Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 3

  • Italie : le témoignage d'un médecin athée revenu à Dieu

    IMPRIMER

    De Manuela Petrini sur le site "In Terris" :

    Covid-19, le témoignage extraordinaire d'un médecin: "J'étais athée mais maintenant je suis de retour à Dieu"

    Un médecin de première ligne contre le coronavirus pour traiter les patients nous raconte son expérience de conversion. De l'athéisme à la foi.

    21 mars 2020

    Depuis le 21 février, le coronavirus a fait irruption dans les frontières de l'Italie, faisant plus de 4000 morts. Nous sommes informés quotidiennement du nombre de personnes décédées, de celles qui se sont rétablies et du nombre total de personnes infectées. Toute l'Italie a été émue par la triste image de la colonne de camions de l'armée italienne qui, mercredi dernier, a emporté les corps de Bergame car il n'y avait plus de place dans les cimetières. Une scène similaire s'est répétée ce matin, alors que 70 autres corps ont été amenés dans d'autres provinces pour y être incinérés.

    Médecins et d'infirmières, héros silencieux

    Trop souvent, ce qui se passe dans les services hospitaliers est occulté. Oui, chaque jour, l'engagement des médecins, des infirmières, des agents de santé, leur dévouement au travail et les énormes efforts qu'ils font sont loués, mais leurs émotions, leur peur ne sont pas prises en considération. Ces jours-ci, nous avons écouté à plusieurs reprises leurs appels désespérés adressés à tous les Italiens pour qu'ils restent chez eux, afin que leurs efforts ne soient pas vains.

    Le témoignage d'un médecin

    Dans ces heures, le témoignage émouvant d'un médecin circule dans les médias, engagé en première ligne contre le coronavirus, servant en Lombardie et rapporté par le site en ligne "La luce di Maria". "J'étais athée - dit-il -, maintenant je suis heureux d'être de retour à Dieu". «Jamais dans les cauchemars les plus sombres je n'ai imaginé pouvoir voir et vivre ce qui se passe ici dans notre hôpital depuis trois semaines. Le cauchemar déferle, la rivière grossit de plus en plus. Au début, certains sont venus, puis des dizaines puis des centaines (...) Nous sommes obligés de décider qui devrait vivre et qui devrait être renvoyé chez lui pour mourir, même si tous ces gens ont payé leurs impôts toute leur vie. "

    Conversion

    «Jusqu'à il y a deux semaines, mes collègues et moi étions athées. C'était normal parce que nous sommes médecins et nous avons appris que la science exclut la présence de Dieu. J'ai toujours ri de mes parents qui allaient à l'église. Il y a neuf jours, un prêtre de 75 ans est venu nous voir. C'était un homme gentil, il avait de graves problèmes respiratoires mais il avait une Bible avec lui et il nous a impressionnés quand il l'a lue aux mourants et les a tenus par la main. Nous étions tous des médecins fatigués, découragés, épuisés psychiquement et physiquement quand nous avons pris le temps de l'écouter. Maintenant, nous devons admettre que nous, en tant qu'humains, avons atteint nos limites, nous ne pouvons pas empêcher que de plus en plus de personnes meurent chaque jour. Nous sommes épuisés, nous avons deux collègues qui sont morts et d'autres qui ont été infectés. Nous avons réalisé que là où ce que l'homme peut faire finit, nous avons besoin de Dieu. Et nous avons commencé à lui demander de l'aide, quand nous avons quelques minutes libres, nous nous parlons et nous ne pouvons pas croire qu'athées déterminés nous sommes maintenant tous les jours à la recherche de notre paix, en train de demander au Seigneur de nous aider à résister afin que nous puissions prendre soin des malades ".

    "Heureux d'être de retour à Dieu"

    «Le prêtre de 75 ans est décédé hier. Celui qui jusqu'à aujourd'hui, malgré plus de 120 morts en 3 semaines ici et alors que nous étions tous épuisés, détruits, avait réussi, malgré ses conditions et nos difficultés, à nous apporter une PAIX que nous n'espérions plus retrouver. Le prêtre est allé vers le Seigneur, et si ça continue comme ça, nous le suivrons bientôt aussi. Je ne suis pas rentré chez moi depuis 6 jours, je ne sais pas quand j'ai mangé la dernière fois, et je me rends compte de mon inutilité sur cette Terre et je veux rendre mon dernier souffle en aidant les autres. Je suis heureux d'être revenu à Dieu alors que je suis entouré par la souffrance et la mort de mes semblables. "

  • Quand le maire de Sienne remet la clé de la ville à Notre-Dame du Voeu pour implorer sa protection

    IMPRIMER

    Du site RadioSienaTV :

    Messe à la cathédrale, le maire De Mossi donne la clé de la ville à Notre-Dame du Voeu "pour nous protéger en ce moment difficile"

    15 mars 2020

    Le maire De Mossi donne à la Madonna del Voto la clé de la ville

    Même le maire de Sienne, Luigi De Mossi, a assisté à la Sainte Messe dans la cathédrale (retransmise en direct sur la chaîne de télévision Sienne 90) célébrée par l'archevêque de Sienne, Colle Val d'Elsa et Montalcino, Mgr Augusto Paolo Lojudice. dans la chapelle de la Madonna del Voto.

    L'espace était fermé au public et aux fidèles en raison des restrictions connues imposées par l'urgence du coronavirus.

    De Mossi a donné la clé de la ville à Notre-Dame du Voeu "afin qu'Elle - nous explique-t-il - puisse nous protéger en ce moment difficile".

    Voir aussi : 

    http://belgicatho.hautetfort.com/archive/2020/03/14/quand-le-maire-de-venise-consacre-sa-ville-et-la-venetie-au-6220104.html

  • Ces prêtres italiens qui sont allés jusqu'au bout de leur sacerdoce

    IMPRIMER

    De France Catholique (Guillaume Bonnet) :

    Jusqu’au bout du sacerdoce

    24 mars 2020

    Depuis le début de l’épidémie, soixante-six de prêtres italiens ont été victimes du coronavirus. Bon nombre d’entre eux, âgés ou non, ont contracté la maladie dans l’exercice de leur sacerdoce, au contact des fidèles.

    Sur les photos qui ont fleuri sur les réseaux sociaux et dans la presse, c’est un homme au sourire bon et franc qui apparaît, debout, en soutane, éclairé par un soleil joyeux. À 72 ans, d’une santé fragilisée, Don Giuseppe Berardelli a lui aussi été atteint par le Covid-19 comme tant d’habitants de Casnigo, non loin de Bergame, où il exerçait les fonctions d’archiprêtre. Constatant ses difficultés croissantes à s’oxygéner, ses paroissiens se sont cotisés pour l’équiper d’un respirateur artificiel. Malgré sa gratitude, pleinement conscient des conséquences de sa décision, il a néanmoins choisi d’y renoncer pour en céder l’usage à un patient plus jeune, lui aussi gravement atteint, dont il ignorait l’identité. Il s’est éteint peu après, dans la nuit du 15 au 16 mars, dans un hôpital de Lovere, sur les rives du lac d’Iseo. Lors de ses funérailles, les habitants confinés de Casnigo n’ont pu qu’applaudir longuement son cercueil depuis leur balcon, lui rendant ainsi le plus émouvant des hommages. Son geste admirable évoque bien sûr le sacrifice de Saint Maximilien Kolbe qui, en 1941, au camp d’Auschwitz, avait volontairement pris la place d’un jeune père de famille condamné à mort.

    Diversité des engagements

    Don Giuseppe, qui en restera sans doute l’une des figures les plus marquantes, fait partie des dizaines de prêtres italiens morts depuis le début de l’épidémie en Italie du Nord. Le quotidien Avvenire, d’inspiration catholique en tient le triste registre dans ses colonnes. À la date du 24 mars, on en décomptait déjà soixante-six, âgés de 45 à 104 ans, avec il est vrai une large proportion de septuagénaires et d’octogénaires, auxquels il convient d’ajouter une dizaine de religieux. Dans le seul diocèse de Bergame, le plus touché, la liste comptait ainsi une vingtaine de noms. Curés de paroisse, responsables d’œuvres caritatives ou diocésaines, aumôniers étudiants ou des prisons, missionnaires intellectuels, théologiens… Tous les profils sacerdotaux s’entremêlent dans ces énumérations funèbres qui témoignent de la diversité du sacerdoce.

    Dans le diocèse de Plaisance-Bobio, on note même le cas émouvant de deux frères jumeaux de 87 ans, de constitution déjà fortement affaiblie, qui ont succombé à quelques jours d’intervalle : Don Mario et Don Giovanni Boselli. Dans un clergé vieillissant, l’âge est un facteur qui explique la surreprésentation des prêtres parmi les victimes du coronavirus, mais il ne saurait occulter l’engagement au quotidien auprès de tous qui est le lot de la plupart d’entre eux, même des plus chenus, et qui multiplie les risques d’exposition au mal.

    Deux évêques, enfin, ont été gravement atteints, Mgr Derio Olivero, du diocèse de Pignerol, et Mgr Antonio Napolioni, de celui de Cremone. En dépit des souffrances qu’elle engendre, cette épidémie reste « une grande opportunité de conversion » a estimé ce dernier, dans une interview rendue possible par l’amélioration de son état de santé.Le pape François, ému par ces chiffres glaçants, a tenu à associer les prêtres défunts aux victimes du Covid-19 enregistrées au sein des professions de santé. « Ces jours-ci, des prêtres, des médecins sont décédés. De nombreuses infirmières sont infectées pour avoir été au service des malades. Je remercie Dieu pour leur exemple d’héroïsme dans le traitement des malades. Prions ensemble pour eux et pour leurs familles » a-t-il indiqué dans une intention de prière diffusée le 24 mars.

  • Confinement : Famille Chrétienne propose 7 vidéos cathos à ne pas louper

    IMPRIMER

    D'Antoine Pasquier sur le site de Famille Chrétienne

    7 vidéos cathos à ne pas louper en période de confinement

    23/03/2020

    frère Paul-Adrien d’Hardemare

    Depuis le début du confinement, le frère Paul-Adrien d’Hardemare s’est lancé dans une série de vidéos intitulée : « Du Carême à la quarantaine, guide de survie pour les parents ». ©DR

    Sérieuses, philosophiques ou complètement décalées, voici sept vidéos pour regarder – enfin – des trucs intelligents sur internet en période de confinement.

    1. « Jour de Guerre » un peu zinzin au couvent des Dominicains

    Les Dominicains de Nancy sont-ils tombés sur la tête ? Depuis le début du confinement, le frère Paul-Adrien d’Hardemare s’est lancé dans une série de vidéos intitulée : « Du Carême à la quarantaine, guide de survie pour les parents ». Avec des décors surréalistes et des effets spéciaux à gogo, le religieux décline ses conseils pour chaque « jour de guerre » passé : communion spirituelle pour les ados, repli tactique en cas de coup dur, programme TV… Des vidéos complétement décalées mais très sérieuses sur le fond… à voir sans les enfants ! Le dominicain s’est même livré à une petite parodie de la très officielle allocution télévisée d’Emmanuel Macron.

    2. Quelles nouvelles chères sœurs ?

    Dans le même genre, les Soeurs Coopératrices Paroissiales du Christ Roi, basées dans la Drôme, ont réalisé une courte vidéo humoristique intitulée : « C’est gentil de prendre des nouvelles ». Mais les religieuses ne font pas que rire. Elles savent aussi rendre service et utiliser leur talent de couturières pour confectionner des masques pour l’hôpital de Valence.

    3. La peste ou le corona ? Du Fabrice Hadjadj tout craché !

    Faute de pouvoir faire ses cours habituels, l’inénarrable Fabrice Hadjadj ouvre une série d’interventions en ligne sur sa chaîne Youtube. Son nom ? « Penser entre la peste et le corona ». Le premier épisode s’intitule « #Epidémio-logiques ». Mais le philosophe ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Se souvenant de la manière dont des jeunes gens se réunissaient dans un château pour se raconter des histoires lors de la grande peste de 1348 à Florence, Fabrice Hadjadj a pris sa guitare pour composer une chanson prophylactique au temps du corona…

    4. L’Eglise est-elle sainte ? A la suite du père de Menthière

    Sans public, le père Guillaume de Menthière poursuit ses conférences de Carême sur le thème « L’Eglise vraiment sainte ? ». Après Abraham, Pierre et Marie, le prêtre parisien s’intéresse cette 4e semaine de Carême à l’Eglise de Paul. Notre Eglise est-elle la même que celle du foudroyé du chemin de Damas ?

    5. Coronavirus, qui est coupable ? Mgr Aupetit sans langue de bois

    L’homélie très incisive de Mgr Michel Aupetit, dimanche 22 mars à Saint-Germain L’Auxerrois. « Dans le contexte actuel d’une pandémie mondiale nous avons besoin d’en comprendre le sens. « Allons bon : qui est coupable ? ». Nous voyons bien que tous les fléaux qui affectent les humains sont la plupart du temps la conséquence de leurs actes. C’est évident bien sûr pour les guerres dans lesquelles nous nous entre-tuons. Mais c’est aussi vrai maintenant pour les cyclones et les tempêtes, ces catastrophes dites « naturelles », dont on sait qu’elles viennent de plus en plus du réchauffement climatique qui n’est que la conséquence de la mauvaise gestion de la planète et de l’égoïsme des pays les plus riches. De même, ce coronavirus, apparu en Chine, dans un marché où l’on n’hésite pas à vendre des animaux sauvages dans des conditions scandaleuses pour satisfaire la virilité déficiente des vieux lubriques montre l’incurie des hommes – et la responsabilité, entre parenthèse, d’un régime qui a fait du mensonge un mode de gouvernement : ce qui a retardé une saine réaction sanitaire. Bref, il n’est pas besoin de chercher très loin pour trouver un coupable de toutes ces folies. Mais ce n’est pas la question du jour ».

    6. Ce n’est pas la première fois que les chrétiens sont confinés…

    A la demande de la paroisse de Poissy, l’historien Christophe Dickès, spécialiste du catholicisme, explique en trois petites vidéos de cinq minutes l’origine et l’histoire des églises domestiques. « Si nous sommes confinés à cause du coronavirus, ce n’est pas la première fois que des chrétiens sont obligés de rester chez et de pratiquer leur foi sous leur toit ».

    7. Révisez votre philo avec François-Xavier Bellamy

    Ses interventions publiques n’étant plus possibles, le philosophe François-Xavier Bellamy met en libre-service une partie de ses conférences données dans le cadre de son association Philia. Chaque jour, une nouvelle conférence sera publiée en podcast audio et vidéo. Trois sont d’ores et déjà accessibles : le réel existe-t-il ? Pourquoi est-il si compliqué d’être simple ? et la science peut-elle tout connaître ? Idéal pour faire réviser les lycéens !

    Une dernière pour la route…

    Vous pouvez retrouver toutes les vidéos « Trois minutes en vérité » de Famille Chrétienne sur notre chaîne Youtube. Des témoignages forts comme ceux d’Asia Bibi, Blanche Treb ou encore le père Amar. Sans oublier de nombreux anonymes : musulmans convertis, franc-maçon passé à la foi chrétienne

    Antoine Pasquier

  • Coronavirus : comment la grâce de Dieu se donne-t-elle en l’absence de prêtre ?

    IMPRIMER

    En accordant le don de l’indulgence plénière aux malades du coronavirus dans l’incapacité de recevoir la communion, le sacrement des malades et la confession, l’Église témoigne de la miséricorde infinie de Dieu. Avec une règle toute simple : en l’absence de prêtre, on fait ce que l’on peut ! Mais encore ? Quelques précisions du Fr. dominicain Thomas Michelet sur le site « aleteia » :

    La Pénitencerie apostolique, l’un des trois tribunaux de la Curie romaine, a publié ce vendredi 20 mars un décret accordant le don des Indulgences spéciales aux fidèles souffrant de la maladie Covid-19, ainsi qu’aux travailleurs de la santé, aux membres de la famille et à tous ceux qui s’occupent d’eux, y compris par la prière. Il s’agit de répondre en particulier à « ceux qui ne peuvent pas recevoir les sacrements ». Dans une configuration générale où de nombreux fidèles n’ont plus accès à leurs prêtres, cette disposition du Saint-Siège a soulevé une question : pourquoi le pape François n’étend-il pas par exemple la faculté d’entendre les confessions par téléphone ? Tout simplement parce que ce n’est pas possible.

    Lire aussi :

    Est-il possible de se confesser par téléphone ou par Skype ?

    Autre questionnement, puisqu’en l’absence de messe, les fidèles sont invités à faire une « communion spirituelle », est-il possible de faire de la même manière une « confession spirituelle » en l’absence de confesseur ? Quelles en seraient alors les conditions et les fruits de grâce ?

    La « matière » et la « forme » du sacrement

    Les sacrements supposent une présence réelle, pas virtuelle. Car ils sont dans la logique de l’Incarnation, dont ils sont comme la continuation. Le Verbe s’est fait chair pour qu’on puisse le voir, l’entendre, le toucher. Le saisir par nos sens et pas seulement par notre intelligence.

    Lorsque le ministre dit « tes péchés sont pardonnés », c’est la voix du Christ lui-même qui parle par sa bouche. »

    De même pour les sacrements : ils sont la grâce en tant qu’elle est offerte à nos sens, en tant qu’elle touche notre âme en passant par le corps. En allant du corporel au spirituel. Ils assurent une présence sacramentelle du Christ qui passe par le ministre comme dans une « humanité de surcroît ». Lorsque le ministre dit « tes péchés sont pardonnés », c’est la voix du Christ lui-même qui parle par sa bouche. Le Christ lui emprunte son humanité pour nous parler, nous toucher et nous saisir à travers lui. Le Christ se rend présent sacramentellement par cette présence physique du ministre qui en est le signe et l’instrument. Sans le ministre du Christ, l’absolution sacramentelle est donc impossible.

    Si la célébration du sacrement n’est pas possible, la seule chose que le fidèle puisse faire sont les trois actes du pénitent (la « matière » du sacrement) : l’aveu, la contrition, la pénitence (satisfaction). Mais il ne peut pas recevoir la partie du prêtre, l’absolution (la « forme » du sacrement). Ce ne sera donc pas un sacrement, mais ce sera au moins le commencement d’un sacrement (sa « matière »). Ce qui est déjà source de grâce.

    Lire la suite

  • William Byrd (v.1540-1623) : Motet "Ecce Virgo concipiet"

    IMPRIMER

    Ant. ad Introitum. Is. 7, 14. (Introït)
    Ecce Virgo concípiet, et páriet fílium, et vocábitur nomen eius Emmánuel.
    Voici que la Vierge concevra et elle enfantera un Fils, et on l’appellera Emmanuel.

  • Introit grégorien pour la fête de l'Annonciation

    IMPRIMER

    Ant. ad Introitum. Ps. 44,13,15 et 16. Introït
    Vultum tuum deprecabúntur omnes dívites plebis : adducéntur Regi Vírgines post eam : próximæ eius adducéntur tibi in lætítia et exsultatióne. (T.P. Allelúia, allelúia.) Tous les riches d’entre le peuple vous offriront leurs humbles prières. Des Vierges seront amenées au roi après vous, vos compagnes seront présentées au milieu de la joie et de l’allégresse. (T.P. Alléluia, alléluia.)
    Ps. Ibid., 2.  
    Eructávit cor meum verbum bonum : dico ego ópera mea Regi. De mon cœur a jailli une excellente parole ; c’est que j’adresse mes œuvres à un roi.
    V/.Glória Patri.
  • Covid-19 : le sacrifice d'un prêtre italien

    IMPRIMER

    De Christian Taveira sur C News :

    UN PRÊTRE ITALIEN DE 72 ANS MEURT APRÈS AVOIR CÉDÉ SON RESPIRATEUR À UN PATIENT PLUS JEUNE

    Un sacrifice qui émeut et bouleverse toute l'Italie. Infecté par le coronavirus, le père Giuseppe Berardelli, 72 ans, a préféré laisser son assistance respiratoire à un jeune homme pour lui sauver la vie. Visage rond, regard bienveillant et sourire chaleureux, l'ecclésiastique, aimé et respecté, vivait et officiait dans la commune de Casnigo, près de Bergame, une région durement frappée par l'épidémie de SARS-CoV-2.

    Lui-même contaminé par le coronavirus, Giuseppe Berardelli avait fini par développer une forme grave de la maladie pulmonaire Covid-19.Alors que tous les hôpitaux de la région italienne de Lombardie sont saturés et ne peuvent plus faire face à l'afflux des malades, les médias italiens indiquent que les paroissiens du père Berardelli s'étaient cotisés afin de lui acheter un respirateur. Mais le prêtre a décidé, avant de perdre conscience, de céder cette assistance respiratoire a un homme plus jeune, alors même qu'elle aurait pu lui donner une chance de rester en vie.

    «UN MARTYR DE LA CHARITÉ»

    «Don Giuseppe s'est éteint en tant que prêtre. Et je suis profondément ému», a témoigné auprès du quotidien italien TGCOM24 un membre du personnel de santé de l’hôpital où était soigné l’homme d'Eglise.

    Pour le père James Martin, membre de la Compagnie de Jésus, et rédacteur en chef d'America, une revue jésuite américaine, par ce geste le père Berardelli, est devenu «un martyr de la charité». Son sacrifice, a-t-il dit, rappelle l'histoire du prêtre polonais Maximilien Kolbe, canonisé par Jean-Paul II en 1982. Déporté à Auschwitz, il est mort en août 1941, après s'être porté volontaire pour mourir à la place d'un père de famille, Franciszek Gajowniczek. 

  • Covid-19 : Tous en prière pour l'Annonciation avec KTO

    IMPRIMER
    Téléchargez les images - 0

    Covid-19 : Tous en prière pour l'Annonciation

    Téléchargez les images - 1

    Le 25 mars, les catholiques fêtent l’annonce de l'Incarnation faite par l’ange Gabriel à Marie, c’est-à-dire la promesse de la naissance du Sauveur, promesse de guérison pour l’humanité. En ce temps de lutte contre la pandémie de Coronavirus, KTO relaie les invitations de prière du Pape et des évêques français et propose plusieurs rendez-vous en direct, en plus des temps de prière habituels de son antenne, à suivre sur KTO, ktotv.com et notre chaîne Youtube.

    12h : La prière du Notre-Père avec le Pape François, en communion avec les chrétiens du monde entier.

    15h30 : Le chapelet sera prié, depuis Lourdes, aux intentions des malades, des soignants et de toutes les communautés touchées par le virus. Il conclut la grande neuvaine à l’Immaculée Conception.

    19h30 : A l’appel de la Conférence des évêques de France, les cloches des églises de France sonneront à 19h30 ce mercredi. Et tous ceux qui le souhaitent sont invités à allumer une bougie à leur fenêtre.

    KTO invite à vivre ce temps en direct de la Grotte de Lourdes, pour écouter l’Evangile selon saint Luc (1, 26-38). Puis Mgr Eric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la Conférence des évêques de France, proposera une méditation pour accompagner la prière des téléspectateurs.

  • Carême et confinement; feuillet du 25 mars (Annonciation) : petite théologie du Rosaire selon Soeur Lucie de Fatima

    IMPRIMER

    2020_03_25_08_49_02_Greenshot.png

    TELECHARGER le PDF

  • Homélie pour la fête de l'Annonciation du Seigneur (25 mars)

    IMPRIMER

    Fra_Filippo_Lippi_-_Annunciation_-_WGA13231.jpgEvangile selon saint Luc, chapitre 1, vv. 26-38 :

    Au sixième mois d’Élisabeth, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. 
    L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » 
    Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu’Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait : ‘la femme stérile’. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »
    Alors l’ange la quitta.

    Homélie du Père Joseph-Marie Verlinde (fsJ) (homelies.fr - Archive 2004)

    Le narrateur de ce récit hors du commun prend soin de commencer par présenter les acteurs. A tout Seigneur tout honneur : l’attention se porte d’abord sur l’ « Ange Gabriel », être de lumière qui contemple Dieu face à face dans une adoration incessante. La désignation « Ange » précise son ministère : messager du Très-Haut. C’est probablement pour accréditer cette mission tout à fait extraordinaire que l’évangéliste introduit une redondance en précisant que « l’Ange fut envoyé par Dieu ».
    On s’attend à découvrir immédiatement l’identité de l’interlocuteur de l’Ange, le bénéficiaire de sa visite ; mais il n’en est rien : le narrateur indique d’abord la région dans laquelle il se rend puis, opérant un zoom supplémentaire, la localité où il a rendez-vous. Cette insistance ne saurait être fortuite : il n’est pas indifférent que le choix de Dieu se soit porté sur cette province à la limite de la Terre Sainte, ouverte sur le monde païen, et jouxtant avec la Samarie. L’accumulation de détails géographiques nous fait comprendre que malgré son aspect insolite, le récit qui nous est proposé n’a rien de mythique. De plus, la rencontre bien réelle entre ciel et terre se tient au carrefour des nations, annonçant déjà le caractère universel de l’événement .

    Lire la suite

  • 25 mars : Fête de l'Annonciation

    IMPRIMER

    angelico_l.annonciation.jpg

    L'annonciation par Fra Angelico

    Quand le Verbe se fait chair dans le sein virginal de Marie commence cet extraordinaire évènement d'un Dieu qui vient se dire aux hommes et leur proposer cet admirable échange par lequel Dieu se fait homme pour que l'homme participe à sa divinité.

    Le Verbe s'est abaissé à n'être qu'un tout petit d'homme blotti dans le sein d'une femme mais la grandeur de Dieu l'habitait déjà...

    Aujourd'hui,

    nous fêtons le Père qui "renouvelle la Création de façon bien plus admirable encore",

    nous fêtons le Fils qui prend part à notre humanité,

    nous fêtons l'Esprit par lequel ce dessein mystérieux se réalise,

    nous fêtons Marie dont le oui permet à la Lumière de visiter nos ténèbres...

    Lire la suite