Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO - Page 3

  • Une messe qui bat un record d'audience

    IMPRIMER

    Lu sur la Libre de ce jour (p.25) :

    Espagne : Record d’audience pour la messe télévisée

    Le parti de gauche radicale espagnol Podemos s'est attaqué à la diffusion de la messe à la télévision, provoquant un record d'audience pour la messe du dimanche et une pétition qui continuait mercredi à recueillir des milliers de signatures. Le groupe parlementaire Unidos Podemos a déposé une proposition de loi publiée la semaine dernière visant à la suppression de ce programme de la deuxième chaîne publique de télévision, qui diffuse aussi des émissions pour les musulmans, les évangélistes et les juifs. Les conservateurs du Parti Populaire au pouvoir ont fait campagne cette initiative et la messe de dimanche a été suivie par un record de 1,2 million de spectateurs, du jamais vu depuis 2004, selon la télévision publique. Le taux d'audience a dépassé les 21% contre 7% habituellement, a précisé un porte-parole de TVE. Dans le même temps, l'Association espagnole des avocats chrétiens a lancé une pétition contre la suppression du programme, qui avait recueilli mercredi près de 82.000 signatures.

  • Priver des personnes de leur travail est un péché très grave

    IMPRIMER

    D'Anne Kurian sur zenit.org :

    Italie: ôter leur travail aux personnes est « un péché très grave »

    C’est « un péché très grave » que d’ôter aux travailleurs leur emploi, a averti le pape François à l’audience générale du 15 mars 2017. Il a souligné « l’obligation » des dirigeants « de tout faire pour que tout homme et toute femme puisse travailler ».

    Au terme de la rencontre, le pape a adressé une « pensée spéciale » à une centaine d’employés de “Sky Italia”, présents place Saint-Pierre. Six-cent employés de la société de télévision de la Péninsule sont actuellement confrontés à un plan de licenciement – qui toucherait 200 employés – et de relocalisation de Rome à Milan.

    « Je souhaite, a-t-il déclaré, que leur situation professionnelle puisse trouver une solution rapide, dans le respect des droits de tous, spécialement des familles ».

    Puis le pape a ajouté quelques paroles d’abondance de cœur, déclenchant les applaudissements de la foule : « Le travail nous donne dignité et les responsables des peuples, les dirigeants, ont l’obligation de tout faire pour que tout homme et toute femme puisse travailler et ainsi garder la tête haute, regarder en face les autres avec dignité ».

    « Celui qui, pour manœuvres économiques, pour faire des négociations pas tout à fait claires, a lancé le pape, ferme des usines, ferme des entreprises et ôte leur travail à des hommes, cette personne commet un péché très grave ».

  • La culture de mort ou la dérive totalitaire des démocraties modernes

    IMPRIMER

    De Joël Hautebert sur le site de "L'Homme Nouveau" :

    À propos du totalitarisme et de la terreur, à l’école d’Hannah Arendt

    Dans ses encycliques Veritatis splendor (nn. 99 et 101) et Evangelium vitæ (nn. 20 et 96) publiées en 1993 et en 1995, le saint pape Jean-Paul II dénonçait la possible dérive totalitaire des démocraties modernes. Ces fermes mises en garde suscitèrent bien des réactions d’émoi. D’aucuns ont pu penser et pensent encore que les propos du pape faisaient preuve d’un anachronisme coupable ou bien qu’ils révélaient un défaut de rigueur conceptuel par l’emploi inapproprié du substantif « totalitarisme ». Telle n’est pas notre opinion, car il nous semble au contraire que la culture de mort revêt un caractère systémique dans nos régimes contemporains, similaire à ce que l’on a pu observer dans le passé. Pour s’en convaincre, il convient de reprendre l’une des analyses les plus perspicaces du système totalitaire, celle proposée par Hannah Arendt dans les années 1950, à partir des expériences politiques national-socialiste et soviétique.

    Deux critères : idéologie et terreur

    Aux yeux de la célèbre philosophe juive allemande, le concept de totalitarisme repose essentiellement sur les deux critères suivants : l’idéologie et la terreur. L’idéologie est présentée comme le moteur du régime, c’est-à-dire ce qui fait agir tant les gouvernants que les citoyens. La terreur correspond à la nature du régime, ce qui le fait être, comme on peut dire que la nature de la monarchie consiste dans le fait qu’elle soit dirigée par un roi, l’aristocratie par une élite, etc. Conséquence selon Hannah Arendt de la faillite du sens commun, l’idéologie est un système d’explication du monde déconnecté du réel et de l’expérience. Les idéologies totalitaires, révolutionnaires, sont progressistes car elles énoncent l’idée d’un mouvement permanent, fondé sur des lois prétendument scientifiques, celle de la « nature » [qui n’a strictement rien à voir avec la conception classique de la loi naturelle ou du droit naturel] (évolutionnisme de Darwin appliqué à la race), d’un côté et celle de l’histoire, de l’autre (marxisme).

    Lire la suite

  • Apparitions et messages surnaturels : quand l'Eglise discerne

    IMPRIMER

    De Christophe Herinckx (Fondation Saint-Paul) sur cathobel.be :

    Les manifestations surnaturelles dans l’Eglise

    Le 26 février dernier, l’actuel évêque de Mostar en Bosnie-Herzégovine, Mgr Ratko Perić, a réfuté le caractère authentique des apparitions de la Vierge Marie à Medjugorje, situé sur le territoire de son diocèse. Cette déclaration ne présage cependant pas de la décision finale de l’Eglise catholique concernant ces apparitions présumées.

    La déclaration de Mgr Ratko Perić a suscité un émoi certain parmi les chétiens proches de ce que l’on pourrait appeler la dévotion de Medjugorje. Afin de dissiper certains malentendus, voire certaines rumeurs, il peut être utile de revenir sur les principales étapes du processus de discernement – en cours depuis de nombreuses années – concernant les événements de ce petit village de Bosnie-Herzégovine. Commençons cependant par rappeler quels sont les critères de l’Eglise, et les procédures prévues, pour discerner l’authenticité, ou non, des apparitions mariales, comme des révélations dites « privées ».

    Tout d’abord, il est essentiel de comprendre qu’il revient bien aux pasteurs de l’Eglise de discerner, et donc de confirmer ou d’infirmer, la réalité d’événements surnaturels tels que des apparitions mariales. Cela fait partie de leur mission reçue du Christ, sous la conduite de l’Esprit Saint.

    Au cours de l’histoire, les papes, mais plus souvent les évêques, ont eu à se prononcer sur une multitude de phénomènes de ce type, en particulier lorsque des abus, malheureusement fréquents, se manifestaient. Pour ce qui concerne les apparitions et les révélations privées, les procédures de discernement ont été codifiées dans un document de 1978, élaboré par la Congrégation pour la doctrine de la foi, et approuvé par le pape Paul VI.

    Des critères positifs et négatifs

    Ce document (intitulé « Normes procédurales pour le discernement des apparitions et révélations présumées ») désigne l’évêque du diocèse concerné comme étant la première autorité compétente. C’est à lui que revient, en première instance, la « charge d’être vigilant ou d’intervenir« . A ce titre, l’évêque devra mener une enquête approfondie, afin de déterminer, si possible, la nature de la manifestation surnaturelle. C’est une commission qui, en général, sera chargée de cette enquête, avec la participation de théologiens mais aussi, notamment, de médecins et de psychologues.

    Lire la suite

  • ARTE, cette chaîne qui nous veut du bien...

    IMPRIMER

    Lu sur le site de l'Observatoire des Journalistes et de l'Information Médiatique (OJIM) :

    [DOSSIER] LA COMEDIA MILITANTE D’ARTE

    À BIENTÔT 30 ANS, ARTE VEUT TOUJOURS ÊTRE UNE CHAÎNE DE TÉLÉVISION CULTURELLE LIBÉRALE/LIBERTAIRE ET PRO-EUROPÉENNE. N’EST-ELLE PAS LE BÉBÉ DE FABIUS ET DE BERNARD-HENRY LÉVY ? DEPUIS 2012, ÉLISABETH QUIN, FORMÉE À SOS RACISME, Y TIENT LE HAUT DU PAVÉ POUR LES QUESTIONS POLITIQUES, ÉCONOMIQUES ET SOCIALES. REGARDER LE JOURNAL ET LE MAGAZINE 28 MINUTES DU 28 FÉVRIER 2017 INDIQUE UNE ÉTRANGE MANIÈRE DE FAIRE DU JOURNALISME : L’INFORMATION/AMALGAME…

    Le budget alloué par l’État français à Arte était de 264 millions en 2016. Trois fois le budget de BFM. Arte, « l’une des plus couteuses du paysage audiovisuel français si on rapporte son budget à son audience », selon Challenges. La chaîne atteint 2 % d’audience près de 30 ans après sa création. Elle est connue pour son cinéma d’auteur, ses émissions franco-allemandes mais aussi pour ses séries, Cannabis ou Beau séjour. Sa tête de gondole demeure le documentaire : 40 % du temps d’antenne. L’audience aurait augmenté de 50 % en 5 ans. Arte ne dépasse pourtant pas ce plafond de verre des 2 %. Pourquoi ?

    ARTE, UNE CHAÎNE QUI VOUS VEUT DU BIEN…

    En 2016, le PDG du holding Arte GEIE, Peter Boudgoust, le disait : face au « repli sur soi », Arte veut « une Europe de l’intégration et du métissage ». Pour faire vivre « l’Europe de la culture ». La présence d’Elisabeth Quin est donc logique. Quin ? Journaliste de Ça bouge dans ma tête, radio de SOS Racisme, présidente du jury de la Queer Palm à Cannes en 2011, elle arrive sur Arte en 2012 pour animer 28 minutes, magazine qui suit le Journal. Quin, militante libérale-libertaire. Les dominantes de l’information d’Arte ne surprendront donc pas : les migrations, les réfugiés maltraités, le danger Front National, les menaces autoritaires (Poutine, Erdogan, Trump), le racisme, l’antisémitisme, le capitalisme prédateur. Dominantes parfois portées par des blogueurs à la mode, ainsi Mehdi Meklat et Baroudine Saïd Abdallah, les kids de Pascale Clark. Ces thèmes sont au rendez-vous de la soirée d’informations du 28 février 2017.

    Lire la suite sur le site de l'OJIM

  • La Turquie en route vers un régime autoritaire ?

    IMPRIMER

    De Francesca Miglio sur le site "Oasis" :

    La Turquie vers le présidentialisme autoritaire de Erdoğan

    Le référendum constitutionnel se tiendra en Turquie le 16 avril 2017. La proposition de réforme de la Constitution promue par l’Akp de Erdoğan introduit le présidentialisme

    À la fin janvier, le parti Justice et Développement (Akp), au gouvernement en Turquie avec le président Recep Tayyip Erdoğan depuis 2002, est parvenu à obtenir l’approbation du Parlement sur la réforme de la Constitution. La nouvelle proposition introduit le système présidentiel dans le pays, en concentrant le pouvoir dans les mains du président. Avec les modifications prévues, les prochaines élections se tiendront en 2019 et, au cas où Erdoğan serait à nouveau élu, il resterait en fonction pour cinq années supplémentaires, jusqu’en 2024.

    Relations en crise

    Les tensions avec l’Allemagne ont augmenté ultérieurement au début 2017. Sur trois millions de résidents turcs dans le pays européen, un million et demi voteront au référendum de mi-avril, et ce sont eux qui regardent avec intérêt le développement des relations entre les deux pays. L’accord sur les flux migratoires, en vigueur entre l’Union européenne et la Turquie depuis mars dernier, a été atteint grâce au soutien de la chancelière Angela Merkel. Mais, depuis, les rapports ont dégénéré. Le débat qui a débuté à la fin février a eu un grand écho dans la presse, locale et internationale, avec l’arrestation en Turquie de Deniz Yücel, journaliste turc correspondant pour le journal allemand Die Welt. L’Allemagne a accusé le gouvernement turc d’être antidémocratique et de s’engager sur la voie de l’autoritarisme, en particulier avec la proposition de la réforme constitutionnelle. La réponse de Erdoğan ne s’est pas fait attendre : le président a affirmé que la manière d’agir allemande est comparable à celle des nazis, en suscitant la réaction plus que contrariée de Berlin. La Hollande aussi a empêché aux leaders politiques turcs d’organiser des rassemblements en faveur du « Oui », faisant ainsi, comme l’explique Marta Ottaviani, une campagne involontaire pour le Président.

    Lire la suite sur "Oasis"

  • Royaume-Uni : les lords ne souhaitent pas que les bébés handicapés voient le jour

    IMPRIMER

    ROYAUME UNI : LES LORDS « NE SOUHAITENT PAS QUE LES BÉBÉS HANDICAPÉS VOIENT LE JOUR »

    synthèse de presse bioéthique de genethique.org

    Le projet de loi déposé par Lord Shinkwin, visant à restreindre l’avortement pour cause de handicap a été rejeté. Au Royaume Uni, l’avortement de fœtus handicapé est possible jusqu’à la fin de la grossesse, mais Lord Shinkwin, lui-même atteint d’un handicap, proposait de restreindre cette limite à 24 semaines (cf. Royaume-Uni : Un projet de loi visant à restreindre l'avortement pour cause d’invalidité progresse). Au terme de cinq mois de débats, le 24 février, ses pairs ont rejeté la proposition.

    Lord Shinkwin a alors déclaré : « Ce que je ne comprends pas, c'est qu’après la naissance, je peux être assez bon pour que le premier ministre et la reine m'envoient à la Chambre des lords, mais avant la naissance, je fais partie d'un groupe de personnes souffrant de maladies congénitales qui sont systématiquement tuées ». Il a dénoncé le fait que ses collègues « ne souhaitent pas que les bébés handicapés voient le jour ».

    Entre 2005 et 2015, le nombre d'avortements pour cause d’invalidité a augmenté de 68%. 90% des fœtus atteints de trisomie 21 sont avortés au Royaume-Uni.

    Pourtant, les résultats d'un sondage ComRes, publié la semaine dernière, montrent que le public soutient le changement proposé par Lord Shinkwin. En outre, plus de la moitié des personnes interrogées ont convenu qu'autoriser l’avortement en raison du handicap « crée la perception que le handicap est une tragédie ».

    Sources: Evening Standard, Kate Proctor (13/02/2017)

  • Appel urgent de caritas pour l'Afrique de l'Est où la famine sévit

    IMPRIMER

    Newsletter Caritas International
    Afrique de l'Est

    La situation en Afrique de l'Est est dramatique

    Aidez-nous à apporter une aide d’urgence aux victimes.

    Les Nations Unies et le gouvernement du Soudan du Sud ont déclaré l’état de famine. 5 millions de personnes y ont d’urgence besoin d’aide alimentaire. Elles sont 20 millions dans la région à être menacées par la faim.

    Aujourd’hui, au Soudan du Sud, Caritas vient déjà en aide aux familles prises au piège à Yei, ainsi qu’à celles et ceux qui ont trouvé refuge dans le camp de Bidi Bidi en Ouganda. En l’espace de quelques mois, cette plaine inhabitée est devenue le second camp de réfugiés de la planète. Votre aide ne peut attendre.
     
    Nous avons d’urgence besoin de votre soutien pour pouvoir distribuer des colis alimentaires. Un  colis alimentaire coûte  30 euros, ce qui correspond plus ou moins à 1 euro par jour pour venir en aide à une famille pendant tout un mois.
     
    Combien de jours accepteriez-vous d’aider une famille?
    7 jours = 7 euros
    40 jours = 40 euros
    90 jours = 90 euros 

    Ou sur le compte de Caritas BE 88 0000 0000 4141 en mentionnant « 5643 Famine Soudan du Sud »
    Chaque jour compte
    Merci

         BE88 0000 0000 4141

         infofr@caritasint.be
         www.caritasinternational.be


       
    Caritas International Rue de la Charité 43 - 1210 Bruxelles

  • Bruxelles, 26 mars : Marche pour la Vie

    IMPRIMER

    Dimanche 26 mars 15h Mont des arts : Marche pour la vie !

    Faire de l’avortement un droit, autoriser l’interruption volontaire de grossesse jusqu’à 20 semaines, supprimer le délai de réflexion entre la demande d’une IVG et son exécution, retirer de la loi toute référence à la notion de détresse pour la femme, autoriser l’euthanasie de personnes démentes sans leur accord, obliger toutes les institutions à pratiquer l’euthanasie en leurs murs, rendre la déclaration de fin de vie illimitée dans le temps, légaliser la gestation pour autrui, telles sont les propositions de loi en discussion pour le moment au Parlement.

    Le dimanche 26 mars, nous manifesterons :

    • pour un soutien matériel, psychologique et affectif aux femmes qui désirent garder leur enfant et pour la protection des enfants à naître.
    • pour un accompagnement véritablement humain des grands malades et des personnes en fin de vie et pour défendre leur droit à vivre dignement jusqu’à leur mort naturelle.
    • pour le respect de la liberté de conscience des médecins et des institutions qui refusent de pratiquer l’euthanasie.
    • pour que la composition de la commission de contrôle de la loi sur l’euthanasie soit effectivement pluraliste et reflète les différentes conceptions philosophiques.
    • pour l’interdiction de la pratique de la gestation pour autrui, une pratique qui dans les faits encourage le trafic des enfants et l’exploitation des femmes précarisées.

     Plus d’infos sur www.marchforlife.be

    A l’occasion de la Journée internationale de la trisomie 21 du 20 mars, signez la pétition internationale StopDiscriminatingDow pour empêcher l’avortement sélectif des enfants trisomiques.

    http://stopdiscriminatingdown.com/fr/signer-la-petition-internationale/#

    Plus d’informations sur le site de la Fondation Lejeune

    https://www.fondationlejeune.org/conference-stop-discriminating-down-defendre-enfants-trisomiques-a-lonu/

    unnamed.jpg

    De Mars voor het Leven 2017 zal een groot succesverhaal worden; we zullen er allen verenigd zijn om de eerbied voor het menselijk leven, vanaf de bevruchting tot zijn natuurlijke einde, te verdedigen.

    La Marche pour la Vie 2017 s’annonce être un grand succès, nous y serons tous unis pour défendre le respect de la vie humaine de sa conception jusqu’à sa mort naturelle.

    Les tracts et affiches se répandent dans toute la Belgique... Pas encore par chez vous ? Demandez-en à l'adrese flyer@marchforlife.be , ou venez en chercher à 
    Rue de la Loi 42 à 1000 Bruxelles
    Avenue Van Goolen 27 à 1200 Bruxelles (Woluwé-Saint-Pierre)
    Rue Meyerbeer 82 à 1190 Bruxelles (Forest/Uccle) 
    Rue Besme 130 à 1081 Bruxelles (Koekelberg)

  • France : les églises sont l'enjeu de tous

    IMPRIMER

    De RCF :

    En France, les églises sont l'enjeu de tous

    Les églises font partie de notre paysage, de notre patrimoine. Pourtant faute de fidèles, et de prêtres, les portes de certaines d’entre elles restent souvent fermées.

    Petites, grandes, imposantes, gothiques romanes contemporaines, les églises font partie de notre paysage, de notre patrimoine. Au détour des régions, leurs clochers se dressent et pourtant faute de fidèles, de prêtres, les portes de certaines d’entre elles restent souvent fermées. D’autres sont même parfois désaffectées.

    Alors comment redonner vie à ces églises, se les réapproprier ? Comment dialoguer, travailler avec les différents acteurs qui gravitent autour de ces lieux de culte ? C’est pour répondre à ces questions que les évêques de France ont mené depuis 2014 une réflexion sur le sujet. Une réflexion qui s’achève vendredi 10 mars par un colloque au Collège des Bernardins sur le thème, "Les églises, un enjeu pour tous".  Au programme des conférences, tables rondes avec des élus, des personnalités du monde de l’Eglise, du patrimoine, de l’architecture et des médias.

    C'est Mgr Jacques Habert, évêque de Séez, qui a présidé ce groupe de travail mis en place par la CEF. Un groupe de travail et de réflexion, composé d'évêques et de responsables de l'art sacré, qui a porté de nombreux fruits, comme l'explique Mgr Habert, à Pauline de Torsiac. 

    L’avenir des églises, un sujet de préoccupation pour les évêques mais aussi pour les communautés chrétiennes, les élus, le monde de la culture et du patrimoine. De quoi s'interroger sur la coordination de tous ces acteurs, sur ce sujet commun. Par ailleurs, l’un des défis pour les communautés chrétiennes, c’est de se réapproprier sur le plan pastoral ces églises de les faire vivre alors même que le nombre de prêtres est passé de 40 000 dans les années 60 à 15 000 aujourd’hui.

    Illustration en fin d'émission avec l’opération "Un jour, une église" lancé en 2012 dans l’Aube. L’idée est simple : faire découvrir ce qui fait le charme et la singularité d’un édifice dans le plus grand respect des bâtiments et évidemment en accord avec les prêtres du secteur, qui encouragent cette initiative.

  • Défendons la famille et la vie aux Nations Unies; signons la pétition de CitizenGo !

    IMPRIMER

    Défendez la famille et la vie aux Nations-Unies

    SIGNEZ CETTE PÉTITION MAINTENANT!

  • Quand les évêques allemands prennent le parti d'assouplir la discipline des sacrements

    IMPRIMER

    Du site de l'Homme Nouveau :

    Érosion de la discipline des sacrements de l’Église catholique en Allemagne

    Fils du philosophe catholique allemand Robert Spaemann, le docteur Christian Spaemann a réagi à la récente décision de la Conférence des évêques allemands d'élargir la possibilité de recevoir les sacrements aux fidèles se trouvant dans une situation irrégulière. Nous publions ici la version française (traduction d'Elisabeth Franc) de son texte publié en allemand sur kath.net ainsi que sur différents sites en langue étrangère.

    C’est désormais chose faite. Les évêques allemands ont pris une décision qui ne relève pas de leur autorité. Ils ont assoupli la discipline des sacrements de l’Église catholique : les croyants se trouvant dans une situation irrégulière, c’est-à-dire qui entretiennent des relations sexuelles hors mariage sacramentel, doivent avoir la possibilité de recevoir les sacrements. Il convient de « respecter leur décision de recevoir les sacrements…. » Dans leur texte, les évêques reprochent aux prêtres qui se conforment à l’ordre en vigueur jusqu’ici d’avoir tendance à « juger rapidement » et à adopter une « attitude rigoriste (et) extrême ». Ils suivent ainsi une logique dans laquelle ils interprètent de manière erronée la notion de miséricorde et ont une image déformée de ceux qui observent le magistère de l’Église catholique et sa rationalité intérieure. Dans leur communiqué, les évêques allemands transgressent des normes claires que de nombreux papes, en particulier Jean-Paul II, et le Catéchisme de l’Église catholique ont définies sans ambiguïté, en accord avec l’enseignement traditionnel de l’Église. Le fait qu’ils se fondent sur l’exhortation post-synodale « Amoris laetitia » (AL) du Pape François ne justifie pas cette façon de procéder, étant donné que cette exhortation doit être interprétée à la lumière de la tradition, faute de quoi il ne faudrait pas s’y conformer car le Pape ne suivrait pas l’enseignement traditionnel de l’Église.

    Le point essentiel

    Le point essentiel à retenir est que l’enseignement de l’Église contient des normes qui s’appliquent sans aucune exception et ne sont pas soumises à un examen circonstancié, c’est-à-dire qu’il n’est pas possible de prendre des décisions divergentes au cas par cas. Cela est lié à la nature de l’homme, auquel est conféré une dignité qui impose certaines limites dans la relation avec soi-même et avec les autres. La sexualité en fait partie. L’homme ne peut pas l’instrumentaliser ou la vivre en dehors d’un contexte défini sans porter atteinte à sa dignité ni assumer la responsabilité de sa faute, quelle que soit la manière de pondérer les circonstances subjectives et donc la faute personnelle. Par exemple, lorsqu’un homme souffre d’un trouble psycho-organique l’empêchant de contrôler ses affects et qu’en conséquence il insulte régulièrement sa femme, il souille quand même sa relation avec elle et lui exprimera son regret à maintes reprises alors qu’il ne peut rien ou presque rien y faire.

    Lire la suite