20/01/2014

Vient de paraître : Vérité et Espérance/Pâque Nouvelle, 4e trimestre 2013

VE PN 89068.jpg  

SOMMAIRE

Editorial : Une Parole dans la nuit 

téléchargement (2).jpg 

Liturgie : embrouilles sur la traduction du « Notre Père »

« Evangelii gaudium » : le pape François persiste et signe

Europe : le Parlement rejette le « rapport Estrela »

Belgique : la culture de mort se porte bien

Des bourgeons sous la neige ? 

paque.jpg 

Projet d’amour fou : le tout-puissant se fait tout-petit

Esotérisme et mystère chrétien

L’Eglise et les personnes divorcées remariées

 Secrétaires de Rédaction : Jean-Paul Schyns et Ghislain Lahaye

Editeur responsable: SURSUM CORDA a.s.b.l. ,

Vinâve d’île, 20 bte 64 à B- 4000 LIEGE.

La revue est disponible gratuitement sur simple demande :

Tél. 04.344.10.89  e-mail : sursumcorda@skynet.be 

Les dons de soutien sont reçus au compte IBAN:  BE58 0016 3718 3679   BIC: GEBABEBB de Vérité et Espérance 3000, B-4000 Liège

 JPSC

16/01/2014

La messe du pape Marcel

On célèbre aujourd'hui la mémoire du pape Marcel Ier (IVe siècle) mais, - comme nous le fait remarquer le commentaire ci-dessous -, ce fut le pape Marcel II qui inspira à Palestrina (XVIe s.) une très belle messe polyphonique dont voici le Kyrie :

09/01/2014

Orthodoxie : Moscou dit « niet » à la primauté de Rome

A Jérusalem, au mois de mai prochain, le patriarche Barthélemy de Constantinople et le pape renouvelleront en Terre Sainte le baiser de paix échangé, en leur temps par leurs prédécesseurs, le patriarche Athénagoras et le pape Paul VI.  Mais François et Barthélemy ont tous les deux reçu un avertissement de Moscou. Avec un veto très ferme contre une primauté papale qui ne serait pas simplement honorifique. De Sandro Magister  sur son blog « Chiesa » (extraits) :

« Paul VI n’avait pas gardé le silence à propos du point crucial qui sépare Rome de l'Orient : "la constitution de l’Église" et, dans le cadre de celle-ci, le rôle du pape. Il avait promis à Athénagoras : "Je vous dirai ce que je crois être vrai, qui découle de l’Évangile, de la volonté de Dieu et de l’authentique tradition. Je l’exprimerai. Et s’il y a des points qui ne coïncident pas avec votre pensée à propos de la constitution de l’Église…". "Je ferai de même", déclara Athénagoras.(…) Et Paul VI d’ajouter : "On discutera, nous nous efforcerons de trouver la vérité… Aucune question de prestige, de primauté, qui ne soit ce qui a été établi par le Christ. Absolument rien qui traite d’honneurs, de privilèges. Nous voyons ce que le Christ nous demande et chacun prend sa position ; pas du tout avec l’ambition humaine de dominer, d’obtenir de la gloire, des avantages. Mais avec celle de servir".

Depuis ce 5 janvier 1964 jusqu’à aujourd’hui, le dialogue œcuménique entre Rome et les Églises d'Orient a parcouru un chemin notable. Et il n’a pas eu peur de mettre en discussion même la question brûlante de la primauté du pape.

Le document de base de la discussion à propos du rôle universel de l’évêque de Rome a été mis au point à Ravenne, en 2007, par une équipe conjointe d’évêques et de théologiens appelée "commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l’Église catholique romaine et l’Église orthodoxe" : ce document fut approuvé à l’unanimité des présents. Toutefois l’Église orthodoxe russe était absente de la rencontre de Ravenne, en raison d’un désaccord qu’elle avait avec le patriarcat œcuménique de Constantinople. Une absence qui pesait lourd, parce que l’Église russe représente de loin la partie la plus consistante de tout le monde orthodoxe.(…)

Les objections soulevées par l’Église russe lors de deux rencontres, l’une à Chypre en 2009 et l’autre à Vienne en 2010, furent assez nombreuses et assez graves pour freiner tout rapprochement entre les parties en présence (…). Et elle exprima également des critiques substantielles à propos du document de Ravenne, qui, dans son paragraphe 41, décrit de la manière suivante les points d’accord et de désaccord entre Rome et l'Orient :
"Les deux parties sont d’accord […] que Rome, en tant qu’Église qui 'préside dans la charité', selon l’expression de saint Ignace d’Antioche, occupait la première place dans la 'taxis' et que l'évêque de Rome était par conséquent le 'protos' parmi les patriarches. Toutefois, ils ne sont pas d’accord sur l’interprétation des témoignages historiques de cette période concernant les prérogatives de l’évêque de Rome comme 'protos', une question déjà comprise de différentes manières pendant le premier millénaire".

"Protos" est un mot grec qui signifie premier. Et "taxis" est l'organisation de l’Église universelle (…) .

En pleines fêtes de Noël [2013] pour l’Église catholique, le patriarcat de Moscou a rendu public un document dans lequel il réaffirme son désaccord avec le document de Ravenne et confirme à nouveau son refus total de reconnaître à l’évêque de Rome quelque pouvoir que ce soit – qui ne soit pas simplement "d’honneur" – sur l’Église universelle (…) : "Nous, les orthodoxes, sommes tous convaincus que, au cours du premier millénaire d’existence de l’Église, à l’époque où l’Église n’était pas divisée, la primauté de l’évêque de Rome, le pape, était reconnue. Toutefois il s’agissait d’une primauté d’honneur, dans l’amour, sans qu’il y ait une domination légale sur l’Église chrétienne tout entière. Autrement dit, selon notre théologie, cette primauté est d’ordre humain ; elle a été établie en raison du besoin de l’Église d’avoir une tête et un centre de coordination".

 Réf. Le veto russe contre François et Barthélemy

On ne peut pas être plus clair : deux ecclésiologies, et au-delà de celles-ci, deux cultures religieuses s’affrontent plus que jamais : l’une sensible (comme l’orthodoxie ou l’islam) à l’ordre des choses qui demeurent, l’autre (comme les protestantismes) à la mouvance de l’Esprit dans les consciences. Rome a su faire le milieu. Mais, par les temps qui courent au sein de l’Eglise romaine, beaucoup de catholiques sont aujourd’hui des orthodoxes inavoués et d’autres des crypto- protestants. JPSC  

07/01/2014

Abbaye du Barroux : un nouveau missel pour la forme extraordinaire

Missel-barroux-1.jpgLes Éditions Sainte-Madeleine de l'abbaye du Barroux viennent de publier un nouveau missel quotidien pour la forme extraordinaire.  Ce missel, qui existe en plusieurs coloris (noir, brun, bordeaux, bleu foncé), comprend 2640 pages et il est disponibile au prix de 49 €. Il a reçu l'imprimatur de l’archevêque d’Avignon, Mgr Jean-Pierre Cattenoz. Une très belle réussite éditoriale.  Philippe Maxence, rédacteur en chef du bimensuel « L’Homme Nouveau » a interrogé à ce sujet le  Père Hubert, cellérier de l'abbaye. Extraits.

« Vous venez de publier un nouveau missel pour la forme extraordinaire alors que vous en éditiez un depuis de longues années. Pourquoi ? Et combien d'années de travail celui-ci a-t-il demandé ?

Le missel des années 50 que nous avions réédité en 1990 – le seul dont nous ayons pu alors et jusqu’à présent obtenir les droits – présentait bien des imperfections. Nous n'avions pu y apporter que de minimes corrections, faute de posséder le texte sous format numérisé. Nous en avons vendu 40.000 tout de même !

Début 2011, après la réimpression du Missel vespéral grégorien, nous avons donc décidé de nous lancer dans la création de notre propre missel et avons établi la « feuille de route » des tâches à prévoir : texte latin à vérifier, traductions à revoir, introductions et commentaires divers à élaborer, notices du sanctoral à réviser, recueil de prières à élaborer, illustrations à réaliser… Chacun s'est ensuite mis au travail pendant un peu moins de trois ans. Près d’une quinzaine de personnes ont ainsi œuvré à la rédaction, aux relectures et aux corrections : Pères et Frères de l’Abbaye, Moniales de Notre-Dame de l’Annonciation, et mères de famille (la collaboration de laïcs garantissait que le missel serait bien adapté à son usage par tous)

 

Missel-brun.jpgMissel-bordeaux.jpgMissel-bleu.jpg

Lire la suite

03/01/2014

Un bon dossier sur Jésus

valeurs4021_001.jpgValeurs Actuelles a consacré un dossier à Jésus. Dominique Daguet le recense sur France Catholique :

J’ai reçu vers le 15 décembre le numéro double de Valeurs actuelles… dont une moitié est consacrée à Jésus ! Non pour nous faire croire qu’il n’a pas existé, ou qu’il n’est pas celui qu’il dit être ou qu’il n’a rien fait ce qu’il avait promis de faire : au contraire, les articles constituant cet ensemble abordent de nombreux sujets et forment un tout très objectif tout en étant à la gloire du Christ, ce dont on peut à la fois se réjouir et remercier l’hebdomadaire.

La couverture s’orne de l’un des plus beaux portraits du Christ peints par Rembrandt : si beau que certains ont pensé que le peintre avait pu être favorisé de visions, ce que les documents historiques ne suggèrent pas. Peu de peintres ont su s’approcher de si près de l’idée que l’on peut se faire du visage du « Fils de l’Homme » : même si le plus étonnant et le plus juste, le Visage qui se découvre sur la photographie en négatif du Linceul de Turin, n’a pas été l’œuvre d’une main d’homme…

J’ai attendu ce jour premier de l’année nouvelle pour découvrir ce dossier : au-delà de l’’entreprise journalistique, il me semble qu’il s’agit là d’un excellent témoignage qui a servi, certes, le propos initial avoué par Éric Branca, montrer à quel point Jésus fut le « personnage historique le plus important », mais l’a dépassé en permettant à quelques-uns de nos contemporains, que l’on n’attendait sans doute pas sur ce terrain, d’avouer la nécessité de la foi chrétienne en un temps où certains de nos dirigeants l’oublient, la disent obsolète, ‘’dépassée’’, parfois la bafouent en servant de faux dieux qui semblent de vrais démons…

Lire la suite sur FC

Le saint nom de Jésus (3 janvier)

Hymnus Hymne
Iesu, dulcis memória, 
Dans vera cordis gáudia : 
Sed super mel, et ómnia, 
Eius dulcis præséntia.
Jésus ! Nom de douce souvenance, 
qui donne au cœur les joies véritables ; 
mais plus suave que le miel et toutes les douceurs, 
est la présence de Celui qui le porte.
Nil cánitur suávius, 
Nil audítur iucúndius, 
Nil cogitátur dúlcius, 
Quam Iesus Dei Fílius.
Nul chant plus mélodieux, 
nulle parole plus agréable, 
nulle pensée plus douce, 
que Jésus, le Fils de Dieu.
Iesu, spes pœniténtibus, 
Quam pius es peténtibus ! 
Quam bonus te quæréntibus ! 
Sed quid inveniéntibus ?
Jésus ! espoir des pénitents, 
que vous êtes bon pour ceux qui vous implorent ! 
bon pour ceux qui vous cherchent ! 
Mais que n’êtes-vous pas pour ceux qui vous ont trouvé !
Nec lingua valet dícere, 
Nec líttera exprímere : 
Expértus potest crédere, 
Quid sit Iesum dilígere.
Ni la langue ne saurait dire, 
ni l’écriture ne saurait exprimer 
ce que c’est qu’aimer Jésus ; 
celui qui l’éprouve peut seul le croire.
Sis, Iesu, nostrum gáudium, 
Qui es futúrus præmium : 
Sit nostra in te glória, 
Per cuncta semper sǽcula. Amen.

Soyez notre joie, ô Jésus, 
vous qui serez notre récompense : 
que notre gloire soit en vous, 
durant tous les siècles, à jamais. Amen.

Hymne attribué à saint Bernard de Clairvaux (XIIe siècle)

02/01/2014

Fêtez les Rois à l'église du Saint-Sacrement à Liège

EGLISE DU SAINT-SACREMENT

1316118213bmx.jpg

Boulevard d’Avroy, 132 à Liège

SAMEDI 4 JANVIER 2013 A 17 HEURES

MESSE SOLENNELLE DE L’ÉPIPHANIE 

Adoration Mages_08.jpg

avec le concours de la 

CHORALE SAINTE-JULIENNE 

et ses petits chanteurs verviétois

 307743084.JPG  

marga.jpg13_05_11_16-45-00-border.jpg

Direction : Margaret Scott-Todd 

Orgue : Patrick Wilwerth 

MISSA BREVIS  À QUATRE VOIX MIXTES 

DE WOLFGANG AMADEUS MOZART  (1756-1791)  

MOTETS POPULAIRES, ANCIENS ET CLASSIQUES POUR LE TEMPS DE NOËL 

 (XIIIe – XXe siècles)  

PROPRE GRÉGORIEN DE LA FÊTE

epiphanie1.gif

FÊTEZ LES ROIS 

le samedi 4  janvier 2014  à 17 heures  

à l’église du Saint-Sacrement, au boulevard d’Avroy, 132 à Liège:

P1000009.JPG 

La procession des rois mages à la crèche suivie de la solennité de l’Épiphanie célèbre la manifestation du Christ comme Lumière du monde, attirant à Elle tous les peuples de la terre. 

Le programme des chants liturgiques alternera la polyphonie de la Missa Brevis K 192  à quatre voix mixtes de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), le propre grégorien de la fête et sept chorals ou motets anciens pour le temps de noël : Adeste fideles (dont les origines remontent au XIIIe s.), In dulci jubilo (XIVe s., arr. Réginald Jacques), Cantate Domino (Giuseppe Ottavio Pitoni 1657-1743), Hodie Christus natus est  et O Magnum Mysterium (Francis Poulenc, 1899-1963). A la sortie : The three kings (Peter Cornelius, 1824-1874)

 La Chorale Sainte-Julienne de Verviers est un ensemble vocal de jeunes musiciens verviétois dirigé par l’écossaise Margaret Scott-Todd, professeur de musique et pianiste formée à Londres, Paris et Budapest. Au cours de sa carrière de concertiste européenne, Margaret Scott a notamment obtenu un prestigieux prix Mozart avec le concerto K 488 diffusé sur les ondes de la BBC. Patrick Wilwerth est professeur d’orgue au conservatoire de Verviers.   

Après la messe, célébrée selon le missel romain de 1962, l’assistance est invitée à partager la galette des rois et ses vœux pour l’année nouvelle dans la salle de musique attenante au sanctuaire. 

gui-3.jpg

Renseignements : tél.04.344.10.89

ou http://eglisedusaintsacrementliege.hautetfort.com

 

30/12/2013

Pour préserver la fonction actuelle de la chapelle des capucins à Mons

Une pétition adressée à Nicolas Martin Bourgmestre f.f. de la Ville de Mons pour préserver la fonction actuelle de la chapelle des Capucins a été lancée sur le Net; en voici le lien :

http://www.change.org/fr/pétitions/nicolas-martin-bourgme...

Voilà pourquoi, nous dit son promoteur, c'est important:

5 raisons principales :

  1. PATRIMOINE. Depuis 1650, la renommée de N_D de Belle Dilection dépasse largement les frontières de la Ville de Mons. Le lieu spirituel est renseigné dans de nombreux sites Internet. http://notredamedesneiges.over-blog.com/article-34406696....
    http://www.clarissesval.ca/Celebrations franciscaines.htm
    http://monasteresigolsheim.free.fr/include/Saint/pop.php?...
  2. MONS 2015. La chapelle est témoin privilégié de l'entrelacement de l'histoire locale et de l'histoire universellehttp://users.skynet.be/capucins-mons/histoire.htm#LES CAPUCINS A MONS DEPUIS 1863. Un tel site historique ne mérite-t-il pas son maintien dans ses conditions d'origine ?
  3. MONTOIS. Les Montois  sont attachés à cette chapelle comme le montre le reportage de Télé MB d'octobre 2013 : http://www.telemb.be/06-09-2013-mons-la-chapelle-des-capu...;
  4. VIVANT. La chapelle vit. Un lieu de culte vivant (chapelle pleine chaque dimanche matin) et fréquentation en semaine par une communauté de fidèles.
  5. SOCIAL. Les gens du peuple viennent y trouver un réconfort spirituel en confiant leurs peines à l'image de Notre Dame de Belle Dilection qui y est vénérée.

Pour signer la pétition : cliquer ici.

24/12/2013

Un enfant nous est né

Puer natus est nobis, et filius datus est nobis : cujus imperium super humerum ejus : et vocabitur nomen ejus magni consilii Angelus.

Un enfant nous est né, un fils nous est donné ; la souveraineté est sur son épaule. On l'appellera du nom d'envoyé du Grand Conseil.

"Le texte du chant de l'Introït est extrait de l'une des grandes prophéties d'Isaïe annonçant le mystère de l'Incarnation, comme nous en avons entendu plusieurs au temps de l'Avent.
La souveraineté sur son épaule évoque l'instrument par lequel il régnera, c’est-à-dire la Croix. Quant au Grand Conseil dont il est l'envoyé, c'est le grand dessein de la Sainte Trinité de sauver tous les hommes. Le texte d'Isaïe continue d'ailleurs par d'autres qualificatifs que l'on retrouve à d'autres moments de la liturgie de Noël, notamment à l'Introït de la messe de l'aurore. Il contraste singulièrement avec la faiblesse et la modestie de ce tout petit enfant : " Conseiller admirable, Dieu fort, Prince de la Paix, Père du siècle à venir. "
La mélodie exprime à merveille la joie légère de Noël. Elle s'élance dès le début en un grand élan enthousiaste, puis elle s'apaise en une contemplation amoureuse, se nuançant d'un brin de mélancolie à l'évocation de la Croix, et elle s'achève par l'affirmation solennelle de la qualité de celui qui nous est envoyé. Cet Introït est accompagné du premier verset du psaume 97 que nous allons retrouver au Graduel et à la Communion : 

Cantate Domino canticum novum quia mirabilia fecit 
Chantez au Seigneur un cantique nouveau car il a fait des merveilles.

Commentaire extrait de Una Voce

Noël 2013 à Liège

etoile_noel.jpg 

P1000009.JPG

en grégorien et en polyphonie ancienne

Église du Saint-Sacrement

(Boulevard d’Avroy, 132) 

MERCREDI 25 DÉCEMBRE  

goes01 Goes.jpg

10h00, messe du jour de noël en latin (missel de 1962) 

Propre grégorien de la messe « Puer natus est »

Kyriale IX « cum jubilo »

Noëls polyphoniques anciens

« Gaudens in Domino » (conduit diaphonique, XIIe s.)

 et  « In dulci iubilo » (motet att .à Henri Suso, circa 1328).

Hymne « Adeste fideles » (XIIIe s.)

par

la Schola du Saint-Sacrement et Michèle Viellevoie, soprano solo

A l’orgue : Patrick Wilwerth

11h15, messe du jour de noël, en français (missel de 1970)

Chants grégoriens et motets de noël. Mutien-Omer Houziaux (orgue)

et Octavian Morea (violoncelle)

(à noter aussi: adoration et confessions le mardi 24 décembre de 17 à 19h)

Lire la suite

22/12/2013

IVe simanche de l'Avent : Rorate caeli desuper

Rorate caeli desuper,
et nubes pluant iustum:
aperiatur terra,
et germinet Salvatorem.
Ciel, répands ta rosée!
Nuées, faites pleuvoir le Juste.
Terre, ouvre-toi,
que germe le Sauveur.

 

18/12/2013

Veni, Veni Emmanuel

Zoltán Kodály

L'Accroche-Choeur, Ensemble vocal Fribourg

 

Veni, veni Emmanuel, Hymne de l'Avent des anciens livres liturgiques français - texte et mélodie du XVIIIème siècle, polyphonie adaptée d’après Zoltan Kodaly (1882 + 1967) – cet hymne énumère les 7 noms divins chantés par les grandes antiennes d’O, antiennes qui se chantent aux Magnificat des vêpres des 7 derniers jours avant Noël.

1. Veni, veni Emmanuel,

Captivum solve Israël,

Qui gemit in exilio,

Privatus Dei Filio.

R/. Gaude ! Gaude !

Emmanuel nascetur pro te Israël.

Viens, viens Emmanuel

Libère Israël captif

Qui gémit en exil

Privé du Fils de Dieu

Réjouis-toi, réjouis-toi,

l’Emmanuel naitra pour toi Israël.

Lire la suite