Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Patrimoine religieux - Page 10

  • Bruxelles : de plus en plus d'églises en voie de désacralisation

    IMPRIMER

    D'Arnaud Farr sur le site de la Dernière Heure :

    Bruxelles: Toujours plus d’églises en voie de désacralisation

    Le projet de réduction du nombre d’églises en activité à Bruxelles suscite des réactions virulentes de la part des fidèles.

    Y’a-t-il trop d’églises en Région bruxelloise ? Depuis des années, l’avenir des lieux de culte suscite les inquiétudes des fidèles chrétiens en Région bruxelloise. "À l’époque, chaque fois que l’on construisait un quartier, on y implantait une église au milieu. On recense dès lors une église tous les 1.300 mètres en Région bruxelloise !", explique l’évêque de Bruxelles Mgr Kockerols.

    Mais aujourd’hui, le contexte a changé. Le nombre de catholiques pratiquants est en diminution et le coût de rénovation des églises est très onéreux. L’Église est donc en pleine réflexion sur son avenir. "Tous les fidèles catholiques ont à s’interroger sur ce contexte nouveau, et doivent prendre conscience des enjeux et défis d’aujourd’hui", explique Mgr Kockerols, qui prône une réforme dans la réorganisation des églises, en fusionnant les activités pastorales au sein d’un même lieu de culte, permettant ainsi de donner une affectation nouvelle aux églises désacralisées.

    Un projet qui suscite l’ire des chrétiens de plusieurs paroisses bruxelloises, qui accusent l’évêque de Bruxelles de préparer un plan de fermeture d’églises de grande ampleur. "Nous demandons à l’archevêque Mgr De Kesel et à son auxiliaire, Mgr Kockerols, de renoncer à leur plan de fusion des paroisses réduites à quelques églises phares. Perplexes, nous nous interrogeons profondément sur les causes qui pourraient être à l’origine d’un tel repli et de cet abandon", a fait savoir le collectif antiparoissial, composé de 36 fidèles provenant des 19 communes.

    L’évêque de Bruxelles n’est, pour l’heure, pas en mesure de préciser le nombre exact d’églises vouées à perdre leur activité paroissiale, mais a tenu à envoyer une lettre aux paroisses bruxelloises en octobre pour clarifier sa position, et les rassurer.

    Lire la suite

  • Choeur universitaire de Liège: double concert de Noël à la Cathédrale Saint-Paul le samedi 10 décembre 2016 (15h00 et 18h00)

    IMPRIMER

    AfficheA3_NOEL2016_R20.jpg

    Le samedi 10 décembre prochain, à 15h et à 18h, le Chœur Universitaire de Liège proposera aux liégeois deux concerts de Noëls dans le superbe cadre de la Cathédrale.

    Au programme, de large extraits de l’Oratorio de Noël de JS Bach et du Messie de GF Haendel,  agrémentés de quelques noëls traditionnels, chantés par Cédric Feye.

    Le concert de 18h se donnera dans le cadre du 30e anniversaire du Village de Noël ; en première partie,  Paul-Henri Thomsin présentera les artistes liégeois Steve Houben, Michel Azaïs, Guy Cabay qui interprèteront leurs compositions en wallon.

    On ne présente plus le Chœur universitaire qui, sous la direction de Patrick Wilwerth, se place parmi les meilleurs chœurs belges. A chaque concert, le public nombreux apprécie la qualité d’interprétation de ce grand ensemble. Le chœur sera accompagné par l’ensemble Darius, un ensemble de musiciens professionnels à géométrie variable, qui se produit régulièrement en Belgique et à l’étranger.

    Réservations : FNAC - chœur@ulg.ac.be / 0499/10 50 57

    PAF : 15€ et 20€ - étudiants : 5€ (à l’entrée)

    JPSC

  • Pour que les deux formes du rite romain puissent s'enrichir mutuellement

    IMPRIMER

    De Mgr Alexander K. Sample, archevêque de Portland in Oregon, dans son sermon prononcé le 30 octobre 2016 en l'église de la Trinité des Pèlerins, à Rome, pour la conclusion du cinquième pèlerinage international du peuple Summorum Pontificum (source : site "Paix liturgique") :

    "Le mystère éternel de la rédemption est aussi renouvelé à chaque fois que nous participons à l'offrande du saint sacrifice de la messe. Le Christ, qui s'est offert pour nous à la fois comme prêtre et victime sur l'autel de la Croix, s'offre désormais, par le ministère des prêtres, de manière non sanglante et sacramentelle sur les autels de nos églises chaque fois que la messe est célébrée.

    Alors même qu'Il pend sur la Croix de notre salut, le Christ-Roi règne triomphant sur la mort. Son mystère pascal, rendu présent par le sacrifice eucharistique de Son corps et de Son sang, est la source de notre sanctification continue dans le culte divin par lequel nous glorifions Dieu.

    Cette réalité est fortement exprimée dans chaque messe, aussi bien dans la forme ordinaire qu'extraordinaire du rite romain. Mais, par ses signes, ses symboles et ses mots, la messe traditionnelle, aujourd'hui appelée forme extraordinaire, l'évoque de manière particulièrement claire et puissante.

    Les prières de la forme extraordinaire, ses gestes rituels et, tout spécialement, l'orientation liturgique du prêtre à l'autel traduisent de façon évidente la nature sacrificielle du saint sacrifice de la messe. Il s'agit indubitablement d'une louange que le prêtre et les fidèles offrent au Dieu tout-puissant pour Sa plus grande gloire et la sanctification de leurs âmes.

    Le pape Benoît XVI a reconnu que la forme ordinaire du rite romain, du moins telle qu'elle est célébrée en de nombreux endroits, manque de cette clarté et de cet éclat. Il a rappelé qu'il ne pouvait jamais y avoir de rupture avec la tradition et que, de ce fait, toute réforme et tout renouveau liturgiques authentiques ne pouvaient que se placer dans la continuité de l'ancienne forme de la Sainte Liturgie. C'est précisément pour cette raison, pour réconcilier l'Église avec son passé, qu'il a promulgué le motu proprio Summorum Pontificum.

    Le désir et la volonté de Benoît XVI étaient que les deux formes du rite romain puissent s'enrichir mutuellement, afin qu'un vrai renouveau de la Sainte Messe soit possible. C'est ce que certains appellent « la réforme de la réforme » de la Sainte Liturgie.

    L'objectif ultime de cette réforme est de manifester plus fortement la souveraineté du Christ-Roi au cours de la Sainte Messe, alors qu'Il s'offre pour notre salut, mystère qui se réalise à chaque célébration. Puisse la messe traditionnelle s'épanouir  dans l'Église afin que beaucoup puissent profiter de cette ancienne forme du rite latin, pour le plus grand honneur et la plus grande louange du Christ-Roi..."

  • Bruxelles, La Cambre, 2 décembre : concert "La voix des Anges" par le choeur du patriarcat de Roumanie

    IMPRIMER

    Pour fêter l'Avent,

    le vendredi 2 décembre à 20H

    en l'église de l'abbaye de Notre Dame de la Cambre

    le choeur Symbols du patriarcat de Roumanie

    donnera un concert

    " La voix des Anges "

    à l'invitation de la paroisse Notre Dame de la Cambre. Le choeur nous emmènera dans les campagnes et les monastères pour chanter les hymnes à Marie. Sous le haut patronage de monseigneur Joseph Métropolite de l'Eglise Orthodoxe Roumaine.

    L'entrée est libre - PAF les réservations sont souhaitées concertlesanges@gmail.com

  • Bruxelles, 6 décembre : Concert de Noël à la Cathédrale des Saints Michel et Gudule

    IMPRIMER

    Papillon web.jpgNoël - Kerst - Christmas

    Concert de Noël avec le Brussels Chamber Choir dir. Helen Cassano et Xavier Deprez, orgue
     
    Le traditionnel concert de Noël aura lieu le mardi 6 décembre, jour de la Saint Nicolas, et dans l'esprit des cérémonies anglaises des Christmas Carols, c'est à dire un mélange de textes et de chants et musiques du temps de Noël. 
     
    Le choix des musiques pour chœur, orgue, orgue et chœur, sera des plus éclectique et des plus diversifiés, afin de mettre en valeur l'énorme richesse du répertoire de ce moment de l'année. 
    Avec tout d'abord le Magnificat d'Arvo Pärt, puis le baroque allemand (Praetorius, Scheidt), le répertoire anglais (Ralph Vaughan Williams, Benjamin Britten, John Tavener, Alan Charlton, Bob Chilcott, Will Todd), belge (Jan Moeyaert, Xavier Deprez) et bien sûr français (Louis-Claude d'Aquin & Olivier Messiaen).
     
    Des textes de l'avent et de Noël viendront rythmer ce concert, dans diverses langues aussi, et ce seront des membres du chœur qui les déclameront.
     
    Le concert aura lieu dans la nef principale, avec le grand orgue Grenzing. Cet instrument construit en l'an 2000 par le facteur d'orgue allemand-espagnol Gerhard Grenzing est un instrument versatile, qui permet de faire honneur à beaucoup de styles de musique, d'inspiration latine ou germanique. Le mélange avec les voix des chœurs est particulièrement réussi.

    Tickets : 18 €
    Tarif réduit (-de 25 & + 65) : 16€
    Gratuit pour les moins de 18 ans. Renseignements  : www.cathedralisbruxellensis.be       réservations : arsincathedrali@gmail.com

    Par virement avant le 1er décembre au compte BE81 0682 1425 3324 de Culture et tourisme asbl, 15 rue du Bois sauvage, 1000 Bruxelles

  • Samedi 19 novembre 2016 : consécration de la Pologne au Christ-Roi

    IMPRIMER

    Lu aujourd’hui sur le blog « Salon Beige », ce ‘post’ de Michel Janva :

    Les évêques de Pologne, le président de la République, le Premier ministre, les présidents de la Diète et du Sénat et quelque 100 000 fidèles ont participé aujourd’hui à Cracovie, au Sanctuaire de la Miséricorde Divine, à l’ « Acte d’accueil du Christ comme Roi et Seigneur de Pologne ». Cet acte solennel avait été précédé d’une neuvaine.

    Pologne Christ Roi.jpg

    Début de cet acte :

    "O Roi immortel des âges, Seigneur Jésus-Christ, notre Dieu et Sauveur ! En cette année jubilaire du 1050e anniversaire du baptême de la Pologne, en ce jubilé extraordinaire de la Miséricorde, nous, les Polonais, nous nous tenons devant Vous, avec nos autorités, le clergé et le laïcat, pour reconnaître votre règne, nous soumettre à votre loi, vous consacrer notre patrie et tout notre peuple. [Lire la suite]

    Conclusion de l'acte solennel :

    Pologne Christ Roi bis.jpg

    "Ici, la Pologne, à l'occasion du 1050e anniversaire de son baptême,

    A officiellement accepté la royauté de Jésus-Christ.

    Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit:
    Comme il était au commencement, est maintenant et sera pour toujours. Amen."

    Ref. Consécration de la Pologne au Christ-Roi

    JPSC

  • A Liège le samedi 19 novembre 2016 à 16 heures : deux chorales polonaises chantent le Petit Office de l’Immaculée (XVe siècle). A l’orgue : François Houtart.

    IMPRIMER

    Affiche_liquescentes.jpg

    A Liège, le samedi 19 novembre 2016 à 16 heures la chorale « Liquescentes » de Poznań et le « Studium » de Musique sacrée de Lódz chantent  le Petit Office de l’Immaculée (XVe siècle) à l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132).

    Le Petit Office de l’Immaculée Conception est  une version populaire condensée des offices de Matines, Prime , Tierce, Sexte, None, Vêpres et Complies de la liturgie catholique. Sa composition est attribuée au franciscain milanais Bernardin de Busto (XVe siècle) mais c’est au jésuite espagnol saint Alphonse Rodriguez ( XVIe  siècle)  qu’on doit surtout sa diffusion  au temps de la Contre-Réforme. Les prières de ce Petit Office ont été approuvées solennellement par un bref du pape Pie IX, dans la foulée de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception (1854).

    L’Ensemble vocal polonais  « Liquescentes »  qui interprète ce Petit Office  avec le « Studium » de musique sacrée de Lódz s’est constitué en octobre 2004, lors de la Semaine de la Culture Chrétienne organisée par les Pères dominicains à Poznań . Il se spécialise dans l’exécution et la propagation du chant grégorien et collabore avec les Pères de l’abbaye bénédictine de Triors en France.

     François Houtart tiendra les parties d’orgue dans cette prestation. Il a été l’élève d’Hubert Schoonbroodt au Conservatoire royal de Bruxelles et a travaillé avec des  maîtres de l’orgue tels que Jean Guillou, Carlo Hommel,  Jean Boyer ou  André Isoir  et poursuivi une carrière internationale qui l’a mené dans quatorze pays enropéens, au Canada et en Amérique latine.

    P.A.F. : libre

    Autres renseignements : tel 04.344.10.89 ou email sursumcorda@skynet.be

    JPSC

  • Le prêtre doit-il rester célibataire?

    IMPRIMER

    Voici ce que répondait à cette question, il y a une quinzaine d'années, notre ami regretté, le chanoine Michel Dangoisse (en "opinion" , dans La Libre) :

    Le prêtre doit-il rester célibataire?

    Contrairement aux idées reçues, le célibat n'a rien d'anormal ni d'ahurissant: en ce moment dans le monde, des millions de gens vivent dans le célibat, soit ordinaire, soit religieux (pensons aux moines bouddhistes!). Chez nous, même si le Christ ne l'a pas imposé, dès le début le célibat fut en honneur, librement, chez ceux qui devenaient prêtres; ou bien les hommes mariés renonçaient aux relations charnelles une fois ordonnés. Il devint une règle obligatoire dans le rite latin partir du XIIe iècle. A la différence de l'indissolubilité du mariage (qui est une `loi divine´), c'est donc une `loi ecclésiastique´ que, théoriquement, l'Eglise pourrait rendre facultative (comme c'est le cas chez les catholique de rite oriental).Mais Jean XXIII lui-même disait: `Nous ne le pouvons pas: le célibat est un sacrifice que l'Eglise s'est imposé librement.´ Et Vatican II `approuve et confirme´ cette loi à 95,98 pc des voix en 1965. D'autre part, il est faux de prétendre qu'il serait la cause principale de la rareté des vocations: la même crise se retrouve chez les pasteurs protestants, pourtant mariés pour la plupart; c'est une question de foi, comme le mariage religieux. Faux aussi d'affirmer qu'il inclinerait à la pédophilie: assurément ces faits, s'ils sont réels dans une frange minime du clergé, sont particulièrement graves: mais oublie-t-on que l'immense majorité des pédophiles vivent en couples?

    Pourquoi donc cette `obstination´, malgré les échecs qu'on ne nie pas (même si `un seul pont qui craque fait plus de bruit que 100 ponts qui tiennent´ )? En fait, nonobstant les pressions de ceux que Joseph Folliet appelait déjà en 1964 `les marieurs de curés´, il existe `une haute convenance´ entre sacerdoce et célibat pour plusieurs raisons.1) D'abord, il est possible, car il ne rend pas les gens ni névrosés, ni frustrés. L'histoire abonde en exemples de célibataires équilibrés et joyeux. `Le Christ ne pouvait pas proposer aux hommes une voie qui les diminuerait´, pensait Mgr Ancel. Mais le célibat consacré appelle bien sûr en complément une certaine forme de vie fraternelle et une solide vie de prière.2) Surtout, c'est un soutien spirituel pour les gens mariés, qui, au fond, tiennent beaucoup plus qu'on ne le pense à notre célibat. Vécu dans la joie, le célibat est un puissant soutien pour leur chasteté et leur fidélité conjugales. `Si les laïcs peuvent pratiquer sans effort héroïque la chasteté prénuptiale, la chasteté et la fidélité conjugales, affirmait Jean Guitton, c'est en fait parce qu'ils voient vivre hors des cloîtres des êtres jeunes, forts, virils, radieux et radiants, qui sont chastes avec joie, avec aisance: les prêtres. L'abnégation de quelques-uns élève et assainit l'atmosphère pour tous.´ 3) Dans une société comme la nôtre, hyperérotisée, obsédée par le sexe, le témoignage du célibat consacré apparaît beaucoup plus indispensable qu'au XIXe iècle: ce n'est vraiment pas le moment de le remettre en cause! Car dans un monde qui tire de gras bénéfices du commerce des revues et des cassettes pornographiques, qui invente à la TV `l'île de la tentation´, qui encourage les moeurs les plus libres presque avec fierté, voilà précisément de quoi faire réfléchir: quel témoignage contestataire et révolutionnaire!

    4) Ah! Je rêve d'un saint Paul passant à la TV pour souligner cette extraordinaire et joyeuse unité de vie qui est la nôtre!... Cessons de laisser croire que les séminaires regorgeraient d'adolescents prolongés, impubères et innocents: pendant 6 ou 7 ans, les responsables veillent à ce que les candidats aient, avec la grâce de Dieu, l'équilibre nécessaire. C'est donc en ne donnant son corps à personne que le prêtre peut donner son âme à tous. Il n'y a pas de plus grand amour que de donner toute sa vie pour ceux qu'on aime...5) Mais au-delà de l'étonnante disponibilité qu'il procure, le célibat se justifie avant tout - on ne le dit presque jamais - parce qu'il est rappel lumineux de la primauté du spirituel et anticipation eschatologique, si pauvre soit-elle, de la vie céleste `où on ne prend plus ni femme ni mari´ (Mt 22,30). Les valeurs charnelles de la sexualité, bénies par le Créateur, restent terrestres et provisoires. Ainsi, sans foyer humain sur cette terre, nous misons tout sur Dieu. Vatican II (dont on fait souvent une lecture curieusement sélective) l'a souligné fortement. Et c'est précisément parce qu'il est cette solennelle profession de foi en la vie éternelle que les forces du mal, pratiquement chaque semaine, s'attaquent à ce célibat. Il dérange: c'est le dernier verrou que l'on entend faire sauter! Le philosophe Marcuse, vers mai 68, pensait que le moyen le plus efficace de déclencher la subversion dans la société était de la bouleverser dans le domaine sexuel en général, et, en particulier, d'ébranler le célibat sacerdotal, considéré comme une citadelle: la capitulation générale s'ensuivrait immanquablement. Autant savoir...

    En fait, ce que cherchent `les marieurs de curés´ , ce n'est pas tant des prêtres mariés, disait férocement le Père Manaranche, que des `prêtres divorcés´ . Ce serait tellement rassurant: `Voyez, ils sont comme nous´ ... Il est bien vrai qu'on peut s'égarer dans le célibat; tout comme d'ailleurs dans le mariage. D'où parfois le sourire des gens mariés devant la naïveté des prêtres `hors-les-murs´ qui s'imaginent que le mariage - idéalisé - va résoudre leur difficulté à vivre: or, on voit déjà apparaître des prêtres mariés qui sont séparés ou qui divorcent.

    Guy Gilbert - pas suspect, pas `célibataire endurci´ ... - témoigne avec joie: `Aucune recette de cuisine pour ça. La prière quotidienne, patiente, laborieuse, aimante demeure le suprême aliment qui fortifiera un célibat qui reste et restera aux yeux du monde folie, question, étonnement, contestation.´ C'est pourquoi les prêtres, qui se trouvent heureux dans leur célibat, qui sont sans aucun complexe et sans infantilisme, qui ne ruminent aucun ressentiment contre l'`institution´ Eglise, qui sont psychologiquement sains, sexués comme tous les hommes, sensibles à la beauté, sereinement et respectueusement à l'aise devant une femme, sont pourtant sans regret de n'être pas mariés, tout en éprouvant une grande admiration pour le mariage. Et le complément irremplaçable de leur célibat, c'est une étonnante paternité spirituelle.

    Oui, il importe que le prêtre de rite latin, aujourd'hui plus que jamais, reste célibataire. Il est appelé par pure grâce à manifester que le Seigneur est encore meilleur que les plus belles de ses créatures, et qu'il peut suffire, à lui seul, à combler de bonheur, à pleins bords et dès cette terre, le coeur d'un être humain. Avez-vous déjà assisté à une ordination sacerdotale? C'est prophétique, à contre-courant des slogans païens. Ces jeunes hommes peuvent dire en vérité au peuple chrétien, transposant les paroles de la Consécration: `Voici mon corps, livré pour vous.´ Quand on les voit étendus sur le pavé de la cathédrale, tandis que déferlent sur eux les superbes litanies des saints de tous les temps, que le sol tremble et que les anges du ciel les regardent en frémissant, ce spectacle, comme dirait Bernanos, `a de quoi faire réfléchir ceux qui baîllent à la grand-messe du dimanche´ . Moi, chaque année, il m'arrache des larmes de joie.

    Doyen du Chapitre cathédral de Namur Directeur de la Revue `Pâque Nouvelle´
  • Belgique, le 15 novembre, fête du Roi: Domine salvum fac Regem

    IMPRIMER

    Ci-dessous la Prière pour le Roi telle qu’on peut encore l’entendre chanter (chaque dimanche après la grand’messe) dans l’une ou l’autre église du royaume de Belgique…

    Domine salvum fac regem nostrum [Philippum] /et exaudi nos in die qua invocaverimus te.

    Domine exaudi orationem meam/ Et clamor meus ad te veniat  

    Seigneur, protège notre Roi [Philippe] / et exauce-nous le jour où nous t’aurons invoqué

    Seigneur écoute ma prière/ Et que mon cri parvienne jusqu’à toi.

    En plain-chant tel qu’on l’interprétait avant la réforme de Solesmes :

    ou sous la forme d’un motet de Marc-Antoine Charpentier:

     

    JPSC

  • Liturgie : il faut relativiser les propos du pape François

    IMPRIMER

    Nous avons publié ici : François : "Vatican II et Sacrosantum Concilium doivent être appliqués tels quels" l’interview  accordée  par le pape François au  directeur de la « Civilta Catholica », le  père jésuite Antonio Spadaro,  sur la liturgie, le rite extraordinaire, le rapport à la tradition, la politique et populisme : des propos, formulés  dans un style qui rappelle aux plus anciens d’entre nous celui des années « postconciliaires ». Ils suscitent la réflexion suivante, exprimée sur son blog par le Père Simon Noël , moine de l’abbaye belge de Chevetogne :  

    "Le Saint Père a l'habitude d'accorder régulièrement des interviews, soit dans l'avion lors de ces voyages, soit à des journaux en d'autres moments. La dernière en date, au P. Spadaro, a déjà fait couler beaucoup d'encre, notamment chez ceux qui s'intéressent à l'état de la liturgie dans l’Église latine.

    Cette question de la liturgie me tient à cœur. Aussi je vous fait part de quelques impressions personnelles sur cette récente interview.

    La première chose à dire, et qui relativise beaucoup de choses, est que ces interviews ne constituent pas des actes du magistère. Le pape ne parle pas ici à toute l’Église en tant que pape, pasteur et docteur universels. Il parle en tant que personne privée. Ses dires ne sont nullement dépourvus d'intérêt, car ils nous permettent de mieux connaître sa vision personnelle des choses, et la vérité peut toujours sortir du choc des idées. Mais les paroles du pape dans ce contexte n'ont pas la force contraignante des documents magistériels, comme la constitution conciliaire Sacrosanctum Concilium, l'instruction Liturgiam authenticam ou le motu proprio Summorum Pontificum.

    Ceci dit, voyons de plus près certaines choses dites par le Saint Père.

    Il rejette la notion de réforme de la réforme. Mieux vaut en effet à l'avenir laisser tomber ce concept dans les débats liturgiques. Cette notion est en effet ambiguë car elle peut dans certains esprits être un vêtement qui recouvre en fait le rejet de la réforme conciliaire. Il est vrai que cette réforme a eu de bons fruits mais aussi de mauvais. Tout un discernement est donc à faire au cas par cas. Plutôt donc que de vouloir une réforme de la réforme qui serait un retour en arrière, il serait préférable de revenir à et d'étudier la réforme, telle que l’Église l'a vraiment voulue, dans ses documents les plus officiels. Tout ce travail serait beaucoup plus fructueux qu'une stérile opposition de principe aux propos du pape.

    Il faut donc comprendre les paroles du pape comme une adhésion ferme à la réforme mais aussi comme un appel à se pénétrer des enseignements authentiques de l’Église, par exemple sur la place du latin et du chant grégorien, sur la qualité des traductions liturgiques, sur le caractère sacré que doit garder une célébration, sur la place du silence dans la liturgie. Là-dessus, le cardinal Sarah fait un excellent travail. On peut aussi convenir que ce que ce dernier a dit sur l'orientation de l'autel ne contient aucune contradiction avec les documents du magistère sur la liturgie. Le cardinal a une position équilibrée et il montre qu'il ne veut nullement agir en désaccord avec le pape. Il dit aussi qu'à long terme ce retour à une liturgie authentique est inéluctable. Car le pape n'est pas seul dans l’Église. Tenons compte aussi des jeunes générations à venir. Dans nos pays, nos assemblées seront de plus en plus constituées de croyants convertis et de personnes qui pratiqueront par conviction personnelle, et qui ne seront pas prêtes à accepter n'importe quoi au niveau liturgique. C'est là la conviction heureuse du cardinal Sarah, son espérance et son pari sur l'avenir.

    On a aussi émis des craintes sur l'avenir de la liturgie tridentine. Il est bien possible que le Saint Père ne voie dans cette liturgie qu'un simple phénomène de mode, auquel il n'attache guère d'importance. Mais là aussi il ne s'agit que de son avis personnel. Mais comme il ne prend pas cela au tragique, faut-il donc avoir des craintes démesurées? Depuis le motu proprio Summorum Pontificum, l’Église veut manifestement que l'on reconnaisse à la liturgie traditionnelle sa valeur magistérielle, sa fonction d'éducatrice de la foi. Elle veut que cette reconnaissance porte aussi des fruits dans notre manière de célébrer le novus ordo. Du reste le pape veut vraiment arriver à une pleine réintégration de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X. Il faut dès lors tout analyser dans un contexte plus global.

    Je regardais hier une vidéo sur la Communauté Saint Martin. Voilà un bon exemple de la fécondité que donne le sens profond de la Tradition de l’Église, dans une véritable fidélité au Siège de Pierre. Leur vie liturgique est profonde, sérieuse, à la fois traditionnelle et ouverte au monde d'aujourd'hui.

    Aussi je demande de relire les propos du pape dans la lumière des enseignements authentiques de l’Église et d'une certaine manière de les relativiser. On a certes le droit de les lire avec un esprit critique mais il faut aussi tenir compte des signes des temps et des imprévus de Dieu. Un mouvement profond de retour à la vraie Tradition est lancé depuis plusieurs années et à la longue c'est lui qui s'affirmera."

    Ref. Les interviews du pape

    L’auteur de la formule « réforme de la réforme » liturgique est le pape Benoît XVI, qui n’est pas le premier venu et a signé, entre autres, maints écrits qui font autorité  sur la manière de concevoir l’esprit de la liturgie.

    JPSC