29/10/2014

Bruxelles : Action Toussaint 2014

De la Lettre d'Information de catho-bruxelles.be :

Novembre 2014
Eglise catholique à Bruxelles - Action Toussaint 2014

Présence et prière dans les cimetières et sur le Web

 

Madame, Monsieur,

Chères amies, chers amis,

Le 1er novembre, les catholiques du monde entier célèbrent la fête de la Toussaint. Cette fête de tous les saints est dédiée à ceux et celles qui sont retournés auprès du Père, et sont entrés dans sa paix. Qu’il s’agisse des saints reconnus et vénérés durant l’année, ou des saints anonymes que compte chaque famille. Pour les croyants, la Toussaint représente une fête vivante et joyeuse, qui nous invite à placer notre espérance au-delà des limites de la mort physique. C’est un acte de foi, qui permet traditionnellement aux familles de consacrer une place spéciale à ses défunts. Ceci, de manière plus particulière le 2 novembre, ‘Jour des morts’, puisqu’il représente une journée de prière pour les défunts.  


A la Toussaint, on visite les tombes des proches, on partage un repas, on fleurit le colombier : mille et un gestes qui nous permettent d’entretenir la mémoire de ceux qui nous ont aimés, et que nous continuons à aimer.

 

Une présence dans les cimetières

Depuis plusieurs années, l’Eglise de Bruxelles accompagne discrètement ceux qui se rendent dans les cimetières de la ville. Cette année encore, un accueil sera organisé dans divers cimetières, les 1er et 2 novembre prochains. Ce sera l’occasion d’y recevoir un carton de prière (bilingue) que les familles pourront lire devant la tombe. Ici et là, un prêtre se tiendra à disposition des personnes qui souhaitent un temps d’écoute ou la bénédiction d’une tombe.

Très pratiquement, l’accueil sera organisé cette année dans les cimetières de Molenbeek-Saint-Jean, Uccle, Woluwe-Saint-Lambert, Wezembeek-Oppem, Kraainem, Anderlecht, Jette et Watermael-Boitsfort. Vous trouverez en pièce jointe le détail des différentes permanences.  Davantage de renseignements ici.

… et sur le Web

 

Tôt ou tard, nous sommes tous confrontés au deuil et à sa douloureuse traversée. Epuisement, chagrin, souffrance, colère et solitude prennent à la gorge. Le blog Deuil et Espérance est un espace de paix et de liberté, un espace de reconstruction de sens comme une main tendue, dans l’anonymat et le plus grand respect. Il est ouvert à toutes celles et ceux qui à la fois cherchent des espaces de réflexion, de recul, par rapport à une situation qui les dépasse, et aussi à qui souhaite avoir des réponses sur « l’après »… Un blog qui ne cache pas son identité catholique, mais souhaite d’abord rejoindre l’humanité souffrante avant d’étaler ses dogmes.  www.deuiletesperance.blogspot.be

La religion catholique, un formidable marteau pour taper sur la tête des enfants

artoff8347.jpgLe supplément "Culture" de la Libre présente aujourd'hui, sur deux pleines pages, le film allemand "Chemin de croix" ("Kreuzweg") avec ce titre: "La religion catholique est un formidable marteau pour taper sur la tête des enfants". Dans l'article les scénaristes  - qui ont obtenu l'Ours d'argent à Berlin - précisent qu'ils veulent dénoncer les intégrismes à travers le portrait d'une famille catholique (appartenant à une mouvance du type de celle de Mgr Lefèbvre) mais ils font remarquer que "ce qui est intéressant avec ce groupe de catholiques en particulier, c'est que ce qu'ils vous disent n'est pas très différent de ce que dit l'Eglise catholique majoritaire"

C'est donc bien le catholicisme qui est visé à travers ce film dont l'angle d'attaque ne manque pas d'habileté...

Voir la critique de ce film (qui mérite apparemment bien moins de bienveillance que celle manifestée par Hubert Heyrendt dans la Libre Culture) : http://www.critikat.com/actualite-cine/critique/chemin-de-croix.html

Cardinal De Paolis : les équivoques de la pastorale et de la miséricorde

Propos du Cardinal Velasio De Paolis extraits du livre dit des cinq cardinaux   "Demeurer dans la vérité du Christ, Mariage et communion dans l'Eglise catholique", un ensemble de textes rassemblés par Robert Dodaro, éd. Artège, 2014. à l’occasion du synode extraordinaire sur la famille :

LES ÉQUIVOQUES DE LA PASTORALE.

On oppose souvent la pastorale et la doctrine, morale ou dogmatique. Cette dernière serait abstraite, loin de la vie concrète ou de la spiritualité, et elle proposerait un idéal de vie chrétienne inaccessible aux fidèles. La pastorale s'opposerait au droit, parce que la loi étant universelle, elle règlerait la vie en général, tandis que la pastorale devrait s'adapter aux cas concrets.
Il s'agit là d'une vision erronée de la pastorale, laquelle est un art, l'art avec lequel l'Eglise s'édifie elle-même comme peuple de Dieu dans la vie quotidienne. C'est un art qui se fonde sur la dogmatique, la morale, la spiritualité et le droit, pour faire agir avec prudence dans les cas concrets. Il n'est pas de pastorale sans accord avec les vérités de l'Eglise et avec sa morale. Une pastorale en opposition avec les vérités crues et vécues par L'Eglise se transforme facilement en arbitraire nocif à la vie chrétienne elle-même.
A propos des lois, on ne peut omettre la distinction entre les lois de Dieu et les lois du législateur humain. Si, dans certains cas, ces dernières peuvent faire l'objet d'une dispense et ne pas obliger, on ne peut en dire autant des lois de Dieu, positives ou naturelles, qui n'admettent pas d'exception. De plus, si les actes prohibés sont intrinsèquement mauvais, ils ne peuvent être légitimés en aucun cas. Ainsi, un acte sexuel avec une personne qui n'est pas le conjoint n'est jamais admissible et ne peut jamais et sous aucun prétexte être déclaré licite. (…)

LES ÉQUIVOQUES DE LA MISÉRICORDE.

Jésus est le visage de l'amour de Dieu: il est amour quand il pardonne, guérit, cultive l'amitié, mais aussi quand il fait des reproches, reprend et condamne. La condamnation aussi relève de l'amour. La miséricorde est un aspect de l'amour, surtout l'amour qui pardonne. Dieu pardonne toujours, parce qu'il veut notre salut à tous. Mais Dieu ne peut nous pardonner si nous quittons obstinément la route du salut. En ce cas, l'amour de Dieu se manifeste dans le reproche et dans la correction, qui sont aussi des actes de miséricorde, mais non d'une "miséricorde" mal comprise, qui serait l'impossible légitimation de ce qui est mal, qui porterait à la mort ou la confirmerait.
Souvent la miséricorde est présentée comme opposée à la loi, et même à la loi divine. Cette vision est inacceptable. Le commandement de Dieu est une manifestation de l'amour avec lequel Il nous indique la route à emprunter pour ne pas nous perdre sur le chemin de la vie. Opposer la miséricorde de Dieu à sa loi, c'est créer une contradiction inacceptable. Souvent et à juste titre, on dit que nous ne sommes pas appelés à condamner les personnes; de fait, le jugement appartient à Dieu. Mais une chose est de condamner et une autre d'évaluer moralement une situation, pour distinguer ce qui est bien et ce qui est mal, en examinant si elle répond au projet de Dieu sur l'homme. 
Cette évaluation est nécessaire. Face aux différentes situations de la vie, comme celle des divorcés remariés, on peut et on doit dire que nous ne devons pas condamner, mais aider; toutefois, nous ne pouvons pas nous borner à ne pas condamner. Nous sommes appelés à évaluer cette situation à la lumière de la foi et du projet de Dieu et du bien de la famille, des personnes concernées et surtout de la loi de Dieu et de son dessein d'amour. Autrement nous risquons de ne plus savoir apprécier la loi de Dieu et même de la considérer comme un mal. Parfois, on en viendrait presque à dire que, s'il n'y avait pas la loi de l'indissolubilité du mariage, nous nous en porterions mieux. Aberration qui met en lumière les signes de déformation de notre façon de penser et de raisonner. (…) »

 C’est sur le site « Benoît et moi », ici : Les équivoques de la pastorale, et celles de la miséricorde, par le cardinal De Paolis

JPSC

Comment la Communauté Saint-Martin a pris sa place dans de nombreux diocèses français

La Croix consacre plusieurs articles à la Communauté Saint-Martin qui est installée dans une quinzaine de diocèses français. Quand seront-ils accueillis chez nous ? Ce ne sont pourtant pas les besoins qui manquent dans de nombreuses paroisses où le manque de prêtres se fait cruellement sentir alors que, de leur côté, les communautés religieuses deviennent de plus en plus rares même dans des villes importantes...

Présent dans une quinzaine de diocèses, comme à Soissons, ce corps mobile de prêtres et de diacres offre un recours aux évêques confrontés à une pénurie de moyens.

Dans le quartier de Saint-Crépin, à Soissons, Don Vincent, 47 ans, revêtu de sa soutane, désigne les barres d’immeubles où s’entasse une population pauvre et âgée. « Après-guerre, c’était encore un bidonville », dit-il en se référant au P. Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde, qui fit ses premières armes dans les paroisses ouvrières de l’Aisne. Le prêtre évoque aussi un taux de suicide élevé. Un peu plus loin, une vieille dame promène seule un petit chien. Don Vincent s’arrête, esquisse une caresse. « Il ne mord pas les curés au moins ? » La conversation s’engage. Un peu plus loin, un sexagénaire couvert de tatouages, occupé à balayer son balcon, interpelle le prêtre. « Je ne pratique pas mais je suis croyant… Je fais un signe de croix tous les matins. »« Venez nous voir, nous ne sommes pas loin ! », lui répond Don Vincent en désignant l’église Saint-Crépin, de l’autre côté de l’avenue.

À Soissons, où ils sont arrivés en 2011 sur appel de l’évêque, ceux qui les connaissent les nomment les « Don ». Au nombre de quatre, ils vivent en communauté dans le presbytère, face à la cathédrale. Ils appartiennent à la communauté Saint-Martin, un corps mobile de prêtres et de diacres à la disposition des évêques. Signes distinctifs : ils portent la soutane, affectionnent la liturgie grégorienne en latin – célébrée selon le missel de Paul VI – et se donnent entre eux du « Don », au lieu de « Père ». L’empreinte des premières années italiennes de leur communauté, fondée en 1976 par un prêtre français, l’abbé Jean-François Guérin.

Lire la suite sur le site de La Croix

Lire aussi :

Histoire : à propos de la « condamnation » des prêtres-ouvriers

L’intitulé de notre « post » sur Madeleine Debrêl n’a pas plu à tout le monde, dès lors qu’il différenciait son apostolat en milieu ouvrier de celui des prêtres du même nom. C’est pourtant un fait. L’aventure des prêtres-ouvriers c’est autre chose. Voici soixante ans (1954), Pie XII décida d’y mettre fin, sans trop y réussir d’ailleurs. Mais tout cela, qui a frappé notre jeunesse est devenu étranger au monde d’aujourd’hui : nous ne savons plus trop ce qu’est un « ouvrier » ni, parallèlement, ce qu’est « un prêtre ». Il y a des identités qui se perdent. Reste l’éclairage des historiens. Voici quelques considérations à ce sujet,  extraites d’un article déjà ancien paru sous le titre  «Nouvelles perspectives historiographiques sur les prêtres-ouvriers (1943-1954) » . 

JPSC

« (…) Rarement on aura observé un tel contraste entre le retentissement de cette affaire en 1953-1954 et l’oubli dans lequel elle a sombré depuis. Qui peut croire aujourd’hui qu’un esprit aussi attentif aux « signes des temps » que le dominicain Marie-Dominique Chenu a pu y voir à l’époque « l’événement religieux le plus important depuis la Révolution française » ?

Au point de départ, un livre célèbre, « La France, pays de mission ? »  des abbés Daniel et Godin, dont la sortie en librairie le 12 septembre 1943 a, au dire des contemporains, éclaté comme une « bombe » dans le milieu catholique. 100 000 exemplaires sont vendus en quatre ans et l’ouvrage quadrille d’emblée, et pour plusieurs années, le débat apostolique  (…).

« La France, pays de mission ? « » est directement à l’origine de la Mission de Paris qui va jouer un rôle matriciel dans l’histoire des prêtres-ouvriers. Le cardinal Suhard, archevêque de Paris depuis 1940, était depuis longtemps préoccupé par le problème de la déchristianisation. Il a fondé la Mission de France le 24 juillet 1941, dans le but de fournir des prêtres aux diocèses les plus dépourvus et de les former pour ce genre d’apostolat (…).  

Ils prennent rapidement la mesure de l’incroyance du milieu ouvrier, qui se révèle très différente, par-delà les analogies superficielles, du paganisme des hommes de l’antiquité ou des indigènes des colonies. L’anticléricalisme, qui fait partie de la culture du mouvement ouvrier, fait barrage à la réception du message religieux des nouveaux missionnaires. Du reste, sous la direction du parti communiste et de ses organisations satellites, jamais la classe ouvrière n’a été plus nombreuse, plus organisée et plus cohérente qu’au moment où ils entreprennent d’en faire la conquête. Enfin, ils découvrent la réalité de la lutte des classes, subie au quotidien avant d’être une notion sociologique ou un outil politique, et face à laquelle la doctrine sociale de l’Église, qui la récuse, leur paraît inadaptée.(…) 

Lire la suite

BXL, 18 novembre : conférence du Dr Alain de Broca : le soin au XXIe siècle

unnamed (2).jpgLe soin au XXIe siècle. 

De quel humanisme parlons-nous ?

Conférence le mardi 18 novembre à 20 heures

 

Avec le Dr Alain de BROCA, 
Neuropédiatre et Philosophe, Directeur de l’Espace de Réflexion Ethique Régional Picardie.

L’humain du XXIe siècle demande autre chose que du curatif ou du préventif.

Il veut aujourd’hui se prémunir, prédire, anticiper, dépister…
Quid du corps si fragile ?
Le soin restera-t-il encore une éthique en soi ?

Communiquer avec le patient sera-t-il encore une finalité du soin ? 

La conférence se déroulera au "NH Hôtel Grand Sablon" - Bruxelles 

Participation : 5 euros (Rafraîchissements offerts à l’issue de la conférence)

Inscription conseillée : ICI 

28/10/2014

L'Evangile du mariage selon Philippe Barbarin

(Zenit.org) "L'Evangile du mariage", par le cardinal Barbarin

(Inauguration de l'Année académique de l'Institut Jean-Paul II)

"Il s’agit de donner écho et de rendre audible, dans le contexte social et médiatique dans lequel nous vivons aujourd’hui, un message sur le mariage. Livrer une parole de vérité, comme un fondement anthropologique majeur qui demeurera toujours, malgré les méandres de l’histoire, les modes ou les initiatives des gouvernements", explique le cardinal Barbarin.

Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, et participant du récent synode sur la famille, a inauguré l'Année académique de l'Institut Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille, ce 28 octobre 2014, à l'Université pontificale du Latran. Il a expliqué la signification de l'expression "Evangile du mariage" aussi à la lumière des manifestations de 2012 et 2013. "Les trois axiomes (...) - pas de famille sans enfants, pas d’enfants sans parents et pas de parents sans alliance - offrent un beau résumé de notre foi. Ils découlent de la première ligne du Credo : nous croyons en un Dieu qui est Père, créateur et qui garde toujours la création entière dans sa main (c’est le sens exact de Pantocrator, imparfaitement traduit par « tout-puissant »). Ses enfants ne risquent donc pas de se trouver abandonnés, mais surtout, ils sont invités à entrer dans le déploiement de cette famille puisqu’ils ont été créés à l’image et à la ressemblance de Dieu", explique l'archevêque de Lyon.

Il rappelle aussi ce "principe simple qui est, pour moi, un élément essentiel de toute la catéchèse biblique et sacramentelle : dans la Bible, tout est nuptial". "N’est-il pas aisé, demande-t-il, de montrer que « l’Evangile du mariage » est la clé de compréhension du dessein divin ? Tout nous parle de mariage, depuis le moment de l’Incarnation."

Au seuil de l'Année de la vie consacrée, il souligne aussi que "l'on devrait expliquer que toutes les vocations se comprennent  à partir de l’Alliance et qu’elles se vivent toutes dans la logique de l’Alliance, les unes pour le vivre, les autres pour en témoigner", car "à leur manière, les vocations religieuses  et le célibat consacré témoignent aussi de la grandeur du mariage".

Il rappelle cette confidence du pape François: "Lors du Consistoire de février 2014, François nous a raconté l’histoire du choix du thème des synodes de cette année et de l’an prochain : « J’y ai vu la main de Dieu », a-t-il affirmé. "

Il évoque aussi la confiance dans l'intercession de sainte Thérèse de Lisieux qui a promis de "passer son Ciel à faire du bien sur la terre". Et il exhorte à s'engager aussi de façon décisive dans la prière.

Voici le texte intégral de cette réflexion passionnante qui "nous sera une référence tout au long de l'année", a déclaré le Recteur de l'Institut, Mgr Livio Melina.

A.B.

Conférence du card. Barbarin :

Lire la suite

Nigeria : le sort que le Boko Haram réserve aux adolescentes prises en otages

Nigeria : les femmes enlevées par Boko Haram forcées de commettre des attentats (source)

Les femmes et les jeunes filles enlevées par Boko Haram au Nigeria sont utilisées "en première ligne" lors des combats menés par le groupe terroriste, dénonce ce lundi l’ONG de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch (HRW).

Que deviennent les femmes et jeunes filles enlevées par le groupe terroriste Boko Haram ? Human Rights Watch répon en partie à cette question dans son dernier rapport. Selon l’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch, les femmes et les jeunes filles enlevées par Boko Haram au Nigeria sont utilisées « en première ligne lors des combats menés par le groupe islamiste ». L’ONG, qui compile plusieurs dizaines de témoignages d’ex-otages, fait état des nombreuses séquelles physiques et psychologiques dont souffrent celles qui sont libérées. 

Selon Human Rights Watch, ce rapport intervient au moment où trente adolescents, garçons et filles, dont les plus jeunes ont 11 ans, ont été enlevés, ce weekend, dans l’Etat de Borno, épicentre de l’insurrection islamiste, dans le Nord-Est. La semaine précédente, soixante autres filles et jeunes femmes ont été enlevées à Wagga et Gwarta, deux autres villes du sud de cet Etat. Ces deux enlèvements ont jeté de nouveaux doutes sur l’accord de cessez-le-feu que les autorités nigérianes ont annoncé avoir conclu, mi-octobre, avec Boko Haram, et qui prévoyait notamment la libération des 219 lycéennes enlevées à Chibok en avril et toujours aux mains des islamistes.Dans le rapport de HRW, une jeune fille de 19 ans retenue trois mois en otage par Boko Haram l’année dernière dit avoir été forcée de participer à des attaques islamistes. « On m’a demandé de porter les munitions et de m’allonger dans l’herbe pendant qu’ils se battaient. Ils venaient s’approvisionner en munitions, au cours de la journée, alors que les combats se poursuivaient », a-t-elle raconté. « Quand les forces de sécurité sont arrivées sur place et qu’elles se sont mises à nous tirer dessus, je suis tombée par terre, de peur. Les insurgés m’ont alors trainée sur le sol, en s’enfuyant vers le camp »". L’ex-otage raconte aussi reçu l’ordre d’égorger un des membres d’une milice privée capturé par Boko Haram, à l’aide d’un couteau. « Je tremblais, horrifiée, et je n’ai pas pu le faire. La femme du chef du camp a alors pris le couteau et elle l’a tué », ajoute-t-elle. D’après l’ONG, une série d’attentats-suicides ont été menés par des femmes, parfois très jeunes, plus tôt cette année, et certains s’étaient demandé si ces femmes pouvaient être des otages de Boko Haram. Rien ne permet cependant de prouver, pour l’instant, que les femmes-martyrs étaient des otages et non des combattantes volontaires.D’ailleurs en juillet, une petite fille de 10 ans avait aussi été arrêtée dans l’Etat de Katsina, dans le nord-ouest du Nigeria, avec une ceinture d’explosifs autour de la taille.

Madeleine Delbrêl : un autre catholicisme social à l’époque des « prêtres-ouvriers »

Madeleine Delbrêl (1904-1964) naît dans une famille indifférente à la religion. À l'âge de dix-sept ans, sa profession d'athéisme est radicale et profonde mais, en trois ans, suite à la rencontre d'un groupe d'amis chrétiens et à l'entrée chez les dominicains du garçon qu'elle aimait, elle prend en considération la possibilité de Dieu. Cette démarche, qu'elle fonde sur la prière et la réflexion aboutit à la foi vers l'âge de vingt ans.

Assistante sociale très active, elle s'installe avec quelques amies et travaille dans la banlieue ouvrière, à Ivry-sur-Seine, seule municipalité communiste de France en 1933. Elle se confronte alors avec l'athéisme marxiste, n'hésitant pas, à contre-courant, à annoncer l'Évangile.

Elle fonde une communauté de jeunes femmes qui se sont nommées « la Charité », avant d'être connues comme « Équipes Madeleine Delbrêl ». Il s'agit « d'y être le Christ » et non « d'y travailler pour le Christ ». La méthode ? rencontrer les gens où ils vivent, devenir leur ami, les recevoir chez soi, s'entraider.

En matière de travail social, elle rappelle la nécessité de développer des actions collectives en vue de faire évoluer les politiques sociales. Elle écrira en 1937 :

« Il est peut-être plus touchant de visiter, dans sa journée, cinq ou dix familles nombreuses, de leur obtenir à grand renfort de démarches tel ou tel secours ; il serait sans doute moins touchant mais plus utile, de préparer le chemin à tel texte légal qui améliorerait l’état familial de toutes les familles nombreuses connues ou inconnues de nous »

Quelques mois avant sa mort , en 1964, elle disait encore : « J'ai été et je reste éblouie par Dieu.»

Une future bienheureuse ? Nul ne le sait pour le moment. C'est en tout cas à Madeleine Delbrêl, cette haute figure du paysage et de l'histoire catholique de l'Eglise de France que La foi prise au mot (KTO) a décidé de s'intéresser cette fois-ci. A l'occasion du cinquantième anniversaire du décès de cette figure si attachante du catholicisme français 1964), deux invités viennent parler de sa vie, tous deux auteurs d'une nouvelle biographie sur celle qui fut assistante sociale en milieu communiste : le père Gilles François, vicaire épiscopal de Créteil et postulateur de la cause en béatification de Madeleine Delbrêl, et le père Bernard Pitaud, prêtre de Saint-Sulpice, professeur émérite de spiritualité à l'Institut catholique de Paris. Quelle fut donc la vie de cette femme mystique ? Qu'a-t-elle fait qui mérite ainsi de l'élever sur les autels ? Regards croisés de deux spécialistes sur une femme de plus en plus connue en France et même au-delà.

 

JPSC

D'après le pape, la famille chrétienne et le mariage n'ont jamais été attaqués comme aujourd'hui

De l'Osservatore Romano :

Le Pape recommande au mouvement de Schönstatt accompagnement et proximité avec les familles

Il y a besoin d’une pastorale « corps à corps » – c’est-à-dire « un chemin ensemble, dans la proximité et dans l’accompagnement de chacun » – parce que « la famille chrétienne et le mariage n’ont jamais été attaqués comme aujourd’hui ». C’est ce qu’a affirmé le Pape François au cours de la rencontre avec huit mille membres du mouvement de Schönstatt, qui s’est déroulée ce matin, samedi 25 octobre, dans la Salle Paul VI.

En répondant de manière improvisée en espagnol à cinq questions, le Pape a à nouveau affronté le thème de la famille qui a caractérisé le récent synode des évêques. « Combien de familles – a-t-il constaté – sont blessées, combien de mariages sont finis, combien de relativisme y a-t-il dans le sacrement du mariage, du point de vue sociologique et des valeurs humaines ». Alors les discours ou les déclarations de principe ne sont pas suffisants ; il faut en revanche « perdre du temps » avec les personnes, comme l’a fait Jésus. Et surtout il faut préparer les fiancés, qui confondent le sacrement avec le rite et tombent dans la « culture du provisoire » en oubliant le « pour toujours ». En outre il ne faut pas négliger les enfants, premières victimes des séparations des parents. Bref, il s’agit d’ « accompagner sans faire de prosélytisme. Une parole aujourd’hui, une action demain, pour faire prendre conscience aux jeunes ».

Parmi les autres thèmes affrontés par le Pape, celui de la pédagogie qui a comme modèle d’éducatrice la Vierge : celle, ainsi qu’il l’a définie, « qui sait faire d’une étable d’animaux la maison de Jésus ». Sans son aide – a-t-il averti – l’Eglise serait un orphelinat. En parlant ensuite aux nouvelles générations, François a relancé l’importance du témoignage. Surtout, il a indiqué le trinôme « oraison, prière, mission ». Parce que, a-t-il dit, une Eglise qui ne sort pas se transforme en une élite réservée uniquement à de petits groupes.

Répondant ensuite à une question sur la foi personnelle, l’Evêque de Rome a réaffirmé la nécessité de s’abandonner à Dieu dans la prière. Il faut prier avec courage, a-t-il recommandé, parce que parfois nous sommes faibles ; et pour ce faire il faut regarder les choses non pas depuis le centre, mais depuis la périphérie, parce qu’ainsi la vérité se perçoit mieux.

Enfin, sur la nécessité du renouvellement de l’Eglise il a demandé avant tout la sainteté. Que l’on obtient – a-t-il expliqué – avec la liberté de l’esprit, en sachant que le centre est toujours Jésus, tandis que l’apôtre est simplement un serviteur.

Le pape François rend hommage à son prédécesseur

De zenit.org (Anne Kurian) :

"Benoît XVI, un grand pape": hommage appuyé du pape François

« Benoît XVI : un grand pape » qui « apparaîtra toujours plus grand de génération en génération » : c'est en ces termes que le pape François rend hommage au pape émérite : « Remercions Dieu pour le don qu'il a fait à l’Église et au monde avec l'existence et le pontificat du pape Benoît. »

Le pape François a inauguré un buste en bronze, œuvre du sculpteur Fernando Delia, en honneur de Benoît XVI, ce lundi matin, 27 octobre 2014, à la "Casina Pie IV", siège de l’Académie pontificale des sciences, dans les jardins du Vatican.

Il a offert un vibrant hommage au « cher pape Ratzinger », un pape, « grand par la force et la pénétration de son intelligence, grand par sa contribution majeure à la théologie, grand par son amour à l'égard de l’Église et des êtres humains, grand par sa vertu et sa religiosité ».

Le don de l'existence et du pontificat du pape Benoît

« Tandis que le buste était dévoilé, j'ai ressenti dans mon âme une émotion joyeuse », a-t-il confié : « Ce buste de Benoît XVI évoque la personne et le visage du cher pape Ratzinger... et son esprit : ses enseignements, ses exemples, ses oeuvres, sa dévotion à l’Église, sa vie "monastique" actuelle ».

« Cet esprit, loin de s'effriter avec l'usure du temps, apparaîtra toujours plus grand et puissant de génération en génération », a-t-il affirmé en résumant : « Benoît XVI: un grand Pape ». « Remercions Dieu pour le don qu'il a fait à l’Église et au monde avec l'existence et le pontificat du pape Benoît ».

Le pape François a souligné que l'amour de Benoît XVI « pour la vérité » ne se limitait pas « à la théologie et à la philosophie », mais s'ouvrait « aux sciences » : « Son amour pour la science se reflète dans sa sollicitude pour les scientifiques, sans distinction de race, nationalité, civilisation, religion ».

Une sollicitude exprimée à l’Académie : « Benoît XVI a invité, pour la première fois, un Président de cette Académie à participer au synode pour la nouvelle évangélisation, conscient de l’importance de la science dans la culture moderne », a-t-il rappelé.

Cependant « on ne pourra jamais dire de lui que l'étude et la science aient endurci sa personne et son amour à l'égard de Dieu et du prochain », a ajouté le pape François : « au contraire, la science, la sagesse et la prière ont élargi son cœur et son esprit ».

Inde : des chrétiens attaqués par des hindouistes

Chhattisgarh : nouvelle attaque de chrétiens par le Bajrang Dal

source : Eglises d'Asie

La nouvelle fait la Une de tous les journaux indiens ce lundi 27 octobre : dans le village de Madota dans l’Etat du Chhattisgarh, une douzaine de chrétiens ont été gravement blessés dans une attaque menée par l’organisation hindouiste du Bajrang Dal. Depuis des mois, les tensions interreligieuses et les affrontements entre les communautés chrétiennes et hindoue vont croissant dans cet Etat du centre de l’Inde, tout particulièrement dans le district de Bastar, majoritairement aborigène. Mais l’arrivée au pouvoir de Narendra Modi, du Bharathya Janata Parti (BJP) en mai dernier, a soutenu la montée d'une nouvelle vague d'intolérance religieuse, dont « l’affaire des gram sabha » qui a attiré l’attention de l’opinion publique et des médias indiens .

S’appuyant sur la loi anti-conversion en vigueur dans l’Etat (Chhattisgarh Freedom of Religion Act), les gram sabha (1) d’une cinquantaine de villages du Bastar, avaient en effet voté en juin dernier, des résolutions interdisant sur leur territoire« tout prosélytisme religieux, prière, cérémonie ou discours non-hindous ». Un dispositif visant tout particulièrement les chrétiens dont l'augmentation du nombre de convertis est un sujet de préoccupation constante pour les assemblées de villages.

Les organisations chrétiennes avaient immédiatement saisi la Haute Cour de l’Etat afin que soient annulées les décisions des gram sabha, et l’affaire est actuellement en cours.

C’est dans ce contexte tendu que les chrétiens du village de Kotwar avaient été invités par les autorités du district à venir« discuter » avec des représentants hindous, dans un « esprit de médiation ». Cependant, au lieu de la rencontre prévue, les chrétiens s’étaient retrouvés seuls, sans aucun représentant officiel, face aux militants hindous, qui leur avaient tendu un guet-apens, dénonce aujourd’hui Arun Pannalal, président du Chhattisgarh Christian Forum (CCF).

Lire la suite