Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO - Page 2

  • Avec le Père Xavier Dijon : entrer dans le mystère pascal en ce temps de confinement

    IMPRIMER

    De RCF :

    PÂQUES EN CONFINEMENT AVEC LE PÈRE XAVIER DIJON ET VÉRONIQUE BONTEMPS

    DIMANCHE 5 AVRIL À 13H30

    Pâques en confinement avec le Père Xavier Dijon et Véronique Bontemps

    Le père Xavier Dijon, jésuite, nous aide à entrer dans le mystère pascal en ce temps de confinement. Lors de cette première émission, il nous invite à vivre intérieurement le dimanche des rameaux.
    Il nous montre comment le Christ vient à nous et nous invite à le suivre.

  • Semaine Sainte et confinement; feuillet du mardi 7 avril : Prière pour un temps de calamité (Joseph Malègue)

    IMPRIMER

    2020_04_07_09_42_08_Greenshot.pngTELECHARGER le PDF

  • Un appel à l'aide des Petites Soeurs des Pauvres pour accompagner les personnes âgées

    IMPRIMER
    2020_04_07_09_38_43_Greenshot.png
    Accompagner les personnes âgées à travers la crise du Corona Organisé par Petites Sœurs des Pauvres - Belgique

    Madame, Monsieur,

    Les Petites Sœurs des Pauvres accueillent dans leurs 3 maisons de repos de Belgique  (Bruxelles, Namur et Anvers) plus de 260 personnes âgées de revenus modestes.

    ‘Rendre la personne âgée heureuse !’  
    C’est avec cette philosophie que les Petites Sœurs des Pauvres et l’ensemble de leur personnel œuvrent auprès des résidents, jour et nuit.

    Depuis le début de la crise que nous vivons  actuellement, nous nous battons quotidiennement pour lutter contre ce virus tellement agressif envers nos aînés.

    Pour protéger nos résidents et notre personnel, nous sommes obligés de nous procurer, tant que faire se peut, le matériel indispensable (Masques, blouses, gants, solutions désinfectantes, crème pour les mains détruites par les solutions hydro-alcooliques,…)

    En ces temps difficiles où le matériel vient à manquer,  cela occasionne des dépenses majeures non attendues.  A titre d’exemple le prix d’un masque chirurgical a quadruplé…

    Aujourd'hui, nous avons déjà mis en place un réseau de couturières pour fabriquer des masques en tissu , et la générosité fleurit aux 4 coins du pays !

    Les Petites Sœurs des Pauvres vivant en grande partie de dons tout au long  de l’année, elles ont encore plus besoin aujourd’hui de votre aide financière.

    Elles veulent avec toutes les équipes de Personnel des 3 résidences belges, accompagner et rester au chevet des plus fragiles.

    Voici le compte des Petites Sœurs des Pauvres de Bruxelles : BE79 0000 3547 6233

    Vous pouvez aussi verser de façon sécurisée sur ce Pot Solidaire en toute quiétude. 

    D’avance un tout grand merci pour votre soutien !

    François Trufin

    Cadre de Santé auprès des petites Sœurs des Pauvres

    Namur – Bruxelles - Antwerpen

    PARTICIPER au POT COMMUN SOLIDAIRE

  • L’homme a besoin de rituel

    IMPRIMER

    Via la revue de presse de l'Homme Nouveau :

    Le confinement obligé permet de rappeler que, même au plan naturel, l’homme a besoin de rituel. C’est ce que souligne une étude publiée dans l’AFS (avril) sous le titre Du rituel dans la vie ordinaire :

    Le rituel a aujourd'hui mauvaise presse, car il est compris comme synonyme de statique, de figé, de réactionnaire. Ce qui est chanté de nos jours est plutôt le changement, le neuf, le surprenant, "ce qui bouge". Tout doit participer à cette œuvre du progrès et les règles, jusqu'alors immuables, doivent être précipitées dans les précipices du passé, sans espoir de retour. (…) Plus que jamais, il est nécessaire de se raccrocher à des rites légitimes pour tenir bon dans la vie familiale notamment. Ce sont ces coutumes répétées qui forment comme un ciment unifiant les différents membres de la famille. Chacun s’y plie de bonne grâce car bien conscient de la nourriture intérieure qu’il reçoit ainsi. Sachant que la vie privée est l’îlot sur lequel s’élabore la résistance actuelle contre l’effondrement des mondes, il est d’autant plus précieux de l’entourer de rites qui lui permettent de demeurer droite et ferme. Par exemple, il n’est pas inutile d’être éduqué en respectant les règles de la politesse et de la courtoisie. Les révolutionnaires de 1789 avaient bien compris que le vandalisme contre la pierre devait s’accompagner de la destruction de l’esprit. Aussi édictèrent-ils des lois pour mettre à bas l’ancienne et exquise politesse qui réglait les rapports humains, jusque dans les plus humbles campagnes, sous la monarchie. En nivelant ainsi par le bas les relations entre les hommes, ces nouveaux maîtres espéraient vaincre toute opposition : abandon des titres, tutoiement obligatoire, mise à l’écart de toute formule de politesse, etc. (…) Il ne s’agit pas d’être "à cheval sur les principes", car cela n’a rien à voir avec le respect d’un rituel. Les sans-culottes étaient à cheval sur les principes et ces derniers conduisent toujours à la mort. Un rite fait vivre, il adoucit les mœurs et huile les rouages qui, sinon, sont grinçants et rouillés.

  • Le Vicariat "Evangile et Vie" du diocèse de Liège favorable à la libération de détenus non dangereux

    IMPRIMER

    Diocèse de Liège - Diözese Lüttich - Église catholique de Liège

    Covid-19 - Communiqué du Vicariat Evangile et Vie sur la situation actuelle dans les prisons

    Communiqué

    La situation actuelle dans les prisons interpelle.
    Le risque sanitaire est important pour les détenus et les agents et pour tous ceux qui se côtoient dans les établissements pénitentiaires. Notre pays doit agir en conséquence.

    Nous attendons du Ministre de la Justice et des autorités compétentes un signal fort et nous nous associons à toutes les requêtes qui vont dans ce sens. D'autres pays ont déjà montré la voie. La libération de détenus non dangereux, après dépistage et l’assurance qu’ils sachent où aller, ferait diminuer de façon conséquente le nombre de prisonniers et contribuerait à exposer moins de personnes au risque de la pandémie.

    Ce serait tout simplement un geste d’humanité.

    Pour le Diocèse de Liège,
    Baudouin CHARPENTIER
    Vicaire Episcopal

  • Il y a cinq cents ans : la mort de Raphaël

    IMPRIMER

    De Paolo Ondarza sur Vatican News :

    Les sompteuses Chambres de Raphaël aux Musées du Vatican.

    Il y a 500 ans mourait Raphaël, peintre universel

    Il y a cinq cents ans, le 6 avril 1520, Raphaël, le grand peintre des Chambres (Aux Musées du Vatican) et de la Transfiguration, s'éteignait à l'âge de 37 ans. Son art, profondément chrétien, est aussi une parole de réconfort en ces jours d'épreuve.

    Un artiste universel dont la peinture continue de parler aux hommes et aux femmes de tous les temps. C'est ainsi qu'est défini Raphaël, cinq cents ans après sa mort, par Marzia Faietti, la commissaire de la grande exposition monographique qui est consacrée à l'artiste aux Ecuries du Quirinal de Rome jusqu'au 2 juin. Malgré la fermeture temporaire de l'exposition en raison de l'épidémie de Covid-19, des visites virtuelles ont été mises en place pour permettre aux visiteurs d'apprécier de chez eux les plus de cent œuvres du Maestro, rassemblées pour la première fois dans le cadre de l'exposition romaine.

    Un art proche du monde contemporain

    Ces chefs-d'œuvre visibles sur internet - explique Marzia Faietti - «accompagnent notre séjour forcé à la maison». L'art de Raphaël est en fait «plus proche du monde contemporain que nous le pensons, poursuit-elle. Ce cinquième centenaire tombe en plein dans l'urgence sanitaire qui a frappé le monde entier. Raphaël est un artiste de la paix et du dialogue : ces valeurs sont plus que jamais d'actualité dans un moment historique où la solidarité est un besoin essentiel». La commissaire espère qu'une fois la quarantaine terminée, le grand public pourra profiter pleinement de la «beauté poignante» des nombreux chefs-d'œuvre exposés.

    Le regard qui émeut

    Marzia Faietti nous conduit idéalement dans les salles des Ecuries, invitant chacun à se laisser interroger par le regard «intelligent et transparent» du portrait de Baldassarre Castiglione, qui, venant du Louvre, rencontre immédiatement notre regard au premier étage de l'exposition. «C'est un spectacle émouvant. Baldassarre était humaniste, diplomate, mais il était avant tout un ami de Raphaël. Il a partagé avec lui des idées et des visions de la vie. Cette œuvre, ajoute Faietti, transmet la beauté de la valeur de l'amitié».

    L'extase peinte

    Toujours au premier étage, on ne peut que s'arrêter en admiration devant l'intensité du Portrait de Léon X entre les cardinaux Giulio de' Medici et Luigi de' Rossi de la Galerie des Offices, un musée qui a contribué de manière décisive à la réalisation de l'exposition avec 50 prêts. L'exposition se poursuit par un arrêt obligatoire devant l'Extase de Sainte Cécile, aujourd'hui conservée à la Pinacothèque Nationale de Bologne et réalisée à l'origine pour l'église de San Giovanni in Monte in Bologna. «L'œuvre se trouvait devant le retable de Pérugin peint pour la même église quelques années auparavant. La comparaison entre les langues est significative" à la fois parce qu'elle met Raphaël en dialogue avec son maître et parce qu'elle met en évidence "le saut révolutionnaire" fait par l'étudiant» souligne Marzia Faietti qui précise que Raphaël  Raffaello s'efforce de décrire une extase réussit comme jamais auparavant.

    La visite se poursuit à l'étage supérieur des Ecuries avec les peintures dédiées aux merveilleuses figures féminines : la Fornarina, la Velata et les Madones ; parmi elles, la Madone d'Alba venue de Washington qui se distingue par «une réinterprétation des schémas de Leonard de Vinci» et «la très affectueuse Madone Tempi» arrivée de la Pinacothèque de Munich. Enfin, le rappel mutuel entre l'autoportrait de jeunesse de Florence et l'autoportrait avec ami l'œuvre de la maturité de Raphaël.

    Sommet de l'art chrétien

    L'historien de l'art Rodolfo Papa, président de l'Accademie urbaine des Arts à Rome, s'attarde également sur l'universalité de la langue de Raphaël : «Raphaël est le point culminant de toute la culture artistique occidentale et chrétienne : il est l'aboutissement d'une tradition qui a conduit au développement d'un art propre au christianisme». Selon Rodoflo Papa, Raphaël reste «un modèle encore valable aujourd'hui» pour les inventions artistiques, ainsi que pour sa grande capacité de dessin. Parmi les nombreuses œuvres de la production d'Urbino, on ne peut oublier les célèbres tapisseries, extraordinairement exposées à la Chapelle Sixtine du 17 au 23 février dernier. "Celle qui représente la conversion de Paul - se souvient le professeur Papa - a influencé les fresques de la Chapelle Paoline de Michel-Ange et, à travers elles, le chef-d'œuvre homonyme Odescalchi du Caravage"». La grandeur de Raphaël réside ainsi dans sa capacité à contenir l'ancien, qui l'a précédé, et à inventer un art qui deviendra un modèle pour les siècles suivants.

    L'obscurité et la lumière de la Transfiguration

    L'art est une consolation. En ces temps marqués par l'épidémie de coronavirus, Rodolfo Papa se souvient de ce qu'il appelle le «plus grand chef-d'œuvre» de Raphaël, la Transfiguration qui est exposée aux Musées du Vatican. C'est l'œuvre que le Maître a peinte pendant les derniers jours de sa vie et qu'il voulait dans la chambre à coucher d'où il a rendu son dernier souffle. «C'est une peinture consolatrice parce qu'elle montre le chemin : dans le moment de besoin, de difficulté, de tribulation, d'obscurité», l'espoir est tourné vers la lumière de la Transfiguration du Christ. La peinture de Raphaël offre également une référence à la politique. «Face à la crise profonde d'une culture néo-libérale centrée sur le marché» et qui favorise la culture du rejet des plus faibles et des plus vulnérables, les fresques de la salle de la Signature au Vatican - explique encore Rodolfo Papa - nous rappellent sur quoi doit se fonder le bien commun : le droit, la philosophie, la théologie, la poésie et la peinture, fondements architecturaux sur lesquels doit se construire la polis selon la vision chrétienne, dans un savoir unique». 

  • Maisons de repos : le témoignage saisissant d'un infirmier

    IMPRIMER

    Du site de RTL Info :

    Infirmier dans un home, il livre avec émotion son témoignage: "C'est devenu un mouroir"

    Infirmier dans un home, il livre avec émotion son témoignage: "Les maisons de repos deviennent des camps d’extermination"

    Infirmier dans un home, il livre avec émotion son témoignage: "Les maisons de repos deviennent des camps d’extermination"

    Un tiers des victimes du coronavirus en Belgique résiderait dans des maisons de repos. Ce chiffre, c’est le député Georges Dallemagne qui le cite. Une chose est sûre: la peur et la colère des familles de seniors est grande. Celle de travailleurs dans les maisons de repos aussi.

    Nos seniors sont-ils en danger? Ce midi dans l'émission "C'est pas tous les jours dimanche", Christophe Deborsu donnait la parole à plusieurs citoyens qui travaillent quotidiennement dans des maisons de repos.

    "Si ça continue, les maisons de repos seront bientôt à moitié vides"

    La plupart ne veulent pas témoigner à visage découvert et nous livrent leur témoignage par téléphone. C'est le cas d'un infirmier du Brabant Wallon. Il déplore le manque de moyens et le manque de tests réalisés qui ne font qu'aggraver le nombre de cas. Pour lui, "si ça continue, les maisons de repos seront bientôt à moitié vides".

    "Nous n’avons pas des mesures d’hygiène qui correspondent à la situation actuelle. Malheureusement, on ne teste pas et on nous dit que au-delà de 75 ans on n’hospitalise pas. Le personnel, et je le déplore, n’est pas testé ou en tout cas n’a pas été testé à temps", explique-t-il par téléphone.

    "Les maisons de repos deviennent des camps d’extermination"

    "Cette crise est brutale et inattendue, mais le problème est vraiment qu’on ne dépiste pas les gens qui travaillent en maison de repos. On dirait que ça n’a aucune importance. Excusez-moi, je vais employer des mots très durs, je me lâche un peu, mais j’ai l’impression que les maisons de repos deviennent des camps d’extermination. Clairement et purement. Les personnes hospitalisées dont on ne sait que faire, on va les mettre dans des maisons de repos", dit-il avec émotion.

    "C’est devenu un mouroir, c’est honteux"

    "On ne nous donne aucun moyen de faire face à nos résidents et on nous envoie des gens de l’extérieur. Bien sûr qu’il faut s’occuper d’eux. On nous envoie des personnes âgées dont on ne peut plus rien faire, dont les hôpitaux considèrent que c’est du soin palliatif. Pour ne pas engorger les hôpitaux, et je peux le comprendre, on les met chez nous. Mais nous, nous n’avons pas suffisamment de protections pour nos propres résidents, on nous envoie les gens d’ailleurs. C’est devenu un mouroir, c’est honteux. A partir du moment où on ne nous donne pas de moyens, voilà ce qu’il va arriver, je le dis clairement. Si on ne fait rien dans les 15 jours à 3 semaines, vous allez avoir les maisons de repos qui vont continuer à dégringoler."

  • Le cardinal Pell est acquitté et retrouve la liberté

    IMPRIMER

    De Paul Smeaton sur LifeSiteNews :

    Featured Image

    Le cardinal Pell, acquitté à l'unanimité des accusations d'abus sexuels par la Haute Cour d'Australie, sera libéré

    «Il est alarmant qu'un homme ait dû passer près de 14 mois en prison sur le témoignage non corroboré d'un seul accusateur, malgré plusieurs alibis. Il est nécessaire que la police et le procureur répondent des accusations de poursuites malveillantes », a déclaré un ancien enfant de chœur à la cathédrale Saint-Patrick de Melbourne.

    6 avr.2020
     
    CANBERRA, Australie, 6 avril 2020 (LifeSiteNews) - La Haute Cour d'Australie a acquitté le cardinal George Pell de ses condamnations pour abus sexuels sur des enfants et a ordonné sa libération de prison, à l'unanimité des sept juges de la cour.

    "Je n'ai aucun ressentiment envers mon accusateur", a déclaré Pell dans un communiqué. «Je ne veux pas que mon acquittement s'ajoute à la douleur et à l'amertume que beaucoup ressentent.»

    John Macauley, un ancien servant d'autel à la cathédrale Saint-Patrick de Melbourne, a assisté au procès de Pell et à la récente audience d'appel, et a déclaré à LifeSiteNews que la décision d'aujourd'hui "est un grand soulagement pour ceux d'entre nous qui croyaient que la vérité finirait par émerger".

    "Le Cardinal est rentré volontairement de Rome pour laver son nom malgré tous les risques de se présenter devant un jury imprégné de propagande anti-Pell", a déclaré Macauley. "Chaque étape de cette saga juridique, qui remonte à cinq ans, a marqué d'une empreinte noire notre système judiciaire, mais tout est inversé aujourd'hui."

    Dans une déclaration mardi matin (heure australienne), la Haute Cour a annoncé: "Aujourd'hui, la Haute Cour a accordé l'autorisation spéciale de faire appel d'une décision de la Cour d'appel de la Cour suprême de Victoria et a reçu l'appel à l'unanimité. La Haute Cour a estimé que le jury, agissant rationnellement sur l'ensemble de la preuve, aurait dû avoir un doute sur la culpabilité du requérant pour chacune des infractions pour lesquelles il avait été condamné, et a ordonné que les condamnations soient annulées et que les verdicts d'acquittement soient inscrits à leur place."

    Pell, 78 ans, est en prison depuis février 2019 après qu'un jury l'ait reconnu coupable de deux chefs d'agression sexuelle contre un enfant le 11 décembre 2018. Il a toujours nié les accusations, qui reposent sur le témoignage non corroboré d'une seule personne. L'année dernière, la Cour d'appel de Victoria avait confirmé le verdict de culpabilité.

    Lire la suite

  • Témoignage : un séminariste-médecin au chevet des malades du coronavirus

    IMPRIMER

    D’Elisabeth Caillemer sur le site web de magazine « Famille Chrétienne »

    abbe-perruchot_article.jpg« L’abbé Thibaud Perruchot, 30 ans, est médecin et séminariste chez les Missionnaires de la Miséricorde Divine. Alors qu’il effectuait son stage inter-cycle (équivalent à la 4e année de séminaire) à Strasbourg, il s’est porté volontaire pour soigner les malades du coronavirus. Il a rejoint l’hôpital de Longjumeau dans l’Essonne.

    « Lorsque l’épidémie a commencé, j’ai pris contact avec la chef de service auprès de laquelle j’avais effectué mon stage d’internat aux urgences pour lui proposer mon aide. Elle a immédiatement accepté. Je suis arrivé à l’hôpital de Longjumeau le 19 mars, jour de la saint Joseph. J’ai été impressionné par la vitesse de réaction et la capacité d’adaptation du personnel de l’hôpital face à l’afflux des malades. Il a fallu séparer les patients les uns des autres, créer des unités « spécial covid ». Peu à peu, la plupart des unités ont été transformées pour accueillir les malades atteints par le coronavirus, à savoir près de 110 lits. Les autres patients ont été renvoyés chez eux ou transférés dans d'autres hôpitaux.

    Tous les matins, l’organisation de la veille doit être révisée. Nous vivons au jour le jour, face à l’afflux de malades l’hôpital a dû restructurer les urgences et même créer à l’arrache des lits de réanimation. Nous travaillons énormément avec un risque majeur de contamination. Nous manquons régulièrement de matériel : masques, tabliers, charlotte... et n’avons aucun stock d’avance. Hier j’ai dû attendre trois quart d’heure une charlotte pour prendre en charge un nouveau patient.

    Ce qui se passe actuellement est la conséquence d’une politique gouvernementale de réduction des coûts dans les hôpitaux menée depuis plusieurs années. Le système était déjà en surchauffe avant l’épidémie, aujourd’hui nous assistons à une véritable catastrophe. Des gens meurent faute de moyens pour les soigner. Un patient grave reste trois semaines en réanimation ce qui pose un vrai problème de turn over : il n’y a pas la place pour tout le monde. Lorsqu’un nouveau malade grave arrive et qu’il n’y a plus de lit de réanimation disponible nous le transférons ailleurs et dans tous les cas nous limitons les indications de réanimation car il n'y a pas de place pour tout le monde. Parmi les patients graves, nous ne gardons que les personnes les plus susceptibles de s’en sortir, c'est à dire les plus jeunes. Nous renvoyons à domicile ceux qui peuvent avoir de l’oxygène à la maison, un suivi médical rapproché et l'attention nécessaire à la fin de vie. Dans le cas contraire, ils sont admis dans une démarche de soins palliatifs en gardant l’espoir qu'ils puissent passer le cap.

    Malgré la tension psychologique et la fatigue qui arrive, les équipes tiennent le coup et gardent le moral. Il le faut de toute manière, car nous ne sommes pas encore parvenus au pic de l’épidémie qui va se produire dans quelques jours et qui nécessitera des besoins accrus en personnel. Espérons que ce dernier, particulièrement exposé dans les services de réanimations où les respirateurs sont de véritables distributeurs de microbes, sera opérationnel, sinon j'ignore comment nous allons faire pour gérer en même temps l’augmentation des hospitalisations et la baisse du nombre de personnel.

    A l’hôpital, les soignants savent que je suis séminariste. C’est l’occasion, avec ces anciens collègues, de parler spiritualité. Cette épidémie doit offrir aux chrétiens l’opportunité missionnaire de rappeler que Dieu est là, au milieu de nos détresses, qu’il ne nous abandonne pas, que grâce au Christ, la vie a déjà vaincu la mort. Cette espérance peut et doit être un baume pour tous ceux qui ne croient pas et qui sont en proie au désespoir face à cette vague épidémique. Il faut que les chrétiens témoignent de leur foi, et pour cela, il faut avoir une vraie vie de prière, plus intense encore. En ces derniers jours qui nous séparent de Pâques, tournons vers le Christ afin de rayonner de Sa Lumière auprès de tous nos frères ! »

    Élisabeth Caillemer »

    Ref.un séminariste-médecin au chevet des malades du coronavirus

    Un clic ici pour se connecter avec la communauté des missionnaires de la miséricorde

    Vivez les offices la Semaine Sainte en direct avec les Missionnaires de la Miséricorde

    JPSC

  • Le discours de la Reine Elizabeth II

    IMPRIMER

    Du site de l'Obs (nouvelobs.com) :

    La version française du discours de la reine Elizabeth II face au coronavirus

    « L’Obs » propose une traduction du discours que la reine a prononcé dans une très rare allocution télévisée, ce dimanche.

    S’adressant directement à la population depuis le château de Windsor, à l’ouest de Londres, la souveraine a fait allusion à la Seconde Guerre mondiale pour les inciter à faire preuve de résilience face à la maladie, qui a déjà tué près 5 000 personnes dans le pays.

    > Voir l’intégralité de son discours, sous-titré en français

    « L’Obs » vous propose la traduction suivante :

    « Je vous parle à un moment qui, je le sais, est de plus en plus difficile. Une période de bouleversement dans la vie de notre pays : un bouleversement qui a causé du chagrin à certains, entraîné des difficultés financières pour beaucoup, et d’énormes changements dans notre vie quotidienne à tous.

    Je tiens à remercier tous ceux de la NHS qui se trouvent en première ligne, ainsi que les travailleurs sociaux et les personnes qui jouent un rôle essentiel, qui poursuivent, dénués de tout égoïsme, leurs tâches quotidiennes, hors de leur foyer, pour nous soutenir tous. Je suis sûre que la nation se joindra à moi pour vous garantir que ce que vous faites est apprécié et que chaque heure de votre dur labeur nous rapproche d’un retour à des temps plus normaux.

    Je tiens également à remercier ceux d’entre vous qui restent à la maison, contribuant ainsi à protéger les personnes vulnérables et épargnant à de nombreuses familles la douleur déjà ressentie par ceux qui ont perdu des proches. Ensemble, nous nous attaquons à cette maladie, nous la vaincrons. J’espère que dans les années à venir, chacun pourra être fier de la façon dont il a relevé ce défi. Et ceux qui viendront après nous diront que les Britanniques de cette génération étaient aussi forts que les autres.

    Les attributs de l’autodiscipline, de la détermination bienveillante et de la camaraderie caractérisent toujours ce pays. La fierté de ce que nous sommes ne fait pas partie de notre passé, elle définit notre présent et notre avenir. Le moment où le Royaume-Uni s’est réuni pour applaudir ses soignants et ses travailleurs essentiels restera dans les mémoires comme une expression de notre esprit national : et son symbole sera les arcs-en-ciel dessinés par les enfants.

    Dans tout le Commonwealth et dans le monde entier, nous avons vu des histoires réconfortantes de personnes qui se sont rassemblées pour aider les autres, que ce soit en livrant des colis de nourriture et des médicaments, en surveillant leurs voisins ou en transformant des entreprises pour aider les secours.

    Et même si l’isolement peut parfois être difficile, de nombreuses personnes de toutes les confessions, et de toutes les religions, découvrent qu’il offre une occasion de ralentir, de s’arrêter et de réfléchir, dans la prière ou la méditation.

    Cela me rappelle la toute première émission que j’ai faite, en 1940, avec l’aide de ma sœur. Nous, alors enfants, parlions d’ici, à Windsor aux enfants qui avaient été évacués de leurs maisons et envoyés au loin pour leur propre sécurité. Aujourd’hui, une fois de plus, beaucoup ressentiront un douloureux sentiment de séparation d’avec leurs proches. Mais aujourd’hui comme alors, nous savons, au fond de nous, que c’est la bonne chose à faire.

    Si nous avons déjà été confrontés à des défis par le passé, celui-ci est différent. Cette fois-ci, nous nous joignons à toutes les nations du monde dans une entreprise commune, en utilisant les grandes avancées de la science et notre compassion instinctive pour guérir.

    Nous réussirons - et ce succès appartiendra à chacun d’entre nous. Nous devrions nous consoler en pensant que, même s’il nous reste encore beaucoup à endurer, des jours meilleurs reviendront : nous serons à nouveau avec nos amis, nous serons à nouveau avec nos familles, nous nous retrouverons. Mais pour l’instant, je vous adresse à tous mes remerciements et mes meilleurs vœux. »