mystico-religieuse. »

En tout cela, on est très proche de la question liturgique, car l’esthétique religieuse contemporaine (qui se veut contemporaine : il faut être de son temps !) se conjugue avec une liturgie dont le principal souci est d’être contemporaine. Cette esthétique adoptée par bien des clercs, profanatrice par provocation (Le Christ sur une chaise électrique, de Gap), mais souvent par la plus plate banalisation (les fauteuils de salon contemporain dans un chœur baroque, ou le baptistère-cendrier), est-elle autre chose que du snobisme, le snobisme des clercs qui commanditent des vêtements liturgiques à André Courrèges ou Jean-Charles de Castelbajac ? Ce qui va de pair dans l’intention et dans la réalisation avec une liturgie qui s’est mondanisée, pour être « de son temps ». Avec un grand nombre de degrés du côté de l’art et du côté de la liturgie, on peut dire qu’à un art sacré de la disparition de Dieu correspond une liturgie de la disparition du dogme. »

Référence :
paix-liturgique.org

Ce n’est pas de se servir des matières ou des techniques contemporaines que l’on reproche à l’esthétique des vêtements, des objets, des meubles ou des édifices du culte d’aujourd’hui, mais d’être trop souvent sans grande inspiration religieuse. Il est vrai que les pastiches du gothique ou l’ « art » sulpicien du XIXe siècle ne valaient pas beaucoup mieux, encore qu’ils puissent traduire une piété sincère. On ne peut même pas en dire autant de l’art « religieux » sécularisé.

3834903158.jpgSur ce thème, on peut aussi, à titre d'exemple, épingler (sur le site officiel des médias catholiques belges francophones) la déclaration péremptoire de l’abbé Michel Teheux, conseiller du projet de modernisation « look ikea » (photo) du chœur de la cathédrale de Liège : « Le principe de l’incarnation est fondateur de l’identité chrétienne, en art aussi. Il ne s’agit pas seulement de ‘faire moderne’, il s’agit d’une cohérence symbolique existentielle: toute expression chrétienne se doit d’être ‘actuelle’. L’évêque [ndb : Mgr Jousten, aujourd’hui émérite)] et le chapitre cathédral ont osé donner corps à cette cohérence. ». Avec l'argument d'autorité en prime, intimidant, non ? Michel Teheux est aussi l’auteur des nocturnales déployant trapézites, majorettes et chevaux de cirque dans le même « espace" (sacré?) …

 JPSC

02/08/2013

Douze moines de l’abbaye de Fontgombault vont relancer celle de Wisques cet automne

car2.jpgNous l’avions déjà annoncé ici Confirmé : l’abbaye de Wisques (Pas-de-Calais) passe à la forme extraordinaire des rites liturgiques, mais le numéro d’été de la revue « Una Voce »  (une nouvelle présentation très réussie, tant sur le plan rédactionnel que pour la mise en page) nous apporte toutes les précisions (signées J. Dh.) : l’abbaye bénédictine de Wisques, près de Saint-Omer dans le Pas-de-Calais (diocèse d’Arras) va recevoir, dès cet automne, une douzaine de moines de Fontgombault : une excellente nouvelle qui réjouit aussi les Belges attachés à la grande tradition de l’Eglise :

« Les fils de Solesmes s’entraident. L’Abbaye Notre-Dame de Fontgombault a déjà fait plusieurs fondations : trois en France (Randol, Triors et Donezan (Ariège) et une aux Etats-Unis. Douze moines âgés s’efforçent de maintenir Saint-Paul de Wisques en vie, mais ils ont besoin d’aide. Aussi Fontgombault, forte de 70 moines, va-t-elle partager.

« Nous nous posions la question : Wisques a adopté le nouvel « ordo ». Comment la communauté va-t-elle s’organiser ? La réponse nous a été donnée par le Père Abbé de Fontgombault, Dom Jean Pateau lui-même dans une interview qu’il a accordée au Baptistère (avril-mai  2013) :

Au sein de la Congrégation de Solesmes, Fontgombault et ses filles célèbrent la messe dans la forme extraordinaire du rite romain et utilisent également le bréviaire monastique traditionnel. Ces spécificités seront conservées : c’est une condition de la reprise de l’abbaye Saint-Paul. L’observance, tant monastique que liturgique, sera celle de Fontgombault. Néanmoins chez nos sœurs moniales de l’Abbaye Notre-Dame, qui usent  de la forme ordinaire, les moines de Saint-Paul célébreront selon cette forme.

Compte tenu de la différence d’observance entre les deux communautés, le Père Abbé de Solesmes, Président de notre Congrégation, a laissé aux moines de Wisques la possibilité de demeurer dans le monastère de leur profession ou de gagner un autre monastère de la Congrégation. Six moines ont choisi de rester. Notre devoir est de leur faciliter ce choix. Si aujourd’hui nous pouvons venir à Saint-Paul de Wisques, c’est parce que les moines de cette abbaye ont tenu dans les épreuves que la communauté a traversées ‘

Quand les moniales de l’Abbaye Notre-Dame, fondation de Sainte-Cécile de Solesmes, se sont installées à Wisques, elles ont eu besoin d’aumoniers et elles furent ainsi à l’origine du monastère Saint-Paul. Saint Benoît répondait à l’appel de sa sœur Scholastique. Les moines s’installèrent d’abord dans un petit château, mais les lois anti-catholiques de 1901 les chassèrent en Belgique où ils fondèrent l’abbaye Saint-Paul d’Oosterhout. Ils purent rentrer en France en 1920. C’est alors que fut construite l’abbaye en briques avec des effets de couleurs et de style original que l’on peut toujours admirer. Des agrandissements ont été réalisés en 1957 et 1968. Avec l’arrivée de moines de Fontgombault, les menaces de disparition sont dissipées ».  

 (Una Voce, Juillet-Août 2013, 42, rue de la Procession,  F 75015 Paris Tél : (00.33) (0)1 42 93 40 18. Courriel : unavoce@orange.fr

Voilà un arrangement qui change du récent « dictatus papae »  (Liturgie de la messe : François en contradiction avec Benoît XVI ?)  à la Congrégation des Franciscains de l’Immaculée.

A propos d’Una Voce, rappelons qu’il s’agit d’une  fédération internationale de sociétés laïques catholiques attachées à la forme extraordinaire du rite romain. Elle a été fondée en 1964 et inclut des organismes dans vingt-huit pays à travers le monde. Son nom provient de la préface du canon romain. En plus de promouvoir la messe codifiée par le pape saint Pie V, elle soutient activement le chant grégorien et la polyphonie sacrée dans la liturgie catholique traditionnelle. En savoir plus, sur son site web français : www.unavoce.fr

JPSC

29/07/2013

Pèlerinages de France

Un site consacré aux pèlerinages de France a été ouvert le 12 avril 2013, en une année proclamée « Année de la Foi » par le pape Benoît XVI.

Présentation du site :

Ce site vise à réunir en un même site Internet l’ensemble des pèlerinages chrétiens existant en France ou y transitant, tels les Chemins de Compostelle et la Via Francigena, se déployant de Cantorbéry-Boulogne à Rome. Il s’agit, avec ce site, de faire en sorte que toute personne, catholique ou non, désireuse de s’engager dans une démarche de pèlerinage, puisse accéder à l‘ensemble de l’offre française disponible, laquelle s’avère particulièrement fournie et restait jusqu’alors éclatée et très insuffisamment et partiellement accessible.

La France, évangélisée dès les premiers siècles de notre ère, reconnue fille aînée de l’Église au XIXème siècle, témoigne, encore aujourd’hui, de la force et de la vitalité de ses racines chrétiennes, constellée qu’elle est d’églises et de cathédrales dédiées à Notre-Dame et de sanctuaires construits en l’honneur du Sacré-Cœur de Jésus. Pour autant, les chemins et routes de pèlerinage de France sont ouverts à tout homme de bonne volonté, croyant ou non : en une période de crises systémiques, difficile pour beaucoup de familles et d’individus, ils constituent en effet des voies privilégiées de « retour sur soi », de ressourcement, de recherche intérieure et de paix. Ils nous permettent d’accéder au silence, à la beauté de la nature, des paysages et des édifices religieux, fruits de la foi, du travail et du génie français mis au service de Dieu et de l’amour fraternel.

Chacun des lieux de pèlerinage recensé est appelé à être assorti d’un court historique, des itinéraires, lieux de culte et de prières, ainsi que de renseignements pratiques : indication des associations dédiées, des ouvrages et sites à consulter, des offices de tourisme ou syndicats d’initiative les plus proches. 

http://pelerinagesdefrance.fr/

27/07/2013

Liturgie : des normes libératrices

Lu sur le site « Pro Liturgia »

 « (…)  Interrogé par l’agence Zenit, le Cardinal Raymond Burke [ndb : préfet du tribunal de la signature apostolique, juridiction suprême du Saint-Siège] demande vivement que l’on applique le véritable enseignement de Vatican II sur la liturgie, enseignement qui poursuit l’histoire de l’Eglise et de sa tradition.

Selon le prélat, Paul VI d’une façon intense - puis Jean-Paul II et enfin Benoît XVI ont travaillé à la restauration de la véritable nature de la liturgie qui nous est donnée pour que nous puissions nous adresser à Dieu de la meilleure façon qui soit. Cette liturgie-là est la meilleure catéchèse qui soit, comme l’a souvent rappelé Benoît XVI ; elle doit être célébrée dans la beauté car elle l’œuvre du Christ ressuscité dont la gloire illumine toute l’Eglise.

Abordant la question des normes liturgiques, le Cardinal Burke rappelle qu’elles nous sont données afin qu’en les suivant, nous entrions dans une discipline nous permettant de trouver une plus grande liberté pour suivre Dieu. Les normes liturgiques nous empêchent de devenir les esclaves de nos propres idées ou de celles d’une assemblée particulière : elles créent un espace de vraie liberté. 

Concernant la forme « extraordinaire » de la liturgie - qu’il célèbre lui-même - le Cardinal Burke rappelle les vraies raisons qui ont poussé Benoît XVI à donner le Motu proprio « Summorum pontificum » : le Pape - aujourd’hui émérite - savait qu’à l’origine de l’attachement de certains fidèles à la forme « extraordinaire » se trouvaient les abus introduits après le Concile dans la façon de célébrer la forme « ordinaire ». Et lorsqu’on demande au Cardinal Burke si le Pape François ne va pas laisser de côté certains des enseignements de Benoît XVI sur la liturgie, il répond : « Je ne vois pas les choses de cette façon. Le Saint-Père, pour le moment, n’a pas encore eu l’occasion de parler de la liturgie avec toute son autorité ; mais ce qu’il en a dit est totalement dans la ligne des enseignements de Benoît XVI. Le Pape François est très respectueux des enseignements magistériels de Benoît XVI. »

Pour lire l’interview complet en anglais, 
cliquer ici.

Référence : Selon le Cardinal Raymond Leo Burke, les abus liturgiques depuis Vatican II sont strictement liés à la corruption morale que l’on constate aujourd’hui dans le monde.

On peut aussi penser qu’un certain libéralisme normatif, bien présent dans l’institutio generalis de la messe de Paul VI, a ouvert la porte à l’éparpillement de la « forme ordinaire » du rite romain dans toutes les autocélébrations communautaires que nous connaissons aujourd’hui : l’esprit du concile dispose là d’un excellent instrument pour s'autoriser à les fabriquer.

Semblablement, la mentalité intégriste peut aussi se saisir des rubriques  de la « forme extraordinaire » pour la caricaturer dans une liturgie sourcilleuse et vétilleuse qui devient (comme les rituels de l’antiquité païenne) une fin en soi où, comme dit parfois ironiquement Mgr Léonard (pourtant lui-même bi-formaliste), « le latin est placé au dessus du Bon Dieu ».

Nobody is perfect…

La question véritable posée à la liturgie catholique d’aujourd’hui est celle de la rencontre raisonnable de deux mentalités, deux esprits, deux cultures au sein d’une même Eglise. Leur conciliation dans une  « réforme de la réforme » conciliaire est-elle encore possible ? JPSC.

26/07/2013

Quant la RTBF rend justice au chant grégorien

 dyn002_original_360_294_gif_2625226_4bc75e1d97bc02f3d9d7ec895bc0380c.gif

Une belle émission à écouter, en cliquant ici :

Le chant grégorien dans tous ses états (RTBF) 

Et pour en savoir plus sur les prochaines activités

de l’académie belge de chant grégorien :

Cliquez ici : Stage d'été
au Monastère Notre-Dame à Ermeton-sur-Biert,
avec Paul BREISCH et Sarah Pirrotte,
du dimanche 
18 août au dimanche 25 août 2013.
Concert de clôture à l'Abbaye de Maredsous (crypte) 
le samedi 24 août à 17h15.

Cliquez ici : Formation à Louvain-la-Neuve
Les grandes étapes de la formation du répertoire grégorien.
Un week-end les 
28 et 29 septembre
plus une journée le samedi 19 octobre 2013, avec Giedrius GAPSYS.

Messe des fidèles défunts
le vendredi 2 novembre à 19h à Tourinnes-la-Grosse,
dans le cadre des fêtes de la Saint-Martin,
avec, en soliste, Hendrik Vanden Abeele,
Directeur musical de Psallentes.
Répétition obligatoire, le jour même sur place à 17h.
Le nombre de choristes sera limité à 18.
Cliquez ici :
Inscription.

Site web : http://www.gregorien.com

e-mail : academiegregorien@skynet.be