Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La culture des mantras

    IMPRIMER

    Citant la traduction anglaise d’ un  article du magazine allemand Der Spiegel sur les musulmans allemands de 2° et 3° génération, séduits par la prédication de jeunes imams salafistes, le chanoine Eric de Beukelaer écrit :

    « Alors que les mosquées « ordinaires » rencontrent en Allemagne une désaffection de la part de la jeunesse assez similaire à celle que connaissent les églises catholiques et protestantes, de jeunes imams charismatiques apparaissent et touchent les générations montantes. Ils ne prêchent pas un islam violent, mais n’en propagent pas moins une critique radicale de la culture occidentale et de son hédonisme individualiste. Ils lui opposent la stricte obéissance à la volonté divine. « Même si Allah te dit de passer toute ta vie avec une jambe contre un mur, tu le feras – car il est ton Dieu », enseigne un de ces imams. Pareil message plaît à nombre de jeunes, car il est clair et simple – ce qui est confortable. Obtenir des réponses toutes-faites, afin de ne plus devoir se poser de questions – telle est une des tentations récurrentes de l’esprit humain.  Cela explique le succès des sectes – parfois même auprès des élites intellectuelles – mais aussi l’attrait pour le fondamentalisme. On retrouve cela dans les milices de jeunes fanatisés par les régimes totalitaires, comme chez les intégristes de tous poils. Notons que le phénomène se rencontre également parmi nombre d’occidentaux qui se disent « libérés », mais vivent engoncés dans une moite paresse intellectuelle. Combien de fois n’ai-je pas eu comme réponse « mantra », alors que j’expliquais la vision catholique sur l’avortement : « Ce que tu dis ne tient pas la route : on vit tout de même au XXIe siècle ! » Cela signifiait pour eux : échec et mat, fin de discussion. Eh bien, non. Une discussion ne se termine pas ainsi. Oui, on vit au XXIe siècle, mais cela n’empêche pas de se poser des questions et d’être critique. Cela n’interdit pas de remettre en cause l’économie-casino, la surconsommation, ainsi que plusieurs enjeux bioéthiques. Bref, cela n’empêche pas de se creuser les méninges et d’ouvrir un débat. »Voir ici :Démocratie et usage de la raison…

  • L'euthanasie sans phrases inutiles ?

    IMPRIMER

    41-pape-MgrRoland_DH.jpgSuite à l’enquête lancée par son diocèse, l ’évêque de Moulins publie ce diagnostic sans langue de buis :

    « Moulins, le 23 janvier 2012

    Lettre de Monseigneur Roland (photo) aux fidèles du diocèse de Moulins.

    Les 1er et 2 octobre 2011, aux 92 messes du week-end, vous avez répondu massivement à un questionnaire portant sur les caractéristiques démographiques des fidèles du diocèse.

    Les données recueillies ont été exploitées pendant le dernier trimestre 2011, et je voudrais vous communiquer aujourd’hui les grandes lignes des résultats de l’enquête à laquelle vous avez participé.

    1) La fréquentation constatée aux différents offices représente 2,2% de la population globale du département, soit 7.500 personnes. Elle est représentative de la fréquentation hebdomadaire habituelle aux messes du diocèse.

    2) Les fidèles sont à 71% des femmes et 29% des hommes. La caractéristique la plus notable est l’âge moyen élevé : 60% ont plus de 60 ans.

    3) Les projections d’ici à 15 ans montrent une diminution de -40% à -50% du nombre des fidèles. Ceci s’explique notamment par l’absence très marquée des tranches d’âge 20-30 ans et 30-40 ans.

    4) Dans 15 à 18 ans, en absence d’ordination, les prêtres diocésains de moins de 75 ans seront au plus une quinzaine.

    5) Au plan financier, en l’absence de toute décision d’orientations, par an il manquera 500.000 € au diocèse dès 2015 pour un budget annuel de l’ordre de 4 millions d’euros. Ceci s’explique d’abord par la démographie et la diminution du nombre des personnes donnant aux quêtes, denier de l’église, legs, etc. Ce phénomène s’explique aussi par la fin de la vente de l’immobilier non utilisé.

    Lire la suite

  • Le latin reste d'actualité

    IMPRIMER

    enluminureS.jpgL'étude du latin est en tout cas nécessaire pour les clercs. C'est ce qui ressort de cette intervention prononcée lors du congrès organisé par le Pontificium Istitutum Altioris Latinitatis à l’Université pontificale salésienne.

    "La deuxième moitié du XXe siècle a marqué — et pas seulement au niveau ecclésial — une ligne de division dans l’histoire de l’usage de la langue latine. Disparue depuis déjà des siècles comme instrument de la communication érudite, elle a résisté à l’école, comme matière d’étude dans les programmes éducatifs de niveau secondaire supérieur, et, dans l’Eglise catholique, en général, comme moyen d’expression de la liturgie et véhicule de transmission des contenus de la foi et d’un vaste patrimoine littéraire, qui va de la spéculation théo-philosophique au droit, de la mystique et de l’hagiographie aux traités sur les arts, à la musique et même au sciences exactes et aux sciences naturelles..."

    lire la suite ici : Osservatore Romano

  • Marche pour la Vie, le chemin parcouru

    IMPRIMER

    A une amie qui nous demande : "J'aimerais que vous m'expliquiez un peu le chemin parcouru par "marcheforlife". Je me suis engagée à distribuer des feuillets et à afficher le beau poster au sein des différentes paroisses de mon UP, mais tout en étant partie prenante de la démarche je dois avouer que je ne connais pas l'historique du mouvement et j'aimerais pouvoir répondre intelligemment aux questions qui ne manqueront pas au moment de la distribution."

    ...les organisateurs répondent :

    La Marche pour la Vie de Bruxelles est née en 2010 à l'initiative d'un groupe d'étudiants, néerlandophones et francophones, à l'occasion des 20 ans de la dépénalisation de l'avortement en Belgique. Les organisateurs sont nés alors que l'avortement devenait légal en Belgique (loi Lallemand-Michielsen du 3 avril 1990). Non seulement ils n'ont donc pas eu leur mot à dire en 1990, mais c'est toute une partie de leur génération qui a été décimée par la pratique de l'avortement massif (plus de 300 000 victimes en 20 ans). Le 28 mars 2010 la première Marche pour la Vie a rassemblé  1700 personnes et le 27 mars 2011, la seconde édition comptait près de 3000 participants, y compris l'archevêque de Malines-Bruxelles, Mgr. Léonard.

  • Revitaliser le catholicisme ?

    IMPRIMER

    ...dans le monde hispano-américain; mais nous en aurions bien besoin ici.

    Cité du Vatican, 28 février 2012 (VIS). Dimanche 4 mars, les diocèses espagnols célèbrent la journée hispano-américaine. Pour l'occasion, la Commission pontificale pour l'Amérique latine, présidée par le Cardinal Marc Ouellet, PSS, leur a fait parvenir le traditionnel message, qui souligne cette année les enjeux voisins que connaît la riche tradition catholique en Espagne comme en Amérique latine, en particulier son érosion et « une sécularisation qui avance partout. Les signes d'hostilité envers l'Eglise et son message ne manquent pas. L'hédonisme et le relativisme de la société de la consommation et de l'apparence tendent à remplacer et à déraciner la culture chrétienne de ces pays ». Il convient donc de « reformuler et revitaliser la tradition catholique, de l'enraciner plus profondément...afin que resplendisse la vérité qui annonce pour tous un bonheur et un vivre plus humain ». Comme l'Europe, l'Amérique latine a besoin d'une nouvelle évangélisation.

    Lire la suite

  • "Une infécondité de l'évangélisation actuelle" ?

    IMPRIMER

    Il s'agit du prochain SYNODE DES EVEQUES :

    Cité du Vatican, 28 février 2012 (VIS). Le Conseil ordinaire du Secrétariat général du Synode des évêques vient de tenir sa septième réunion, en vue de la XIII Assemblée générale ordinaire d'octobre, consacrée à la nouvelle évangélisation. Dans un communiqué, le Secrétaire général Mgr.Nikola Eterovic précise qu'a été examiné le projet d'Instrumentum Laboris, qui identifie notamment les destinataires de la nouvelle évangélisation et le profil du chrétien face à l'Evangile. Les débats ont été particulièrement fructueux sur « le primat de la foi dans une période de crise de la foi et de sa transmission. On a fait état d'une infécondité de l'actuelle évangélisation, notamment au contact d'une culture ambiante qui, outre un obstacle, constitue un défi pour les chrétiens et pour l'Eglise. L'Année de la foi sera donc une bonne occasion d'approfondir le don de la foi reçue du Seigneur, pour le vivre et le transmettre ». Il est aussi rappelé que « le lieu premier de la transmission étant la famille, il faut expliquer aux jeunes la nécessité d'apprendre à vivre la foi chrétienne dans le cadre de l'expérience familiale. La mission de la famille doit être prolongée par les institutions ecclésiales, puis dans la liturgie, les sacrements et la prédication. Il faut développer les missions paroissiales et la piété populaire, et donner leur place aux mouvements et nouvelles communautés ecclésiales ».

  • Les églises classées dans le collimateur du PS ?

    IMPRIMER

    C'est P.G., sur catho.be, qui relaie cette information ("Le PS veut "screener" les églises classées") :

    Les députés wallons planchent sur un projet de décret qui établirait un cadastre des lieux de culte classés. Ce document renseignerait notamment sur leur état et leur fréquentation afin d’envisager la réaffectation de certains d’entre eux.

    Les députés socialistes Isabelle Simonis et Daniel Senesael ont déposé au parlement wallon une proposition de décret visant à répertorier dans un cadastre les monuments classés affectés à l’exercice d’un culte. Il y aurait environ 380 églises et 200 chapelles ainsi concernées en Région wallonne et les députés aimeraient avoir davantage de données sur celles-ci, notamment leur état, les travaux à entreprendre (à plus ou moins long terme) pour les sauvegarder, mais aussi leur fréquentation. Pour ces deux parlementaires, un tel cadastre permettrait de disposer d’une base objective à toute décision de restauration ou de réaffectation.

    Lire la suite

  • A l'origine de la crise économique, une mauvaise conception de l'homme et de la société

    IMPRIMER

    Sur le site de l'Homme Nouveau : Le cardinal Scola dénonce le noeud de la crise économique

    Le cardinal Angelo Scola, actuel archevêque de Milan, a inauguré, dimanche 26 février, la série des conférences de Carême à Notre-Dame de Paris, sur le thème « Éthique chrétienne et vie en société ? ». Voulant d'emblée écarter les lieux communs liés à la notion de solidarité, il s'est attelé à une longue déconstruction des idées fausses en la matière et à une reconstruction argumentée des liens entre solidarité, bien commun, subsidiarité et dignité humaine. Derrière Benoît XVI, il a ainsi remis la croix au centre même de la réflexion sociale catholique, remise en place qui dépasse le simple cadre du symbole :  « Nous pouvons tracer les interconnections entre ces quatre principes en plaçant la dignité de la personne au point d'intersection de deux axes, un axe horizontal qui représente la "solidarité" et la "subsidiarité", et un axe vertical, qui représente le bien commun (Benoît XVI) ». La doctrine sociale de l'Église ne peut donc être réduite à un seul aspect ni être pleinement comprise sans l'ensemble des principes qui la constituent.

    Lire la suite

  • Ils marchent pour la vie

    IMPRIMER

    C'est à Barcelone :

    Comme tous les mois, une manifestation pro-vie était organisée le 25 février à Barcelone pour protester contre les avortements qui y sont perpétrés jusque dans des hôpitaux gérés par l’Eglise catholique. Et non seulement les manifestants se dérangent ainsi tous les mois pour être « la voix de ceux qui n’ont pas de voix », mais leur nombre s’accroît régulièrement. Pourtant au mois de janvier la manifestation coordonnée par barcelonaesvida.org avait été conspuée et caillassée. Cela n’a pas découragé les participants : au contraire, ils n’auront jamais été aussi nombreux que samedi dernier.
     
    Lire la suite ici, sur le blog de Jeanne Smits
  • Le carême, un grand lifting de l'âme...

    IMPRIMER

    nos_photos_10.jpgC'est ce que développe le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine dans sa prédication du premier dimanche de carême. A écouter ici : delamoureneclats.fr/

    Comment se fait-il que cette église de Marseille soit noire de monde chaque dimanche que Dieu donne? N'y a-t-il pas là matière à réflexion alors que nos églises se vident, désespérément?

  • Saint Joseph à l'honneur

    IMPRIMER

    Les évêques de Belgique, placée sous le patronage de saint Joseph, pourraient s'inspirer de ce qui se fait dans le diocèse de Fréjus Toulon.

    Saint Joseph, « père de la nouvelle évangélisation » (ZENIT.ORG)

    Préparation de l'Année de la foi dans le diocèse de Fréjus-Toulon

    « Le mois de saint Joseph » - que l’Eglise fête le 19 mars -, c’est le mois de mars, qui commence jeudi. Or, saint Joseph,  qui a  été le saint protecteur de Vatican II,  semble pouvoir être considéré aujourd’hui comme le « père de la nouvelle évangélisation » et comme le « saint patron du troisième millénaire » : c’est ce que met en lumière une singulière initiative de Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon. Comme une « épiphanie » de saint Joseph, alors que l’Année de la foi se profile à l’horizon.

    L'anneau du pêcheur

    Le diocèse de Fréjus-Toulon sera en effet consacré à l’intercession de saint Joseph le 17 mars prochain et s’y préparera par une neuvaine que l’on peut trouver sur le site du diocèse : une démarche qui s’insère dans la tradition locale – le pèlerinage à Cotignac – et  la perspective de l’année de la foi, qui commence le 11 octobre, pour le 50e anniversaire de l’ouverture de Vatican II.

    Lire la suite