Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2014

Namur en mai : messe artistique et cadre traditionnel

2bad39ee-e9a3-11e3-a8c8-920eb2b15da6_original.jpg.h380 (2).jpgLa messe des artistes a été remise au programme de Namur en mai pour la 2e fois. Le rendez-vous était à l’église Saint-Loup. Extrait de "Vers l'Avenir":

"Le marteau de taille de Bernard Tirtiaux a résonné hier matin à l’église Saint-Loup. Il n’était pas le seul artiste à avoir investi ce lieu de prière: chanteurs, accordéoniste, flûtiste, guitariste et même un joueur de cornemuse ont participé à la messe des artistes organisée dans le cadre de Namur en mai.

La célébration dominicale était donc plus originale que les messes traditionnelles grâce aux prestations principalement musicales des artistes présents. Mais pour le père Charles Delhez, aumônier de l’Université de Namur, qui célébrait l’office, la particularité de la célébration ne se trouve pas uniquement dans cette invitation de l’art dans l’église. «L’originalité de cette messe, c’est qu’elle ne rassemble pas seulement des pratiquants. D’autres personnes qui ne sont pas croyantes y participent aussi. »

Du chapiteau à l’église Saint-Loup

Ce sont Dominique Ferir, le Père Charles Delhez et Jean-Félix et Nathalie Tirtiaux qui ont décidé de remettre la messe des artistes au programme l’an dernier. Ceux qui étaient présents se souviennent d’un office haut en couleur sous chapiteau avec notamment des jongleurs et pas mal de passage. Cette année, artistes et assemblée se sont installés dans un lieu plus traditionnel, l’église Saint-Loup.

À la fin de la célébration, le père Charles Delhez et le président du festival Michel Binstok étaient d’accord pour dire que la messe sous chapiteau correspondait plus à l’esprit du festival Namur en mai. «Ici, à l’église Saint-Loup, des siècles sont rassemblés dans les pierres, commente le père Charles Delhez. C’est un lieu fort en histoire. Mais pour être franc, j’aimais beaucoup le chapiteau. » Et Michel Binstok d’ajouter: «On retrouvait plus l’esprit saltimbanque l’an dernier. »

Que ce soit sous chapiteau ou dans l’église, la messe des artistes semble bien réinstaurée au programme de Namur en Mai."

Ref. Namur en mai : messe artistique et cadre traditionnel

 Nous connaissons tous ce genre de célébrations « créatives », avec ou sans talents artistiques, c'est selon. La question qui importe est toujours la même : qui célèbre-t-on exactement ? JPSC 

Sacré Charlemagne !

katschhof-joerg-hempel.jpgTrois expositions à  Aix-la-Chapelle en 2014

Aachen en Rhénanie-Westphalie du Nord

Le 28 janvier 814, Charlemagne (Karl der Große) mourait à Aix-la-Chapelle. À l'occasion du 1200e anniversaire de sa mort, la ville d'Aix-la-Chapelle propose du 19 juin jusqu'au 21 septembre 2014 trois expositions pour découvrir sa vie et ses exploits.

Charlemagne. Pouvoir, Art, Trésors

Karlsbueste-Andreas-Herrmann.jpgLe roi des Francs et des Lombards, devenu un empereur d'Occident en l'an 800, est considéré comme un personnage historique fondateur tant en France qu'en Allemagne. Il fut l'un des précurseurs de l'Europe. L'empire qu'il a bâti s'étendait de l'Elbe aux Pyrénées et de la mer du Nord au centre de l'Italie. C'est de sa partition que naîtront au fil de l'histoire des pays comme la France, l'Allemagne, mais aussi les pays de l'actuel Benelux ou encore l'Italie. Charlemagne a introduit une réforme de l’éducation qui est qualifiée de "Renaissance carolingienne" depuis le 19e siècle. Sous son règne, la culture et le patrimoine culturel de l’Antiquité ont été redécouverts et régénérés. Charles fit venir de nombreux savants à sa cour et il encouragea la création d’écoles dans les abbayes et les évêchés. L’engagement de Charlemagne au profit de l’éducation, de la littérature et de l’art sont à l’origine de la culture européenne. Il créa également une administration avec une législation et une monnaie uniques. L'exposition présente de nombreux trésors artistiques et historiques de l'époque carolingienne venus de nombreux musées, tant allemands, tant étrangers en plus des trésors qu'Aix-la-Chapelle, la capitale de Charlemagne abrite déjà : La cathédrale, le tombeau de Charlemagne, la salle du couronnement de l'Hôtel de ville d'Aix-la-Chapelle ou encore le Centre Charlemagne.

Informations pratiques

Lieux d'exposition 

Krönungssaal Rathaus / Salle du couronnement de l'Hôtel de Ville
Aachener Rathaus, Markt 

"Lieux de pouvoir"
L'exposition retrace la vie de la cour de Charlemagne à l'époque carolingienne.

Centre Charlemagne
Le Centre Charlemagne a ouvert ses portes dès le 14 janvier 2014, l'exposition aura lieu à partir du 19 juin 2014.
Katschhof (entre Hôtel de Ville et Cathédrale)
"L'art sous Charlemagne"
Des ivoireries, orfèvreries et manuscrits d'une valeur inestimable de l'époque carolingienne et es œuvres d'art provenant de l'École Palatine" de Charlemagne.


Domschatzkammer / Trésor de la cathédrale
Johannes-Paul-II.-Straße
"Trésors perdus"
Certains objets du trésor de la cathédrale d'Aix-la-Chapelle datent de l'époque de Charlemagne comme sarcophage dans lequel Charlemagne fut inhumé.

Expositions du 19 juin jusqu'au 21 septembre 2014

Prix d'entrée

Pour les trois expositions

Adultes : 14 €
Tarif réduit : 10 €
Carte famille : 32 €

Horaires d'ouverture

Tous les jours de 10 à 18 heures
Jeudi de 10 à 21 heures

Point Info Haus Löwenstein 
Markt 39 
Ouvert tous les jours 
de 10 à 13 et de 14 à 18 heures
www.karldergrosse2014.de 
www.route-charlemagne.eu

Ref. ici : Sacré Charlemagne Trois expositions à Aix-la-Chapelle en 2014

JPSC

Le règne de Charlemagne était aussi au coeur de la "nuit de la cathédrale" de Liège learton5 (1).png samedi 31 mai, avec une conférence intéressante de Florence Close, chargée de cours à l'Université de Liège. Le règne de Charlemagne fut, entre autres,  celui de l'efflorescence d'un chant liturgique nouveau, né de la fusion des psalmodies gallicanes et romaines: le chant grégorien. Pour la circonstance les vêpres et les complies qui encadraient la soirée lui ont été entièrement dédiées, avec le concours d'une quinzaine de choristes issus de l'académie belge de chant grégorien http://www.gregorien.be

29/05/2014

En marche pour la Chrétienté

Lu sur le blog du bimensuel « L’Homme Nouveau » :

« Du 7 au 9 juin, Notre-Dame de Chrétienté organise son 32e pèlerinage de Pentecôte de Notre-Dame de Paris à Notre-Dame de Chartres. Entretien avec Jean de Tauriers sur ce pèlerinage 2014, en cette année du 800e anniversaire de la naissance de saint Louis.

Qu’est-ce que le pèlerinage de Chartres ?Affiche-NDC-2014.jpg

Depuis trente-deux années, Notre-Dame de Chrétienté organise le plus grand pèlerinage européen pendant la Pentecôte, du samedi au lundi. Ce pèlerinage est traditionnel par l’exclusivité de la forme extraordinaire célébré pendant les trois jours mais aussi par l’enseignement donné à contre-courant du relativisme ambiant. Le pèlerinage est aussi de chrétienté parce que nous voulons mettre Jésus-Christ au centre de la société comme nous l’a demandé le Pape François en la fête du Christ-Roi.

Pourquoi un pèlerinage de chrétienté ?

Tout l’enseignement de l’Église nous demande de promouvoir la chrétienté, le Catéchisme de l’Église Catholique nous le redit très clairement. Nous en parlerons beaucoup pendant le pèlerinage 2014, l’année du 800eanniversaire de la naissance de saint Louis, le modèle du roi chrétien. Aujourd’hui, défendre la chrétienté, c’est défendre la vie, l’éducation et la famille. Nos pèlerins sont au premier rang de tous ces engagements dans la société et nous pensons que Notre-Dame de Chrétienté en a pris sa part en formant des générations de pèlerins et en priant pour la France.

En quelques mots, que se passe-t-il au pèlerinage ?

Le plus simple est de venir ! Tout commence le samedi 7 juin à partir de 5 h 30 devant Notre-Dame de Paris où vous avez rendez-vous au petit matin. Le pèlerinage de Chartres est une retraite spirituelle marchante de trois jours sur 100 km. Les pèlerins sont regroupés en 150 chapitres (enfants, famille, pastoureaux ou adultes) pour prier, chanter, méditer. L’accompagnement spirituel est donné par des prêtres séculiers ou religieux, principalement des communautés dites Ecclesia Dei mais de nombreux prêtres diocésains amis viennent également nous aider. La messe selon la forme extraordinaire est un magnifique instrument d’évangélisation. Chaque année nous en constatons les fruits avec les vocations, les conversions, les nombreuses confessions.

Pratiquement, comment s’inscrit-on ?

Les inscriptions sur notre site (www.nd-chretiente.com) sont ouvertes depuis le 13 avril. Cette année, pour favoriser la venue des familles de province, nous avons fait un gros effort pour diminuer autant que possible les tarifs. On peut aussi faire le pèlerinage dans l’organisation où plus de 600 personnes sont mobilisées. Nos besoins sont immenses, le pèlerinage c’est une colonne marchante, deux bivouacs, toute une logistique pour près de 10 000 personnes.

 D’où viennent vos pèlerins ?

Des paroisses desservies par les communautés Ecclesia Dei bien sûr mais la notoriété va bien au-delà. Un bon nombre de pèlerins découvrent la messe traditionnelle au pèlerinage et apprennent à en comprendre la spiritualité, la signification profonde. Cela devient vite un cours sur l’histoire de l’Église, de notre foi. Notre pèlerinage est une œuvre missionnaire et, pour certains, c’est la seule occasion de contact avec des séminaristes (plus d’une centaine), des prêtres, des familles, des catholiques fervents,… la chrétienté.

Des nouveautés en 2014 ?

D’abord notre thème « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre » qui nous permettra de revoir notre catéchisme avec le souci propre à Notre-Dame de Chrétienté de former en vue de l’action. Toujours dans la formation, pour aider les chapitres dans leur préparation du pèlerinage, Notre-Dame de Chrétienté a mis à disposition sur son site de courtes formations vidéo introduisant des sujets particuliers comme l’existence de Dieu, le mal, les lois immorales,… Enfin, Mgr Ail­let nous fait l’amitié de venir célébrer la messe de clôture du pèlerinage le lundi 9 juin à Chartres. C’est une très grande joie pour nous. Cette année nous lançons également un nouveau chapitre (les Anges gardiens) pour tous ceux qui ne peuvent se déplacer mais qui veulent faire le pèlerinage « à distance ». Ce chapitre réunira les prêtres ne pouvant venir, les religieux avec de nombreuses communautés déjà inscrites, les personnes âgées, les malades, les familles qui ne pourront se déplacer, des expatriés,… Ce chapitre incarne l’immense chaîne de prières de notre pèlerinage.

Comment peut-on vous aider ?

En vous inscrivant rapidement, en priant pour notre œuvre, en étant pèlerin « Ange gardien » si vous ne pouvez marcher, en nous aidant dans la logistique, en nous soutenant financièrement… Vous trouverez certainement un bon moyen de soutenir les pèlerins de Chartres. »

Ref. En marche pour la Chrétienté

Inscriptions. Se renseigner depuis la Belgique : +33. 1.  39 07 27 00 –information@nd-chretiente.com Retrouvez également le pèlerinage de Chrétienté sur www.nd-chretiente.com et découvrez ses vidéoformations.

Voici revenu le temps des processions

Ici à Horion-Hozémont, sur les hauteurs de Liège, le dimanche 18 mai dernier:

L’Ascension du Christ de Hans von Kulmbach

Emmanuelle Hénin, spécialiste de la peinture de la Renaissance, décrypte le célèbre tableau du peintre Hans von Kulmbach :

ASCENSION-CHRIST-HANS-VON-KULMBACH.jpg« Ils le virent s’élever et disparaître à leurs yeux dans une nuée ». Le langage symbolique de l’évangéliste (élévation, ciel, nuée) est pris en quelque sorte au pied de la lettre par le peintre : en peinture, la métaphore devient image visible. « Ils le virent » Le regard des apôtres est bien le sujet principal du tableau. Comme dans le texte, l’événement est présenté de leur point de vue. Avec Marie, ils forment un cercle, une chaîne de regards et de mains jointes : petite communauté soudée par la prière, la charité et l’attention à l’autre. Deux d’entre eux s’embrassent, d’autres s’étonnent, tant ils sont peu préparés au départ du maître, malgré les multiples annonces et le dernier discours d’adieu. Cette poignée d’hommes rustres n’a pas conscience de former le noyau de l’Église universelle, appelée bientôt à essaimer sur toute la terre. Humble et émouvante naissance de la chrétienté. « S’élever et disparaître à leurs yeux » Ils forment cercle autour d’un vide, que le peintre a placé au centre de son tableau pour signifier la disparition de Jésus : ce que contemplent les apôtres, c’est une absence. Depuis une montagne évoquant le mont Thabor de la Transfiguration, Jésus sort de leur champ de vision, selon une expérience que l’artiste a voulu faire partager au spectateur. « Dans une nuée » Au registre supérieur, le peintre a préféré élider la représentation du Christ en gloire pour insister sur la disparition et sur le désarroi des apôtres. La nuée tourbillonnante, la trouée lumineuse, le manteau rouge du Christ sont des signes suffisants de sa glorification. Loin d’abandonner les hommes, Jésus par son ascension unit la terre au ciel, élève la nature humaine en la faisant participer de la nature divine. Un jour, nous serons nous aussi assis à la droite du Père.

Hans von Kulmbach

Ce peintre ainsi appelé du nom de son village natal (1480-1522) est un des disciples les plus doués de Dürer, et travaille à ses côtés à Nuremberg à partir de 1500. Moins adroit que lui dans la peinture des visages et de la psychologie, il partage son sens subtil de la couleur, influencé par l’art de Venise. Il exécute surtout des dessins, des portraits et des tableaux religieux, et s’inspire parfois des compositions du maître. C’est le cas pour cette Ascension, qui reprend précisément le schéma d’une gravure de la Petite Passion (1511) : cette façon de montrer seulement les pieds du Christ apparaît au VIe siècle et perdure jusqu’à la fin du Moyen Âge.

Sur le site web de "La Vie", ici: L’Ascension du Christ de Hans von Kulmbach

 JPSC  

28/05/2014

Nuit de la Cathédrale à Liège, le samedi 31 mai 2014

 

arton5 (1).pngVoici le programme. A noter que cette « nuit » sera encadrée par deux temps de prière de l’office liturgique chantées par une quinzaine de chantres membres de l’académie de chant grégorien (dir. Gérald Messiaen): les vêpres à 18h00 et les complies à 22h15. Des livrets seront mis aussi à la disposition des fidèles. L’une et l’autre de ces deux liturgies seront présidées par le chanoine Joseph Bodeson

Lu sur le site web du diocèse de Liège:

« Une «Nuit de la Cathédrale» dans le cadre des journées «Églises ouvertes», soit le samedi 31 mai de 18 à 23h30:

Cette « nuit de la Cathédrale » s’inscrit dans le cadre des animations « Églises ouvertes ». Celles-ci ont lieu le 1er week-end de juin. Cette année, nous désirons mettre à l’honneur la figure de Charlemagne dont nous célébrons le millénaire de sa mort.

Madame Florence Close, chargée de cours à l’ULg, nous donnera à percevoir la relation que Charlemagne a entretenue avec l’Église de son temps. Il y aura aussi une exposition des dessins préparatoires aux vitraux de la nef centrale, une présentation d’une dizaine de sculptures d’Honneger, maître-verrier des nouveaux vitraux, des chants grégoriens, de la musique d’orgue et de la musique dans le cloître ou dans les jardins de la Cathédrale. Ce sera également l’occasion de s’initier à l’écriture de la minuscule caroline sans oublier de visiter le Trésor de Liège. Une place est laissée à la prière et à l’adoration.

La richesse du programme précisé ci-dessous nous invite à ne pas manquer cet événement qui allie mémoire, traditions et ouverture à l’art contemporain.

Au programme de la "Nuit":

18h-19h30: duo de jazz sur le parvis de la Cathédrale.

 18h: Prière du soir animée par une chorale grégorienne dirigée par Gérald Messiaen.

 18h-21h: Visite du Trésor.

 18h30-20h: Atelier de calligraphie médiévale.

 18h45-20h: Animation musicale dans le cloître: Quatuor à cordes.

 20h: conférence par Madame Florence Close, chargée de cours à l’ULg: Charlemagne et l’Église de son temps.

 21h-22h: Animation musicale par Il Festino. Autour de Schütz, Dowland, Monteverdi, Haendel. Orgue: Joëlle Sauvenière.

 21h-22h: adoration avec les Chemins vers l’Emmanuel (chapelle du Chapitre).

 22h15-22h30: Prière de la Nuit, chorale grégorienne dirigée par Gérald Messiaen.

 Exposition: Honegger, autour des nouveaux vitraux.

 Information : une organisation du Conseil « Cultures, Cité et Église ». Contact : 04 223 73 93 – l.wers@liege.catho.be " 

A noter aussi, le site web de l’académie de chant grégorien http://www.gregorien.com/cours.html

 JPSC

23/05/2014

Ce samedi 24 mai: Plain-Chant sur Liège

 

cours 2011-2012 042.JPG

Ce samedi 24  mai, deux églises accueillent au cœur de Liège la XI journée du Plain-Chant.

Les voix de l’Académie de Chant grégorien (dir. Stéphan Junker) dialoguent cette fois avec la polyphonie baroque de l’Ensemble Artemiss (dir. Bénédicte Messiaen).

À  16 heures, concert en l’église des Bénédictines (Bd d’Avroy, 54) : le plain-chant des liturgies royales de la fin du moyen âge aux temps modernes et le Miserere à trois voix de Louis-Nicolas Clérambault (1676-1749).

À 18 heures, en l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132), grande messe votive du Christ-Roi, avec la Messe Royale du 1er ton du Liégeois Henry Du Mont (Looz, 1610-Paris 1684), des motets de François Couperin (1668-1733) et le Magnificat parisien  du 6e ton royal à quatre voix mixtes (ms 1739).

Aux orgues Le Picard (XVIIIe s.) des Bénédictines et Thomas du Saint-Sacrement : Patrick Wilwerth et Eric Mairlot.

Réception à 19h00. Entrée libre à toutes les manifestations. Renseignements : e-mail  sursumcorda@skynet.be . Tél. 04.344.10.89 .

Site web : http://eglisedusaintsacrementliege.hautetfort.com

21/05/2014

En marge du prochain voyage papal : l’accord économique, pomme de discorde entre Israël et le Saint-Siège

Depuis 1993, un accord économique est en négociation entre Israël et le Saint-Siège pour régler des questions de propriété et de fiscalité. Mais les discussions traînent en longueur, butant entre autres sur le refus d’Israël de restituer à l’Église des biens confisqués en 1948. Il est improbable que la prochaine visite du pape suffise à arranger les choses. Les Israéliens n’ont pas la réputation d’être accommodants  sur ce type de dossiers…

JPSC

Extrait de l’article paru dans le journal « La Croix » sous la signature de Anne-Bénédicte Hoffner :

En 1993, le Saint-Siège avait officiellement reconnu Israël et tous deux avaient établi des relations diplomatiques. Quatre ans plus tard, Israël reconnaissait la personnalité juridique de l’Église catholique en Terre sainte. Mais il reste toujours à se mettre d’accord sur le volet économique de l’Accord fondamental de 1993 : malgré des rendez-vous fréquents, suivis de communiqués systématiquement encourageants, les négociations traînent en longueur.

En cause : la restitution de certains biens immobiliers revendiqués par l’Église, et le statut fiscal de ses propriétés. Alors qu’Israël avait accepté, en 1948, de continuer à appliquer les accords de Mytilène (1901) passés avec l’Empire ottoman et exonérant les institutions chrétiennes de taxe foncière locale, l’État hébreu souhaite aujourd’hui remettre en cause cette exemption. Depuis quelques années, de nombreuses communautés religieuses – y compris à Jérusalem-Est, annexée depuis 1967 – reçoivent des factures, incluant souvent des années d’arriérés, auxquelles, pour le moment, elles ne donnent pas suite. À mots couverts, elles assurent que la présence de plusieurs d’entre elles serait menacée par le paiement de cette taxe.

Protectrice des communautés catholiques et des Lieux saints en Israël et en Palestine, la France plaide pour que « l’accord économique avec le Saint-Siège ne porte pas atteinte à ces droits anciens », comme l’a récemment rappelé le conseiller aux affaires religieuses du ministère des affaires étrangères, Roland Dubertrand, lors d’un colloque à l’Université catholique de Lyon. « Mais les Israéliens, eux, veulent renégocier un accord ex nihilo », constate une source catholique. Ils craindraient notamment que cette exemption ne crée un précédent, encourageant d’autres organisations religieuses à exiger le même avantage.

Quels sont les points litigieux ?

« Les discussions sur le volet fiscal sont presque achevées », assure ce responsable catholique. Seuls les accueils de pèlerins devraient continuer à être exemptés de taxe. Mais il reste à trouver les critères permettant de les distinguer des hôtels pour touristes : le prix de la chambre ? Les heures d’ouverture ? Une télévision dans les chambres ? Il est en tout cas déjà entendu que le centre Notre-Dame de Jérusalem, racheté en 1990 par les Légionnaires du Christ, sera considéré comme hôtel.

Les négociations les plus vives portent sur la restitution à l’Église de plusieurs bâtiments. Le cas du Cénacle de Jérusalem, lieu du dernier repas de Jésus avec les apôtres et de la Pentecôte, est emblématique : restauré par les Franciscains en 1335 et aujourd’hui englobé dans un bâtiment de deux étages – abritant une synagogue réputée abriter le tombeau du roi David –, il peut se visiter mais tout culte y est interdit.

À la rumeur d’une restitution à l’Église catholique, des juifs ultra-orthodoxes y ont récemment manifesté, appelant le pape « à rester à Rome »…

Dans un article publié lundi 19 mai, Zion Evrony, ambassadeur d’Israël près le Saint-Siège, assure au quotidien Haaretz que « l’État d’Israël n’a pas l’intention de transférer la souveraineté ou la propriété du Cénacle ou tout autre bâtiment sur le Mont-Sion au Vatican » même si le pape François y a été exceptionnellement autorisé à y célébrer une messe, lundi à 17 heures. (…).

Ref. L’accord économique, pomme de discorde entre Israël et le Saint-Siège

 

17/05/2014

Plain Chant sur Liège le samedi 24 mai 2014

 

LES VOIX DU PLAIN-CHANT

ET DE LA POLYPHONIE BAROQUE

L’histoire du plain chant  ne s’arrête pas avec l’âge d’or du grégorien (VIe-VIIIe s.), ni avec l’invention de l’organum et de la polyphonie. Au siècle même de Louis XIV, le gallicanisme inspire des plains chants qualifiés parfois de baroques dont certaines œuvres sont demeurées populaires jusqu’au XXe s.,  comme le salve regina  oratorien ou les messes royales du Liégeois Henry Du Mont (1610-1684) : une littérature modale écrite avec un savoir faire qui mérite le détour. 

 

format_web.jpg

format_web2.jpg

 

Programme du concert

 

0001268aa.jpg 

(16h, église des Bénédictines, Bd d’Avroy, 54)

Académie de chant grégorien:

Plain chant des liturgies royales

Introït « Ecce advenit » (fête des rois mages) • Alleluia « Potestats eius » (fête du Christ-Roi) • Offertoire « Posuisti » (couronnement des martyrs) • Antienne « Sancte martyr » (office de la fête du rois saint Olav de Norvège) • Antienne ad magnificat « Preciosus martyr » (vêpres de la fête du roi saint Olav de Norvège)

Sanctus, Agnus Dei et Ite missa est de la « Messe Royale » du 1er ton (Henry Du Mont, 1669) 

« Magnificat » du 6e ton royal en faux-bourdon,liturgie parisienne, 1739 (ci-dessous, interprété par le choeur de Notre-Dame de Paris, avec Pierre Cochereau aux grandes orgues:) 

 

 

Patrick Wilwerth à l'orgue "Le Picard"  (1737)

oeuvres baroques 

Ensemble vocal "Artemiss" et Eric Mairlot à l’orgue:

«Miserere» à trois voix de Louis-Nicolas Clérembault (16376-1749) 

 

 Programme des chants de la messe 

 

0005510aj.jpg 

(18h, église du Saint-Sacrement, Bd d'Avroy, 132) 

Académie de chant grégorien: 

Propre grégorien de la messe « Dignus est Agnus » en l’honneur du Christ-Roi

Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus, Agnus Dei de la « Messe Royale » du 1er ton d’Henry Du Mont (Looz 1610 – Paris 1749)

« Magnificat » du Ton Royal (Paris, XVIIe s.) 

Ensemble vocal « Artemiss » et Eric Mairlot à l’orgue :

Trois Motets

 « Jubilemus, exultemus » et « consacrons nos airs » de François Couperin (1668-1733) • « Benedicam Dominum » d’Henry Du Mont (1676-1749) 

Patrick Wilwerth: 

à l’orgue Thomas du Saint-Sacrement 

La messe sera célébrée selon le missel de 1962 

 

 Les acteurs musicaux de la journée 

  

3760014190506_600.jpgFondé en 2002 à Louvain-la-Neuve, l’Ensemble Vocal féminin Artemiss est initialement dirigé par Charlotte Messiaen qui dirige aussi l’Ensemble Vocal du Brabant-Wallon, dont les choristes sont issues pour la plupart. Quelques unes d’entre elles chantent ensemble depuis plus de vingt ans et les projets ponctuels qu’elles animent (mariages, concerts) entretiennent ce plaisir toujours renouvelé de se retrouver autour du chant. Elles ont eu la chance d’être accompagnées ou de recevoir les conseils de James Ottaway, Jacques Willemyns, Sébastien van Bellegem, Fabien Moulaert ou encore Nicolas Achten. Aujourd’hui, c’est Bénédicte Messiaen qui a repris la direction de l’Ensemble.

Cliquez ici pour afficher artemiss.

 mairloteric.jpgNé à Liège en 1968, Éric Mairlot étudie l’orgue aux Conservatoires royaux de Bruxelles et Liège avec Hubert Schoonbroodt et Anne Froidebise. Il y obtient plusieurs Premiers Prix ainsi qu’un Diplôme Supérieur d’orgue.

Licencié en musicologie de l’Université Libre de Bruxelles, il a collaboré de 1993 à 1995 à l’Inventaire des Orgues de Wallonie.

De 1996 à 1999, il a travaillé à la Bibliothèque royale Albert Ier de Bruxelles. Depuis 2000, il est rédacteur des programmes de salle de l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège (OPRL) et chargé de programmation. En 2005, il a pris part à l’inauguration du grand orgue Schyven (1888) restauré de la Salle philharmonique de Liège, et en 2007, a joué la Symphonie « avec orgue » de Saint-Saëns avec l’OPRL en Suisse (Zurich, Berne et Genève). Depuis 2010, il est organiste titulaire du grand orgue Schyven (1884) de l’église royale Saint Jacques-sur-Coudenberg à Bruxelles, église principale du diocèse aux Forces armées belges. Depuis janvier 2013, il est également assistant bibliothécaire de l’OPRL.

L’Académie de Chant grégorien

13_05_11_18-07-24_DxO-border.jpgest présente à Liège depuis 2003.  Elle y a accueilli plus de trois cents élèves dans les cycles de cours qu’elle organise chaque année dans les locaux de l’église du Saint-Sacrement au Boulevard d’Avroy. À Bruxelles et à Louvain-la-Neuve, l’académie organise aussi des cycles de cours ouverts tant aux débutants qu’aux persévérants, ainsi que des week-ends consacrés à des formations thématiques de perfectionnement dont la direction est  confiée aux meilleurs spécialistes belges et étrangers. A Liège, les cours sont animés par Stéphan Junker, avec le concours de Gérald Messiaen.  

Stephan Junker

13_05_11_16-42-30_DxO-border.jpgest  licencié en philologie classique de l’Université de Liège et diplômé du conservatoire de Bruxelles, où il fit partie de la classe de Jules Bastin. Il est titulaire d’une classe de chant au conservatoire de Verviers.

 Stéphan Junker dirige aussi le choeur de la cathédrale Saint-Paul à Liège

 

Patrick Wilwerth

025.JPGorganiste, compositeur, professeur d’orgue au conservatoire de Verviers et dans plusieurs académies de la région liégeoise, est diplômé des Conservatoires royaux de Liège et de Bruxelles où il fut l’élève et le disciple d’Hubert Schoonbroodt. Outre ses activités dans le domaine de l’orgue et de la composition, Patrick Wilwerth a fondé en 1994 le chœur de chambre "Praeludium" et a été nommé en 1993, directeur artistique du chœur universitaire de Liège.

Patrick Wilwerth est titulaire des orgues de l'église du Saint-Sacrement à Liège

Entrée libre à toutes les manifestations.

Renseignements : e-mail sursumcorda@skynet.be ou tél. 04.344.10.89

voir aussi: http://eglisedusaintsacrementliege.hautetfort.com

 

15/05/2014

Ne désacralisons pas nos églises !

Les amis de l’église Sainte-Catherine à Bruxelles ne désarment pas :

téléchargement (8).jpg

« Chers amis,

 Pour vous remercier de votre soutien et engagement à nos côtés

Pour la joie de mieux se connaître et de « fraterniser »

Pour faire le point de la situation actuelle et discerner quid pour la suite,

Pour vous partager un nouveau grand projet

… et surtout, pour rendre grâce à Dieu et tout remettre en Lui,

Nous vous invitons à une 

rencontre fraternelle 

dimanche 25 mai 

Lieu :

Maison Saint-Nicolas*

Place Saint-Nicolas, 28

1120 Bruxelles 

Horaire :

12 h : Célébration Eucharistique

13 h : Buffet convivial (mise en commun de nos préparations diverses**)

14h : Partage communautaire

16h (Pour ceux qui le veulent/peuvent) Chapelet mensuel pour la Belgique, à la crypte royale de ND de Laeken (5 minutes en voiture ; 10 min en vélo) avec l’équipe porteuse de ce projet 

A la joie de vous y retrouver tous ! 

Pour les Amis de Sainte-Catherine et Amis des églises 

Véronique et Pierre Hargot 

PS : Réponse vivement souhaitée

* : la Maison Saint-Nicolas est la maison communautaire de la Fraternité de quartier que nous avons fondé il y a 25 ans. Cfr www.fraternitesaintnicolas.be

La messe y est célébrée plusieurs fois par semaine à défaut de pouvoir la célébrer dans l’église désacralisée qui lui fait face… Merci pour votre indulgence devant la pauvreté des lieux…

** : des plats en suffisance seront préparés pour ceux qui n’auront pas le temps de les préparer.

Dans ce cas, signalez le nous si possible.


 Tel : +32 2 268 74 93

GSM : +32 478 31 33 45

08/05/2014

Procession de la Fête-Dieu dans le diocèse de Namur: Waltzing (Arlon)

1800857_1423188967820856_1181453317_n.jpg

JPSC

Non à la désacralisation de l'église Sainte-Catherine de Bruxelles !

NON A LA DESACRALISATION DE L'EGLISE SAINTE-CATHERINE DE BRUXELLES

URL Courte : https://10578.lapetition.be/

Catégorie : Droits de l'Homme

SIGNATURE DE LA PETITION CI-DESSOUS
ATTENTION : NE PAS OUBLIER DE VALIDER VOTRE SIGNATURE PAR L'EMAIL QUI VOUS EST ENVOYE - MERCI POUR VOTRE SOUTIEN !

Vous le savez (ou non), la désacralisation de l’église Sainte Catherine et cession à la Ville de Bruxelles est imminente.

Les arguments invoqués (pour cette église comme pour d’autres, déjà dans le collimateur) sont connus : ces édifices sont désaffectés, devenus inutiles et coûtent trop chers à la collectivité. Plus concrètement : la Ville de Bruxelles aimerait transformer cet édifice, situé à un endroit stratégique en terme commercial, en… hall de fruits et légumes…(PS : ce que les riverains ne veulent pas)

Resterons-nous muets et passifs devant une telle aberration ? 
Abandonnerons–nous notre plus grande église du centre,
à côté du métro, 
au cœur d’un quartier jeune et branché, commercial, professionnel et touristique 
au cœur du Marché de Noël (Plaisirs d’Hiver) qui draine 2.500.000 visiteurs!

Désaffectée, dites-vous ? Pourtant, cette église y accueille quotidiennement une communauté catholique dynamique (env 100 fidèles le dimanche) ainsi qu’une communauté orthodoxe roumaine tout aussi fervente et plus fournie encore (environ 250 fidèles le dimanche, 1500 aux grandes fêtes), dans une harmonieuse cohabitation œcuménique. Cela, sans compter les autres célébrations liturgiques de chaque communauté (baptêmes, mariages, funérailles, etc…). En outre, des centaines de touristes, mais encore des priants catholiques et orthodoxes s’y succèdent tout au long du jour. 

Inutiles ? Qui pourra mesurer l’impact sur le plan humain et social de telles « aires » d’accueil, repos, consolation, pacification, méditation, ressourcement, rencontres conviviales, « cohésion sociale »…, ouvertes en permanence et à tout public ? Y aurait-il pléthore d’espaces qui offrent un tel service public et gratuit ? 

Trop chères ? Etant donné leur classement, restaurer ces églises pour qu’elles gardent leur vocation spirituelle et culturelle coûtera bien moins cher à la collectivité que de les « manipuler » pour convertir en centres commerciaux ou autres (ce qui imposera des contraintes considérables en terme de transformation et restauration). 

En tant que citoyens, nous demandons à la Ville de cesser ses pressions en vue de l’obtention de ce patrimoine religieux

en tant que chrétiens, nous demandons à nos évêques de prendre le temps d’associer les chrétiens « de la base » à une réflexion approfondie sur l’avenir de nos églises 

Ensemble, frères et sœurs chrétiens, mobilisons-nous pour « vivre » davantage dans nos églises et les faire vivre davantage (concerts, conférences et expositions dans une optique évangélique, café-théologiques, boutiques de produits monastiques, coin lecture, accueil écoute,…).

Pour les news consulter notre blog : http://www.eglisesaintecatherinebruxelles.be

email : eglisesaintecatherinebruxelles@gmail.com