21/10/2014

Monseigneur Léonard au Synode pour la famille

JPSC

La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne

Serge Abad-Gallardo a été franc-maçon pendant plus de vingt ans avant de rompre et de retrouver la foi catholique. Il raconte son itinéraire dans J’ai frappé à la porte du Temple… (éd. Pierre Téqui). Pour Famille Chrétienne, il lève le voile sur ce monde opaque :

Pourquoi êtes-vous entré en franc-maçonnerie et pourquoi en êtes-vous sorti ?

À un moment donné, je me suis éloigné de la foi, une foi qui n’était pas très fervente. Je suis entré en franc-maçonnerie parce que je cherchais des réponses à des questions existentielles : pourquoi suis-je en vie et en ai-je conscience ? On se pose tous les mêmes questions. La distance dans laquelle je me trouvais par rapport à la foi a facilité mon entrée en franc-maçonnerie.

Ensuite, je suppose que le Seigneur a veillé sur moi. Il y a une douzaine d’années, je suis revenu à la foi catholique par une rencontre. J’aime beaucoup l’épisode de Zachée dans l’Évangile : j’étais petit et un peu misérable, je me prenais pour un initié, mais j’ai compris que cela ne suffisait pas. J’ai cherché. Ce jour-là, j’ai saisi en fait que ce n’est pas moi qui cherchais le Christ, mais que c’était Lui qui venait vers moi.

Vous étiez catholique. Et pourtant, vous êtes entré en franc-maçonnerie ?

Oui. J’étais en recherche. Ce qui m’a conduit en franc-maçonnerie, c’est le vide existentiel. Je viens d’une famille catholique peu pratiquante. On m’a proposé d’y entrer. Je l’ai fait. Pourquoi ? Parce que je n’avais pas de repères suffisamment précis pour comprendre l’incompatibilité entre les deux chemins.

Comment s’est passée votre sortie ?

Il y a une douzaine d’années, la foi m’est revenue. Cela s’est fait progressivement. Il y a trois ans, j’ai été confronté au mal de manière très précise, très virulente, d’une manière que je n’avais jamais rencontrée jusque-là. En faisant une retraite dans un monastère, j’ai eu une sorte de révélation : j’ai compris que la franc-maçonnerie ne donnait pas de réponse face au mal. Je suis ressorti de cette abbaye avec un trouble profond par rapport à ces deux chemins que j’avais en face de moi. J’ai alors commencé à me sentir de plus en plus mal en franc-maçonnerie. Je n’y avais plus ma place.

Lire la suite

20/10/2014

Paul VI : le miracle d’Humanæ vitæ

De Philippe Maxence, directeur de la rédaction du bimensuel « L’Homme Nouveau », ce 20 octobre 2014 :

« Le pape Paul VI a été béatifié, dimanche, au terme du Synode sur la famille, éclairant ainsi pour le présent la portée et la force de son encyclique Humanæ vitæalors que le miracle reconnu pour cette béatification concerne justement un enfant à naître.

 À vrai dire, un autre miracle du pape Paul VI a eu lieu bien avant l’ouverture de l’enquête en vue de sa béatification et même bien avant sa mort. On peut même le dater d’un jour précis. Lequel ? Le 25 juillet 1968, exactement. Ce jour-là, Paul VI signa officiellement à Rome l’encyclique Humanæ vitæ (la vie humaine) sur le mariage et la transmission de la vie.

Une année difficile

L’année avait été chaude et difficile. De plusieurs coins de la planète, les étudiants avaient jeté par terre l’ancien monde, croyant que l’on pouvait quitter le passé comme on enlève un jean. Désormais, les barrières étaient interdites, les frontières suspectes, les limites inquiétantes. La politesse et la courtoisie elles-mêmes tombaient sous ce coup de boutoir. Le monde, désormais, était libre. Et, c’est cette année-là que Paul VI choisit pour publier, non pas une encyclique, mais un coup de tonnerre magistériel. Non pas une simple lettre adressée à la chrétienté, mais un miracle.

Le mot paraîtra exagéré à ceux qui jugent des affaires de l’Égli­se selon l’air du temps. Car, c’est peu dire qu’Humanæ vitæ ne fut pas acceptée. Le monde cria au scandale. Mais, après tout, c’était normal de sa part. Des épiscopats entiers firent la sourde oreille et vidèrent l’encyclique de son contenu et de sa portée. Cette réaction était plus inquiétante en même temps qu’elle était révélatrice de la décomposition du catholicisme (…).

Toujours aussi prophétique

Près de cinquante ans après la parution d’Humanæ vitæ, l’encyclique de Paul VI se révèle pourtant toujours aussi prophétique. En soi, elle n’a redit que l’enseignement traditionnel de l’Église. On peut seulement lui reprocher de l’avoir fait trop tardivement, après avoir confié à un comité d’experts des travaux préalables sur ce sujet. Le temps passé entre l’annonce de cette possible révision de la position de l’Église, la remise des conclusions des experts (majoritairement favorables à la contraception d’ailleurs) et la parution de l’encyclique aura suffit à installer des pratiques contraceptives chez les fidèles catholiques.

Lire la suite

Belgique : cocorico

Synode extraordinaire : un édito signé Christian Laporte.

Sous le titre « Calice à moitié plein, mais le synode continue », Christian Laporte  signe aujourd’hui l’éditorial de « La Libre » : il invite en quelque sorte  le « parti du pape » à continuer le combat après la clôture de l’assemblée synodale 2014, donne rendez-vous aux catholiques pour la « seconde mi-temps » (le synode ordinaire de 2015) et se taille trois pages  entières de la même eau à l’intérieur du journal.  Il est regrettable qu’un grand quotidien, autrefois réputé sérieux, fasse le jeu de la tension et de la discorde au sein d’une Eglise qui a besoin de retrouver un peu de cohérence et de sérénité. JPSC.

« La première partie du synode de l’Eglise sur la famille a pris fin à Rome. Mais rien n’est fait. Car la deuxième mi-temps n’aura lieu qu’après une nouvelle année de réflexions et de consultations.

Pas de doute : dans les cordes lundi dernier suite à la publication d’un rapport intermédiaire très "miséricordieux" - entendez : portant la griffe du pape François - pour les homosexuels et les divorcés remariés, la frange la plus conservatrice de l’institution a repris du poil de la bête. Et à grands renforts de lobbying, jusqu’à tenter d’opposer Benoît XVI à son successeur, celle-ci a fini par empêcher une majorité des deux tiers sur ce qui apparaissait être une évolution décisive de l’Eglise, qui peine toujours à intégrer les évolutions sociétales de la famille.

N’en déplaise à certains milieux laïques qui se sont ridiculisés en faisant un lien entre la conception familiale prônée par le Pape et celle, horresco referens, du régime de… Vichy, l’Eglise catholique est sur la bonne voie en prônant une évolution lente mais réelle des esprits. Certes, on a mis tellement d’espoirs dans ce synode que la déception est grande mais ce qui est acquis ne peut présager que d’autres changements. En tout cas si le pape actuel peut mener à son terme cette réflexion sur la famille… Il ne baisse en tout cas pas les bras : dimanche en béatifiant Paul VI, il a invité les catholiques à ne pas avoir peur de la "nouveauté" et des "surprises de Dieu". Et après avoir proclamé son prédécesseur bienheureux, il a salué la grandeur de celui qui avait su guider l’Eglise, "parfois dans la solitude, alors que se profilait une société sécularisée et hostile". Un message qui devrait interpeller les rétifs à toute évolution…

Ref. Synode de l’Eglise sur la famille  

Synode sur la famille : "Ce ne sont pas des hommes de parti, ce sont des prêtres"

Ordonné prêtre en 2012, le Frère Laurent Tarel, dominicain de la province de Toulouse, fait partie des 27 “assistants du Secrétariat général du synode”. Alors que ce synode prend fin, le Frère Laurent Tarel a bien voulu répondre à quelques questions d’Elisabeth de Baudouin, sur le site web d’Aleteia (extraits).

(…) On a beaucoup parlé de tensions entre ces derniers, à l’occasion de ce synode. Comment vous sont-ils apparus, durant ces deux semaines ?

Frère Tarel : Comme des frères, heureux de se retrouver et se respectant, malgré les divergences. Je n’ai senti aucune animosité entre les personnes, aucun climat de tension, même si, c’est clair, on n’est pas au pays des bisounours : ce sont des cardinaux, des évêques, des prêtres, conscients des enjeux et des difficultés ainsi que de leur responsabilité. On sent aussi chez eux la souffrance du pasteur, qui ne considère pas  seulement les brebis “qui vont bien” mais qui a le souci des – nombreuses- brebis en difficulté. Souffrent-ils aussi de la façon dont leur image ou leurs propos peuvent être déformés par les médias ? Je n’ai rien senti de tel. Ce synode a plutôt révélé le coeur de ces pasteurs,  tous très attachés à la doctrine de l’Eglise, et qui se demandent en même temps comment l’Eglise peut accueillir toutes les personnes qui frappent à sa porte. Ce ne sont pas des hommes de parti, ce sont des prêtres : ils se posent la question sous le regard de Dieu, dont ils cherchent à réaliser la volonté.

On a dit que la Relatio post disceptationem, qui a provoqué la tempête dans les médias, a semé la division au sein de l’assemblée synodale. Qu’en est-il en fait ? Quel jugement portez-vous sur ce qui s’est passé en interne ?

Frère Tarel : Il était prévu (et normal) qu’après la publication de ce texte, les pères synodaux s’expriment. Ils l’ont fait, lors de la congrégation générale qui a suivi aussitôt la lecture de cette Relatio. Beaucoup ont réagi vivement car ils ont eu peur – à juste titre, - de sa mauvaise appropriation par certains. Fallait-il d’ailleurs publier ce document, rédigé rapidement, très imparfait et incomplet, et qui n’est qu’un outil intermédiaire ? Au regard du séisme provoqué, on peut se poser la question. Par contre, le travail qui a suivi, dans les “circuli minores” a été d’une richesse incroyable. La réflexion, profonde et détaillée, a porté sur de très nombreux points, y compris certains ne figurant pas dans la Relatio, comme l’adoption ou l’attention à porter aux personnes âgées. Ce travail aura sans doute grandement aidé celui de la commission de rédaction de la Relatio Synodi. C’est ce texte-là qui va rester de ce synode extraordinaire sur la famille, comme base à la réflexion de l’année qui s’ouvre, avant l’assemblée ordinaire du synode de l’an prochain (…).
 Ref. Synode sur la famille : "Ce ne sont pas des hommes de parti, ce sont des prêtres"

JPSC

19/10/2014

La béatification de Paul VI : un souhait du pape émérite

Il est sans doute opportun de rappeler que c'est sous le pontificat de Benoît XVI qu'a été initiée la procédure qui a conduit à la béatification du pape Paul VI à laquelle on a assisté ce dimanche (cfr cet article de La Croix de décembre 2012); le pape aujourd'hui émérite a suivi personnellement ce dossier. Quelques jours après la mort de Paul VI, lorsqu'il était archevêque de Munich, le futur Benoît XVI avait prononcé lors de son homélie un hommage appuyé du pape défunt. La traduction de cette homélie figure sur le site Benoît-et-moi : http://benoit-et-moi.fr/2013-II/benoit/une-homelie-inedit... . On y lira notamment que le pape Montini, à la fin de son pontificat, avait songé à déposer sa charge. Le portrait esquissé par le cardinal Ratzinger laisse percevoir une grande dévotion à l'égard de ce souverain pontife controversé et laisse penser qu'il fut pour lui un véritable modèle.

Synode : une grande victoire des traditionalistes ?

C'est l'opinion d'Odon Vallet comme le rapporte M. Bernard sur le site "Riposte catholique" :

«Les catholiques traditionalistes ont remporté une grande victoire»

Je ne peux pas m’empêcher de publier cet entretien avec l’ineffable Odon Vallet, spécialiste de l’Eglise selon nos médias. D’abord parce qu’on sent ce progressiste totalement frustré par le résultat du synode. Et aussi parce qu’il considère que l’Eglise de France porte une responsabilité dans ce qu’il considère être un mauvais résultat. C’est 20 Minutes qui l’a interrogé :

« En quoi le texte provisoire marquait-il un pas important?

Le texte provisoire comportait deux ouvertures. L’une à l’égard des divorcés remariés. L’autre à l’égard des homosexuels. Il ne s’agissait pas d’une révolution, mais d’une évolution. On ne proposait pas d’admettre au sacrement les divorcés remariés, mais seulement de prévoir, soit par annulation du mariage, soit par une procédure de pénitence, la réadmission au sacrement. Pour les homosexuels, il n’était pas question de reconnaître le mariage, mais de faire apparaître les «dons et qualités» qu’ils pouvaient offrir à l’Eglise. On les accueillait sans pour autant reconnaître officiellement leur union.

Une évolution qui n’est pas passée lors du vote…

Dans texte définitif, il n’est plus fait allusion à ces deux sujets controversés. C’est une défaite retentissante pour le pape François, un camouflet. Pire, un cardinal américain [Raymond Leo Burke, de l'opposition conservatrice], a même déclaré que le pape avait fait «beaucoup de mal en ne disant pas ouvertement qu’elle était sa position». En réalité, François est resté muet pour accorder toute liberté aux participants. C’est la première fois depuis 50 ans au moins, qu’un cardinal s’oppose ouvertement au pape. C’est la première fois, aussi, depuis plusieurs siècles que des évêques et des cardinaux ne lui font pas confiance.

Lire la suite

Une fausse image du pape véhiculée par les médias ?

C'est la thèse défendue par Paul Kengor*, comme on peut le lire sur France Catholique :

L’aura progressiste du pape François 

Les médias laïques progressistes s’acharnent à essayer de fabriquer une image progressiste du pape François à leur ressemblance. Encore un peu de temps, semblent-ils dire, et le pape permettra bientôt aux catholiques divorcés et remariés de recevoir la sainte communion et aux homosexuels de se marier à l’église, ordonnera des homosexuels et des femmes, approuvera les injonctions des Health and Human Services [notamment sur la contraception] et Dieu sait quoi encore.

C’est une image persistante, pernicieuse et exaspérante que les progressistes diffusent dans les médias avec désinvolture. Presque chaque action ou déclaration du pape François est déformée pour refaçonner l’homme et donc aussi son Eglise à l’image que ces médias ont de lui. Il est leur pape à eux, leur incarnation de Vatican II. Ils plaquent sur lui le type d’Eglise catholique romaine qu’ils veulent.

C’est une acrobatie, souvent obscène parce qu’à l’évidence risible et grossière. Elle contredit la personnalité d’un homme qui est tout simplement et sans restrictions un catholique romain fidèle et traditionnel. Il suffit de prendre l’une des innombrables déclarations du pape sur le diable, le péché, l’embryon, le Catéchisme de l’Eglise catholique, les anges et les archanges, ou même le mariage homosexuel qu’il présente littéralement comme une oeuvre de Satan pour se convaincre que la qualification de « progressiste » selon les médias ne s’applique aucunement à cette personnalité.
 
En fait, bien au contraire, le pape François a caricaturé ce qu’il appelle le « progressisme adolescent », attitude qui, d’après lui, recommande toujours, au moment de prendre une décision, de suivre le courant au lieu de rester fidèle à ses propres traditions. Il a mis en garde contre cet « esprit d’attachement au monde » qui pousse « à être comme un chacun ». Cet avertissement lancé par le pape François est, en fait, résolument conservateur (et catholique), et certainement pas du tout progressiste.Et pourtant, toutes ces pensées du pape François sont vivement rejetées et ignorées par les laïcs progressistes qui veulent que le pape les approuve et soit l’un d’eux. (On ne comprend pas toujours pourquoi ils veulent l’approbation du chef d’une Eglise qu’ils n’apprécient pas beaucoup). Ils s’approprient et manipulent ses paroles et ses intentions dans le sens qui convient le mieux à leurs desseins.

Lire la suite

Les statistiques de l'Eglise catholique pour 2014

Statistiques de l’Eglise catholique 2014 (source)

Cité du Vatican – A l’occasion de la Journée missionnaire mondiale, cette année Dimanche 19 octobre, l’Agence Fides présente comme d’habitude un certain nombre de statistiques choisies de manière à offrir un panorama de l’Eglise dans le monde. Les tableaux sont extraits du dernier Annuaire statistique de l’Eglise et concernent les membres de l’Eglise, ses structures pastorales, les activités dans le domaine sanitaire, de l’assistance et de l’éducation. Entre parenthèses est indiquée la variation, augmentation ou diminution, par rapport à l’année précédente, selon la comparaison effectuée par l’Agence Fides.

Au 31 décembre 2012, la population mondiale était de 7.023.377.000 de personnes soit une augmentation de 90.067.000 par rapport à l’année précédente. L’augmentation globale concerne, cette année également, l’ensemble des continents, les augmentations les plus fortes se trouvant, une fois encore, en Asie et en Afrique , ces continents étant suivis par l’Amérique, l’Europe et l’Océanie. A cette même date du 31 décembre 2012, le nombre des catholiques était de 1.228.621.000 soit une augmentation totale de 15.030.000 de personnes par rapport à l’année précédente. L’augmentation concerne tous les continents. Elle est cependant plus forte en Amérique et en Afrique, continents suivis par l’Asie, l’Europe et l’Océanie .

Le pourcentage des catholiques a légèrement diminué, de 0,01%, s’établissant à 17,49%. En ce qui concerne les continents, des augmentations sont enregistrées en Amérique et en Asie, les diminutions concernant l’Europe et l’Océanie, alors que l’Afrique est stable.

Les stations missionnaires disposant d’un prêtre résident sont au total 1.847 et enregistrent des augmentations en Amérique, en Asie et en Océanie, les diminutions concernant l’Afrique et l’Europe. Les stations missionnaires sans prêtre résident ont vu leur nombre diminuer cette année encore, leur nombre s’établissant à 130.795 unités. Elles augmentent en Afrique et en Asie, alors qu’elles diminuent en Amérique, en Europe et en Océanie.

Lire la suite

« La vérité ne se réduit pas à des formules, mais elle est contenue dans les formules »

Lu aujourd’hui sur le site de « Famille chrétienne » :

« L’Église doit-elle modifier son langage pour être mieux comprise ? Éléments de réponse avec Norberto González Gaitano, professeur d’opinion publique à l’Université pontificale de la Sainte-Croix et coordinateur du groupe de recherche international Family and Media.

Au cours du Synode sur la famille, il a été plusieurs fois question d’adapter le langage de l’Eglise afin que sa doctrine sur la famille, le couple et la sexualité soit mieux comprise. La manière dont l’Eglise s’exprime est-elle un frein à l’acceptation de son enseignement ?

Il faut distinguer les textes du Magistère, ceux de la prédication et les témoignages. Les textes du Magistère sont très beaux et très vrais, pensons à Gaudium et spesFamiliaris consortio ou encore à l’encyclique Caritas in veritate. Mais personnellement, je ne connais personne qui ce soit converti par les textes du Magistère, à la différence de la Bible.
Le problème se trouve au niveau du langage de la prédication et du témoignage. Prenons un exemple. Autrefois, dans la prédication, il y avait peut-être trop d’insistance sur l’impureté, et pas assez sur la chasteté. Aujourd’hui encore, les prédicateurs ne parlent pas assez de la chasteté, et n’expliquent pas suffisamment cette vertu qui préserve l’amour de la corruption. Nous pourrions dire la même chose sur l’amour. L’amour peut être sentiment, l’amour peut être sexualité, l’amour peut être amitié, l’amour peut être sentimentalisme, mais dit-on suffisamment que l’amour, c’est d’abord se donner soi-même. Savons-nous l’expliquer ? S’il est difficile de se convertir à travers des textes, il est en revanche plus facile de le faire à travers des témoignages proches, mais des témoignages qui montrent concrètement ce qu’est l’amour, la famille ou encore la sexualité.

Certains participants au Synode ont émis le souhait de modifier des expressions comme « intrinsèquement désordonnés » ou « péché grave ». Si l’Eglise changeait certaines formulations, son message passerait-il mieux ?

On parle trop du langage. Le problème ne vient pas du langage, mais de la compréhension de la substance des choses. La vérité ne se réduit pas à des formules, mais elle est contenue dans les formules. Si je possède la vérité que quelques formules renferment, je possède la vérité et non ces formules. Mais si la personne n’est pas possédée par la vérité vers laquelle pointent les formules, elle ne sera pas en mesure de l’exprimer avec ses propres paroles. Elle risque alors de répéter des slogans, des stéréotypes, une doctrine morte. Il faut s’approprier la vérité recueillie dans les formules pour en témoigner. 

Lire la suite

Le programme 2014-2015 de la Communauté Saint-Jean de Banneux

Sans titre.pngcliquer sur l'image pour consulter le programme